JLPT Easy ou l’initiation au japonais

L’apprentissage du japonais peut être compliqué pour plusieurs personnes pour mille et une raisons. Un problème avec les hiragana et les katakana, un problème avec les sons et les syllabes voire autre chose… Pourtant il existe bon nombre d’outils d’aide et d’initiation comme JLPT Easy que nous vous présentons aujourd’hui. Laissons donc son fondateur nous en parler.

 

Journal du Japon : Bonjour Anthony. Nous allons segmenter cette entrevue en plusieurs parties en commençant avec le concept autour de JLPT Easy. Mais avant de poursuivre plus longuement, pouvez-vous vous présenter, nous dire en quelques mots votre parcours et ce qui vous a amené à apprendre le japonais ?

Anthony Prezman : Je m’appelle Anthony Prezman et je suis devenu fan de mangas quand j’ai vu Akira au cinéma (mai 1991). Je me suis passionné pour l’animation japonaise et les mangas. J’ai eu la chance de pouvoir écrire mes premiers articles pour AnimeLand et, par le biais de son rédacteur en chef Yvan West Laurence, de traduire la série Neon Genesis Evangelion avec mon ami David Deleule pour l’éditeur Dybex. J’ai également été le conseiller éditorial en mangas des éditions Glénat dès la fin des années 90, ayant notamment pour mission de trouver des séries à importer du Japon. Je traduis des mangas depuis 1998 et donne des cours de japonais depuis 6 ans.

Portrait d’Anthony Prezman

Merci pour cette présentation. Nous allons à présent nous concentrer sur votre site, JLPT Easy et tout ce qui l’entoure. Mais avant toute chose, qu’est-ce que le JLPT ?

C’est l’acronyme de Japanese Language Proficiency Test, c’est à dire « Test d’aptitude en japonais ». Il s’agit d’un examen créé pour évaluer le niveau des gens dont le japonais n’est pas la langue maternelle. C’est aussi l’examen de japonais le plus pratiqué dans le monde. Il existe en 5 niveaux de difficulté : le plus facile étant le N5 et le plus difficile N1.

On comprend assez rapidement en vous entendant le concept autour de votre site en faisant un parallèle avec la définition que vous venez d’énoncer. Pourtant, plusieurs questions viennent tout de suite en tête. Comment a germé l’idée de JLPT Easy ? Et pourquoi « easy » ? Est-ce parce que vous trouviez que le JLPT est trop difficile ?

Logo de JLPT Easy

Deux facteurs ont été déterminants : le fait que le JLPT soit annulé en raison du Covid, et le constat que le niveau « basique » du JLPT (le N5) était déjà assez costaud à obtenir, et qu’il n’existait aucun véritable palier pour encourager mes élèves et leur permettre de savoir réellement où ils en sont. C’est pour cela qu’en plus des 5 niveaux officiels du JLPT, j’ai rajouté 3 niveaux non-officiels : N6, N7 et N8. Ces trois nouveaux tests portent le nom de « Hiyoko Level Test » pour les identifier comme des entités bien à part du JLPT. C’est un peu « le JLPT pour les élèves poussins ». Il faut préciser que la Fondation du Japon (qui a créé le JLPT) n’est ni liée ni concernée par le contenu de nos examens, même si elle a accueilli notre initiative avec bienveillance.

Ce sont donc les circonstances qui sont à l’origine de votre projet. Très bien. Mis à part cela, qu’est-ce qui vous a motivé à le mettre en place ? Et combien êtes-vous ?

La création du site s’est imposée d’elle-même, tout était quasiment déjà en place dans ma tête. Il a fallu créer une plateforme de A à Z qui puisse proposer des examens à l’identique du JLPT, et malheureusement cela n’existait pas. J’ai donc dû la faire fabriquer, et cela sur mes deniers personnels. Pour le moment, je n’ai reçu aucune aide financière, mais cela ne m’empêche pas de croire à 200% en ce projet. Les premiers retours sont d’ailleurs très encourageants.

Page d’accueil du site

L’équipe se compose du webmaster/développeur, d’un ami dessinateur (qui a d’ailleurs créé la mascotte), d’un monteur vidéo et expert en compositing et de deux Japonaises qui enregistrent avec moi les questions audio de l’examen et qui vérifient la bonne conformité de l’ensemble.

Concrètement, comment cela fonctionne-t-il ? Proposez-vous des cours de japonais pour les débutants ? Si oui, combien de temps faut-il en moyenne pour tenter de valider un niveau ?

JLPT Easy propose depuis peu des cours en ligne, adaptés à tous les niveaux (du N8 au N2) même si pour le moment peu de cours sont disponibles. On estime en moyenne à 150h d’étude la durée pour obtenir un niveau N5 (le plus simple du JLPT). Pour obtenir le N8, il faut 25h. Comptez 60h pour le N7 et 100h pour le N6.

Tout le monde peut-il s’inscrire au JLPT Easy ou privilégiez-vous certains profils plus que d’autres ?

Pour le moment, le profil idéal semble être les personnes qui ont déjà appris le japonais, mais qui ont fini par se décourager. Passer le JLPT peut aussi leur faire peur. Du coup, les examens Hiyoko permettent de leur faire vivre l’équivalent d’un test JLPT chez soi (la structure et les contraintes étant les mêmes) mais aussi leur redonnent du courage ainsi que l’envie, pour certains, de reprendre l’étude de la langue !

Ceci étant dit, les examens sont accessibles de n’importe où sur la planète et pour toute personne disposant d’une connexion internet. Ils ne sont pas destinés exclusivement aux Français, même si le site est pour le moment localisé en français.

Et comment se passent les tests ?

Quelques informations sur les tests

Il y a 3 sections : compréhension de la langue, compréhension écrite et écoute.
Ce sont les mêmes sections qui existent déjà dans le JLPT, mais en un peu plus facile. Il y a un temps limité qui varie pour chaque examen. Au terme de l’examen, on obtient immédiatement ses résultats, chose qui prend des mois avec le JLPT. Le diplôme obtenu procure d’ailleurs des avantages auprès de nos partenaires (écoles de langue, plateforme de streaming…) Autre nouveauté : on propose aussi un corrigé personnalisé pour chaque élève.

Maintenant que nous en savons plus sur le concept, nous allons nous tourner vers le site de JLPT Easy. Alors, comment fonctionne-t-il et qu’est-ce qu’on peut y trouver ?

JLPT Easy propose des articles liés au Japon : manga, animation, culture, rencontres… Mais aussi des vidéos, notamment des interviews de personnalités du monde du manga, ainsi qu’une émission intitulée « parole de traducteur » dans laquelle, avec d’autres collègues traducteurs, on analyse les mangas sur lesquels ils ont travaillé, en incluant tous les niveaux d’étude possibles. On a créé aussi un « Japolexique », une sorte de couteau suisse qui est censé permettre de retenir n’importe quel mot japonais grâce à des astuces mnémotechniques. C’est très spécifique, car il vaut mieux se détacher du français pour apprendre le japonais. Néanmoins, je me suis aperçu qu’il y avait un vrai public pour cela, en particulier auprès des enfants. Ce dictionnaire est d’ailleurs collaboratif et n’importe qui peut enrichir son contenu (que l’on doit d’abord valider, bien entendu).

Un site effectivement assez complet qui permet de découvrir un large éventail de choses autour du Japon. Mais autant de sections demande de la main d’œuvre pour s’en occuper. Qui est chargé d’augmenter le contenu ?

C’est moi, je suis d’ailleurs tout seul à m’en occuper et pour être honnête le site est un peu vide ces temps-ci car je suis littéralement débordé !

Et comment cherchez-vous à promouvoir votre site d’apprentissage ? Quelles sont vos plus-values ?

Nous communiquons essentiellement sur les réseaux sociaux et en essayant de travailler avec des partenaires. La plus-value, c’est que nous proposons un outil d’évaluation unique, qui n’a aucun équivalent à l’heure actuelle dans le monde. C’est la première fois que tout apprenant en japonais débutant peut évaluer son niveau dans les mêmes conditions qu’un test officiel « sérieux ».

Nous sommes face à quelque chose d’unique mais qui doit le rester en s’adaptant continuellement. Pensez-vous déjà à des nouveautés qui pourraient paraître sur votre site ?

C’est à vous que je donne le scoop : jusqu’ici, nos tests Hiyoko se passaient à des dates fixes, comme le JLPT. Mais finalement, cela s’est avéré contre-productif. Nous allons donc permettre aux étudiants de passer les examens quand ils le souhaitent, à la date et à l’heure qu’ils veulent. Nous voulons offrir cette souplesse pour nous distinguer du format un peu trop sérieux et rigide de l’examen classique. C’est une nouveauté qui apparaîtra au début de l’année 2022.

Cette nouvelle flexibilité est effectivement un sacré scoop. Merci pour cela. Passons maintenant aux questions plus confidentielles, celles des données. Combien d’utilisateurs se connectent à vos cours ? Si oui, est-il possible d’avoir quelques chiffres ?

La mascotte Piyo Piyo

L’accès aux cours en ligne est trop récent et peu de gens sont au courant de leur existence, on en est à l’étape de la communication pour le moment.

Si vous construisez toujours un communauté, votre site est-il rentable ?

Absolument pas ! Comme beaucoup de projets, celui-ci se construit sur le long terme. Je continue à m’investir personnellement à tous les niveaux pour le faire grandir (à perte pour le moment), et je n’ai aucun doute quant à son succès à l’avenir.

Merci pour toutes vos réponses jusqu’à présent. Après le site, concentrons nous pour finir sur le côté relationnel. Pouvez-vous nous dire ce que font vos client une fois qu’ils ont réussi vos tests ? Est-ce qu’ils cherchent à obtenir les niveaux du JLPT ?

C’est en tout cas les retours que nous en avons eu. Notamment deux jeunes filles qui toutes les deux « avaient peur » du JLPT et dont l’envie de se remettre au japonais a été « reboostée » suite à leur passage du HIYOKO N7.

Intéressant. Nous sommes visiblement face à un rapprochement entre JLPT Easy et le JLPT « classique ». Eloignons-nous de cela pour nous concentrer sur d’autres aspects. En parcourant votre site, nous avons également vu deux ou trois choses qui méritent d’être mentionnées. Ainsi, nous avons vu que vous aviez déjà quelques partenaires. Comptez-vous tenter d’en avoir d’autres dans le futur ? Si oui, qui avez-vous en tête ?

Nous savons que nous avons dans les mains quelque chose qui peut vite nous rendre incontournable : à condition que les gens soient au courant que cela existe ! Bien entendu, nous souhaitons travailler avec un maximum de partenaires, pour nous faire connaître, et aussi pour contribuer (à notre modeste façon) à l’essor de l’apprentissage du japonais et à la découverte de la culture japonaise.

Merci pour ces précisions. Nous avons également vu que vous aviez travaillé avec Brigitte Lecordier pour la vidéo de lancement avec Piyo Piyo. Est-ce que vous pourriez nous raconter comment cela s’est passé ?

Avec Fahar, mon collègue dessinateur, on s’est dit que notre mascotte-poussin ferait un chouette personnage. Et quand j’ai pensé à la voix qu’il pourrait avoir, c’est celle de Brigitte qui m’est venue comme une évidence. J’ai pris contact avec son agent qui est revenu vers moi rapidement : ils aimaient tous les deux le concept du site, notamment le Japolexique, et trouvaient le poussin très mignon ! Voilà comment tout a commencé. Mais l’aventure continue d’une façon encore plus incroyable, car Brigitte est même d’accord pour doubler notre propre série d’animation : Takakana, dans laquelle notre mascotte et sa jeune élève donneront des cours de japonais ! L’enregistrement des 3 premiers épisodes est d’ailleurs prévu à la mi-décembre.

Nous n’avons donc pas fini d’entendre Brigitte Lecordier chez vous. Une dernière question pour terminer. Quelles sont vos perspectives d’avenir ?

Que de plus en plus de gens découvrent et utilisent nos examens, tout d’abord en France, mais dans tous les pays du monde. Internet permet cela. Mon rêve c’est que les examens Hiyoko soient un jour reconnus comme une étape incontournable pour toute personne souhaitant se lancer dans le japonais.

Parfait. Avez-vous un dernier mot pour attirer le fan de culture japonaise ou le fan de culture manga/animé ?

Suivez votre passion, quoi que les gens puissent dire. Si vous sentez l’impulsion dans votre cœur, allez-y, sans hésiter.

Une excellente manière de conclure. Encore merci Anthony pour toutes ces informations.

 

Vous l’aurez compris, JLPT Easy est un ovni qui n’a pas d’équivalent. Tout au long de cet échange, Anthony Prezman, traducteur et son fondateur, nous a parfaitement expliqué son fonctionnement et quelques anecdotes lors de la conception. Avec un tel outil, il devient plus simple de s’initier au japonais en toute quiétude. 

Captures d’écran prises par JDJ. Crédits des autres visuels : TOUS DROITS RÉSERVÉS COPYRIGHT © 2020 – JLPT EASY.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous aimerez aussi...