Envolez-vous loin de tout : 5 mangas insulaires qui pourraient vous plaire !

Avec la période actuelle qui nous donne l’impression d’avoir les pieds englués dans une pandémie qui ne semble pas vouloir nous lâcher de sitôt, les envies de s’envoler au Japon qui se confrontent aux frontières qui s’ouvrent d’un chouia pour se refermer presqu’aussitôt, nous sommes nombreux à avoir besoin d’évasion. Voici une sélection de 5 mangas qui permet d’effleurer la vie et l’exotisme des petites îles japonaises. Car le Japon n’est pas « une île », mais bien un archipel constitué d’une multitude d’entre elles. La nature y est préservée intacte, les modes de vie et la culture ancestrale conservés et respectés. C’est un Japon avec une douceur de vivre bien particulière qu’on y découvre…

Plongez-y les yeux grands ouverts avec notre sélection.

 

Escale à Yokohama (De Hitoshi ASHINANO – Meian Editions) :

Escale à YokohamaRésumé : Alpha tient un petit café, à l’écart de la ville. Le temps s’y écoule paisiblement, comme si plus rien n’avait d’importance… Entre deux approvisionnements à la ville de Yokohama, elle observe le monde, regarde le soleil se lever puis se coucher, et profite du temps qu’elle passe avec ses rares clients. Malgré les apparences, la belle Alpha est un robot, et cela fait bien longtemps qu’elle est là. Jour après jour, elle attend patiemment le retour de son maître, en jouissant tranquillement de la vie qui lui a été offerte…

Dans un futur post-apocalyptique, touché par la montée des eaux, on suit le quotidien d’Alpha, une androïde qui tient un petit café. Le style de dessin est un peu rétro, propre aux années 90, le rythme est lent et convient parfaitement à ce que veut transmettre ce manga. Il y a peu de dessins par planche, ce qui permet de prendre le temps de profiter de chaque image, tout comme le manga qui se révèle une ode à l’instant présent. Ici, peu d’actions et pas de violence, on est dans un manga de type « tranches de vie », doux et simple. C’est une lecture reposante et hors du temps, où le bonheur côtoie les plaisirs simples de la vie. Les gens y sont charmants et bienveillants, on rêverait de pouvoir passer un moment là-bas. Une lecture parfaite en ces temps parfois difficiles.

Escale à Yokohama

©Hitoshi ASHINANO 1995

 

De l’autre côté de l’horizon (De Hinata NAKAMURA – collection Moonlight chez Delcourt/Tonkam) :

De l'autre côté de l'horizonRésumé : Miyake, jeune salaryman tokyoïte, ne supporte plus sa vie d’employé surmené. Il décide, du jour au lendemain, de tout quitter pour rejoindre l’île de Tsukinowa où il va gérer un petit bureau de Poste. La crainte de laisser derrière lui son quotidien bien rangé va se muer en une véritable redécouverte de soi. Une nouvelle vie, en harmonie avec celui qu’il souhaite réellement être, s’ouvre à lui…

S’il y a bien une chose qui attire le regard dès le début, c’est la douceur dégagée par le dessin et surtout les couleurs de la couverture. Le ton est donné, on sera ici dans un manga contemplatif, qui va amener une réflexion sur le sens de la vie. Miyake est un jeune homme enfermé dans un travail qui peu à peu l’empêche de vivre. Il n’a plus le temps de lire ou voir ses amis. En décidant d’accepter un poste sur l’île de Tsukinowa, il va partir à la recherche d’une vie meilleure et essayer découvrir qui il est. A chaque étape de son installation sur l’île, il va se questionner un peu plus au travers de ses expériences. Au départ peu expressif, il va se révéler touchant et fort bienveillant. Toutefois, il restera tiraillé par un questionnement – celui de savoir s’il a pris la bonne décision. La famille Watari qui va le soutenir dans son emménagement amène les plaisirs et les difficultés d’une vie familiale, à laquelle Miyake va s’attacher petit à petit.

Ce manga aborde le sujet de la place occupée par le travail au détriment du bien-être et des plaisirs simples de la vie. Une fois Miyake libéré de son emploi chronophage, il va redécouvrir la nature, les relations humaines chaleureuses, des bonheurs qu’il ne connaissait pas dans son ancienne vie. Le dessin se concentre souvent sur les émotions des personnages, perceptibles grâce à un graphisme fin. Au final, il se dégage de l’ouvrage une certaine poésie tirant par moment sur une douce rêverie. On est vite tenté de s’identifier à Miyake, avec des envies de tout plaquer pour redécouvrir une vie meilleure, ailleurs.

De l'autre côté de l'horizon

©2018 Hinata NAKAMURA

L’île aux escaliers (de Yukata KONO et Ai UZUKI, collection MoonLight chez Delcourt/Tonkam):

L'île aux escaliersRésumé : On raconte qu’au sommet des marches dont cette île tire son nom vit une sorcière, et que tous ceux qui aspirent à quitter cet endroit doivent absolument trouver… ce qu’ils ont pu perdre quand ils y sont arrivés. J’ignore ce que c’est. Mais je sais une chose. C’est que quand Manabe, une fille au regard déterminé, a débarqué ici, j’ai eu le sentiment que plus rien ne serait jamais plus comme avant…

Dès le début, tout est mystère dans ce manga. L’île doit son nom à un escalier en haut duquel habiterait une sorcière, mais personne ne semble jamais avoir réussi à y accéder et à la rencontrer. Les personnages sont arrivés de façon subite sur l’île, sans aucun souvenir. Et il arrive qu’ils disparaissent à nouveau, tout aussi soudainement. Très rapidement, on découvre qu’il s’agit de l’île de ceux qui ont été rejetés, et que pour en repartir un jour, ils doivent retrouver ce qu’ils ont perdu. Malgré cela, chacun semble accepter son sort et la vie s’écoule paisiblement…jusqu’à l’arrivée de Yû Manabe qui déclare d’emblée vouloir quitter l’île. L’intrigue se déroule en trois tomes, et le premier à réussi la mise en place d’une ambiance prenante qui laisse la place à de nombreux questionnements : de quoi les personnages ont-ils été rejetés ? Pourquoi est-il impossible de partir de l’île autrement ? Quel est ce phare aux objets trouvés ?

Le visuel est ici subtilement simple et épuré, le contraste avec l’intrigue qui nous questionne n’en est que plus grand. Les personnages, pour la plupart adolescents, sont encore représentés avec des traits juvéniles, ce qui est d’autant plus frappant quand on voit leur détachement et maturité face à ce qui leur arrive. L’alternance des points de vue amène, elle, une belle dynamique à l’histoire. Que ce soit par le ressenti des personnages ou les thèmes qui apparaissent en filigrane, il se dégage ici une certaine mélancolie, très douce, qui sied à merveille à l’histoire. Il est un peu tôt pour savoir comment sera traité la problématique du rejet qui est à la base de la présence sur l’île. Le second tome, attendu avec impatience, permettra peut-être commencer à lever le voile sur cette série bien mystérieuse.

L'île aux escaliers

©Yukata KONO ©2019 Ai UZUKI/SQUARE ENIX CO., LTD.

 

Un été à Tsurumaki (de Shin’ya KOMATSU aux éditions Imho) :

Un été à TsurumakiRésumé : Le dernier jour de l’école, un enfant qui a le pouvoir de parler aux plantes arrose une jacinthe d’eau dans la classe. Mais ce qui s’annonçait comme le début d’un été apaisé est bouleversé : un incident étrange se produit dans la ville de Tsurumaki et chamboule la vie de ses habitantes…

Voilà un manga jeunesse fantastique bien agréable, qui se lit avec facilité. Les personnages sont représentés par un trait doux et enfantin, sans toutefois négliger les décors remplis de petits détails foisonnants et attrayants. L’histoire commence un jour de vacances, avec un petit garçon peu motivé à l’idée de faire ses devoirs mais bien plus à se laisser porter. En voulant sauver une plante dont il devait s’occuper, il va découvrir un monde fantastique, ce qui va aussi être le début de ses ennuis. Les plantes sont ici l’élément central de l’histoire, allant au final jusqu’à tout envahir. La magie est omniprésente, elle se révèle aussi dans les Tanuki, Kappa, fées, et autres personnages fantastiques qui pullulent tout au long de l’histoire.

L’auteur a vraiment développé un univers propre, avec une ambiance particulière qui évoque celle des contes pour enfants. Sous couvert d’une aventure trépidante, dans un univers fantastique, il sera question ici d’évoquer aux enfants (ou de rappeler aux adultes qui le liront) toute l’importance de la nature dont il faut prendre soin et qu’il faut protéger, mais également l’importance de l’amitié, des promesses tenues, et de réparer nos erreurs. Tous les ingrédients sont réunis pour une plongée dans un monde à la limite du rêve, dans un été japonais parfois suffoquant que l’on prend plaisir à découvrir au travers de ses traditions.

Un été à Tsurumaki

©Shinya KOMATSU 2015

 

L’île entre deux mondes (d’Asuka ISHII chez Pika Edition) :

L'île entre deux mondesRésumé : Aoshima, petite île éloignée des îles principales du Japon. Caressée par le vent, bercée par les vagues, cette “île bleue” baigne dans la lumière. Dans ces paysages hors du commun, d’étranges phénomènes happent Tatsumi, jeune professeur nouvellement muté à l’école locale, et le plongent dans un monde à la lisière de la nature et du surnaturel…

Dès les premières pages, il est difficile de ne pas être envoûté par la beauté du trait d’Asuka ISHII, qui est également artiste peintre et illustratrice. Son style retranscrit à merveille l’univers onirique et contemplatif de ce manga. Nous découvrons l’île au travers du regard de Tatsumi, engagé comme nouveau professeur sur l’île, dont il est originaire et qu’il a quitté tout jeune enfant. Très rationnel, il va pourtant vite se retrouver confronté à des phénomènes surnaturels qui vont ébranler ses certitudes au fur et à mesure, et faire ressurgir des souvenirs qu’il pensait oublié. Est-il revenu sur cette île par hasard finalement ?

Le manga est présenté sous la forme d’un grand format, moins habituel mais qui s’avère au final le choix le plus judicieux pour mettre en valeur la beauté du trait et des dessins d’Asuka ISHII. Les éléments et la faune sont ici déployés au maximum pour bien faire ressentir le surnaturel qui entoure le récit de l’histoire – et donc la vie sur l’île. Il s’agit ici d’une lecture dépaysante, reposante, qui évoque des légendes qui semblent prendre vie sous les yeux du héros. Impossible de lâcher cet univers captivant qui nous happe dès les premières pages. L’intrigue se déroule sur fond de période estivale, avec sa chaleur perceptible, ses insectes, la mer. Un parfait moment d’évasion. Série en deux tomes.

L'île entre deux mondes

©2018 Asuka ISHII

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous aimerez aussi...