Tourisme : un juillet en festivals japonais !

Que l’on vienne au Japon pour la première fois ou non, le passage obligatoire pour tout touriste qui se respecte est d’assister au moins une fois à un festival. Ça tombe bien, l’été est la pleine saison pour ce genre d’événement. Journal du Japon vous offre le calendrier des incontournables de ce mois de juillet.

Festivals Japon juillet

Le Japon en été. Crédit photo : ©mycrazyjapan

Les festivals des chars

Gion Matsuri – Kyoto (1 au 29 juillet)

C’est le festival le plus connu au Japon et pour cause ! Il s’étale tout le long du mois de juillet et propose de grands défilés dans les rues de Kyoto.

À l’origine, il y a plus de 1100 ans, les habitants subissaient l’été l’assaut de grave maladies comme la peste, mais aussi de catastrophes naturelles comme les séismes. Les croyances voulaient que ces fléaux viennent de la colère d’une divinité et d’une malédiction. Pour calmer cette colère, les habitants de Kyoto ont commencé à défiler dans les rues.

Il existe plusieurs temps forts lors de cette période. Le festival commence autour du célèbre temple le Yasaka-jinja. À partir du 14 juillet les vendeurs de portes bonheurs et les vendeurs ambulants s’installent dans les quartiers traditionnels et jusqu’au 17 juillet les piétons s’y promènent dans des rues décorées et illuminées pour l’occasion. Certaines maisons sont ouvertes afin d’exposer à la vue de tous les œuvres d’arts qui les composent.
Le 17 juillet une grande procession a lieu dans la ville avec pour spectacle le passage de chars immenses de six mètres de haut, richement décorés. Les danseurs accompagnent ce défilé vêtus de costumes traditionnels.

Les costumes traditionnelles sont portés lors des festivals

Les costumes traditionnelles sont portés lors des festivals. Les Japonais tiennent particulièrement aux traditions et participent volontiers aux processions. Crédits : JoseCruz

Il est possible de réserver sa place en avance via le site de l’association.

Tout au long de ce festival, il est très courant de croiser le chemin de geisha et de maiko qui sont sollicitées activement lors de cette période.

Hakata Gion Yamakasa-Fukuoka (1 au 15 juillet)

Très populaire au Japon, ce festival est également créé afin de calmer les tempêtes et les colères des divinités de la nature. Selon la religion Shintoisme, on célèbre également la divinité du soleil, qui favorise les cultures de riz et de blé.

Toutes les festivités ont lieux autour du temple Kushida jinja. Des chars d’époques, de dix mètres de haut sont exposés dans les rues, il est donc possible de les admirer.
À partir du 10 juillet les défilés commencent, les hommes portent des chars, moins haut et les danseurs en costumes traditionnels composent aussi cette procession.

Le point d’orgue est la course de chars qui a lieu très tôt le matin du dernier jour du festival, soit le 15 juillet : les porteurs de ces chars courent le plus rapidement possible sur une distance d’environ 5km.
C’est un spectacle impressionnant et amusant, totalement gratuit.

Les feux d’artifices

Tenjin Matsuri-Osaka (24 et 25 juillet)

Ce festival est le plus complet en termes d’activités. À l’origine ce festival fête Sugawara no Michinaze, le dieu des arts et des études. C’est pourquoi le lieu des festivités se trouve autour du temple Tenmangu, qui est dédié à cet homme de savoir.

Pendant deux jours, de nombreuses célébrations ont lieu ce qui donne un aspect très intensif à ce festival si l’on souhaite tout voir.
Les commerces ambulants s’installent le long de la rivière, des scènes de théâtres bunraku (marionnettes) sont joués dans les rues, des spectacles de musiques traditionnelles offrent un son hors du temps aux visiteurs et plus de 3000 personnes sont habillées en costume et défilent aux côtés des sanctuaires portatifs.

Ce festival est également très connu pour sa procession de bateaux qui emmènent les 3000 personnes sur la rivière Dojima.

Les bateaux passent par les quartiers les plus connus d'Osaka.

Les bateaux passent par les quartiers les plus connus d’Osaka. Crédits : AirFrance

Le dernier soir, un feu d’artifice de grande ampleur est tiré sur les berges. Puis, les 3000 figurants retournent au temple, dans une procession sous le rythme des claquements de mains.
Ambiance assurée !

Le feu d’artifice -Tokyo (dernier samedi de juillet)

La capitale n’est pas en reste en terme de festival et le dernier samedi de juillet, les vieux quartiers de la capitale explosent en feux d’artifices.
Toujours dans la croyance d’éloigner les maladies et d’apaiser les âmes des morts, ce festival est aujourd’hui devenu l’occasion de profiter de la fraîcheur des soirs d’été.

Il faut se rendre près de la rivière Sumida pour profiter du spectacle.

Les festivals en bateau

Miyajima Kengensai- île de Miyajima (fin juillet à début août)

Le lieu en soit, est déjà enchanteur en journée, mais lorsque la nuit tombe et que le festival commence, la magie opère de plus belle. Ce festival célèbre les dieux, caractérisés par le sanctuaire sur les eaux de Itsukushima.
Depuis le temple on admire la procession de bateaux et surtout on écoute la musique médiévale qui s’en échappe : le kangen.

C’est aussi l’occasion de profiter de l’île une fois la nuit tombée et de ses monuments illuminés.

Warei Taisai-Uwajima (22 au 24 juillet)

Véritable démonstration de force, ce festival dynamique est idéal si l’on souhaite découvrir la préfecture d’Ehime. Le lieu central de cet événement est le temple Warei Taisai et son torii gigantesque en pierre.

Tout est traditionnel : du concours de danse, aux combats de bœufs en passant par le feu d’artifice. Le dernier jour, des chars en forme de oni (monstre) défilent dans la ville.

La face de l'oni, est souvent représenté au Japon.

La face de l’oni, est souvent représenté au Japon. On l’utilise généralement lors de la nouvelle année, pour porter chance. Crédits : Visit Ehime

Cependant, l’événement à ne pas manquer est la procession de bateaux transportant des sanctuaires et tirés par des hommes immergés jusqu’à la taille dans l’eau. Depuis le port d’Uwajima, ces bateaux prennent la direction de la rivière Sukagawa. Les jeunes hommes entament alors une danse autour de mâts érigés dans l’eau et tentent ensuite d’y monter pour y décrocher un porte bonheur.

Festivals des lanternes

Mitama Matsuri-Tokyo (mi-juillet)

Le Mitama Matsuri, « la fête des lanternes » a lieu chaque année au sanctuaire Yasukuni jinja.
Pour l’occasion des milliers de lanternes illuminent le lieu. La magie opère rapidement, les amateurs de photographies s’en donneront à cœur joie.

Ce festival a été crée pour rendre hommage aux morts, sacrifiés lors des guerres.

Abare Matsuri-Uchitsu (premier vendredi et samedi de juillet)

Peu connu des touristes, ce festival est crée lors d’une épidémie meurtrière. Il était alors sensé l’éradiquer.
Une parade a alors lieu dans les rues avec des kiriko, des lanternes traditionnelles.

La violence du feu, donne à cet événement une atmosphère mystique.

La violence du feu, donne à cet événement une atmosphère mystique. Crédits : ほっと石川旅ねっと

Elles sont ensuite déposées autour d’un pilier en feu, le tout dans une ambiance festive accompagnée de danses.

Le dernier jour du festival, deux sanctuaires portatifs sont complètement détruits et brûlés.

Les festivals de feu

O-Bon – partout au Japon (13 au 15 juillet)

O-Bon est la fête des morts. Elle a lieu partout dans le pays. Il est possible d’assister aux cérémonies.
Le 13 juillet des feux sont allumés devant chaque torii afin d’accueillir les âmes des morts. Le dernier jour, un immense feu est allumé pour leur dire au revoir.
Renseignez-vous auprès des offices de tourisme pour connaître les lieux des célébrations.

Nachi no Hi Matsuri-Mont Kumano (14 juillet)

C’est un festival à ne surtout pas louper si vous êtes au Japon en juillet. Le cadre offre au spectateur un spectacle grandiose.
Des sanctuaires portatifs représentant les chutes de Nachi et 12 lampes torches gigantesques sont transportées depuis le sanctuaire Kumano Nachi-Taisha jusqu’aux chutes. Les torches contiennent les esprits des divinités, qui sont alors purifiés par le feu.

Les porteurs de torches entrent dans une sorte de transe, qui émane tout au long de ce rituel religieux.

Les porteurs de torches entrent dans une sorte de transe, qui émane tout au long de ce rituel religieux. Crédits : Oh matsuri

On peut se placer tout au long du parcours, mais c’est au pied des chutes de Nachi que le spectacle est le plus intéressant, car c’est ici qu’à lieu le rituel religieux.

Dans la peau d’un samouraï

Soma-Namaoi à Minami-Soma (dernier samedi, dimanche et lundi de juillet)

Afin de rendre hommage aux chevaux, le Soma Namaoi a été crée. Amateur de samouraï, c’est ici qu’il faut vous rendre. En effet, ce festival est inspiré des exercices militaires de ces combattants du 10e siècle.

Une course de samouraï en armure et à cheval a lieu, afin que ces derniers attrapent des étendards, au nombre de 40 et qui représentent chacun un sanctuaire.

D’autres événements ont lieu, comme un feu d’artifice, le lancer des étendards, des concerts de musique, mais aussi la capture des chevaux à main nues.

Tanabata – dans tout le Japon ( 7 juillet)

Tanabata ou la fête des étoiles, célèbre le romantisme de deux amants, Orihime et Hiko-Boshi.

La légende diffère selon les pays, mais l’histoire raconte la rencontre entre un homme et une déesse, qui tombent amoureux. La déesse quitte alors les cieux, malgré son désaccord avec les dieux, pour vivre avec son amour. Elle lui donne deux enfants.
Cependant, les parents de la déesse retrouvent leur fille et mécontents, la ramène dans les cieux. Ils séparent les deux espaces avec une voie lactée, qui sera infranchissable pour les deux amants.

Les dieux, face à la tristesse de la déesse et de l’humain, décident alors d’autoriser les deux amoureux de se retrouver une fois par an, le 7 juillet.

C’est aujourd’hui une fête très populaire (surtout chez les jeunes filles), où l’on porte des yukatas et où l’on fait des vœux que l’on accroche à des bambous.

Ce festival calme, attire tout de même beaucoup de Japonais, qui en profitent pour sortir en couple ou entre amis.

Ce festival calme, attire tout de même beaucoup de Japonais, qui en profitent pour sortir en couple ou entre amis. crédits : Rakuten Travel

À minuit passé, les bambous sont ensuite brûlés ou jetés dans le fleuve, selon les régions, afin que les vœux se réalisent.

Chaque ville et région célèbre cette fête, renseignez-vous auprès des offices de tourismes pour connaître les lieux de rassemblement.

Souvent célébrés le soir, les festivals permettent d’accéder à un îlot de fraîcheur tout en offrant une part importante de culture au touriste. À vous de profiter de ces moments, le temps du mois de juillet !

Madeline Chollet

@mad_ctravel

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *