Les 24 saisons de Nanako, le dernier livre jeunesse tout en posésie de Pascale Moteki

A Journal du Japon, nous sommes fans des illustrations de Pascale Moteki. Elle a publié de superbes albums jeunesse, en particulier avec Delphine Roux qui écrivait les textes. Elle revient cette fois-ci avec ses textes et ses illustrations dans un album jeunesse doux et poétique, pour apprendre à apprécier le temps qui passe, au fil des 24 saisons du Japon.

Journal intime de Nanako, petite fille japonaise de neuf ans

Les 24 saisons de Nanako de Pascale Moteki aux éditions L'iroli : couvertureC’est un album d’une centaine de pages avec beaucoup de textes et de superbes illustrations que nous offrent Pascale Moteki et les éditions L’iroli. Il prend en effet la forme d’un journal intime alimenté par la petite Nanako au fil des saisons. 

« Je m’appelle Nanako Kotabe, j’ai 9 ans, 8 mois et 19 jours. J’habite à Itoshima, au Japon, avec mes parents, ma petite sœur Mayura et ma grand-mère Mamimoon. C’est elle qui m’a offert ce calendrier traditionnel « Niyushi sekki » qui suit les 24 saisons et les changements de la nature. J’ai décidé d’en faire mon journal, avec mes premiers haïkus. »

Le journal commence donc le 4 février, premier jour du printemps dans ce calendrier des 24 saisons. Nakano évoque le temps qu’il fait, ce qu’elle a fait en rentrant de l’école (attendre sous les pruniers qu’un rossignol arrive, et alors quel émerveillement ! Et le souvenir d’une chanson apprise à l’école depuis des générations …

Jour après jour, elle partage avec le lecteur son quotidien en famille, avec ses amies d’école et elle écrit de très beaux haïkus pour saisir chaque instant, le mettre en mots pour le conserver. Elle converse avec sa petite sœur, prépare les fêtes traditionnelles qui ponctuent l’année … Elle adore quand sa grand-mère met de vieux disques, ou quand son père l’été s’amuse à les arroser, sa sœur et elle, abritées sous une feuille géante de fuki (elles appellent cela jouer à Totoro, en référence à la scène de la pluie quand Totoro jubile en entendant tomber la pluie sur les grande feuilles et le parapluie).

Un voyage scolaire pour aller voir les pivoines, un gâteau aux fraises pour son anniversaire, une visite au temple des grenouilles, un atelier teinture de foulard chez son amie. Comme ils sont beaux et doux les souvenirs de cette année vite passée !

Et même si parfois la nostalgie s’empare de Nanako, comme quand son petit érable perd ses feuilles, elle est vite rassurée par ses parents toujours bienveillants qui en profitent pour lui expliquer le cycle des saisons, le passage du temps qui invite à saisir chaque instant précieux, à le savourer pleinement … comme un bain au yuzu ou la vision d’un faisan au cœur de l’hiver.

Nanako et la mante religieuse / Les 24 saisons de Nanako de Pascale Moteki, éditions L'iroliEn plus du calendrier expliquant les 24 saisons, qui ponctue le livre et lui donne son rythme, le lecteur trouvera une mine d’informations sur le Japon et sa culture : haïkus des grands maîtres japonais (en plus de ceux de Nanako), fleurs à découvrir (pivoines parfois protégées par des petits abris en paille de riz en hiver, chrysanthème symbole de l’empereur, camélias qui fleurissent en plein hiver etc.), tous les noms que peut prendre la pluie (avec les kanji et leur lecture, une page passionnante !), une recette de cake au yuzu, et de belles pages sur la faune japonaise (des différents types de cigales -illustrées superbement et avec des informations sur leurs différents chants, de poules, à la superbe mante religieuse.

Un livre très riche à ouvrir régulièrement, au fil des saisons, pour voir ce qui caractérise chaque micro-saison japonaise, et pourquoi pas comparer les événements, les fleurs, les fêtes du Japon avec ce qui se passe chez soi au même moment, et en profiter pour écrire ses propres haïkus … voire tenir son propre journal !

Un livre qui ravira les enfants, mais également les personnes de tous âges amoureux du Japon, de la poésie, de la nature, qui seront inspirés par ce récit intemporel et transgénérationnel.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.

Pascale Moteki, une artiste aux multiples talents

Nanako et son érable / Les 24 saisons de Nanako de Pascale Moteki, éditions L'iroliJournal du Japon : Comment est née cette idée du journal intime s’appuyant sur le Nijushi sekki ? 
Pascale Moteki : L’idée du journal intime s’est imposée face au nombre de saisons que contient le calendrier Nijushi sekki : 24 saisons, ça laisse présager une longue structure narrative ! Le journal intime répondait bien à cette contrainte. Je n’ai malheureusement jamais eu ce calendrier entre mes mains, dommage ! Et il existe un calendrier des 72 saisons ! L’amour du Japon pour la nature est exemplaire ^0^

C’est la première fois que vous faites les textes en plus des illustrations. Est-ce que ça a été plus compliqué ? Pouvez-vous nous expliquer votre ressenti sur cette expérience nouvelle ?
Oui, jusqu’à présent, je n’avais eu que la joie d’illustrer les magnifiques textes de Delphine Roux 🙂 J’avais très envie de faire revivre ce calendrier qui rend un hommage à la beauté de chaque saison, j’ai donc pris mon courage à deux mains et j’ai tenté d’écrire une histoire. Les recherches ont été très longues car tout est presque vrai dans cette histoire : la géographie des lieux, le potier, le concours sur la plage, le jardin aux pivoines… tout est documenté. J’ai appris beaucoup de choses, c’était passionnant.
J’ai beaucoup aimé cette expérience de l’écriture, mais si je dois continuer un jour, je m’orienterai sans hésiter vers des formes plus courtes !

page du journal intime de Nanako / Les 24 saisons de Nanako de Pascale Moteki, éditions L'iroliNanako a 9 ans, elle est curieuse et poète … tout en utilisant les émojis avec les ‘(<> etc. Comment avez-vous réussi à vous glisser dans la tête et le cœur d’une petite fille de cet âge ?
Je me suis pas mal documentée sur les albums et les romans jeunesses mettant en histoire des petites filles de cet âge, pour essayer de trouver le ton juste, les mots justes.

Parlant de ces 24 saisons, laquelle est votre préférée ? Quel plat de saison japonais vous manque ?
J’aime bien Tôji, le solstice d’hiver. l’idée d’une année nouvelle qui s’annonce… TOUS les plats de saison me manquent !!!!!

Vous faites désormais de la céramique. Comment se combinent, se répondent tes différentes activités d’illustratrice, céramiste, écrivaine ?
Oui, aujourd’hui, la céramique m’occupe à temps plein, j’ai beaucoup à apprendre, c’est long, riche et prenant. Du coup, une page s’est tournée, je ne dessine plus, je n’écris plus, je n’ai plus le temps ! 
 
Merci à Pascale Moteki d’avoir trouvé un peu de temps entre deux céramiques pour nous répondre. Et espérons qu’elle trouvera un jour à nouveau du temps pour continuer à émerveiller les enfants avec ses albums jeunesse !
 

Une Les 24 saisons de Nanako

Photo de Une réalisée avec la couverture du livre et d’une photo libre de droits sur Pixabay de jonquilles.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *