Tokyo en aquarelles : le monde de Mateusz Urbanowicz

Mateusz Urbanowicz est un artiste d’origine polonaise, installé au Japon depuis plusieurs années. À l’occasion de la sortie, à l’automne 2019, de la traduction française de son premier artbook, et de la sortie japonaise de son second livre il y a peu, Journal du Japon vous présente cet illustrateur – dessinateur aquarelliste et son univers tokyoite !

Mateusz Urbanowicz © 2020. All Rights Reserved.

Mateusz Urbanowicz © 2020. All Rights Reserved.

Tokyo par Mateusz Urbanowicz

Mateusz Urbanowicz est principalement connu pour ses aquarelles de façades de boutiques, mais il a aussi fait une BD, des tutoriels en divers médiums, et travaille de temps en temps pour un certain Makoto Shinkai ! En effet, il était l’un des background artists sur le très beau Your Name.

Ses deux livres, sortis au Japon en 2017 et 2019, présentent deux facettes de Tōkyō très singulières.
Boutiques de Tokyo, dont la traduction est parue en France aux éditions Elytis cet automne, est une galerie choisie de devantures d’échoppes autant contemporaines qu’anciennes, choisies pour leur originalité, leur histoire ou pour encore ce petit quelque chose qui les rend particulières.
Tokyo at night, non traduit encore, vous emmène en balade dans un Tokyo nocturne, presque onirique malgré son omniprésence de verre et de béton. C’est justement la nuit, dans le contraste des lumières, que se révèle quelque chose de magique. La magie, c’est aussi le talent de Mateusz à retranscrire les ambiances et les couleurs à la perfection.

Suivons donc l’artiste dans ses pérégrinations tokyoites. Tout commence un beau jour de 2016, à la naissance du projet des façades de boutiques…

Les deux artbooks et la traduction française du premier volume.

Boutiques de Tōkyō 東京店構え。

Le premier livre, sorti en 2017, fait suite à une série de dix aquarelles de boutiques qu’il avait faites en 2016. Suite au succès de celles-ci, utilisées par différents médias, il lui est proposé de faire un livre sur ces façades. S’ensuivra de longues balades de recherches et de nombreuses heures de travail pour ajouter une quarantaine d’illustrations à celles déjà faites.

Les deux éditions sont légèrement différentes. L’édition japonaise est bilingue anglais-japonais, à couverture souple, tandis que la version française, également bilingue, possède une couverture rigide. Les couleurs sont également plus saturées dans l’édition française. Mis à part ça, les deux versions diffèrent relativement peu, la seule chose notable est la disparition de la carte générale annotée et du sommaire présents à l’intérieur de la couverture souple de l’édition japonaise.

Comparaison entre l’éditions japonaise (en haut) et française (en bas)

Il y a six chapitres, qui présentent chacun une aire spécifique, puis une présentation de l’atelier et du matériel utilisé.
Les chapitres sont disposés comme suit :

  • Chapitre 1 : Sendagi Jimbocho
  • Chapitre 2 : Akihabara Nihonbashi
  • Chapitre 3 : Asakusa Kitasenju
  • Chapitre 4 : Akabane Shinagawa
  • Chapitre 5 : Autour de la ligne Chuo (ouest de Tokyo, ndlr)
  • Chapitre 6 : L’atelier de Mateusz

Vous trouverez ici sa playlist de making of de certaines aquarelles et du livre.

Les artbooks de Mateusz Urbanowicz

Présentation d’une boutique

Une double page de garde introduit chaque chapitre, avec une carte et un sommaire, puis la présentation est globalement la suivante :
A gauche se trouvent le nom de la boutique, sa spécificité, un texte de présentation, puis des gros plans commentés sur des détails qui intéressent l’artiste. A droite se trouve la façade peinte. Parfois ce schéma diffère, la peinture va dépasser ou les pages seront échangées, ou encore il y aura un plan coupe d’une pièce.

Les artbooks de Mateusz Urbanowicz

Parfois il y a une coupe intérieure de l’échoppe.

La page de gauche fait des focus sur les points particuliers, ceux qui ont plus à l’artiste, ou encore ceux qui ont été ajoutés parce que le temps avait fait son œuvre sur la maison réelle. En effet, en plus de ses promenades photographiques, il a fait des recherches et inclus des éléments disparus : pancartes, devantures spéciales, sculptures… la volonté de conserver une image réaliste fait partie de la démarche : certains bâtiments sont maintenant fermés ou détruits. À la fin de chaque chapitre, une double page vous donne les adresses, l’année de construction et quelques notes sur les différents bâtiments.

A la fin, pour le dernier chapitre, l’artiste montre son atelier, présente ses outils –tous dessinés, et explique sa manière de faire une illustration de bout en bout.

Les gros plans mais aussi la belle qualité des images permet à tout artiste ou curieux d’apprécier la technique et l’approche graphique. Les amoureux de Ghibli pourront y retrouver un peu de la patte de Miyazaki.

Mateusz Urbanowicz © 2020. All Rights Reserved.

Tokyo at night 東京夜行。

C’est le second livre de Mateusz Urbanowicz. Celui-ci est assez particulier et unique par son traitement des lumières et de la nuit. En effet, la nuit est un des thèmes les plus difficiles à rendre à l’aquarelle à cause des couleurs et des contrastes, auxquels la technique transparente de l’aquarelle se prête peu. D’autre part, contrairement au premier artbook, celui-ci est fait à partir de zéro, bien qu’il y ai eu une série d’illustrations la précédant également : cette première série n’est pas incluse dans cet artbook. Comme pour le premier, vous trouverez ici une playlist de making of des peintures et du livre.

L’édition présentée aujourd’hui est celle en japonais-anglais, élégamment introduite par une citation de Van Gogh : It often seems to me that the night is much more alive and richly coloured than the day. (« Souvent il me semble que la nuit est bien plus vivante et richement colorée que le jour ». Lettre 676 de Vincent Van Gogh à son frère Théo, le 8 septembre 1888)

Les chapitres sont disposés comme suit :

  • Chapitre 1 : High buildings
  • Chapitre 2 : Strange places
  • Chapitre 3 : Trains and bridges
  • Chapitre 4 : Rain Tokyo
  • Chapitre 5 : Back alleys
  • Chapitre 6 : How it was made

Comme dans le premier tome, un focus est fait sur certains points des illustrations.
On y trouve l’adresse, mais aussi ce qui en fait un endroit remarquable (What), malgré une apparente banalité, et comment ont été surmontés les problèmes posés par la réalisation de l’image (How).

Les artbooks de Mateusz Urbanowicz

Présentation d’un bâtiment dans le second artbook

Contrairement au premier qui était principalement que de l’aquarelle, celui-ci voit les techniques évoluer : utilisation de blanc pour certaines lumières, de l’encre indélébile pour marquer les ombres et obscurcir le ciel, d’un aérographe pour quelques rares zones nécessitant un flou ou une lumière diffuse. Il le dit lui-même que ces innovations étaient nécessaires pour mener à bien cet ambitieux projet.

Pari réussi ! Les illustrations sont incroyables, les ambiances sont très bien retranscrites, les lumières, la nuit jamais totalement sombre de Tokyo, la pluie, les reflets partout, on s’y croirait. On attribue une mention spéciale à celle des bâtiments tout en verre. Certaines illustrations ressemblent même à s’y méprendre à des photographies.

Les artbooks de Mateusz Urbanowicz

Le beau bâtiment tout en verre…

Comme pour le premier livre, il y a un dernier chapitre sur la vie de l’atelier, son matériel, sa méthode, mais aussi une entrevue avec Makoto SHINKAI de douze pages, où ils échangent à propos de leur vision de l’art, du beau, et des travaux de Mateusz Urbanowicz. Vous saurez pourquoi il a peint des bâtiments qui semblent pourtant si banals, comme des immeubles d’habitation auxquels on accède par des escaliers extérieurs, des immeubles de bureaux, des ruelles ou encore des ponts.

Les artbooks de Mateusz Urbanowicz

Entretien avec Makoto Shinkai sur l’idée de la beauté, entre autres…

Il explique également le processus de fabrication du livre, des recherches à la post-production en passant par le choix du papier.

Les artbooks de Mateusz Urbanowicz

Recherche, localisation, procédures…

Ainsi Mateusz Urbanowicz montre avec ces deux ouvrages que l’aquarelle n’est pas un art figé dans l’humide et les vases fleuris, et que la technique a un fort potentiel.

Un must have pour les artistes, les curieux, les amoureux d’art et des films d’animation.

Mateusz Urbanowicz © 2020. All Rights Reserved.

Le site de Mateusz Urbanowicz : https://mateuszurbanowicz.com
Sa chaîne YouTube : https://www.youtube.com/user/mattjabbar
Son patreon : https://www.patreon.com/mateuszurbanowicz/
Son Gumroad : https://gumroad.com/mateusz_urbanowicz

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Preiss dit :

    Superbes aquarelles…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *