Le temps des samouraïs, la série documentaire sanglante de Netflix sur l’unification du Japon

Intense, sanglante et historiquement exacte, Age of Samurai : Battle for Japan, traduit en français par Le temps des samouraïs : Les origines sanglantes du Japon est une série documentaire disponible depuis le 24 février sur Netflix. Présentée, lors de son annonce en 2019, comme un Game of Thrones japonais, la série retrace le passage d’un Japon en guerre perpétuelle à un Japon réunifié. Transition qui ne se fera pas sans heurts. Journal du Japon vous présente aujourd’hui une série dynamique et captivante retraçant une période importante de l’histoire japonaise.

Age of Samurai Battles for Japan Une

Le point de départ de la série : la période Sengoku dite « des provinces en guerre »

La série documentaire se passe au Japon durant la période Sengoku (1467 – 1615), aussi période époque des « provinces en guerre », époque durant laquelle troubles politiques sociaux et militaires sont omniprésents. Durant cette période sanglante, le Japon est morcelé en de nombreux territoires contrôlés par des seigneurs guerroyant continuellement afin d’étendre leur influence et leur territoire. La période Sengoku est passionnante et regorge de personnages atypiques et charismatiques dont certains apparaissent dans la série. Parmi les personnages les plus connus  sont présentés les trois principaux unificateurs du japon : Nobunaga ODA, Hideyoshi TOYOTOMI et Ieyasu TOKUGAWA. Ces trois unificateurs du Japon ont d’ailleurs une place importante dans le récit, l’histoire étant majoritairement racontée de leur point de vue. D’autres seigneurs importants de cette époque sont présentés comme le « dragon borgne » Masamune DATE, le « tigre du Kaï », Shingen TAKEDA ou encore Yoshimoto IMAGAWA.

Carte présentant le contrôle des différents seigneurs durant la période Sengoku

Carte illustrant la division du Japon durant la période Sengoku

 

Vous souhaitez en savoir plus sur cette période en particulier ? Journal du Japon vous propose de découvrir cette période clef de l’histoire japonaise avec un duo d’articles dédié !

La série débute en 1551 avec la mort de Nobuhide ODA, daimyo de la modeste province d’Owari, que je vous invite à chercher au centre du Japon sur la carte ci-dessus pour vous faire une idée. Il est alors remplacé par son fils ainé, le déjà contesté Nobunaga Oda. Les premiers épisodes de la série avec Nobunaga Oda, le premier « unificateur du Japon », sont passionnants et transcrivent bien la différence entre le « fou d’Owari » et les autres seigneurs de l’époque. Innovateur, brutal, ambitieux… tant de traits de caractère rapportés par des experts, charismatiques même si leur tendance à l’exagération à haute dose peut être pesante par moments. La série commence par suivre l’évolution de celui-ci dans sa soif de conquêtes et son ambition grandissante. Ambition qui le poussera toujours plus loin dans la recherche de son objectif final : l’unification du Japon sous sa bannière. Il rencontrera de nombreux obstacles, à commencer par sa famille elle-même.

Malgré l’image d’un homme cruel au point de mettre à mort son propre frère, conspirateur, Nobunaga Oda se fera rapidement une réputation de stratège militaire avec la conquête de la province d’Owari. Province qu’il gagnera sur le champ de bataille notamment lors d’une bataille finale face à son cousin Nobutaka. Victoire qu’il doit notamment à sa maîtrise d’une arme encore nouvelle au Japon venu du Portugal : les Tanegashima, arquebuses japonaises. Néanmoins la conquête l’Owari n’est qu’une étape pour Nobunaga Oda qui rencontrera encore de nombreux défis à la hauteur de son ambition avec des batailles féroces comme celle de Okehazama qu’il remportera malgré une armée dix fois inférieure en nombre.

Masayoshi HANEDA incarnant Nobunaga Oda ©Netflix

Notre avis

La série est découpée en 6 épisodes d’environ 45 minutes chacun. Le découpage est fait de façon à ce que l’on puisse regarder la série en plusieurs fois, les épisodes s’achevant généralement à un moment précis et « stable » de l’histoire. Malgré ces coupures nettes, il n’y a aucune baisse de rythme, les épisodes se terminant tous par des teasers annonçant le contenu du suivant.

Relativement courts et intenses, les épisodes se regardent facilement et sont appréciables quelles que soient ses connaissances et son intérêt sur cette période de l’histoire japonaise. Si les amateurs d’histoire apprécieront un condensé de 65 ans en moins de 5 heures de visionnage, la série conviendra également parfaitement aux fans de récits d’action, l’histoire étant extrêmement rythmée et sanglante. Néanmoins, il est important d’être conscient qu’il s’agit d’un condensé qui ne fera pas de vous un expert de la période Sengoku en 6 épisodes. Le docu-série peut être décrit comme une initiation ludique à la période. 

La série mêle reconstitutions, intervention d’universitaires japonais et occidentaux et visuels léchés. Parmi les nombreux intervenants vous pourrez notamment retrouver Stephen Turnbull, écrivain spécialiste de l’histoire japonaise et professeur à l’université de Leeds ou encore Tomoko KITAGAWA, auteure et chercheuse pour l’université de Berkley ayant également écrit de nombreux livres sur l’histoire du Japon.

Dans Age of Samurai : Battle for Japan, les experts sont omniprésents et se succèdent afin de remplacer la classique voix narrative souvent présente dans la majorité des documentaires. Ils interviennent essentiellement en fond sonore afin de décrire l’action en cours et soutenir l’image. Les experts rassemblés l’ont été certes pour leur bagage académique, mais également pour leurs talents d’orateurs. Au-delà de leurs connaissances, il s’agit de vrais narrateurs qui permettent une réelle immersion dans l’histoire. La majorité des visuels sont composés d’acteurs reconstituant les scènes d’époque ou d’illustrations semblables à de la peinture aquarelle notamment utilisée dans la présentation des cartes.

Concernant les acteurs, vous pourrez notamment retrouver Hideaki ITÔ, incarnant Matsumune Date, acteur prolifique apparaissant dans de nombreux films et dramas japonais. Pour les références occidentales, vous pourrez retrouver Masami KOSAKA, dans le rôle de Hideyoshi Toyotomi, qui est apparu dans la saga Twilight. Si la série suit l’histoire fidèlement, il est intéressant de noter que les certains acteurs n’ont clairement à l’écran pas l’âge des personnages qu’ils incarnent. L’exemple le plus frappant est celui de Nobunaga Oda que la série aura bien du mal à faire passer pour un jeune homme de 17 ans lors de la mort de son père… De plus, la série met en avant un visage violent, presque bestial du « Roi démon », avec une apparence qui se veut également sauvage pour un homme qui avait pourtant un statut social important. Ainsi il était probablement plus propre sur lui comme les représentations de l’époque semble le montrer.

Les reconstitutions des batailles, nombreuses durant la série, visent à retranscrire la brutalité régnant à cette époque sans aucune concession. Décapitation, mutilation, suicides, effusions de sang : rien n’est épargné au spectateur… La couleur rouge sang est d’ailleurs très utilisée dans la série, que cela soit dans les illustrations ou dans les reconstitutions, exacerbant cette impression de violence et de brutalité constante. La série mérite donc le rapprochement avec Game of Thrones fait par certains depuis son annonce en 2019, à la différence de la réalité des faits relatés. Conflits, batailles, complots, trahisons… Tout en restant historiquement authentique, la narration permet de comprendre l’anarchie présente dans ce Japon divisé.

 

Nobunaga Oda va-t-il concrétiser son rêve d’unification du Japon ? Les guerres vont-elles s’arrêter, le Japon enfin uni sous la bannière d’un « grand nom » ? Pour le découvrir, n’hésitez pas plus longtemps et regardez Age of Samurai : Battle for Japan sur Netflix. Une fois cela fait, n’oubliez pas à lire nos articles sur Nobunaga Oda pour en apprendre encore plus sur cette tumultueuse figure de l’histoire japonaise !

 

1 réponse

  1. Jfwillem dit :

    Bonjour, j’ai adoré cette série documentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.