Carnet de voyage à Yamanashi : sur les traces de Yuru Camp

Il y a quelques mois, nous vous parlions de l’anime Yuru Camp qui met en valeur les paysages de Yamanashi. Aujourd’hui, nous vous emmenons justement dans un voyage à travers la préfecture de Yamanashi, à la découverte des lieux mis en scène dans l’anime. Les paysages bien sur, mais aussi les lieux culturels et les spécialités culinaires de cette belle région à la nature luxuriante, au pied du mont Fuji.

La vue depuis le Kuonji. Crédits photo : Pascal Voglimacci ©journaldujapon.com – Tous droits réservés.

La vue depuis le Kuonji.
Crédits photo : Pascal Voglimacci ©journaldujapon.com – Tous droits réservés.

Yamanashi, en préambule

Si Yamanashi n’est pas exempt de temples magnifiques et de lieux culturels, le principal attrait de la région réside néanmoins dans sa nature prodigue et ses stupéfiants paysages, dont le  spectacle évolue au fil des saisons. A l’ombre du mont Fuji, rempli de lacs majestueux et de denses forêts, Yamanashi est l’endroit idéal pour un séjour bucolique, en retrait de l’agitation des grandes métropoles japonaises, à commencer par Tokyo qui n’est pourtant qu’à une centaine de kilomètres.

On y trouve évidemment de nombreux onsen, et la gastronomie locale reflète cette douceur de vivre tournée vers la nature puisque fruits et légumes locaux y ont une grande importance, notamment la pèche et la vigne (d’où une certaine culture du vin), mais aussi la carotte longue de Otsuka par exemple. On peut ainsi y déguster de nombreuses spécialités végétariennes, comme les nouilles hôtô, généralement servies avec des légumes, ou encore les plats à base de Yuba (une spécialité dérivée du tofu). Mais on trouve aussi des plats et sashimi de poissons d’eau douce comme la truite, grâce aux nombreux de lacs de la région.

A ce titre, l’anime Yuru Camp constitue un excellent guide des réjouissances locales, et le succès du manga et surtout de l’anime a permis une mise en avant de la région et de ses lieux touristiques qui le lui rendent bien, puisqu’on retrouve maintenant ses héroïnes un peu partout dans la région.

Le soleil se lève sur Yamanashi et les dômes du Fruit Park.

Le soleil se lève sur Yamanashi et les dômes du Fruit Park.
Crédits photo : Pascal Voglimacci ©journaldujapon.com – Tous droits réservés.

Le lac Motosu : une vue du Fuji on-ne-peut-plus célèbre !

Premier arrêt : le lac Motosu et le camping Kôan, premier lieu mis en scène dans l’épisode numéro 1 de Yuru Camp, avec une vue du mont Fuji que vous connaissez probablement sans le savoir si vous avez fait un peu de shopping au Japon, puisque c’est là que l’on peut admirer en vrai le panorama qui s’affiche sur les billets de 1000 yens. Pour en profiter, il suffit, une fois arrivé au niveau du camping, d’emprunter pendant 20-30 minutes un sentier de randonnée qui vous mènera à un petit promontoire judicieusement positionné : le poste d’observation Nakanoura-tôge.

La vue depuis le point d'observation, mais le Fuji se cache dans les nuages. Crédits photo : Pascal Voglimacci ©journaldujapon.com – Tous droits réservés.

La vue depuis le point d’observation, mais le Fuji se cache dans les nuages.
Crédits photo : Pascal Voglimacci ©journaldujapon.com – Tous droits réservés.

Le terrain de camping est, lui, situé au bord du lac, et ceux qui auront vu le premier épisode de Yuru Camp le reconnaîtront sûrement. Un lac gigantesque situé juste au pied du Fuji au bord duquel on trouve une rangée de canoës colorés. Et si à l’automne et en hiver, les canoës en question restent sagement sur la rive et c’est surtout la marche, le vélo et la contemplation du panorama qui constituent les activités principales, la belle saison (à partir de mai-juin) permet de profiter du lac en faisant justement bon usage desdits canoës, mais aussi de la plongée ou encore de la planche à voile.

Si vous ne vous sentez pas de rester camper au bord du lac et de vous préparer vous-même votre popote comme Rin et Nadeshiko, on vous conseille de remonter au niveau de la route pour faire un tour dans le central lodge, le bâtiment dans lequel vous pourrez faire votre réservation pour le camping Koan et qui fait aussi office de boutique et d’auberge. Non seulement vous pourrez y trouver (entre-autre) tout un tas de goodies Yuru Camp et de quoi vous ravitailler, mais vous pourrez surtout vous y poser tranquillement pour un bon repas. Notre recommandation : un nabe végétarien à base de nouilles hôtô, de délicieuses nouilles locales larges et aplaties, à assaisonner d’une sauce épicée maison. De quoi bien se réchauffer quand le temps est un peu trop froid !

Précisons tout de même que c’est en hiver qu’on aura le plus de chance de bénéficier d’un beau ciel dégagé pour admirer le mont Fuji. Un panorama qui se mérite donc, mais à Yamanashi, chaque saison a ses paysages et ses plaisirs.

Le lac Motosu depuis un sentier de randonnée menant au poste d’observation Nakanoura-tôge. Crédits photo : Pascal Voglimacci ©journaldujapon.com – Tous droits réservés.

Le lac Motosu depuis un sentier de randonnée menant au poste d’observation Nakanoura-tôge.
Crédits photo : Pascal Voglimacci ©journaldujapon.com – Tous droits réservés.

Minobu : le quotidien des campeuses

La vue sur le village depuis le collège Shimobe Crédits photo : Pascal Voglimacci ©journaldujapon.com – Tous droits réservés.

La vue sur le village depuis le collège Shimobe
Crédits photo : Pascal Voglimacci ©journaldujapon.com – Tous droits réservés.

C’est à proximité du lac Motosu, un peu plus loin sur la route, que se trouve le collège Shimobe. Fermé depuis quelques années, ce collège d’un petit village appartenant à la municipalité de Minobu, a servi de modèle pour le lycée Motosu que fréquentent les héroïnes de la série. La célébrité de l’anime a par ailleurs permis à l’endroit (encore utilisé pour certaines activités sportives des jeunes du village) de reprendre vie le temps d’un festival de musique Yuru Camp.

Un peu plus bas dans le village, on trouve aussi un charmant temple, le Jokoin, qui a consacré un petit autel à Yuru Camp, en hommage à l’éclairage que la série a apporté au village et à la région. On verra d’ailleurs, aussi surprenant que cela puisse paraître, que ce n’est pas l’unique temple a avoir célébré Yuru Camp !

En arpentant ce petit village, les « anime touristes » partis sur les traces de Yuru Camp reconnaîtront aussi les rues et la gare de train Hadakajima de la ligne Minobu, fréquentées par Nadeshiko et ses amies. Mais la municipalité de Minobu, qui s’étend bien au delà, recèle d’autres décors et lieu touristiques d’intérêts …

En empruntant le même chemin que nos héroïnes dans l’épisode 8 (c’est à dire 2 petites stations de train en partant de Hadakajima), on arrive à la gare de Minobu, soit le cœur du bourg avec sa rue commerçante ! Un superbe quartier avec ses maisons et boutiques aux façades de style classique, ce qui inclus un kôban (comme souvent) très pittoresque. C’est l’occasion de faire comme Nadeshiko, Chiaki et Aoi, et de goûter aux délicieux Manju de Minobu, accompagnés d’une bonne tasse de thé vert !

 

Rien de tel qu'un délicieux Manju et du thé vert ! Crédits photo : Pascal Voglimacci ©journaldujapon.com – Tous droits réservés.

Rien de tel qu’un délicieux Manju et du thé vert !
Crédits photo : Pascal Voglimacci ©journaldujapon.com – Tous droits réservés.

 

Minobu Kuon-ji : bouddhisme et randonnée

Mais l’une des principales attractions touristiques de Minobu n’a pas (encore du moins) été mise en scène dans Yuru Camp : le Kuon-ji !

Cet énorme temple est bâti sur l’ensemble du mont Minobu et rassemble un très grand nombre de bâtiments de cultes (portes, pagodes, monastères, etc.).

Le bâtiment principal fut fondé en 1274 par Nichiren, fondateur de ce qui allait devenir l’un des courants les plus puissants du bouddhisme au Japon. De nombreux fidèles s’y rendent chaque jour pour des pèlerinages et célébrations.

Les différents bâtiments, souvent richement décorés ainsi que les jardins, valent vraiment le coup d’œil. On trouve dans la cour principale un gigantesque cerisier pleureur dont on estime l’âge à près de 400 ans.

On peut aussi monter en haut de la montagne, par des chemins de randonnée ou bien en télécabine. Là haut, en plus de trouver d’autres structures appartenant au temple, on peut jouir de fantastiques panoramas sur les montagnes et les denses forêts environnantes. S’y trouve d’ailleurs un point d’observation très prisé puisqu’il permet d’admirer le lever du soleil pile au dessus du mont Fuji lors des équinoxes d’automne et de printemps.

Et bien même cette vénérable institution du bouddhisme a rendu hommage à la série en éditant un sticker porte-bonheur pour les nombreux touristes qui viennent visiter la région sur les traces de Yuru Camp, en voiture ou en 2-roues.

Yuru-camp est au Kuonji

Yuru-camp est au Kuonji

Le Minobu Kuon-ji est vaste, mais propose aussi des lieux de restauration. A ce titre, on vous conseille le temple-auberge Kakurinbo, un très beau lieux traditionnel avec un magnifique jardin intérieur, qui sert une cuisine végétarienne dont l’ingrédient star est le Yuba (ou peau de tofu). La glace au lait de soja accompagnée de confitures artisanales est excellente !

Le yuba, ou peau de tofu.

Le yuba, ou peau de tofu.
Crédits photo : Pascal Voglimacci ©journaldujapon.com – Tous droits réservés.

Avec un peu de chance, vous pourrez au passage faire la connaissance de Goemon, le vaillant chien de la maison !

Goemon, vaillant gardien de Kakurinbo ! Crédits photo : Pascal Voglimacci ©journaldujapon.com – Tous droits réservés.

Goemon, vaillant gardien de Kakurinbo !
Crédits photo : Pascal Voglimacci ©journaldujapon.com – Tous droits réservés.

Lac Shibire : un endroit enchanteur

Un peu au dessus, entre Minobu et la ville de Yamanashi, se trouve un tout petit lac : le Lac Shibire. Moins imposant ou célèbre que le lac Motosu ou les autres grands lacs de la région, Shibire est pourtant l’un des endroits les plus enchanteurs que l’on ait eu la chance de découvrir à Yamanashi ! Et l’équipe de C-Station, qui a réalisée l’anime Yuru Camp, ne s’y est pas trompée, puisqu’elle a retranscrit le lieu avec moult détails, de la terrasse en bois au bord du lac où l’on peut se réchauffer avec un bon chaï, au patron qui se retrouve parachuté dans la série, en passant évidemment par les paysages eux-même et leurs couleurs automnales !

Ce petit lac, dont on peut tranquillement faire le tour en une demi heure à pied, constitue un lieu idéal de camping à taille humaine où l’on peut profiter pleinement d’une nature absolument idyllique. Et ceux qui ne se sentiraient pas la fibre à bivouaquer peuvent toujours loger à l’auberge située juste au bord.

On y a d’ailleurs profité d’un délicieux barbecue à base de produit locaux dont la fameuse carotte longue de Otsuka, une carotte au goût très doux et utilisée de mille manières puisqu’on l’utilise pour faire des sauces, des pickles, des desserts (glaces) ou encore du sel !

Yamanashi-shi : des fruits, un onsen… la vie, quoi !

Notre dernière étape nous emmène encore un peu plus haut, dans les environs de la ville de Yamanashi elle-même.

Le soleil se lève sur Yamanashi et les dômes du Fruit Park.

Le soleil se lève sur Yamanashi et les dômes du Fruit Park.
Crédits photo : Pascal Voglimacci ©journaldujapon.com – Tous droits réservés.

Comme on l’a déjà dit en introduction, la culture des fruits est l’une des spécialités de Yamanashi. C’est justement sur les hauteurs de la ville que l’on trouve certains vergers et serres. On y trouve aussi le parc à fruit Fuefukigawa que visitent Nadeshiko, Chiaki et Aoi dans l’épisode 4. Ce parc offre, sur sa terrasse, une belle vue dégagée sur la ville, située en contrebas dans la vallée et, en face, sur le mont Fuji. Le parc abrite aussi de grands dômes de verres dans lesquels on trouve un musée du fruit ainsi que le café dans lequel s’arrêtent nos 3 héroïnes. On peut ainsi s’y délecter des même desserts glacés, préparés avec les fruits produits localement, dont une excellente glace au raisin et un monumental parfait aux fruits !

On y trouve bien évidemment aussi des goodies, des dessins et photos en hommage à la série.

Les personnages au Fruit Park

Les personnages au Fruit Park

Encore un peu plus haut, au-dessus du parc, en direction du camping qui apparaît dans l’épisode se trouve le onsen Hottarakashi dans lequel les filles font une halte, manquant de ne pas repartir … Et on comprend bien pourquoi ! Ce petit onsen absolument délectable est principalement constitué de rôtenburo (bains en plein air) à la vue absolument imprenable sur la vallée et le Fuji. Confortablement installé dans le bain parfait pour se délasser et face à ce paysage des plus apaisant, on se détend sans voir le temps passer. S’ensuit une petite halte au stand de restauration pour commander un délicieux onsentamago-age, c’est-à-dire un œuf mollet pané, que l’on va aller déguster dans le petit salon en bois, idéal pour rester au chaud après le bain et même se laisser aller à une petite sieste. Mais attention de ne pas y perdre la notion du temps comme Nadeshiko, Chiaki et Aoi !

Rien de tel qu'un délicieux oeuf mollet pané après le bain !

Rien de tel qu’un délicieux oeuf mollet pané après le bain !

Situé à un peu plus de 100km de Tokyo par la route (autant dire, un saut de puce), Yamanashi est donc, vous l’aurez compris, l’endroit idéal pour respirer l’air pur de la campagne japonaise et s’aérer les yeux avec des paysages à couper le souffle. Si au passage, on peut se régaler les papilles en profitant de la gastronomie locale, et des sources chaudes, c’est carton plein !

 

Un grand merci au JETRO pour avoir permis à ce voyage d’avoir lieu.

Article réalisé grâce à un voyage co-financé par l’un de nos partenaires. Plus d’informations dans nos Mentions légales & conditions générales.

Japan in Motion : le charme du Japon ne se réduit pas à Tokyo !

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *