[Interview] Charles-Pierre Serain et sa trilogie des unificateurs du Japon ! [Editions Centon]

Journal du Japon vous a concocté un concours autour des Trois Unificateurs du Japon avec les éditions Centon dont vous aurez très prochainement les informations pratiques. A cette occasion, nous avons interviewé Charles-Pierre Serain, auteur et spécialiste de ODA Nobunaga, TOYOTOMI Hideyoshi et TOKUGAWA Ieyasu afin d’en savoir plus sur ces grands personnages de l’histoire japonaise mais aussi sur son parcours, l’édition de livres sur le sujet et sur ses futurs nombreux projets. 

Profitez de 30% de remise sur les livres (valable aussi sur tous les ouvrages de l’éditeur) avec le code JDJAPON.

Page Facebook Samourais gérée par Charles-Pierre Serain

Journal du Japon : D’où vous est venu votre goût du Japon médiéval ? Est-ce que votre passion a commencé par la culture et les traditions japonaises puis s’est spécialisée dans cette partie historique ?

Charles-Pierre Serain : Ma passion pour les samouraïs a commencé très tôt, étant enfant. En lisant des livres d’histoire, j’ai découvert l’image de ces guerriers d’exception, craignant plus le déshonneur que la mort et vouant une fidélité absolue à leur seigneur allant jusqu’au sacrifice de leur vie pour lui. Au-delà de l’image prestigieuse du chevalier occidental, le samouraï me semblait projeter encore plus loin la notion d’oubli et de don de soi au profit d’une cause supérieure. Bien plus tard, étudiant, j’ai redécouvert cet univers par hasard et cette fois-ci, j’ai décidé de comprendre mieux les samouraïs à travers l’histoire et la culture du Japon. Ceci est passé notamment par l’apprentissage de la langue.

Quels sont vos formation et parcours ? Une formation plutôt littéraire, historique ?

Je ne suis pas historien : en tout cas, pas au sens universitaire du terme. J’ai une formation universitaire (Maîtrise d’économie et Sciences-Po) qui m’a par contre aidé à structurer mes recherches et ma façon de retransmettre mon savoir de façon plus accessible au grand public. Ma première tentative a été mon site Internet (NDLR : samurais.fr) permettant à des non-initiés de découvrir simplement le monde des bushi (NDLR : guerrier nippon, plus ou moins synonyme de samurai), puis de lire des articles plus fouillés, de façon progressive.

Vous vous êtes spécialisé dans le guerrier nippon par excellence en publiant régulièrement du contenu sur votre site internet et votre page Facebook Samouraïs. Le reproche aux sources qui en parlent est de souvent se limiter à leurs armes et armures et à leur code d’honneur, le bushido. La plupart du temps, les fortifications et les tactiques / stratégies militaires sont occultées. Est-ce par manque de sources écrites servant de références ? Uniquement en japonais ?

La réponse est probablement double. La documentation sur les armes et le bushido sont effectivement assez nombreuses, et il faut chercher un peu plus pour trouver des écrits ou des documents sur la stratégie, les armées, etc… mais si vous parlez anglais, aucun problème. Néanmoins, ce sont des sujets qui attirent moins les lecteurs car souvent plus difficiles d’accès et nécessitant une bonne connaissance tant historique que sociologique de ces périodes. Les campagnes militaires de Nobunaga, tout en puissance, sont diamétralement opposées à celles de Ieyasu et leurs tactiques de combat également. Et c’est justement ce que j’essaie d’expliquer dans mes livres car le sujet est assez peu connu.

La littérature anglophone sur le sujet semble plus fournie que les publications en français. En connaissez-vous les raisons ? Plus difficile de publier en France qu’aux États-Unis ou en Angleterre ? L’autoédition d’auteurs passionnés pourrait être une solution, non ?

Les Américains et les Anglais sont assez prolixes sur le Japon médiéval. Stephen Turnbull, professeur anglais, est la référence absolue en la matière. Ses livres touchent à l’ensemble des sujets avec une précision historique rare. Mais en Angleterre, à part lui, peu d’auteurs importants existent. Les Américains qui ont eu à se heurter au Japon durant la Seconde Guerre mondiale et qui ont été choqués par le comportement incroyable de l’armée impériale japonaise ont cherché à comprendre dans le passé des bushi les explications de leur bravoure et aussi de leur fanatisme. On a donc de nombreux livres traitant du sujet. Mais en France, de bons historiens existent. Pierre-Francois Souyri fait un travail remarquable. Je pense plutôt que l’image actuelle du Japon et sa stratégie de « Soft Power » (anime, mangas, électronique, etc..) occultent chez beaucoup de gens l’envie de connaître le passé du Japon. Et pourtant, ils comprendraient bien mieux ce pays à la lumière de son passé !

Quelles sont vos sources de documentation ? A quelqu’un qui souhaiterait se plonger dans l’histoire du Japon, que lui conseilleriez-vous ? Des auteurs, des livres, des films à lire impérativement ?

J’ai déjà cité deux auteurs (Turnbull et Souyri) mais leurs livres s’adressent déjà à des personnes ayant une bonne approche du Japon. Comme on n’est jamais mieux servi que par soi-même, je vais vous conseiller de commencer par mon site internet. J’ai rédigé exprès mes articles de façon courte et simple pour permettre de rentrer sur les différents sujets. Ensuite, il faut passer par un livre d’histoire pour poser ses premières connaissances : le livre d’Edwin O. Reischauer (NDLR : « Histoire du Japon et des Japonais » (éditions Points) en deux parties : des origines à 1945 et de 1945 à nos jours) reste une excellente introduction avant de passer à des livres plus fouillés. Ensuite le livre de S. Turnbull « Samourais » (2009) est un must. Côté cinéma, Ran (1985) et Kagemusha (1980) sont deux films de référence sur l’époque Sengoku.

Quelles sont les raisons qui vous ont poussé à publier vos connaissances ? Une opportunité avec les éditions Centon ? Depuis 2001, date de la création de samurais.fr, vos connaissances ont énormément augmenté sur le sujet. Toutes ces informations historiques méritaient bien un roman ? Attendiez-vous d’avoir une certaine notoriété/légitimité dans le domaine ?

C’est en fait l’occasion qui m’a fait écrire. J’ai une activité professionnelle assez remplie et peu de temps à moi. Mais, il y a quelques années, j’ai du passer des semaines loin de chez moi pour ma société et j’en ai profité pour commencer à écrire dans les trains, les avions, les hôtels. Au début c’était un essai sur la bataille de Nagashino (1575), ce qui m’a amené à m’intéresser au général japonais qui avait gagné de manière magistrale cette bataille. L’idée d’élargir à Oda Nobunaga était née. La rencontre avec Arnaud Dupuis des Editions Centon m’a incité à terminer l’ouvrage.

Peinture sur paravent de la bataille de Nagashino

Peinture sur paravent de la bataille de Nagashino

Pourquoi avoir choisi d’écrire sur les « 3 Unificateurs du Japon » (ODA Nobunaga, TOYOTOMI Hideyoshi et  TOKUGAWA Ieyasu) ? Qu’ont-ils de spécial et qu’est-ce qui vous a le plus marqué chez chacun d’eux ?

Pour Oda Nobunaga, comme je l’ai dit, la tactique de Nagashino m’a amené à cette personnalité hors du commun qui a forgé son destin et celui de son pays de ses propres mains. Au fur et à mesure de mes recherches, j’ai alors découvert un homme complexe, à la fois volontaire et brutal, mais également visionnaire et adroit politiquement. Hideyoshi, le « Singe » est diamétralement opposé à son maître. Il est rusé, habile et humain. Quant à Ieyasu, son habilité politique, sa patience et son sens de l’organisation en font un véritable homme d’état. Trois hommes, trois destins dont aucun n’aurait pu éclore sans le travail accompli par celui qui l’a précédé. Un moment de grâce dans l’histoire du Japon qui a mis fin à plus d’un siècle de massacres et de désolations dans le pays.

L’un a-t-il un rôle prépondérant dans l’unification du Japon ? L’un a-t-il eu un impact plus important sur le Japon d’aujourd’hui ?

Aucun de ces trois guerriers n’aurait pu accomplir seul l’unification complète du Japon et la stabilisation du pays. Si Nobunaga a initié dans la douleur le processus, Hideyoshi a terminé l’unification du Japon mais sur des bases encore fragiles. Et au final, c’est Ieyasu qui a figé le monde des guerriers, empêché le retour des guerres civiles et fondé les bases du Japon moderne. Chacun a donc apporté sa pierre à l’édifice ; mais très clairement, si Nobunaga n’avait pas pris en main son destin, le Japon aurait continué à connaître durant de nombreuses années la guerre civile et ses atrocités. C’est pour cela que j’ai pour lui une admiration particulière, même si la brutalité du personnage amène parfois des réserves.

Une fois le Pays du Soleil Levant unifié, comment expliquez-vous ce repli intérieur ? On aurait pu s’attendre logiquement à une volonté de conquête ? L’échec des invasions de la Corée par Hideyoshi explique-t-il à lui seul ce renfermement national ?

La guerre de Corée était à la fois la folie d’un vieillard (Hideyoshi) persuadé à la fin de sa vie que le monde (la Chine) allait lui appartenir, mais également une manœuvre politique intéressante permettant d’occuper des guerriers surentraînés par des décennies de combat et prêts à reprendre au Japon le chemin des batailles et réenclencher le cycle de la guerre civile. Le repli intérieur qui a suivi est très différent. Il est l’œuvre de Tokugawa Ieyasu qui avait connaissance de la façon dont les européens avaient conquis une partie de l’Asie au XVIIe siècle et qui craignait que son pays ne subisse le même sort. Le fait de se replier et d’interdire toute entrée de l’extérieur a effectivement préservé le Japon des politiques coloniales de l’Europe.

De futurs projets déjà en tête ? Ce qui m’a frappé à la lecture d’Oda Nobunaga, outre les détails sur les samouraïs et les batailles, ce sont toutes vos connaissances sur les ninjas. Beaucoup de clichés et de mystères entourent ces guerriers, allez-vous uniquement vous concentrer sur les samouraïs ?

Nobunaga (2013) et Hideyoshi (2018) sont les deux premiers romans de la trilogie consacrée aux unificateurs du Japon. Le volume sur Ieyasu devrait paraître en 2020. Ensuite, l’idée est de consacrer des romans historiques identiques sur plusieurs grands généraux de l’époque Sengoku (Takeda Shingen, Uesugi Kenshin, Ishida Mitsunari….) et probablement plus tard de personnages clés du Japon médiéval (Minamoto Yoshitsune, Gunshi Kanbei, Kato Kiyomasa, Date Masamune), ce qui devrait m’occuper quelques années. Sur les ninja, ma réponse sera assez simple. Nos amis d’Hollywood ont complétement dénaturé l’aspect historique de ces forces spéciales qui ont été présentes de tous temps dans tous les pays. Ni super héros, ni traîtres sournois, ces troupes étaient souvent au service de seigneurs qui les employaient pour des missions d’infiltration ou de sabotage. J’essaie à mon niveau de rétablir la réalité historique de ces guerriers dont le courage et la fidélité n’avaient parfois rien à envier aux vrais bushi.

Oda Nobunaga et Toyotomi Hideyoshi : deux premiers tomes de la trilogie sur les Trois Unificateurs du Japon

Oda Nobunaga et Toyotomi Hideyoshi : deux premiers tomes de la trilogie sur les Trois Unificateurs du Japon de Charles-Pierre Serain (Editions Centon)

Dorénavant, vous en savez un peu plus sur les Trois Unificateurs du Japon qui n’auront bientôt plus de secret pour vous à la lecture de la trilogie qui leur est consacrée. Dans les deux premiers tomes, Charles-Pierre Serain nous emmène dans le Japon médiéval de l’époque Sengoku, période charnière de l’histoire japonaise où ODA Nobunaga et son fidèle « Singe », TOYOTOMI Hideyoshi se battent pour unifier enfin le pays en proie à la guerre civile. Rendez-vous en 2020 pour l’ultime tome consacré à TOKUGAWA Ieyasu.

Lors de cet interview, nous avons parlé de sources intéressantes sur le sujet, Journal du Japon leur consacrera bientôt un article. Vous aussi, vous avez des questions ? N’hésitez pas à laisser un commentaire.

 

Un grand merci à l’auteur pour avoir pris le temps de répondre à nos questions et à Arnaud Dupuis des éditions Centon pour sa réactivité et sans qui le concours et l’interview n’auraient pu se dérouler.

David Maingot

Je m'appelle David et j'ai 27 ans. J'habite à Angers (49) et je suis comptable de formation et e-commerçant dans le bento et les accessoires de cuisine. Passionné de culture et d'histoire du Japon, je rédige des articles en lien avec ces thèmes :)

Japan in Motion : Et vous, quel Japon préférez-vous ?

Vous aimerez aussi...

6 réponses

  1. Nicolas dit :

    Merci! Les 2 ouvrages sont-ils maintenant disponibles en librairie?
    Intéressant de lire comment Toyotomi Hideyoshi a exploité l’ardeur combattante des samurai au profit d’un conflit extérieur (Invasion de la Corée) plutôt que de les laisser inactifs au pays, ce qui aurait forcément dégénéré. Il apparaît aussi que les coûts faramineux de cette campagne auront engloutis les richesses des daimyo et nuit d’autant, à leurs capacités de prétention au pouvoir suprême. Pour limiter ce même risque, Tokugawa Ieyasu, usera d’une autre tactique. La présence permanente d’otages, la nécessité d’entretenir une cour et l’obligation faite aux seigneurs, de faire de dispendieux voyages à la capitale (Un peu comme le fera Louis XIV, avec Versailles).

    • David Maingot dit :

      Bonjour Nicolas,
      Le premier tome sur Nobunaga est disponible à l’achat : https://centon.net/livres/oda-nobunaga/
      Le second tome sur Hideyoshi est actuellement en précommande : https://editions-centon.net/produit/toyotomi-hideyoshi/
      La sortie en librairie est prévue pour mi-novembre mais pour les précommandes, les livraisons auront lieu en avant-première courant juillet 🙂
      Très prochainement, dans l’article présentant le concours où 10 livres seront mis en jeu, il y aura de plus amples détails et un code promo pour les lecteurs du JDJ 😉
      Période très intéressante qu’est le Sengoku jidai où les 3 unificateurs ne sont pas arrivés là par hasard mais bien par leur ruse et habilité politique.
      Merci de nous lire 🙂

  2. Je m’excuse par avance. Je vais poser une question bien spécifique et assez ennuyeuse^^ : connaissez-vous des ouvrages qui traitent d’Ishida Mitsunari en français (ou qui en parlent suffisamment en détails pour que ce soit vraiment apprécié) ?^^

    • David Maingot dit :

      Bonjour,
      Pas du tout ! Question qui pourrait intéresser d’autres aussi 🙂 Ishida Mitsunari est un grand homme de l’histoire japonaise, l’un des 5 bugyō, futurs administrateurs du Japon à la mort du Singe. Il fut l’un des grands adversaires de Ieyasu Tokugawa à la bataille de Sekigahara. Les livres sur cette période ont souvent tendance à lui donner un second rôle, derrière Toyotomi Hideyoshi et Tokugawa Ieyasu. CP Serain a prévu de lui consacrer dans le futur un livre mais en attendant, on va lui poser la question pour savoir s’il dispose de sources un peu détaillées.
      David

      • En effet^^. Pour ma part, à part quelques jeux vidéos, ou le Drama consacré à Yukimura Sanada, je n’ai pas trouvé grand chose de plus consistant à son sujet, depuis le caillou (île de la Réunion) où j’habite^^. Donc merci d’avance, j’ai hâte de mettre la main sur ces fameux ouvrages :p !

        • David Maingot dit :

          Bonjour,
          Je viens d’obtenir la réponse de CP Serain (un véritable ninja) : « Le personnage de Mitsunari est central dans la courte période entre la mort de Hideyoshi (Août 1598) et la bataille de Sekigahara (Oct 1600). Il n’existe pas de livre en langue occidentale sur le personnage, et il faut chercher dans différents ouvrages pour avoir une vue du personnage. Les Livres de Stephen Turnbull sont à conseiller. On peut aussi se référer à l’histoire du Japon de Georges Samson chez Fayard qui est une bonne source de documentation. Ça prend un peu de temps, mais le personnage en vaut la peine ! ».
          David

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *