Il était une fois Edo – Épisode 1 : de la guerre à la paix

Si plus de 400 ans nous séparent de la période d’Edo, elle continue néanmoins de nourrir l’imaginaire collectif japonais. Nombre d’œuvres telles que le manga L’habitant de l’infini d’Hiroaki SAMURA ou encore le film Silence de Martin Scorsese se déroulent dans cette société féodale, et nous donnent ainsi une idée de la vie des Japonais d’antan. Nous vous proposons de découvrir cette époque en revenant sur son histoire. Au fur et à mesure, vous pourrez avoir un aperçu général des acteurs et des problématiques du temps des guerriers.

Vu d'Edo

Représentation sur paravents de la ville d’Edo au 17e siècle. Différents éléments peuvent être aperçus tels que le château des Tokugawa à droite, ou le mont Fuji dans le coin gauche (Wikimedia Commons)

 

L’unification et la pacification d’un pays

Avant de parler de l’époque d’Edo à proprement dite, il est nécessaire de faire un léger retour en arrière. En effet, durant la majorité du 16e siècle, l’archipel japonais est en pleine guerre civile : c’est la période des provinces en guerre ou sengoku jidai (1467-1573). Le shôgunat des Ashikaga (1336-1573) a depuis longtemps perdu de son autorité. Les daimyô, des grands seigneurs de guerre, profitent de cette faiblesse pour gérer leurs provinces à la manière de petits états autonomes. Dans une volonté de s’octroyer davantage de pouvoir, ils se livrent des batailles sans merci avec leurs voisins. En conséquence, les rivalités entre les clans s’accentuent davantage.

Les acteurs de cette fin d’époque

Oda Nobunaga

Portrait de Nobunaga Oda (WIkimedia Commons)

C’est dans ce contexte qu’apparaît Nobunaga ODA (1534-1587) dans la province d’Owari qui est aujourd’hui le département d’Aichi. Il était réputé pour son intelligence et son goût pour la justice, l’amenant parfois à prendre dans ses armées des paysans, s’il les en juge capables. Il réussit l’exploit de destituer une fois pour toute en 1573 les Ashikaga, et peut ainsi entamer un processus de pacification du Japon. Mais, en 1582, il est contraint avec son fils au suicide par un traître dans ses rangs.

Cette perte soudaine de l’unificateur du Japon et de sa descendance laisse un vide qui ne sera comblé qu’avec la prise du pouvoir par le deuxième homme à l’origine de la pacification. Ainsi, c’est le général Hideyoshi TOYOTOMI (1537-1598) qui prend la tête du pays. Cet homme était issu du peuple, mais avait été repéré par Nobunaga Oda et il a pu ainsi progresser socialement. Il poursuit les batailles pour soumettre ses ennemis à son autorité. En parallèle, il instaure des réformes pour limiter les risques de révoltes, tant du coté de la paysannerie que des guerriers. Il meurt en 1598 laissant derrière lui son fils Hideyori TOYOTOMI. Cependant, il est encore trop jeune pour gouverner et est mis sous la tutelle du troisième homme à l’origine de la pacification du pays : Ieyasu TOKUGAWA (1543-1616).

Cet ancien général de Nobunaga est d’une nature ambitieuse et a longtemps convoité la place de Hideyoshi Toyotomi. La mort de ce dernier, la faiblesse de son héritier et l’accès à des postes clés pour Ieyasu sont des facteurs qui incitent à mettre en place un plan pour destituer Hideyori. Les querelles entre les Tokugawa et Toyotomi culmineront lors de la bataille de Sekigahara en 1600 durant laquelle Ieyasu obtient la victoire. Il soumet alors tous ses ennemis politiques. Hideyori doit s’incliner et lui soumettre allégeance. Ainsi débute la période d’Edo.

Tokugawa Ieyasu

Représentation d’Ieyasu Tokugawa (WIkimedia Commons)

 

Le début du règne des Tokugawa

Sa victoire en 1600 le propulse à la tête du pays puis, après avoir obtenu en 1603 de l’empereur le titre de Shôgun, Ieyasu Tokugawa annonce établir sa capitale dans une ville du Kantô, à Edo. C’est d’ailleurs de là dont provient le nom d’époque d’Edo, en référence à l’espace géographique où se décidait la politique du pays pendant plus de deux siècles. Ancien village de moindre envergure, Ieyasu a développé cette région lorsqu’il a reçu ces terres en récompense pour ses campagnes militaires. Autour de son château, le commerce se développe et attire de plus en plus de monde au fil du temps.

Néanmoins, malgré son ascension politique, il est conscient qu’il doit encore s’assurer de la pérennité de son pouvoir afin d’être en mesure de transmettre son titre à sa lignée. Ayant lui-même pris par la force l’autorité du pays, il a peur que d’autres seigneurs ne tentent de le renverser. Il entreprend des mesures et des réformes afin de poursuivre la pacification du Japon. Il entend réduire l’influence des grands seigneurs de guerre pour limiter leur puissance et donc le risque de révoltes.

En effet, malgré une pacification progressive des mœurs, le Japon était, jusqu’à la fin de l’époque d’Edo, dirigé par la classe guerrière. Or, ces derniers vivaient pour se battre, mais se voient imposer de ne plus entreprendre de guerre à titre personnel. Aussi, il convient pour Ieyasu de réinventer leurs objectifs quotidiens, sans pour autant renoncer à leurs modes de pensées et de vie. Nous nous attarderons sur ce point dans un futur article.

Fin des Toyotomi et début du règne sans partage

Il décide en 1615 de faire un exemple en la personne de Hideyori Toyotomi pour montrer ce qu’il en coûte de s’opposer aux Tokugawa. Ieayasu et son fils Hidetada, devenu dès 1605 shôgun à la place de son père, mènent le siège d’Osaka tuant ainsi les derniers membres de la famille Toyotomi. La logique derrière cet acte est aussi d’éliminer définitivement les derniers soutiens de l’ancien général. Après des dizaines d’années à consolider et officialiser les liens de vassalité avec les autres grands seigneurs, que ce soit ses alliés ou ses anciens ennemis à Sekigahara, le gouvernement des Tokugawa peut appliquer pleinement sa vision politique pour le pays, dans ce qu’on appelle la pax Tokugawa. Il éloigne ses anciens adversaires loin de la capitale, tandis que ses alliés se voient gratifier de terres à proximité. De ce fait, ses proches sont au plus près du pouvoir des Tokugawa.

 

Ainsi, après des années de guerre, le Japon sous l’impulsion de Nobunaga Oda se pacifie petit à petit. Ce sera au final le clan des Tokugawa qui obtiendra pour les siècles à venir la responsabilité de gérer tous les aspects de la vie quotidienne des Japonais. Dans cette société, la paix s’installe, à l’exception de certaines révoltes limitées dans leur influence. Les guerriers, la classe dominante de cette période, sont soumis à l’autorité du clan au pouvoir. Et ils doivent dorénavant vivre dans un monde sans guerre.

Comment  le gouvernement d’Edo pourra structurer cette nouvelle société ? Comment va émerger la culture dite d’Edo ? Rendez-vous au prochain épisode pour en savoir plus sur cette fascinante période ! Et en attendant, pourquoi ne pas vous laisser tenter par une présentation et notre avis sur Le temps des samouraïs, la série documentaire de Netflix sur l’unification du Japon ?

Le temps des samouraïs, la série documentaire sanglante de Netflix sur l’unification du Japon

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Concours Rentrée littéraire 2022 : des romans, mangas et light novel pour votre PAL !