Ys IX : Monstrum Nox, synthèse d’une saga trentenaire

Pour le plus grand bonheur des afficionados des jeux de rôle japonais, la scène J-RPG reste très active malgré cette période de fin de vie pour la génération PS4. Si on attend avec grande impatiente le remake du premier Nier, Square Enix n’est pas le seul à nous proposer des nouveaux jeux.

Falcom, plus discret, donne régulièrement à ses fidèles clients de quoi se nourrir. Pas n’importe quelle nourriture bas de gamme, mais bien un plat d’un restaurant pas trop connu et qui, pourtant, mériterait que plus de personnes aillent y manger. Nous vous conseillons d’y goûter au moins une fois dans votre vie, et pourquoi pas commencer par ce plat récemment ajouté à la carte…Oui le Ys IX : Monstrum Nox

Ys IX bannière

©Falcom ©NIS America

What is Ys ?

Jadis, il y avait une grande série légendaire du nom de Ys

Ys VI Ark of Napishtim

Illustration du sixième volet de la saga ©Falcom ©Xseed Games

Suite à un épisode huit acclamé par la communauté des joueurs de jeu de rôle d’action japonais en 2017, Falcom, les développeurs historiques de la série, ne pouvaient que surenchérir avec le nouvel opus sorti cette année, Ys IX : Monstrum Nox. Ce chiffre neuf aurait de quoi intimider le profane, mais ne vous inquiétez pas, la saga est clémente envers les nouveaux arrivants. En effet, malgré ses neuf (et plus avec les spin-offs) épisodes partageant un univers et des personnages communs, chaque opus contient en réalité une histoire auto-satisfaisante dont vous ne louperez que quelques références aux jeux passés. Mais au final, de quoi parle Ys ?

Le jeune Adol est un aventurier aux cheveux d’un rouge flamboyant, parcourant les continents en quête d’aventure. Îles mystérieuses, forêts inconnues, tours gigantesques, anciennes civilisations avancées et créatures divines ou maléfiques, sa vie n’a pas été de tout repos. Heureusement pour les générations futures (et pour les joueurs), toutes ses aventures sont soigneusement écrites dans différents carnets. Les jeux de la saga sont en réalité ces carnets dont le joueur revit l’aventure qui y est consignée, en incarnant bien sûr Adol le Roux. Comme évoqué plus tôt, chaque carnet a donc sa propre aventure avec ses propres personnages que le lecteur/joueur peut découvrir sans connaissance profonde des opus précédents. D’autant plus que les épisodes ne se suivent pas de manière linéaire : si Ys I et II sont bien des suites (voire même les deux parties d’un même jeu), Ys III, par exemple, se déroule après le Ys Memories of Celceta, remake du quatrième épisode. Bref, bien que ce Ys IX soit numéroté ainsi, et qu’il se déroule en réalité après tous les autres, ces considérations chronologiques n’ont en réalité que très peu d’importance. Concentrons-nous maintenant plus en profondeur sur ce bien nommé Ys IX : Monstrum Nox.

Quoi de IX ?

Aprilis Ys IX Monstrum Nox

La mystérieuse Aprilis ©Falcom ©NIS America

Au revoir l’île tropical de Ys VIII : Lacrimosa of Dana, et bonjour la cité prison de Balduq. Lors de son arrivée dans la cité de Balduq, Adol, accompagné de son fidèle ami briseur de mur Dogi, se fait attraper par l’armée de l’empire de Romun et est immédiatement mis en prison. Tout cela car l’Empire a eu vent des aventures passées d’Adol et en a subi parfois, voire fréquemment, les conséquences. Mais ce n’est pas quelques barreaux et une prison gigantesque qui arrêteront notre héros : une fois en cellule, il parvient aisément à s’échapper… une fourchette pour crocheter la serrure, une épée rouillée et le tour est joué ! Durant sa fuite dans les dédales souterrains de la prison, il fait la rencontre d’une mystérieuse femme encapuchonnée, nommée Aprilis, qui lui tire dessus à bout portant avec un étrange pistolet. Heureusement pour Adol, ce tir n’est pas létal, il réveille en lui un alter égo, appelé Monstrum, à la force et au style décuplé : le Roi Rouge.

Mais un cadeau de ce genre ne vient jamais seula. Avec ses nouveaux pouvoirs, Adol devra affronter les nuits de Grimwald, dimension parallèle remplie de monstres sanguinaires : les Lemures. Une telle tâche ne pourrait être accomplie seul. Adol a la chance d’être accompagné de cinq compagnons réellement hauts en couleur, les fameux Monstrum Nox du titre. Malheureusement, cette équipe est loin d’être soudée, les différentes fortes personnalités des Monstrum prenant le pas sur l’intérêt commun. Le sort s’acharne d’autant plus sur Adol car cette malédiction l’empêche de partir de Balduq. Il va donc bien falloir régler les choses sur place pour voguer ensuite vers de nouvelles aventures.

Au fil du récit, Adol en apprendra plus sur le passé et les convictions de ses compagnons Monstrum, qui seront, à terme, tous jouables avec leur propre capacité et style de combat. Ces caractéristiques se retrouvent d’ailleurs dans les différents design des Monstrum, souvent affiliés à un animal, représentant de leur potentiel. Une rapide présentation de chacun s’impose donc, sans bien sûr vous révéler leur identités cachées :

  • Ys IX : Monstrum Nox

    De gauche à droite en haut : Furen Taurus, Adol et Falco. En bas : Renegatus, Alba Felis et Pupa©Falcom ©NIS America

    Alba Felis a les atours d’un chat, elle est donc agile et rapide mais peu résistante face aux attaques ennemis.

  • Falco ressemble à un rapace, ses attaques aériennes sont donc très efficaces, renforcées en plus par sa soif de combat intarissable.
  • Pupa est en réalité une poupée. Sa lame atteint les ennemis à une distance non-négligeable, en plus de la couvrir sur tous ses côtés. Cet avantage est tout de même balancé par la lenteur relative de ses attaques.
  • Furen Taurus est assimilée aux bovins. Son style de combat se repose donc sur des coups très puissants mais aussi très lent, le tout avec une bonne résistance face aux attaques.
  • Renegatus et son apparence de caprin est l’exception parmi les Monstrum. Il est le seul à attaquer presque exclusivement à distance, à coup de boules d’énergies magiques. Qui dit attaque à distance dit forcément faible résistance au coup.
  • Au milieu de tous ces styles, le Roi Rouge est la synthèse. Ni trop puissant, ni trop résistant, avec une portée raisonnable, bref, le personnage principal de J-rpg par excellence.

Un jeu plus que sat.ys.faisant

L’héritage de papa et maman

Comme ses grands frères, Ys IX : Monstrum Nox est un jeu de rôle d’action. Ici, pas de tour par tour ou de terrain en damier, Adol et son équipe se battent directement en même temps qu’ils explorent les différents coins sombres de Balduq. Au fil des épisodes de la saga Ys, le système de jeu a évolué et exploré différents horizons, chaque opus tentant de rajouter son petit plus. Ys IX se base sur le système de jeu introduit dans Ys Seven et perfectionné durant Ys : Memories of Celceta et Ys VIII : des phases de combats dynamiques avec des combos auxquels on ajoute la possibilité de switcher aisément entre les différents membres de notre équipe principale. Face à l’ennemi, le joueur peut bien sûr attaquer avec des coups standards qui, mis à la suite, formeront un combo ; mais il a aussi la possibilité de lancer des attaques spéciales plus ou moins utiles en utilisant une jauge qui se remplit au fur et à mesure des coups. Ces attaques spéciales varient selon les personnages, elles peuvent aller d’un simple projectile à un coup d’épée ascendant ou bien un combo prédéfini et souvent dévastateur. Le joueur a également accès à une seconde jauge qui lui permet, une fois remplie à moitié, de passer en mode furie, état qui augmente la portée et la puissance des coups et qui permet également de déclencher une attaque ultime qui porte bien son nom.

Pour éviter de recevoir des dégâts des ennemis, le jeu nous permet de les esquiver avec une roulade classique qui, si réalisée avec un bon timing, déclenche un bullet time à la Bayonetta. Une autre solution est d’utiliser le bouton garde qui n’est en réalité pas une garde classique, mais une capacité permettant d’augmenter drastiquement les dégâts durant un court instant si enclenchée au moment de l’impact d’un coup ennemi. Ces deux systèmes en plus de dynamiser le combat, s’imbriquent avec les systèmes d’attaque et offrent des moments de satisfaction pure quand on arrive à bloquer un coup ennemi puis en esquiver un autre à temps : double dégâts + temps ralenti et pourquoi pas même un mode furie pour faire encore plus mal.

Ys IX : Monstrum Nexploration

Ys IX cathédrale Balduq

La cathédrale de Balduq, centre de la cité-prison ©Falcom ©NIS America

L’autre versant majeur de Ys IX est son côté exploration qui, tout comme le système de combat, peut se résumer en un mot : satisfaction. La malédiction de Monstrum n’empêche pas uniquement de partir de la ville, elle bloque également certains quartiers et régule ainsi la progression du joueur et l’exploration de la ville. Typiquement, chaque chapitre sera construit de la même manière. Une première phase d’exploration où le joueur va devoir remplir la « jauge Nox » en remplissant des quêtes secondaires bien écrites et parfois vitales à l’intrigue ou en battant des larmias qui tentent d’envahir Balduq. Une fois cette jauge pleine le joueur débloque une nuit de Grimwald qui, après l’avoir terrassé, lui ouvre une nouvelle zone centrale dans le scénario du chapitre en question. Les nuits de Grimwald sont des phases de jeux particulières introduites pour la première fois dans la série. En effet, il ne s’agit pas ici de simple donjon ou d’un boss particulièrement puissant mais d’une phase de tower defense, où l’équipe des Monstrum doit protéger un mystérieux pilier des attaques des vagues d’ennemis successives. A l’inverse, ces nuits proposent parfois au joueur de jouer le rôle d’attaquant et donc d’éliminer toutes les bases ennemis en un temps limité. Le joueur est noté à la fin selon ses performances et reçoit des récompenses accordées à son score. Après ces phases ardentes, s’en suit les différentes péripéties habituelles des J-rpg : donjon, boss, égouts, souterrains, … Chaque chapitre se termine par une phase de jeu particulière qu’il serait très mauvais de divulgâcher ici, mais qui ravive à chaque fois un peu plus l’intérêt pour l’intrigue. Les rails du fun sont bien installées et ne bougeront que très rarement au fil des chapitres.

Mais si Ys IX arrive à si bien réaliser son côté exploration, c’est surtout grâce à la liberté de mouvement qu’il offre et au vaste contenu qu’il propose lors de ses phases. En effet, marcher dans Balquq ne signifie pas juste d’aller d’un point A à un point B, sur la carte sont indiqués des dizaines de points d’intérêts : coffres, graffitis, collectables, etc. Ces différents items collectés ou lieux visités sont attribués à une personne spécifique dans la ville qui vous récompense de mieux en mieux avec le nombre grandissant de vos découvertes. Cependant, tous ces objets ne sont pas atteignables dès le départ, la force de Ys IX est de donner au joueur de nouvelles capacités de déplacement, plus ou moins situationnelles, avec l’arrivée de nouveaux membres dans son équipe. Chaque Monstrum possède en effet un « Don », par exemple, Alba Felis peut grimper les murs à la verticale et Falco planer dans les airs. Une fois le personnage débloqué, la capacité devient utilisable peu importe le personnage joué, permettant ainsi de se déplacer avec vitesse et fluidité même sur des zones aux architectures complexes. Il est donc très facile et récurent de s’écarter, sans y prêter attention, de la quête principale pour aller gravir une tour, une montagne ou chercher tous les coffres d’une zone donnée. En bref en plus d’un système de combat bien ficelé, Ys IX a la grâce de nous offrir une sensation de liberté et d’exploration fort satisfaisante malgré une progressions très segmentée.

Aventurier et mus.ys.ien

Vous voulez une qualité de plus ? Si nous devions vous convaincre de jouer à n’importe quel épisode de la saga Ys, vous faire écouter une OST d’un des épisodes marcherait à coup sûr. Ys IX ne déroge pas à la règle : les morceaux rock endiablés dans les plaines et des les donjons prennent aux tripes et nous obligent à aller tuer les 2-3 monstres qui traînent pas loin… voire ceux d’un peu plus loin aussi… et celui là aussi…oh un coffre là-bas !

Vous l’avez compris, la bande son de Ys IX appelle à l’aventure, et nous ne pouvons que vous encourager à en écouter quelques morceaux avant de vous laisser convaincre par l’achat du jeu.

Sur PS4 ?

Jusqu’ici le constat est trop beau, alors que peut-on reprocher à Ys IX : Monstrum Nox ? C’est vrai qu’il lui arrive de pécher, surtout sur son aspect technique. Ys IX n’est au final qu’un jeu PS2 sorti 20 ans plus tard. Non pas qu’il serait un portage d’un jeu de cette ère, mais plutôt qu’il collectionne les caractéristiques des jeu de rôle japonais de cette période. Il ne faut donc pas être effrayé par les cinématiques bien souvent rigides ou bien par le chara-design parfois inspiré mais aussi un peu too much (on pense ici surtout à Furen Taurus…). Le tout n’est pas aidé par les rares, mais présentes, baisses de framerate quand la caméra expose des paysages trop chargés en information. Ils ne sont certes pas gênant au point de lâcher la manette, mais on aurait apprécié que la fluidité des déplacements aille de pair avec ce que le jeu affiche, ce qui est tout de même le cas la plupart du temps. C’est surtout dommage quand l’on voit des jeux bien plus fournis graphiquement tourner d’une manière plus stable, vu le retard que Ys IX a sur ses graphismes par rapport aux autres jrpg next-gen. Mais il serait cependant dommage d’en vouloir à Falcom pour ces soucis techniques, car il reste aujourd’hui l’un des studios japonais majeur en matière de jeu de rôle qui, certes ne rivalise pas avec des géants comme Square Enix sur la forme, mais arrive à être bien plus régulier sur le fond. En espérant que la futur version Switch de Ys IX n’aggrave pas les problèmes déjà présents sur PS4.

 

Ys IX : Monstrum Nox est un jrpg comme on en voudrait plus souvent. Malgré son retard technique, il arrive à nous happer dans son système de jeu et même, si vous y êtes sensible, dans son scénario. Il est l’héritier et le résultat des nombreuses explorations d’une saga plus que trentenaire qui continue aujourd’hui de publier de nouveaux épisodes toujours développés par le studio à la base de sa création. N’ayez pas peur de prendre le train en marche avec ce neuvième épisode, à moins que vous ne préféreriez embarquer dans un modeste voilier à destination des premières îles de la saga. Faites attention à la tempête, vous pourriez bien ne plus jamais en revenir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.