[Jeu Vidéo] Persona 5 Royal : un coup de poker ?

Spin-off de la saga à succès (plus particulièrement au Japon) Shin Megami Tensei de chez ATLUS, la série des Persona voit le jour en 1996 avec Revelations: Persona et se base sur Shin Megamin Tensei if… qui se déroule en milieu scolaire. C’est pourtant en 2006, sous les dessins de Shigenori SOEJIMA que l’élève dépasse le maître avec Persona 3, principalement à l’aide de son système de liens sociaux qui aura un impact prédominant dans le déroulement du jeu ainsi que dans ses suites.

Sacré meilleur jeu de l’année 2017 mais aussi meilleur RPG de l’année en 2008, Persona 3 est à l’origine du succès de la saga en Europe. Persona 4 sort en 2009 puis, presque 10 ans après, Persona 5. Malgré ce fort engouement pour la série, Persona 5 R (pour Royal) est le premier de l’univers pour lequel nous avons le droit à une localisation française (!)

Sortie en Octobre 2019 au Japon, le prince des JRPG a fait son retour dans notre royaume le 31 mars et nous allons vous en parler !

Perso- quoi ?

Se basant donc sur le côté simdate et «tranche de vie» des Shin Megami If… tout en gardant le décors en milieu scolaire de celui-ci, il faut aussi ajouter une dose de RPG pour obtenir Persona.

Dans chaque jeu de la saga, il est question d’alterner entre passer les journées à combattre des ennemis, les Ombres ou Démons, dans un univers parallèle au nôtre à l’aide de Personas et ne pas oublier d’entretenir ses relations amicales et amoureuses d’une vie classique de lycéen.

Dans Persona 5, vous incarnez un jeune lycéen japonais (officiellement appelé Ren Amamiya) qui est accusé à tort d’une agression. Dans le but de le réhabiliter, le jeune homme est envoyé pendant une année scolaire complète à Tokyo, ville qu’il va devoir découvrir, où il devra faire ses preuves et se tenir à carreaux sous la tutelle de Sojiro Sakura, un barista. Loin de rester sage sans rien faire, notre faux délinquant va se retrouver au lycée Shujin, «gouverné» par un professeur de sport tyrannique, Kamoshida. Les actes répréhensibles de ce professeur envers ses élèves vont rapidement embarquer notre héros dans le Métaverse (le fameux monde parallèle) où les désirs profonds et cachés des personnes sont matérialisées sous forme de Palais contenant un Trésor. Le but étant de voler ces trésors afin de causer une véritable prise de conscience de la part des criminels visés, une métanoïa.

Voilà donc ce que vous allez devoir accomplir avec, à vos côtés, de nombreuses personnalités très proches de la vôtre, des gamins marginaux qui ont soif de justice !

Un gameplay en duplex.

Le gameplay de Persona 5 s’articule autour de deux univers qui s’impactent l’un sur l’autre : le Métaverse et le quotidien de lycéen de votre personnage.

Le Métaverse est le côté RPG du jeu et se déroule dans les différents Palais que vous allez croiser sur votre chemin.

Vous devez défaire, dans des combats au tour par tour, des Ombres aux côtés de vos coéquipiers afin de gagner des objets, de l’argent mais aussi de l’expérience et ainsi monter de niveau.

Il existe, à la manière d’un «Pierre Feuille Ciseaux», une suite logique d’attaque forte ou faible sur les différents ennemis selon leur type (par exemple, les Ombres dépendant du type glace sont faibles face au type feu) et cela vaut aussi pour vos amis. Ils ont chacun un Persona qui dépend d’un type et ont donc leurs faiblesses et leurs forces. Votre héros, lui, peut récupérer tous les Persona et donc dépendre de n’importe quel type.

Vous pouvez aussi faire tout cela dans des quêtes annexes qui se déroulent dans le Memento, semblable au Métaverse mais pour des criminels de petites envergures.

Carmen, le Persona d’Ann Takamaki. Capture-écran réalisée par JDJ sur PS4 ©2020 ATLUS

La Chambre de Velours fait elle aussi partie intégrante du Métaverse et vous permet de fusionner les différents Persona entre eux pour en récupérer des plus puissants (mais ne pouvant pas dépasser votre niveau) ou les transformer en objet plus ou moins rares et plus ou moins utiles. Vous trouverez cette pièce à l’entrée de chaque Palais et parfois en ville.

Quand il n’est pas Joker, le chef des Voleur Fantômes, notre jeune Japonais est donc un lycéen qui n’a pas intérêt à se faire remarquer ou rater sa scolarité s’il veut éviter la prison. Voilà pourquoi vous ne devez pas uniquement vous soucier de votre niveau au sein du Multiverse et c’est ce qui fait tout le charme et l’originalité des jeux Persona.

Vous devez tisser des liens avec les différents personnages qui se présenteront à vous, des Confidents, en acceptant de partir en rendez-vous avec eux dans les différents quartiers de Tokyo (cela vous permet au passage une petite visite de la ville, parfait en cette période de confinement!), en leur offrant des cadeaux ou encore en allant dans leur sens lorsque vous dialoguez avec eux. Mais ce n’est pas une simple politesse: augmenter vos liens sociaux permettront à vos Persona d’obtenir des bonus, à vos alliés de vous en octroyer durant les phases de combats ou encore de favoriser certaines interactions avec les personnages; les liens sociaux vont aussi impacter votre cinématique de fin (cinématiques toutes en anime) lorsque vous aurez terminé le jeu !

Les cinématiques sont vraiment réussies Capture-écran réalisée par JDJ sur PS4 ©2020 ATLUS

L’autre facteur à ne pas oublier est l’augmentation de vos statistiques qui sont au nombre de cinq : Gentillesse, Maîtrise, Charme, Courage et Intelligence. Ces dernières vous permettent l’accès à de nouveaux confidents, et parfois également à des quêtes annexes. Afin d’atteindre le niveau 5, qui est le niveau maximum, plusieurs solutions s’offrent à vous comme, lire des livres spécialisés dans les différents domaines, regarder des DVD ou jouer à des jeux vidéo, réviser, trouver un petit boulot ou deux, s’occuper de votre plante, fabriquer des outils… Et la liste est encore longue !

En sachant que même la météo a un impact sur la vigueur des ennemis du Memento, vous l’aurez compris : ce que vous accomplissez dans votre quotidien a un gros impact sur l’issu de la guerre que vous menez dans le Métaverse.

L’arbre de Stats dont vous devez vous préoccuper Capture-écran réalisée par JDJ sur PS4 ©2020 ATLUS

R pour ReMIX ?

Pourquoi sortir une deuxième version de Persona 5 intitulée «Royal» sur PS4 alors que le jeu bénéficiait déjà d’une version PS3 et PS4 ?

A l’image d’un Kingdom Hearts ReMIX, Atlus a décidé de donner plus qu’une simple refonte graphique à son bébé attendu par les fans du monde entier pendant plus de dix ans.

Côté Métaverse, outre les nouveaux objets, nouveaux personas, nouveaux ennemis, nouvelles armes ou encore les nouvelles conditions météorologiques, Persona 5 Royal connaît aussi quelques réajustements sur ses différents boss. Il nous donne aussi l’occasion de voir des attaques Showtimes, des petites cinématiques entre deux personnages permettant des dégâts critiques sur vos adversaires. Mais le plus gros changement est Jose, un enfant qui vous suit dans le Memento dans le seul but de vous y faire gagner plus d’objets, plus d’expérience et plus d’argent.

Jose peut modifier la « Psyché » du Memento et vous vendre des objets contre des fleurs Capture-écran réalisée par JDJ sur PS4 ©2020 ATLUS

Aussi, c’est grâce à lui que vous saurez quoi faire de ce nouvel objet gagné dans les Palais : les graines de convoitises. Au nombre de trois par Palais, celles-ci se trouvent à l’aide d’une autre nouveauté de P5R : le grappin. Vendu comme un instrument de gameplay révolutionnaire lors des différentes promotion du jeu, il n’est au final qu’un peu de poudre aux yeux. Il est assez évident de comprendre que là où vous utilisez le grappin, vous serez presque toujours sur le chemin d’une graine…

Une fois présentées à Jose, ces graines permettent de gagner un objet rare qui vous donne une capacité en plus lors des combats.

Pour faire une petite pause, vous pouvez vous arrêter au Repaire des Voleurs où vous pouvez jouer aux cartes avec vos confidents et faire une partie de Magnat.

Dans cet endroit que vous pouvez customiser à votre guise à l’image des différents Palais et niveaux découverts au fil de votre aventure, il vous est aussi possible de collectionner les musiques, les croquis, les cinématiques du jeu et tout ça en accomplissant des succès qui vous serviront de monnaie d’échange. L’OAV Persona The Daybreaker est aussi un des nombreux bonus dévérouillables, même s’il ne bénéficie d’aucun sous-titre lors de son visionnage…

Le Repaire des Voleurs, la galerie de vos succès Capture-écran réalisée par JDJ sur PS4 ©2020 ATLUS

De l’autre côté du miroir, Persona 5R veut dire que certains confidents sont devenus plus abordables avec des liens à découvrir plus en profondeur, de nouveaux lieux de rendez-vous à visiter, mais aussi et surtout deux nouveaux confidents qui vous permettront de gagner plus de points de vie (PV) et de points de capacité (PC) mais aussi de débloquer deux nouvelles fins.

Le plus gros atout de ce P5R est l’ajout d’un troisième semestre scolaire jouable qui dévoile davantage Kasumi, votre nouvelle confidente. Puisqu’il s’agit là de la «suite» de Persona 5, avec nouveau Palais et nouvelle histoire, mieux vaut ne pas en dire davantage au risque de vous spoiler toute votre aventure…

Qui est la mystérieuse Élève au ruban ? Capture-écran réalisée par JDJ sur PS4 ©2020 ATLUS

Sans nul doute que si vous avez aimé les autres Persona, vous aimerez tout autant celui-ci. Si vous préférez le côté RPG du jeu, le niveau normal risque d’être pour vous un simple château de cartes. Passez au mode difficile pour davantage de challenge.


Certes, Atlus a utilisé le moteur de jeu de Persona Dancing pour avoir un Persona 5R plus vivant et plus beau, et, pour la première fois la France a le droit à des sous-titres français (avec quelques oublis ou quelques erreurs par-ci par-là) mais, tout l’intérêt de ce «ReMIX» se trouve dans la rencontre de ces nouveaux confidents (bien que parfois un peu bancal si l’on essaie de les relier à l’intrigue principale) et bien sûr dans l’ajout du nouveau chapitre qui n’est ni plus ni moins que la suite du jeu «original».

Il ne faut pas se mentir, tous les différents «nouveaux aspects» apportés par cette version «Royal» du jeu de base ne sont pour la plupart que de nouveaux stratagèmes afin d’aider les joueurs souhaitant se focaliser sur l’histoire et le simdate à le faire sans trop avoir à souffrir dans le Métaverse : des ombres instables qui explosent sur les autres ennemis, des bonus «en veux-tu en voilà», des liens sociaux plus facilement atteignables à leur maximum, plus de cinématiques en jeu…

Parce que Persona n’est pas qu’un JRPG sur fond de simdate, c’est aussi un folklore bien présent (cartes de Tarot, créatures de différentes cultures), des cinématiques de qualités, une bande son mémorable et une histoire prenante, nous vous recommandons chaudement de reprendre vos cartes en main (et vos manettes) pour vous plonger ou replonger dans ce trésor !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *