Après OZU, vous reprendrez bien un peu de MIZOGUCHI en combo DVD/BR !

Cet été, nous vous annoncions la rétrospective dédiée à Kenji MIZOGUCHI. Capricci avait décidé de ressortir au cinéma 8 films du grand maître japonais à l’occasion de la restauration en copie numérique 4K de 3 de ses films. Vous avez été nombreux à (re)découvrir ces chefs-d’œuvre cinématographiques et pour celles et ceux qui n’ont pas pu se rendre dans les salles obscures, des rattrapages sont possibles avec la sortie du coffret DVD/Blu-Ray « Kenji Mizoguchi en 8 films ».

Contenu du coffret

Plus qu’un simple coffret, idéal pour les cadeaux de Noël, Capricci ont fait les choses dans les règles de l’art en rééditant ces classiques du cinéma japonais dans un bel écrin : un beau coffret élégant de qualité avec un beau touché ; 8 combos digipack dans leur coffret cartonné avec pour chaque film son DVD et son Blu-ray ; et un livre illustré de 128 pages réalisé exclusivement pour l’occasion. Ce livret de 120 pages est une mine d’or pour mieux comprendre le cinéma de Mizoguchi. En bonus, on apprécie tout particulièrement le bilan de la 50e année écrit par le cinéaste lui-même ; la chronique de Gabriela Trujillo « Le dernier Mizoguchi : chroniques de la beauté mouvante dans le soleil levant » qui revient sur les films de la rétrospective ainsi que les entretiens avec ses collaborateurs d’Ariane Mnouchkine. A la fin du livret, on retrouve les classiques présentations des films (synopsis, personnages, équipe artistique et technique) ainsi que la filmographie complète de Mizoguchi.

Les 8 combos digipack du coffret Kenji Mizoguchi en 8 films

Les 8 combos digipack du coffret Kenji Mizoguchi en 8 films ©Capricci

Le coffret collector est parfait pour (re)décourvir 8 films de la dernière période du maître japonais. Dans son Bilan de la cinquantième année, Kenji Mizoguchi rappelle qu’à son sens : « un vrai travail d’artiste ne saurait être accompli qu’après cinquante ans, lorsque la vie s’est enrichie des expériences accumulées. » Et la vie de Mizoguchi est faite d’épisodes qui marqueront le cinéaste et qui nourriront son art et les thèmes de ses films. Tout d’abord, il est né le 16 mai 1898 à Ushima, sous-quartier de Hongo, un des plus vieux arrondissements de Tokyo. En 1904, au début de la guerre russo-japonaise, son père, menuisier-charpentier, se lance dans une entreprise commerciale, espérant ainsi sortir de la pauvreté grâce à la fabrication de manteaux en caoutchouc pour l’armée japonaise. Quand il est prêt à les commercialiser, la guerre est terminée et il fait faillite. La famille s’installe donc dans un quartier plus populaire, le quartier miséreux d’Asakusa, où se mélangent chiffonniers, théâtres populaires, terrains vagues, petits trafics et prostituées. Mauvais élève à l’école, il préfère fréquenter le parc d’Asakusa, les théâtres et les cinémas pour y apprendre son futur métier. A l’âge de 14 ans, sa sœur aînée Suzu est vendue à une maison de geisha après la faillite du père. Ce drame familial inspirera certains de ses films comme Les Musiciens de Gion. Finalement, le sort de sa sœur s’améliore : un riche aristocrate tombe amoureux de la jeune fille et l’épouse, permettant ainsi à Suzu de toujours aider les siens.

Concours : 3 digipacks à gagner !

Grâce à Capricci, Journal du Japon met en jeu 3 combos digipacks. Concrètement ça se passe comment ? C’est simple, à travers nos réseaux sociaux, nous vous proposerons très prochainement un quizz, des mots croisés ou mêlés, des images à reconnaître  pour remporter l’un des combos DVD/BR. Pour rappel, voici nos principaux réseaux sociaux : Facebook, Twitter ou Instagram

Pour gagner l’un des 3 combos digipack (du film de votre choix parmi les 8 films du coffret collector) mis en jeu, il faudra donc arriver à bout du jeu… Pour chaque jeu, une personne sera tirée au sort parmi les bonnes réponses et remportera un exemplaire.

Attention : pour qu’un maximum de gens ait leur chance, le nombre de lot est limité à un par personne et par adresse postale, et le jeu ne fonctionne qu’en France métropolitaine.

Les festivités commencent dès demain sur nos réseaux sociaux.


Auteur d’une œuvre prolifique, Kenji Mizoguchi est considéré – avec Akira KUROSAWA et Yasujiro OZU – comme le plus grand cinéaste japonais. Ses derniers films forment une exceptionnelle série de chefs-d’œuvre dans des genres différents comme des récits historiques, mélodrames, chroniques réalistes de l’après-guerre, conte fantastique… Maître dans l’art de dresser le portrait de femmes et du plan-séquence, Mizoguchi est à redécouvrir pour tout jeune cinéphile. Ce coffret collector est le cadeau idéal pour Noël pour les fans du cinéma japonais.

David Maingot

Je m'appelle David et j'ai 28 ans. J'habite à Angers (49) et je suis comptable de formation et e-commerçant dans le bento et les accessoires de cuisine. Passionné de culture et d'histoire du Japon, je rédige des articles en lien avec ces thèmes :)

Japan in Motion : le charme du Japon ne se réduit pas à Tokyo !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *