iri : renouveau du groove japonais

Quasiment inconnue chez nous, iri commence à se faire un nom dans la bouillonnante scène hip-hop japonaise. La Magnifique Society 2018 a accueilli cette artiste pour sa première date en France. Evidemment, nous étions là pour l’interviewer.

Iri - Magnifique Society

Iri – Magnifique Society

 

Depuis le milieu des années 2010, on assiste à un renouvellement constant des artistes hip-hop japonais. Des scènes underground tokyoïtes et osakiennes émergent des artistes qui connaissent le succès auprès d’un plus large public. Fait notable : un certain nombre de ces rappeurs sont en fait des rappeuses. iri s’inscrit dans cette tendance. Musicienne autodidacte, la jeune femme de 24 ans est autrice, compositrice et interprète de ses titres. Influencée tant par le R’n’B que par des artistes japonais, elle compose d’abord pour elle. « J’écoute du R’n’B depuis mon plus jeune âge », se souvient-elle. « La première artiste que j’ai écouté avec attention était Alicia KEYS. Puis j’ai découvert Jennifer HUDSON, et Tavito NANAO. »

Ces premières expérimentations la conduisent à passer différentes auditions pour différents tremplins musicaux. Et en 2014, alors âgée de 20 ans, elle remporte le grand prix JAM, organisé par le magazine Nylon Japan en collaboration avec Sony Music. Grâce à cela, de nouvelles portes vont s’ouvrir. Elle va voyager – notamment aux Etats-Unis – et évidemment sortir des disques.

Iri - Magnifique Society

Car c’est évidemment d’abord grâce à la musique qu’elle connaît le succès. D’inspiration clairement R’n’B, elle n’hésite pas à intégrer des éléments plus groovy à l’ensemble. L’utilisation d’instruments – en studio comme en live – à la place de productions uniquement samplées ou synthétiques apporte un côté organique agréable à sa musique.

« J’ai commencé la musique en faisant des reprises à la guitare », explique-t-elle. « Puis j’ai expérimenté en faisant des boucles de guitare et en rajoutant ma voix par-dessus. Ça ressemblait à du rap, mais ça n’en était pas vraiment. Devenir une rappeuse n’était de toute façon pas mon objectif. Mon style de chant a juste évolué naturellement dans cette direction. » La voix d’iri, légèrement rauque, ajoute de la chaleur à la musique. Son flow alterne effectivement entre rap et chant, s’adaptant à l’atmosphère de chaque morceau, et coulant naturellement sur les productions. Le résultat est très plaisant.

En quelques singles et maxis, et 2 albums – dont le dernier, Juice, est sorti en février 2018 – iri se fait un nom dans le milieu. Durant l’été 2018, elle a fait le tour des festivals japonais. Sur les réseaux sociaux, on la voit en compagnie du duo chelmico ou des membres de Awesome City Club.  

Iri - Magnifique Society

Si le public rémois de La Magnifique Society s’est d’abord montré discret lorsque la première performance de iri a commencé, il a rapidement été conquis par sa musique. Un pari gagné, l’artiste craignant que la barrière de la langue soit un obstacle trop important. Mais la musique aura suffi pour s’en affranchir.

De son court séjour en France, iri rapporte quelques photos souvenir, mais surtout un clip illustrant son dernier single en date, Only One. La vidéo fait le grand écart entre Paris (et La Défense) et Reims. Le public champenois reconnaîtra les rues désertes de sa ville.

iri compte donc parmi les nouvelles forces du rap sur lesquelles le Japon peut compter aujourd’hui. Une artiste à suivre. 

Retrouvez là d’ailleurs sur les réseaux sociaux :

Twitter : https://twitter.com/03iritaama
Instagram : https://www.instagram.com/i.gram.iri/
Facebook : https://www.facebook.com/iri.artist.official
Youtube : https://www.youtube.com/channel/UCH58d6dGp6b0hisvkCh7sNg

Japan in Motion : Et vous, quel Japon préférez-vous ?

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *