Les carnets de japonais 0 : Les hiragana et les katakana

Il existe aujourd’hui de nombreuse méthodes pour apprendre la langue japonaise, nous vous proposons d’ailleurs chaque année une ou deux sélections des meilleurs ouvrages ou média de référence en la matière. Néanmoins l’apprentissage du japonais conserve parfois une image de montagne à surmonter pour certains, refroidis par l’écriture des idéogrammes notamment, et il semble trop vaste pour le simple touriste qui veut connaître juste ce qu’il faut pour un voyage réussi… 

Journal du Japon vous propose donc de vous lancer dans la langue de Tezuka avec une série d’articles thématiques, simples et réguliers. Nous vous y ferrons découvrir les bases du japonais au travers de petites mises en situation pour apprendre la langue progressivement et avoir quelques bases pour vos futurs voyages au Pays du Soleil levant.

Préambule & conseils : Ces articles s’adressent à tout le monde, aucun prérequis n’est nécessaire pour suivre si ce n’est d’être motivé à apprendre. Toutes les phrases seront écrites en japonais, en romaji (prononciation du japonais en alphabet romain) et traduites en français.

L’apprentissage du japonais peut paraître ardu et compliqué mais c’est le cas pour n’importe quelle langue étrangère. Donc chacun doit trouver son propre rythme, la clé est d’être régulier dans son travail. Il ne sert à rien de bachoter des phrases pendant des heures mais davantage de se trouver un peu de temps chaque semaine, ne serait-ce qu’une demi-heure pour lire, s’exercer et continuer à se faire plaisir. Sinon, vous ne progresserez pas et vous risquez de vous dégouter du japonais.

Image libre de droits (Freepik)

Leçon 0 : les hiragana et les katakana

La première épreuve que l’on rencontre lorsqu’on se lance dans le japonais c’est d’apprendre les deux syllabaires : les hiragana et katakana. Un syllabaire est un système d’écriture dans lequel chaque signe représente une syllabe. Sur ce point les français ont plus de facilité à apprendre les sons du japonais, car la quasi-totalité des sons existent déjà dans la langue française.

Les hiragana

Les hiragana sont aujourd’hui plus utilisés que les katakana. Ce n’était pas le cas de tous temps. Inventés par les femmes de cour durant le 10e siècle, c’est en 1946 qu’ils ont été simplifiés et adoptés. Voici le tableau des 53 hiragana existant.

Plusieurs précisions sont à faire vis-à-vis de ce tableau. Tout d’abord ce n’est pas la peine d’apprendre les hiragana wi et we car ce sont des sons anciens qui ne sont plus du tout utilisés en japonais moderne.

Ensuite, il existe certaines variations d’hiragana. Elles sont marquées par les suffixes et °. Le premier ressemble à des guillemets et le second au symbole du degré Celsius

On utilise avec les colonnes k-, s-, t- et h-. Cela donne les sons suivants

K-+= G- が→ga

S-+= Z- ざ→za

T-+= D- だ→da

H+= B- ば→ba

Le signe ° ne s’utilise qu’avec la colonne des h- et donne le son p-.

は→ぱ Pa

ひ→ぴ Pi

ふ→ぷ Pu

へ→ぺ Pe

ほ→ぽ Po

Il ne faut surtout pas se décourager en voyant tous ces signes à apprendre. A force de les voir, de les écrire, vous les assimilerez très facilement. Certains reviennent plus que d’autres comme le は ha ou le に ni. Pensez, quand vous les recopierez, à bien suivre l’ordre des traits comme sur les tableaux.

Les katakana

Les katakana auraient vu le jour au 8e siècle pour simplifier la lecture des textes classiques chinois. Ils ont été couplés aux kanji (des idéogrammes dont nous parlerons plus tard) jusqu’à la Constitution 1946. Ils servaient principalement à la rédaction de textes officiels (comme des lois ou des anthologies impériales). De formes plus rigides que les hiragana ils sont utilisés de nos jours pour écrire les mots empruntés à d’autres langues (garaigo). Par exemple le mot France en japonais s’écrit フランス et se lit furansu.

Vous ne serez pas dépaysé, le tableau des katakana comporte le même nombre de signe que celui des hiragana. Quelques caractères se ressemblent, par exemple le ka  en hiragana est similaire à son homologue en katakana カ. Comme pour les hiragana, il y a les mêmes variations de son avec les signes et °. De plus on n’utilise plus les sons wi et we.

Pour les apprendre il n’y a pas 36 solutions : la pratique ! Au début n’hésitez pas à vous référer aux tableaux pour vous aider dans la lecture. Entrainez-vous à les écrire également. Plus vous avancerez dans les leçons plus vous les lirez facilement.

Il existe de nombreuses ressources en ligne, notamment des quiz qui vous permettront tester vos connaissances. On peut citer Hiragana Quiz et Kana quiz. Vous trouverez en plus des applications comme Learn Japanese ou Onigiri.

Mais il n’y a pas qu’eux qui proposent des test, Journal du Japon également ! A chaque fin de leçon vous aurez le droit à une petite interrogation sur la leçon du jour. La correction sera donnée au début du cours suivant et sur nos réseaux sociaux.

Quiz 1 : Identifiez les hiragana et katakana suivants

Voilà pour cette leçon 0, en guise d’introduction, de nos Carnets de japonais. Vous les retrouverez toutes les deux semaines environ avec à chaque fois un nouveau thème, quelques explications puis mises en situations et un quiz.

Après avoir abordé le système d’écriture, préambule classique mais nécessaire, il sera temps de se plonger dans la grammaire pour le prochain numéro, qui arrivera donc début mai. Nous vous parlerons alors de la construction d’une phrase en japonais, et plus particulièrement des phrases affirmatives.

D’ici là entrainez-vous et n’hésitez pas non plus à poser vos questions en commentaire, on se fera un plaisir de vous éclairer du mieux possible !

 

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *