Gaming Memories #16 : Valkyrie Profile

Bienvenue dans ce seizième et dernier de numéro de Gaming Memories de 2018 ! Cette fois-ci, nous vous emmenons dans un monde désolé (et pas très « Noël »)… en compagnie d’une divinité guerrière, nous traverserons l’une des plus grandes œuvres de la société tri-Ace : Valkyrie Profile. Prêts à prendre la main d’une distributrice de la mort ? Alors… c’est parti !

Ne vous en faites pas, vous ne risquez rien avec nous.

Valkyrie Profile logo

Vers une nouvelle licence prometteuse

En 1999, l’année de sortie de Valkyrie Profile, l’éditeur tri-Ace n’est encore qu’un petit studio créé quatre ans plus tôt, fondé par trois hommes (Yoshiharu GOTANDA, Masaki NORIMOTO et Joe  ASANUMA). Pourtant, dès 1996, ils ont pu compter sur le soutien d’Enix (Dragon Quest) en tant qu’éditeur pour leurs premiers jeux, Star Ocean et sa suite (Super Famicom et PlayStation). Valkyrie Profile est seulement leur troisième production, et très peu de choses sont connues à propos de sa création, mais il y a tout de même de grands noms qui se cachent dans l’équipe de développement.

Déjà, on peut citer les frères (Steamboy, le premier film Rebuild of Evangelion) et Yoh YOSHINARI (également sur NGE, Gurren Lagann, Kill la Kill…), qui offrent au jeu une identité unique. Le scénario a été confié à Masaki NORIMOTO (un habitué de tri-Ace, puisqu’il a travaillé sur plusieurs Star Ocean depuis le premier) et la bande-son à Motoi SAKURABA (aussi connu pour ses nombreuses participations sur la série Tales of de Bandai-Namco, les Dark Souls et… Star Ocean).

Le jeu sortit le 22 décembre 1999 sur la PlayStation de Sony. Il se vendit à 310.000 exemplaires rien qu’en fin d’année et atteignit les 709.000 au total (636.000 unités s’écoulèrent rien qu’au Japon). Si ce chiffre est un peu « moins » bon que Star Ocean 2 (1,094 million dans le monde et 724.000 au Japon), cette performance reste honorable pour une licence sortie de « nulle part ». Valkyrie Profile est sorti dans une édition « simple » et une « spéciale », qui contenait des objets bonus (un calendrier de l’année 2000, une montre de poche et un artbook). Les deux éditions offraient un collier si elles étaient précommandées.

La fin du monde approche

Valkyrie Profogo

Lenneth Valkyrie.

Le désespoir règne dans certains villages. Celui dans lequel débute le prologue de cette histoire est en train de mourir, car les enfants y sont vendus comme esclaves par leurs parents. C’est le cas d’une jeune fille de quatorze ans et de son ami proche, qui s’enfuient pour ne pas finir comme les autres. Ils traversent un champ rempli de fleurs lors de leur escapade, mais celles-ci dégagent un poison mortel qui emporte la fille. C’est le genre de situations que vit le monde dans cette aventure.

En parallèle, Lenneth, valkyrie au service d’Odin et Freya, prend son éveil et est appelée pour une mission de la plus haute importance. Elle doit descendre ici-bas pour recruter les meilleurs guerriers (Einherjar) qu’elle trouvera. Le Ragnarök (la fin du monde, dans la mythologie nordique) approche et la guerre avec. En prévision de cela, Lenneth Valkyrie doit partir accomplir sa tâche.

Vous devrez donc voyager à travers le monde, allant de lieux frappés par le malheur et la tragédie à d’autres. Entre les villes où rencontrer du monde pourra s’avérer utile et la traversée des donjons, Valkyrie Profile fait la part belle à une narration prenante et profonde ainsi qu’aux combats au système original pour offrir une quête originale, inspirée d’un sujet assez rare dans le monde du jeu vidéo, la mythologie nordique.

To my side, my noble players !

Valkyrie ProfileValkyrie Profile est un jeu en 2D avec des éléments 3D. Les villes et donjons sont en vue de coté (comme dans les jeux de plate-forme de l’ère précédente), et il suffit de se diriger vers un endroit prédéfini pour s’y rendre en appuyant sur les touches directionnelles. On peut donc discuter avec les gens que l’on croise dans les villes, entrer dans les bâtiments qui s’y trouvent aussi.

Les donjons, quant à eux, reprennent le même système de déplacement mais sont nettement plus dynamiques : Lenneth peut y marcher, courir et sauter (comme dans les villes), mais aussi faire des glissages, envoyer des projectiles et grimper des échelles. Les projectiles – des cristaux de glace – servent à geler un ennemi pendant un certain temps ou des plates-formes pour rallier un endroit inaccessible autrement. Lenneth peut aussi utiliser son arme afin de briser certains objets. Les donjons comporteront des énigmes et un plan pour aider se retrouver. En somme, les mécaniques typiques d’un jeu de plate-forme.

Valkyrie ProfileMais VP est bel et bien un RPG. Lorsque vous croisez un ennemi ou un boss, un combat s’enclenche (vous pouvez aussi utiliser l’arme de la valkyrie pour frapper ces ennemis en premier). Les combats opposent jusqu’à quatre héros face à divers monstres. Certains seront plus sensibles à la magie, et d’autres bloqueront vos attaques à moins de briser leur défense.

Le jeu se divise en chapitres et donne assez vite le ton : chacun de ces chapitres a une durée limitée en un nombre donné de « Périodes ». A chaque fois que vous entrerez dans une ville ou un donjon, une « Période » ou deux s’écoule et lorsque vous les aurez toutes utilisées, le chapitre suivant démarre, vous rapprochant toujours plus de la fin du monde. C’est donc une grosse course contre la montre qui vous attend et bien choisir sa destination suivante est primordial pour ne pas perdre de temps avec un déplacement inutile.

Valkyrie ProfileCes derniers, d’ailleurs, se font à la façon du Mode 7 de la Super Famicom (à la manière d’une feuille de papier qui effectue des rotations vouées à donner une impression de 3D sur le décor posé dessus). Lenneth vole de destination en destination à toute vitesse et devra utiliser la « Soul Concentration » pour localiser son prochain objectif. Une cut-scene se déclenchera alors, vous présentant la scène qui vous attend et sa localisation.

Il faut aussi gérer au mieux son équipe et la personnalité de chacun, choisir leurs traits de caractère entre positif et négatif. Plusieurs possibilités sont offertes et cela fait monter leur taux d’héroïsme. Libre à vous d’envoyer tel ou tel héros à Asgard ou non – mais c’est la raison de votre présence sur le sol des mortels et à la fin de chaque chapitre, Freya vous fera un rapport sur la situation : quel type de combattants elle attend et la qualité de vos performances. Gérer correctement cela amène parfois à se séparer de personnages auxquels on peut s’attacher (car on a été pris par son histoire, ou sa façon de combattre, par exemple), mais c’est une option à prendre au sérieux (c’est l’un des critères qui déterminera la fin vous obtiendrez). Un combattant envoyé à Freya ne pourra plus prendre part au combat à vos cotés et aura son importance dans le déroulement de votre partie.

Valkyrie Profile

L’art de la guerre

RPG oblige les combats sont une partie importante du jeu. Dans les donjons, vous croiserez régulièrement des créatures qui se « promènent » (en faisant des allers-retours sans but…). Que vous les touchiez ou frappiez, un combat commencera au moindre contact. Vos alliés seront placés à droite de l’écran et les créatures à gauche.

Valkyrie ProfilePlusieurs choix s’offrent à vous : une attaque simple, utiliser un objet ou une magie lorsque c’est possible (en fonction des points disponibles), ou passer son tour. VP utilise un système unique de tour par tour, car au lieu de choisir chaque personnage l’un après l’autre et son action, ils seront tous assignés à une touche de la manette (croix, carré, rond et triangle). Cela aura pour but de les faire attaquer, ce qui permet de combiner des attaques rapides et dévastatrices. Plusieurs armes permettent aussi d’enchaîner plusieurs attaques, demandant forcément d’appuyer plusieurs fois sur la même touche. Les personnages utilisant de la magie, eux, pourront intervenir aussi mais leur tour d’action dépendra de leur jauge de « Charge Time », ils ne seront donc pas actifs à chaque fois. Enchaîner les attaques sera parfois nécessaire pour briser la garde d’un monstre et pouvoir enfin lui causer des dégâts.

Valkyrie ProfileA force d’asséner des coups aux adversaires, une jauge spéciale se remplit et lorsque celle-ci atteint les cent pourcents, le jeu proposera immédiatement d’effectuer une action nommée « Purify Weird Souls ». Là, pendant un court laps de temps, vous pourrez lancer une attaque dévastatrice de la part de chaque personnage ayant participé à l’assaut sur le monstre qui servira de victime. Les dégâts sont importants, mais cette action ne peut pas être lancée à tous les tours.

Il est possible d’assigner une « sous-action » aux personnages. Celle-ci se lance automatiquement et permet, par exemple, de soigner quelqu’un sans avoir à utiliser un tour d’action. Deux sortes d’items,  d’ailleurs, peuvent être récupérés en combat : les « Magic Crystals » et « Fire Gems ». Ils se gagnent en combinant les attaques comme expliqué plus tôt et permettent soit de remporter plus d’expérience en fin de bataille, soit de remplir la jauge de purification et réduire le temps d’attente avant de pouvoir se servir à nouveau de magie.

Valkyrie ProfileSi cela peut sembler compliqué à assimiler, il n’en est au final rien car un certain nombre d’éléments sont expliqués lorsqu’ils doivent être utilisés pour la première fois. On finit même par assez vite comprendre tout cela naturellement, et jamais on ne passera à coté de l’occasion de maltraiter ses ennemis en s’y mettant à plusieurs. Les monstres, d’ailleurs, n’attaquent jamais à plusieurs en même temps, mais ne font pas de cadeau. Trois niveaux de difficulté sont disponibles, et il faudra bien avoir les bons réflexes pour ne pas perdre de tours inutilement. Si Lenneth est vaincue en combat, vous devrez terminer celui-ci en trois tours maximum car sinon, c’est le Game Over qui vous attend (même si vos alliés sont encore debout).

Un parfum de presque perfection

En dehors d’un gameplay assez complet, profond et qui ne demande finalement pas tant de temps que cela à assimiler, VP enchante. Par son ambiance et son character-design charismatiques, par ses graphismes 2D agréables et son animation fluide. Il dispose de très beaux effets de lumière et de 3D (une porte qui s’ouvre, par exemple) et le Mode 7 simulé de la carte du monde fonctionne bien. L’animation est fluide et en met plein les yeux lors des combats. Les décors, bien qu’étant visités en 2D, ont une profondeur qui donne finalement une impression de ne pas juste avancer sans but. On s’y perd peut-être un peu, de fait, mais la carte proposée aide à s’en sortir.

Valkyrie ProfileLa maniabilité ne pose aucun problème particulier. Combiner ses actions pour faire attaquer quatre personnages (avec plusieurs attaques à la suite pour certains) peut demander un peu de maîtrise et d’entrainement, mais les combats en deviennent dynamiques et demandent un minimum de technique. Ce qu’il y a de plus dérangeant dans cette jouabilité se trouve en fait dans la partie plate-forme. Il y a un léger temps de latence dans les sauts, ce qui fait qu’on peut les rater de façon assez idiote et agaçante. Le reste des déplacements de Lenneth est fluide.

Même si le jeu est beau à regarder, on peut tout de même noter une petite fainéantise de la part des graphistes : un personnage qui a une cicatrice à droite de son visage en regardant vers la gauche l’aura à gauche de son visage si son sprite est inversé et qu’il regarde vers la droite (au lieu qu’elle soit toujours au même endroit) ; et bien qu’il soit de très bonne facture, Valkyrie Profile reste un jeu majoritairement en 2D. Cela peut sembler être un détail anodin vu sa qualité, mais c’est, rappelons-le, un jeu sorti à quelques jours de l’année 2000, soit six ans après le lancement de la PlayStation. Même si tout cela n’entache en rien l’immersion et le charme, on aurait pu espérer tout simplement des personnages modélisés en 3D.

Valkyrie ProfileLe soft de tri-Ace est taillé dans de très belles illustrations qui lui donnent un charme indéniable ; de plus, son ambiance est maîtrisée grâce à une mise en scène marquante. La « Soul Concentration » enchaîne les images des situations à venir, des scènes sont narrées par les pensées des personnages qui y sont mis en avant. C’est simple, Valkyrie Profile se veut marquant et y parvient très bien.

La bande-son y joue aussi pour beaucoup : Sakuraba donne une démonstration de son talent à travers de thèmes parfois dynamiques et d’autres, poignants et enchanteurs. Il n’est pas rare de les avoir en tête et rester immobile à juste les écouter une fois en jeu. On sent que certains BGM sont composées de boucles parfois un peu courtes, mais quelle importance, lorsque cela a lieu dans le feu de l’action, en plein donjon ? Cela contribue juste à les faire rester encore plus en tête, au final. Il y a de nombreux passages doublés aussi. La comédienne Yumi TÔMA (Urd des séries Ah ! My Goddess / Aa ! Megami-sama, Chun-li de Street Fighter) prête sa voix à Lenneth.

 

Résurrection

Le jeu est sorti sur le territoire américain en août 2000. Ce portage disposait de quelques améliorations, notamment dans les menus liés aux combats, ce qui leur ajoutait un peu de flexibilité. La censure qui aurait pu tomber sur le jeu (comme cela a été fréquent pendant une période) a épargné cette version, si ce n’est que les allusions au tabac ont été plus ou moins supprimées. Le reste – sang, boisson et sous-entendus « particuliers » sont restés intacts (ce qui est d’autant plus surprenant). Quoi qu’il en soit, il est également paru sur PSP en mars 2006 sous le nom Valkyrie Profile : Lenneth. Bien qu’il soit traduit en anglais, c’est un portage de la version japonaise. Les améliorations citées plus tôt n’en font donc pas partie, mais le nombre de cinématiques a augmenté, dans des graphismes profitant plus de la puissance de la machine portable. Cela a été la première apparition de VP en Europe (avril 2007).

Valkyrie Profile 2 Silmeria

Valkyrie Profile 2 Silmeria.

2006 a été une année prolifique pour la licence car le deuxième épisode, sous-titré Silmeria, est sorti en juin sur PlayStation 2, toujours développé par tri-Ace et édité par SquareEnix. Se déroulant avant son prédécesseur, il met en scène les personnages d’Alicia et Silmeria (qui habite le corps d’Alicia). Toutes deux ont pour mission d’empêcher la guerre qui se prépare entre l’humanité et les dieux. Le système de déplacement est le même (en vue de coté façon 2D), et les graphismes proposés font honneur à la console. La difficulté prend aussi un niveau, offrant un challenge relevé. Silmeria  s’était vendu à environ 400.000 exemplaires à la fin de l’année 2006.

Valkyrie Anatomia

Valkyrie Anatomia.

Valkyrie Anatomia : The Origin est, comme son nom l’indique, une nouvelle préquelle, lancée en avril 2016 au Japon. Sortie sur smartphones  Android et iOS, elle eut un accueil plus que chaleureux car le nombre de téléchargements a dépassé le million en deux semaines. Cet épisode explique que les différents mondes sont en guerre permanente après que l’équilibre entre chacun ait été brisé. C’est à notre valkyrie, espérée par tous, de rétablir l’ordre. Nous sommes cette fois dans un RPG en 3D qui utilise un gameplay similaire aux précédents mais en y implémentant des mécaniques plutôt courantes de nos jours, à savoir qu’il peut être joué naturellement mais une boutique dans le jeu permet d’utiliser de l’argent réel pour ne pas avoir à attendre que les jauges d’actions se remplissent à nouveau.

En dehors du RPG pur

Plusieurs manga liés à la série sont sortis ; outre les adaptations des deux premiers jeux, une histoire originale a également fait suite au premier jeu. Valkyrie Profile : The Dark Alchemist remet Lenneth en scène ainsi que l’un de ses ennemis. Un manga anthologique nommé Valkyrie Profile Enix Supercomic Gekijoh et basé sur la version PSP a également vu le jour, tout comme une bande-son officielle en CD.

Valkyrie profile ?The Accused One

Valkyrie Profile : The Accused One

Un épisode hors-série a été développé pour Nintendo DS en 2008. C’était un Tactical RPG. Ce jeu, nommé Valkyrie Profile : The Accused One (Covenant of the Plume en dehors du Japon) reprenait le système des personnages affiliés à une touche par exemple. II y rajoutait un système qui plaçait le joueur devant un choix crucial : en utilisant la plume, un personnage désigné voyait ses capacités hautement augmentées mais perdait définitivement la vie à la fin du combat. Utiliser cette capacité trop souvent pouvait même mener à un Game Over à la fin d’un chapitre.

En outre, cet épisode demandait de s’acharner sur ses ennemis en cumulant les dégâts après l’avoir entouré de toutes parts. Plus il était frappé lorsqu’un personnage venait de l’achever, plus le sang coulait et le taux de pêché augmentait. Plus le quota requis était atteint, plus les bonus pouvaient être remportés, mais s’il ne l’était pas, les ennemis devenaient de plus en plus violents. Un système assez particulier pour un épisode qui eut un peu moins de succès que les autres mais qui, pourtant, n’était pas mauvais.

Valkyrie Profile, jeu sorti d’un peu nulle part entre d‘autres RPG plus connus, gagna vite du succès grâce à des qualités indéniables. Le fait qu’il revienne de temps à autres prouve qu’il n’est peut-être pas resté gravé que dans les mémoires et le cœur des joueurs. Le dernier portage en date est de mars (Japon) et mai (Monde) 2018 sur smartphone. Espérer une nouvelle version totalement refaite ou une suite reste donc possible, surtout que la série fêtera ses vingt ans l’an prochain !

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Doc Kelso dit :

    Excellente licence qu’est Valkyrie Profile !
    J’ai commencé par le 2 sur PS2, à l’époque où j’enchainais les J-RPG. J’ai d’excellents souvenirs avec ce jeu, c’est un de mes RPG préférés.
    Le premier je l’ai fais que bien plus tard, et j’étais tellement pas dedans que je l’ai laissé de côté en plein milieu du jeu et je ne l’ai jamais fini ‘^^
    Du coup si un jour un remake du 1 voit le jour, je serai client !

    Très bon article au passage 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *