Manga : sous le soleil, exactement…

L’été a pris ses quartiers désormais. Rien de tel que quelques bons mangas avec un transat, une plage ou un coin de verdure pour se poser tranquillement et lire. Pour ceux qui ont prévu de voyager et ceux qui ne le peuvent justement pas, Journal du Japon vous propose une sélection de mangas estivaux, où les pages sont ensoleillés, où les amis et les grillades se succèdent… Où les histoires sont souvent pleines de rires et parfois teintées de larmes.

AAAAHHH, L’ÉTÉ…

Amanchu : profiter de la vie et de ses amis !

Amanchu___1_kioonRésumé : C’est le dernier jour des vacances de printemps ! Hikari en profite pour faire un peu de plongée, sa grande passion. Le vent du large, un soleil éblouissant, la mer à perte de vue lui font oublier que le lendemain, c’est la rentrée… C’est le moment que choisit Futaba, qui vient d’emménager sur l’île, pour garer son scooter face à la plage. Ce que les deux jeunes filles ne savent pas encore, c’est qu’elles seront ensemble au lycée le lendemain… et que la plongée va les réunir !

Dix années et treize volumes plus tard, les jeunes héroïnes de Kozue AMANO (Aria, Aqua) sont désormais inséparables et le cercle d’amis a bien grandi. Chacun(e) a un caractère unique (la loufoque, la cérébrale, l’étourdie, la timide, le grand frère, etc) mais toutes et tous ont ce point commun : le souci de l’autre et de son bonheur. Avec un cœur gros comme ça, chaque membre du club de plongée garde aussi bien l’esprit ouvert sur ce qui l’entoure que sur ses camarades, quitte à ce qu’ils commettent quelques maladresses en voulant bien faire, mais tout finit toujours pour le mieux, avec des petites leçons de pensée positive, certes candides par moment, mais qui font du bien.

Néanmoins, les joies de l’amitié ne sont pas les seules choses qui feront gonfler votre cœur à la lecture de la série… Le charme d’Amanchu vient aussi du magnifique Japon que le mangaka met au cœur de son histoire. La nature japonaise, belle, calme et paisible, se dévoile au fil des saisons. L’été, saison phare du club de plongée, est la plus lumineuse. Mais quelque soit l’instant, c’est toujours dans une harmonie remarquable (car foisonnante de détails) que l’on savoure ces paysages uniques. L’élément aquatique, si cher à AMANO et club de plongée oblige, est l’endroit le plus paisible de tous, calme et épuré, propice au silence et, pour autant, toujours plein de vie. Selon les chapitres, l’océan laissera la place aux forêts et temples japonais : les bâtiments traditionnels japonais y sont magnifiés mais pour autant reconnaissables : une carte postale de rêve pour tout occidental, qui sitôt le livre refermé voudra ajouter les lieux rencontrés dans Amanchu à son futur voyage dans l’archipel.

Véritable bulle de bonheur et d’émerveillement, Amanchu est donc une lecture parfaite pour cet été !

Toutes les infos sur le site de l’éditeur, Ki-oon.

La fille du temple aux chats : l’amour et la campagne

fille-temple-chat-1-soleilRésumé : Gen décide de quitter son cocon familial et d’intégrer un lycée à la campagne où il a vécu étant tout petit. Il retrouve sa grand-mère et s’installe dans le vieux temple où vit déjà Chion, une jeune femme d’une vingtaine d’années. Cette cousine éloignée a pris la succession de la grand-mère et garde un excellent souvenir de Gen, enfant. Leur complicité enfantine aurait-elle survécu à toutes ces années ?

Avec ce synopsis où l’on sent naître une future romance entre un lycéen et une jeune adulte, il ne faudrait pas pour autant résumer La fille du temple au chat à cette relation : le titre propose surtout des tranches de vie à l’image de ses couvertures. La jeune Chion y fait une sieste entouré des félins, y prend un thé en regardant quelques massifs de fleurs, y étend son linge ou semble se lancer dans un grand ménage d’été… Des petits moments du quotidien dans un cadre des plus attirants et au charme difficile à décrire. Sans doute que les saisons et la nature, indissociables du manga, impriment dans l’esprit du lecteur le temps qui passe, doucement, durant de longues et très agréables pages sans paroles. On les lit, on en analyse les nombreux détails avec amusement, on croise quelques chats… et on suit le cours de l’histoire, jour après jour. On comprend qu’il est important de célébrer l’instant présent pour profiter pleinement de la vie. Une petite pincée de spiritualité qui va parfaitement avec la vie du temple, que Chion gère quasiment de A à Z, donnant tout le contraste entre sa vie d’adulte et la vie scolaire du jeune Gen.

Makoto OJIRO, mangaka habile, s’amuse souvent avec cette différence d’âge, de quelques années seulement, entre ses deux protagonistes. Tantôt elle les rapproche, pour une sortie à la plage où ils chahutent dans l’eau, tantôt elle les éloigne en évoquant les difficultés économiques du temple ou le désir de la grand-mère de donner un mari à Chion. Gen, l’amoureux transi, évolue lui aussi entre l’adolescent maladroit et l’homme qu’il veut rapidement devenir pour séduire Chion dont les sentiments sont inconnus. Suspens. Bref, tout ceci n’est pas sans rappeler celui des romances en anime de notre enfance, façon Maison Ikkoku pour ne citer que la plus évidente.

Entre la contemplation d’une campagne apaisante et tout le piquant d’un amour palpitant, c’est un manga qui qui fait du bien et qui vous trotte dans la tête… Jusqu’au prochain numéro qu’on a toujours hâte de savourer !

Toutes les infos sur le site de l’éditeur, Soleil Manga.

 

Au grand air : comme son nom l’indique !

au-grand-air-1-nobiRésumé : Quoi de mieux que de camper en bord de lac face au mont Fuji, un bol de nouilles instantanées à la main ? Découvrez le monde du camping en compagnie de Rin, l’amatrice des sorties en solitaire, Nadeshiko, la novice pleine d’enthousiasme, et ses deux amies du club de camping, Chiaki et Aoi.

Après la plongée, le camping ! Si vous n’en pouvez plus de rester enfermé chez vous ou dans un bureau au boulot, voici un grand bol d’air frais avec un quintet de jeunes filles qui n’hésitent jamais à profiter des plaisirs de la vie ! Là où Amanchu met la plongée au second plan derrière ses héroïnes, le camping est partout et tout le temps le cœur des discussions dans Au Grand Air, et surtout une bonne occasion de profiter d’autres plaisirs simples mais universels : découvrir les spécialités culinaires, prendre un bon bain chaud dans un onsen traditionnel, se prélasser et ne rien faire, admirer des paysages à couper le souffle dans la région du Mont Fuji.

Autre détail singulier de cette série qui compte pour le moment 8 tomes au Japon : les bienfaits de la solitude. Les demoiselles se retrouvent bien souvent entre elles, mais leur passion pour le camping les poussent aussi à remplir leur sac à dos et à partir sur un coup de tête pour un weekend ou plus, et de s’offrir ce plaisir d’une exploration sans contrainte, d’un planning que l’on peut modifier comme on le veut, au grès de chouettes découvertes ou d’une envie de se laisser aller.

Enfin le travail du mangaka (du nom de plume Afro) est à remarquer pour son graphisme assez moderne fait de planches en perspective Fish Eye bien pensées (idéales pour du panorama), de trame très linéaires qui donne une certaine ambiance au titre, d’une utilisation logique et amusante des réseaux sociaux par ses héroïnes et enfin d’un coté didactique sur le camping qui pourrait bien vous donner envie de vous y mettre… et de partir à l’aventure cet été !

Toutes les infos sur le site de l’éditeur,  nobi nobi !

Our Summer Holiday : quand tout change, le temps d’un été

our-summer-holiday-t1Résumé : Natsuru, 11 ans, est la star de son collège et jeune espoir du football. Il se retrouve mis à l’écart le jour où il refuse les chocolats que lui offre la plus jolie fille de l’école. Seul, il fait la connaissance de Rio, une fille de sa classe qui est rejetée par ses camarades à cause de sa très grande taille. Ils vont petit à petit se rapprocher et Rio va alors lui avouer son lourd secret.

L’été est un temps à part dans l’histoire de notre enfance, mais pas forcément un bonheur qui va de soit. Au Japon, les vacances sont rares et le mois d’août, seul mois de pause scolaire estivale, n’est pas comme en France synonyme de vacances en famille. Des collégiens comme Naru sont donc laissés « libres » de leur journée, et la société japonaise de pousser les jeunes générations à s’occuper d’eux-mêmes. Le destin aidant, c’est donc le moment de vivre des aventures… ou des drames.

Natsuru, durant ces vacances d’été, va petit à petit passer de la curiosité à l’attachement, en faisant d’une petite famille en difficulté la sienne et d’une maison délabrée son QG et le centre de sa vie estivale, allant même jusqu’à adopter un chat abandonné et sécher ce club de foot dont il était la star, à sa propre surprise. Il ne comprend pas encore totalement ce nouveau centre d’attraction que constitue la jeune et secrète Rio. Il ne sait pas encore ce qui cloche dans le tableau composé par cette grande sœur et de son innocent petit frère. Puis Natsuru va passer de l’affection – de l’amour ? – à la révolte contre un abandon inqualifiable mais si facile des adultes, de leur façon de regarder ailleurs quand cela les arrange, de se contenter de médire mais jamais d’agir pour empêcher ou apaiser un malheur. Natsuru va grandir cet été là, il va changer à tout jamais… et devenir meilleur.

Parce que l’été n’est pas qu’une pause ou une série de fêtes et qu’une rencontre peur tout changer, Our Summer Holiday est lui aussi un manga pour votre été.

Toutes les infos sur le site de l’éditeur,  Delcourt-Tonkam.

L’homme qui marche : prendre le temps de se perdre

homme-qui-marche-2017-catsermanRésumé : Qui prend encore le temps, aujourd’hui, de grimper à un arbre, en pleine ville ? D’observer les oiseaux ou de jouer dans les flaques d’eau après la pluie ? D’aller jusqu’à la mer pour lui rendre un coquillage dont on ne sait comment il est arrivé chez soi ? L’homme qui marche, que l’on apprend à connaître à travers ses balades, souvent muettes et solitaires, rencontre parfois un autre promeneur avec qui partager, en silence, le bonheur de déambuler au hasard.

L’été ne se cantonne pas qu’à son soleil, ses plages et autres lieux de vacances, c’est aussi le plaisir de faire une pause, de prendre notre temps, et d’avoir un autre regard sur le monde qui nous entoure. C’est dans cette veine intimiste et cette philosophie que le célèbre Jiro TANIGUCHI a choisi de se promener en 1992, pour ce one-shot tout d’abord puis d’autres comme le Gourmet Solitaire ou Quartier Lointain. Il se promènera d’ailleurs lui-même pour écrire ce récit et trouver la bonne approche, celle du texte rare qui invite à la contemplation, celle du temps pour soi, de la spontanéité dans une société japonaise lisse ou, si l’on se veut contemporain, dans notre société actuelle du partage à outrance.

Notre homme qui marche fait parfois des rencontres et échange quelques mots avec des inconnus mais revient toujours au silence de la balade. Il profite pleinement des découvertes que l’on fait en tournant un jour à gauche plutôt qu’à droite, un petit mais salvateur changement qui nous sort de la routine d’une journée de travail, qui nous remplit de souvenirs qui n’appartiennent qu’à nous. Cet homme enfin est aussi une leçon sur la nature du voyage, qui n’a pas besoin de se situer à l’autre bout de la terre pour vous emmener ailleurs. C’est dans son quartier, dans lequel il vient d’emménager visiblement, que notre quadra ou quinquagénaire se balade, qu’il découvre où il vit, qui sont les gens qui habitent ici où là.

En lisant l’Homme qui marche peut-être que, vous aussi, vous prolongerez vos vacances une fois rentré et vous vous déciderez à garder les yeux et l’esprit ouverts en décidant de sortir de chez vous, en vous laissant guider par votre curiosité…

Toutes les infos sur le site de l’éditeur, Casterman.

 

Notre liste aurait pu continuer encore quelques temps, car ces titres ne sont pas les seuls : il y a la légendaire Yotsuba qui voit la vie comme personne, les tranches de vie insulaire de Barakamon, ou même Mermaid Prince de Kaori OZAKI dont nous vous avons proposé Our Summer Holiday. Et puis il y a Mitsuru ADACHI et tous ses titres dont le tournoi de Baseball du Koshien, en plein été, constitue un moment unique… Mais nous n’avons qu’une valise, alors il faut bien choisir.

Et d’ailleurs… quels mangas emmènerez-vous avec vous cet été ?

Paul OZOUF

Rédacteur en chef de Journal du Japon depuis fin 2012 et fondateur de Paoru.fr, je m'intéresse au Japon depuis toujours et en plus de deux décennies je suis très loin d'en avoir fait le tour, bien au contraire. Avec la passion pour ce pays, sa culture mais aussi pour l'exercice journalistique en bandoulière, je continue mon chemin... Qui est aussi une aventure humaine avec la plus chouette des équipes !

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *