Attack on Titan et Godzilla : quel géant serez-vous ?

 

Après une sélection de mars plutôt feel good avec des graphismes accrocheurs, nous vous présentons ce mois-ci des jeux de société orientés bataille et géant. Au Japon, les œuvres mettant en scène d’énormes créatures ont le vent en poupe. Il n’est donc pas surprenant de voir des adaptations en jeu de société fleurir progressivement. Aujourd’hui, Journal du Japon vous présente deux jeux de géants : Attack on Titan : le dernier rempart, sorti en 2017, et Godzilla : Total War, sorti en 2021. Les deux jeux sont édités par Don’t Panic Games, que nous ne présentons plus. Alors, quel géant serez-vous ? 

Attack on Titan : le dernier rempart : un géant sur votre plateau

Boîte du jeu Attack on Titan et son titan géant

©Don’t Panic Games

Présentation

Attack on Titan : le dernier rempart est un jeu de plateau au format atypique et relativement imposant. La boîte est aussi colossale qu’un titan, et il faudra avoir de l’espace pour installer correctement les éléments. Contrairement à un plateau classique, il s’agit ici de grimper des paliers sur une tour de combat ou sur le titan lui-même. C’est notamment pour cela que le jeu se dote d’un titan géant à poser sur la table. La mise en place prend un peu de temps, et le système de clip des étages sur le titan est un peu fragile. Soyez prudents en manipulant les pièces du jeu !

Vous installez donc une tour de deux étages avec des canons, correspondant aux 3ème et 5ème étages. À côté, vous posez la figurine du Titan qui se compose des étages 0 à 8. Au pied des deux constructions, on place 12 jetons de citoyens que le géant peut dévorer. Enfin, on place les cartes Stratégie des Héros et du Titan, et la barre de vie de ce dernier.

Le principe du jeu est plutôt simple : il s’agit d’un combat acharné entre un Titan et les héros du manga. Côté humain, les personnages disponibles sont : Eren, Mikasa, Armin, Conny, Erwin, Hange, Sasha et Levi. Côté géant, on peut jouer un titan déviant, destructeur, vorace ou basique. Vous vous en doutez, chaque personnage et titan possède des capacités spécifiques qui permettront de varier les stratégies ! À vous de choisir le personnage qui vous permettra d’arriver à vos fins.

Cartes des personnages

© Don’t Panic Games

Déroulement

Attack on Titan se joue de 2 à 5 personnes. Un joueur incarne le titan de son choix, et affronte les autres qui jouent en coopération. Le titan est doté d’une carte de capacités spéciales, et de 7 cartes d’attaque. Chaque personnage dispose également d’une carte de capacité spéciale ainsi que de cinq dés correspondant à sa couleur. Chaque symbole représente une action spécifique : se protéger (bouclier), attaquer le titan (épées), tirer un boulet (canon), se déplacer (personnage en saut), esquiver (grappin). Si un joueur tombe sur une tête de Titan, il doit céder son dé à l’ennemi qui l’utilisera pour son attaque spéciale. En plus des attaques personnelles de chacun, les Héros disposent de cartes Stratégie, visibles par tous. Ils doivent coopérer pour exécuter les actions des cartes et attaquer le géant avec efficacité.

Chaque tour nécessite 7 étapes stratégiques :

  1. Le Titan sélectionne 2 cartes actions et en pose une face visible, l’autre face cachée. Il dévoile la moitié de son plan.
  2. Les joueurs Héros lancent leur dés autant de fois qu’ils veulent jusqu’à être satisfait de leur résultat (ou d’avoir donné tous leurs dés au Titan).
  3. Le Titan choisit d’utiliser ou non les dés Titan obtenus pour lancer une attaque propre à sa catégorie, puis les rend aux joueurs concernés.
  4. Les Héros relancent une fois les dés récupérés pour avoir une chance supplémentaire d’affiner leur stratégie.
  5. On applique les effets des actions du géant dans l’ordre : d’abord la carte visible, puis la carte cachée.
  6. Dans l’ordre qu’ils veulent, les Héros jouent leurs dés et appliquent leur stratégie.
  7. Chaque Héros récupère ses 5 dés, le Titan met de côté ses 2 cartes action qu’il ne pourra pas jouer pendant le tour suivant. Il récupère celles mises de côté au tour précédent.

La victoire des Héros survient quand la barre de vie du Titan est dans la « Kill Zone », et qu’ils parviennent à réaliser les actions d’une des deux cartes stratégie  » Victoire des Héros « . Le Titan gagne si : l’un des Héros meurt, tous les jetons citoyens sont éliminés ou si tous les canons sont détruits.

Les cartes de victoire - tuer le géant

© Marine M. pour Journal du Japon

Des stratégies multiples

L’existence de capacités propres à chaque personnage, qu’il soit un Héros ou un Titan, permet une grande diversité des parties et des stratégies. Nous ne dévoilons volontairement pas les techniques de chacun afin de vous laisser la surprise, mais en fonction de votre personnage, vos actions changeront radicalement. Puisque le Titan ne dévoile qu’une seule de ses attaques, il faut anticiper la seconde et se protéger au maximum.

Cependant, il ne faut pas non plus mettre l’attaque de côté, au risque de perdre. Le Titan jouant toujours en premier et connaissant les tactiques des joueurs (en face visible), il a souvent une longueur d’avance… Plus le nombre de Héros est grand, plus le jeu devient difficile pour le Titan, mais pas impossible car ses attaques sont puissantes et dévastatrices. En revanche, avec seulement 2 Héros, il est très difficile de gagner : nous recommandons, à 2 ou 3 joueurs, d’incarner plusieurs Héros.

L’avis de Marine

Ce jeu a un très bon potentiel de jouabilité. J’apprécie particulièrement la multitude de possibilités sur une seule partie en fonction des stratégies adoptées. J’ai du mal avec les jeux répétitifs, alors ça casse un peu la redondance et c’est très bien. En revanche, avec mes amis, nous avons remarqué que le jeu n’était pas équilibré. Certains titans ont des attaques vraiment dévastatrices et rendent le jeu des Héros très difficile, et d’autres ont des capacités très répétitives qui font que le Titan a peu de chance de l’emporter. Côté Héros, certaines capacités sont vraiment très utiles, et d’autres sont plus difficiles à employer. Ce déséquilibre entraîne parfois des parties qui traînent en longueur et frustrent les joueurs car tout est prévisible. En effet, comme le titan n’a que 7 cartes d’attaques et en omet 2 tous les deux tours, les Héros devinent facilement quelle sera sa prochaine stratégie et comment la parer. La base de jeu est donc très intéressante mais les titans mériteraient une plus grande quantité et variété d’attaques, tout comme les Héros. J’ai également trouvé le plateau très fragile avec le système d’étages à clipper sur les figurines, j’ai toujours peur de casser un morceau … En dehors de ces bémols, Attack on Titan reste un jeu détente, qui propose une mécanique intéressante et sympa à jouer faire entre amis. Cependant, il reste peut-être plus adapté à un public d’enfants plutôt que d’adultes. Pas besoin non plus d’avoir vu la série pour apprécier le jeu, qui ne spoile rien si ce n’est les 8 personnages !

De 2 à 5 joueurs
A partir de 14 ans
Parties de 30 à 45 minutes
Achetez le jeu ici au tarif de 50€

Godzilla : Total War : un seul géant sera gagnant

Présentation du jeu

© Don’t Panic Games

Présentation

Contrairement au jeu précédent, la boîte de Godzilla : Total War est plutôt petite et plus facile à transporter en voyage ou en soirée. Il n’y a pas de plateau, mais plutôt des decks de cartes et des cartons représentant chacune un géant du folklore des kaiju japonais. À l’ouverture du jeu, il vous faudra découper ces cartons et les petits marqueurs de points qui vont avec. Attention, ces derniers sont plutôt fragiles, à manipuler avec délicatesse.

L’installation est relativement simple : vous placez une pile de cartes orange qui vont servir pour les tours de jeu, une pile de cartes spéciales bleues (les cartes « immeuble »), et c’est tout. Ensuite, vous choisissez le(s) kaiju que vous allez incarner et vous récupérez le carton correspondant et le marqueur de points.

Le principe, vous l’aurez deviné, est d’être le meilleur géant et de décimer les autres kaiju. Le style de jeu fait un peu penser au UNO, en se jouant autour de cartes numérotées, et de cartes spéciales permettant d’inverser le sens du jeu, de cibler un ennemi pour lui imposer de jouer ou encore d’infliger des blessures parfois impossibles à contrer.

Déroulement

Gozdilla : Total War se joue de 3 à 12 personnes. Sur leur site, Don’t Panic Games précise que c’est un jeu facile à apprendre et rapide à jouer. Cependant, comme il y a pas mal de combines à bien connaître pour jouer correctement, ce n’est pas aussi simple que ça en a l’air. Chaque joueur incarne le géant de son choix et compose avec ses statistiques, indiquées sur le carton. Les points de vie se trouvent dans le cœur en bas à gauche. Le chiffre en blanc indique sa Force Innée (à jouer en jeu). Quant au vert, il représente le nombre de points de victoire donnés quand on est tué par un ennemi.

Cartes de personnages - quel géant serez-vous ?

© Don’t Panic Games

Un tour peut durer plus ou moins longtemps selon les cartes tirées. Chaque joueur commence avec 3 cartes orange en main, face cachée. À tour de rôle, chacun joue une carte numérotée (de 0 à 10) et le joueur suivant doit poser une carte de valeur égale ou supérieure pour échapper à la blessure.

S’il n’a aucune carte correspondante, il peut jouer une des 4 cartes spéciales : changer le sens du jeu (flèches), cibler quelqu’un qui devra jouer à sa place (cible), blessure et double blessure. N’importe quelle carte spéciale peut en contrer une autre. Seule la carte double blessure est impossible à contrer, et il n’y en a qu’une dans le jeu. Certaines cartes ont des actions précises : jouer un -3 permet de diminuer la jauge de points à égaliser ou dépasser. Par exemple, s’il fallait mettre une carte de 8 ou plus, le -3 permet de faire redescendre le compteur à 5. Une fois sa carte posée, le joueur reprend une carte de la pioche orange, pour en avoir toujours 3. S’il oublie, il joue à 2 cartes jusqu’à la fin du tour.

Le tour s’achève quand un géant ne peut plus contrer les cartes. Il choisit alors une carte de sa main, et prend les dégâts indiqués dessus. L’idéal est donc de garder des cartes à petits nombres. À ce moment, si un adversaire possède dans sa main une carte numérotée avec un cœur, il peut la poser pour infliger davantage de dégâts au kaiju blessé.  Autre carte spéciale : si pendant le tour, une carte numérotée avec un symbole d’immeuble est jouée, il faut tirer une carte bleue et la poser face visible. Le géant ayant perdu la manche devra aussi en choisir une et appliquer le nombre de dégâts indiqués. En gros, un kaiju blessé peut prendre jusqu’à 3 cartes de dégâts.

Cartes spéciales

© Don’t Panic Games

Le géant enragé et la Force Innée

Chaque kaiju dispose de ce qu’on appelle la Force Innée, représentée par un chiffre blanc sur le carton de personnage. Cette Force Innée peut s’utiliser à n’importe quel moment du jeu pour faire grimper les enchères de numéros. En effet, il arrive parfois que vous n’ayez pas de carte suffisamment haute pour contrer l’adversaire. En utilisant la Force Innée, vous ajoutez le chiffre de votre carton à celui de la carte que vous jouez. Par exemple, si votre géant a une Force Innée de 5 et votre carte vaut 7, vous atteignez un total de 12, que l’adversaire devra alors bloquer. Une fois la Force utilisée, il faut incliner son carton de personnage sur le côté. Deux façons permettent de récupérer sa force : utiliser pendant son tour une carte  » dégâts supplémentaires  » (avec le cœur) ou prendre des dégâts en fin de tour.

Lorsque la barre de vie d’un géant atteint 0, il passe en mode enragé : on retourne alors le carton de personnage. Ainsi, le kaiju a des points de vie, de victoire et de Force Innée différents. Cela permet de changer sa stratégie et d’avoir éventuellement plus de marge de manœuvre pour corser la partie.

La partie se termine quand un géant est éliminé (côté normal et côté enragé), ou quand l’un des kaiju atteint le nombre de points de victoire maximum indiqué sur sa carte. On donne alors la carte  » Roi des Monstres  » au gagnant, qui aura des capacités spéciales supplémentaires pour la partie suivante.

L’avis de Marine

Pour un jeu censé être facile à prendre en main et jouable à partir de 8 ans, j’ai trouvé que les règles manquaient parfois de clarté. Le jeu m’a immédiatement fait penser à une partie de UNO un peu plus pimpée. Il faut vraiment maîtriser tous les aspects des attaques et les spécificités de chaque carte pour vraiment apprécier la partie.

Le jeu peut vite être redondant, car il s’agit toujours de renchérir en termes de cartes numérotées. Le mode enragé peut être aussi intéressant -pour tenter de renverser la situation- que frustrant, car il rallonge parfois inutilement la partie. Quant à la carte du  » Roi des Monstres « , c’est un peu dommage qu’elle serve uniquement pour une nouvelle partie. J’ai également trouvé que les points de chaque personnage sont relativement déséquilibrés. Il y a quelques personnages avec beaucoup de points de vie et d’autres très faibles, même en attaque. À voir au bout de plusieurs parties si cela se ressent.

En dehors de ces bémols, Godzilla : Total War reste un jeu sympathique à faire en soirée entre amis ou en famille. Une fois le style de jeu bien maîtrisé, les stratégies prennent tout leur sens. Il ne reste plus qu’à défier nos adversaires à coup d’attaques bien placées. Nous vous conseillons une lecture minutieuse des règles pour ne rien omettre.

De 3 à 12 joueurs
A partir de 8 ans
Parties d’environ 20 minutes
Achetez le jeu ici à 20€


Don’t Panic Games édite régulièrement des jeux de société inspirés par la culture nippone. Cela plaît ou non. Avec Attack on Titan : Le dernier rempart et Godzilla : Total War, la maison d’édition a souhaité s’attaquer à deux grands classiques. Les jeux, directement inspirés d’œuvres existantes, sont à double tranchant. Ceux-ci ne répondent pas au fan service, et on peut y jouer sans forcément connaître les licences originales. Ce sont tous deux des jeux familiaux, basés sur la stratégie, voire parfois la coopération. A tester lors de vos prochaines soirées jeux !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.