Les Chevaliers du Zodiaque : voyage dans le temps avec Jérôme Alquié

Les Chevaliers du Zodiaque… Quelques mots à la puissance évocatrice à nul autre pareil. Cet anime phare du Club Dorothée, puis le manga de Masami KURUMADA arrivé chez nous la décennie suivante, a bercé des générations de fans de mangas, de japanimation et du Japon en général. Les adaptations, suites, préquelles et séquelles ont été, et sont encore, nombreuses, dans différents formats et sur différents médiums. Avec, plus ou moins de réussite, on ne va pas se mentir. Aussi quand Kana, fort du succès de sa Collection Classics avec Albator et Goldorak, s’attaque au légendaire Saint Seiya sous la houlette de Jérôme Alquié, déjà dessinateur de Capitaine Albator – Mémoires de l’Arcadia, et de Arnaud Dollen… Nous étions curieux, vous vous en doutez !

Nous avons donc lu l’ouvrage et sommes partis à la rencontre du dessinateur pour échanger avec lui sur ce que peut représenter Les Chevaliers du Zodiaque pour un adolescent des années 80, avant d’évoquer la genèse du titre,  Saint Seiya – Les Chevaliers du Zodiaque: Time Odyssey et ce qui pouvait en faire la singularité. Alors enfilez votre armure et embarquez vos météores de Pégase et d’ailleurs, c’est parti !

Time Odyssey : de quoi parle-t-on ?

Résumé éditeur : Depuis la nuit des temps les Dieux de L’Olympe s’affrontent pour le contrôle de la Terre. Face à eux se dresse la Déesse Athéna, aidée de ses chevaliers ! Alors qu’un nouvel adversaire entre en scène, c’est le futur même des Chevaliers qui se trouve en danger.

Ikki, le chevalier de bronze du Phénix, saura-t-il dénouer les fils du destin ?

Cette série au format BD et aux superbes couleurs, qui comptabilisera 5 volumes, a débuté le 30 septembre dernier en reprenant, donc, un résumé rapide des événements pour nous amener jusqu’aux Chevaliers d’Argent. Avec ses couleurs qui rappellent l’animé des années 80, le nostalgique arrive donc directement dans une zone très confortable et le chara-design ne souffre d’aucune fausse note : vous revoilà dans les Chevaliers du Zodiaque, on entendrait presque Bernard Minet qui nous dit qu’ils s’en vont « à l’attaaaa-que » en chantant une chanson bien haut… (allez-y, on vous laisse finir ça dans votre tête ou le crier sans retenue).

Bref, côté immersion… checked !

Le nouveau récit s’installe alors avec de nouveaux chevaliers, ceux de Chronos, même si ce dernier n’apparaît que rarement pour ce premier opus, laissant la place à ses plus fidèles généraux et quelques-uns de leurs sous-fifres. Nos Chevaliers de Bronze vont battre le fer mais c’est surtout Ikki la star, pour commencer. En effet, chaque volume mettra en avant un Chevalier tout particulièrement, à un moment clé de la saga. Les 5 Chevaliers de Bronze sont donc de retour, au cœur du scénario et de l’action : plus besoin de savoir donc si leurs remplaçants seront à la hauteur des originaux. Du côté des ennemis, on retiendra particulièrement les Moires, les trois sœurs tisseuses du destin (en beaucoup moins mignonnes que dans Cendrillon, attention) qui inscrit aussi ce récit dans un univers mythologique omniprésent.

Avec sa version normale et collector, voilà donc une belle madeleine de Proust, et un cadeau assez bien trouvé pour les fêtes. Vous pouvez retrouver les informations habituelles sur le site de l’éditeur Kana et même lire un extrait là. Le premier tome des Chevaliers du Zodiaque – Time Odyssey chez notre partenaire Cultura tout comme sa version collector.

Et maintenant, place à l’auteur-dessinateur Jérôme Alquié pour un voyage dans le temps, aux origines du livre et de la passion pour cette série mythique.

 

Des Chevaliers du Zodiaque à Time Odyssey

Journal du Japon : Bonjour Jérôme Alquié et merci pour votre temps.

Pour commencer, parlons de vous et de votre rencontre avec les animés japonais et Saint Seiya. Si je la fais courte, vous faites partie de la génération Club Dorothée, élevée à Albator, Goldorak, Dragon Ball, Cobra et, donc, Saint Seiya… Une passion commune pour cette série vous unit vous et Arnaud Dollen d’ailleurs, puisque vous êtes des amis de longue date, qui se sont rencontrés au Club Japon d’une école d’ingénieur. Mais je digresse… Parlez-nous de votre rencontre avec l’animé de Saint Seiya : quels souvenirs en gardez-vous ? Quel impact sur le jeune homme que vous étiez ?

Jérôme Alquié : La rencontre s’est faite dès le premier épisode, le 6 avril 1988. Je passe devant la télé, je vois des colonnes grecques dessinées à l’écran, je me dis : “ah tiens, peut-être un truc en rapport avec Ulysse 31” que j’aimais énormément quand j’étais petit. J’avais 6 ans pour Ulysse 31, et du coup, 13 ans lorsque j’ai découvert Saint Seiya.

Je commence à regarder, je vois les armures étincelantes qui brillent dans tous les sens, un combat avec Cassios je crois. Je ne comprends pas tout, mais je me dis que ça a l’air vachement sympa.

Je décide de regarder un petit peu la suite et on arrive aux épisodes 4 et 5, avec le super combat entre Seiya et Shiryu où finalement Seiya sauve Shiryu en le re-frappant dans la griffe droite du dragon. Là, je me suis dit : “ok, là, on est devant quelque chose de mythique, d’épique, de fantastique et tout…” et ça va être mon animé culte que j’appelais dessin animé évidemment, à l’époque. Voilà la première rencontre.

D’un point de vue plus personnel : j’avais 13 ans et j’adorais dessiner, et c’est une période où je commençais à comprendre ce que je dessinais. Avant je me contentais de recopier ce que je voyais pour faire vivre les personnages d’un mercredi à un autre. Mais, là, je commençais à comprendre un peu l’anatomie, la manière de dessiner, les premier-plans, les arrière-plans… et ça m’a donné envie d’apprendre encore plus. 

Les Chevaliers du Zodiaque me passionnait d’un point de vue histoire et image, donc, et en plus cela m’a servi de professeur de dessin pendant des années et des années (je n’ai jamais pris de cours, je suis autodidacte). 

En 95 comme vous l’avez dit c’est la rencontre avec Arnaud en école d’ingénieur. Saint Seiya était un petit peu derrière nous mais nous avons commencé à nous y ré-intéresser parce que je diffusais des animes dans ma chambre et il est venu me rencontrer. Nous avons commencé à discuter autour de Saint Seiya et à travailler ensemble : moi je dessinais et lui écrivait des fanfictions… 

Et puis voilà, 27 ans plus tard, on se retrouve à faire Saint Seiya – Time Odyssey pour Kana en collaboration avec Kurumada, la boucle est bouclée ! (Rires)

Jérome et Arnaud 2022

 

La série jouit d’une longévité peu commune. Il y a certes une production régulière de nouvelles versions et de nouvelles sagas, mais c’est surtout la série originale qui reste dans les cœurs des trentenaires et quarantenaires. Au-delà de la nostalgie, qu’est-ce qui fait que, selon-vous, Les Chevaliers du Zodiaque traverse le temps ?

Alors c’est une série qui est régie par les codes du shônen et en particulier du nekketsu : on a un personnage qui commence tout seul au départ et, à force d’affronter des adversaires tous les plus valeureux et honorables les uns que les autres, finit par transformer les adversaires d’hier en amis de demain, puis créer de petits groupes pour affronter des adversaires toujours plus puissants, etc.

Je pense que, en fait, cela faisait écho à plein de choses quand j’étais gamin : tu arrives à l’école où tu ne connais personne, puis tu te fais des amis et, au fur à mesure, ce groupe d’amis te permet d’affronter des choses plus importantes que, toi, tu n’aurais pas été capable d’affronter tout seul. Cette amitié qui nous lie est un petit peu ce que l’on retrouve aussi comme valeur dans les Chevaliers… après nos histoires à nous n’étaient pas aussi épiques que celles du Chevaliers du Zodiaque bien sûr ! (Rires)

Ensuite, il y a des aspects intemporels dans la série : elle est basée sur la mythologie grecque par exemple. C’est un vivier d’histoires absolument incroyable, qui est étudié encore aujourd’hui : les jeunes enfants continuent à lire L’Odyssée et L’Iliade. La mythologie grecque est très présente, avec des personnages basés sur un destin qui leur est propre, des constellations avec tous les aspects astrologiques qui y sont liés… Leur armure brille comme les étoiles de leur constellation et leur design est le même que celui des animaux mythologiques… Il y a un travail sur l’imaginaire qui est extraordinaire. Même aujourd’hui encore, cela me fascine… Alors lorsqu’on a 13 ans, encore plus !

Donc même si la série d’origine qui est, on est d’accord, le point de départ de tout, a pu vieillir un peu, les valeurs qu’elle véhicule sont encore présentes, dans Saint Seiya comme ailleurs. Elles peuvent être gérées différemment dans un Naruto, un Demon Slayer ou un One Piece mais elles sont toujours là.

Saint Seiya anime 80

Saint Seiya, l’anime d’origine

Puisque l’on parle entre amateurs de la série, je me dois de poser la question : quels sont vos chevaliers préférés ?

Le chevalier préféré… Chez les Chevaliers de Bronze, c’est Ikki du Phénix… Ce qui tombe bien, vu que j’ai commencé par lui. Pour les Chevaliers d’Or, c’est Saga des Gémeaux mais pas lorsqu’il est méchant. Pour l’arc d’Asgard, je dirais Siegfried. Pour celui de Poséidon, ce serait Poséidon lui-même. Et pour Hadès, tous… Tous sans exception puisque c’est un arc où tout est vraiment fabuleux !

 

Le projet de cette nouvelle BD des Chevaliers du Zodiaque vient d’une idée de Kana si j’ai bien compris, mais comment vous ont-ils présenté le projet, et quelle en a été la genèse ?

Tout commence par une rencontre entre Christel Hoolans et moi en 2013. Au départ, nous avons discuté d’une suite au manga Saint Seiya Oméga qui s’arrêtait au Japon, mais finalement cela ne s’est pas fait pour diverses raisons. Dans la foulée, on s’est dit alors : “qu’est-ce que l’on pourrait faire d’autre” puisque nous avions bien accroché. Je leur ai parlé d’Albator qui était une de mes passions de dessins animés. Ça tombait bien, Kana partait au Japon pour présenter différents projets à maître Matsumoto. C’est ainsi que nous avons avancé et Saint Seiya est resté dans un coin de notre tête. 

Lorsque Albator s’apprêtait à avoir son chemin spatial achevé, nous avons tout de suite rebondi sur Saint Seiya parce que les équipes japonaises étaient les mêmes : c’était toujours Akita Shôten qui s’occupait de la licence Saint Seiya, avec Masami Kurumada. Ils savaient comment Kana travaillait, quels types de produits ils faisaient, ils savaient à quelle vitesse je travaillais, comment… ils savaient que j’écoutais aussi les conseils que l’on me donnait. Toute l’équipe était donc montée et avait fait ses preuves avant que l’on ne commence le projet.

Albator Alquié

Capitaine Albator, par Jérôme Alquié

De fan à devenir auteur, il y a bien sûr un honneur, mais aussi pas mal de responsabilités… Surtout quand on a Maître Kurumada qui veille ! Quels ont été les éléments clés sur lesquels vous avez particulièrement travaillé ? J’ai cru comprendre qu’il y a eu, entre autres, un gros travail sur les armures…

Alors quand tu es fan, tu as grandi avec l’animé, tu as rêvé avec l’anime… mais parce que dans les années 80 il n’y a pas de manga. Ensuite tu découvres dans les années 90, avec l’arrivée du manga en France, ce qu’était Saint Seiya au départ donc finalement tu re-découvres ce que tu aimes et ça te donne encore plus envie d’en faire davantage.

Maintenant entre le fan et l’auteur de BD, en effet, il faut un certain cadre. Ce cadre a été donné par le Japon et par le contrat que l’on a signé avec Masami Kurumada pour adapter son œuvre, et donc le manga, mais pas l’animé. Il y a donc un cadre dans lequel on doit respecter notamment, comme tu le disais, le design des armures qui doivent être fidèles à celles de maître Kurumada en manga et non les armures que l’on peut voir dans l’animé… Surtout les toutes premières versions de l’animé qui avaient été re-désignées pour coller aux jouets de chez Bandai.

Donc il faut respecter ça. Et donc, dans ce cadre, qu’il ne faut pas voir comme une contrainte mais vraiment comme un postulat de travail, on essaie d’avoir toutes les libertés possibles pour explorer diverses nouveautés scénaristiques, essayer de combler un petit peu les blancs laissés par maître Kurumada dans son œuvre originale pour apporter de l’inédit à une série déjà bien connue.

C’est un travail, cette pré-production, qui a pris un peu de temps. Nous avons mis en place une sorte de charte graphique, vers laquelle nous avons convergé entre les équipes Kana, moi-même, Arnaud et le Japon. Une fois que tout cela a été défini, on pouvait commencer vraiment la BD. Mais c’est vrai que cela a pris un certain temps… Pour donner un ordre de grandeur ça a pris entre 4 et 6 mois avant de démarrer le premier album.

 

Cela représente en effet pas mal de travail.  Puisque je parle des armures, je bascule plus globalement sur le graphisme : vous avez pris grand soin de respecter le format original, mais vous évoquez aussi une envie d’en faire une BD, dans le sens franco-belge du terme, à part entière. Comment fait-on pour cela ? 

Allez, si je suis volontairement désagréable je vais dire : “ben on met en version couleur et puis c’est bon” ?

Un manga et une BD franco-belge n’ont pas du tout la même taille, déjà. C’est une évidence, une lapalissade… Mais en l’occurrence ça a de fortes conséquences sur la façon dont tu mets en place tes planches. 

Par exemple, quand tu lis un combat dans manga et que tu es sur le point d’avoir une attaque, tu finis par un gars qui s’apprête à porter un coup en bas à droite de ta page puis tu tournes et puis tu as souvent une double planche pour l’attaque… Puis tu retournes encore la page ; l’adversaire tombe au sol… et cela prend quelques cases avant de repartir sur des textes. Évidemment je ne peux pas faire ça avec du franco-belge parce que si j’utilise des doubles planches à chaque fois qu’il y a une attaque, ce n’est pas une BD franco-belge de 46 planches mais de 150 qu’il faudra. 

Donc c’est vrai  que dans une BD franco-belge, il y a beaucoup plus de cases par page et donc ça demande une réorganisation de l’histoire et des cadrages. Ce sont des contraintes différentes et, en effet, ce n’est pas juste rajouter de la couleur.

Après le choix du format franco-belge plutôt que le manga, il s’est fait parce que moi je ne suis pas dessinateur de manga à la base, les codes du manga je ne les maîtrise pas forcément. Ma culture est plutôt celle du cinéma, des animes et des BD franco-belges. Je trouvais que, pour ce projet des éditions classiques dont le but est quand même de raccrocher les gens qui ont grandi avec ces univers dans les années 80, il était plus sympa de leur donner une madeleine de Proust qui correspond à leurs souvenirs. Donc on a choisi un format qui était celui des BD des années 80, à savoir le franco-belge, et la couleur des anime, mais surtout la manière de coloriser ces animes dans les années 80. Ce qui fait que, lorsque tu ouvres les albums de Goldorak, d’Albator ou des Chevaliers du Zodiaque sur cette édition classique, tu as l’impression de voir un petit bout de dessin animé assis dans  ton canapé, comme quand tu avais 10 ans.

SS Time Odyssey

Saint Seiya en au format BD

On parle des choses difficiles mais travailler sur une œuvre de son enfance, ça doit aussi être des moments de joie, de grande satisfaction je suppose… Avez-vous une anecdote sur un moment particulièrement marquant ?

Alors travailler sur une œuvre de son enfance c’est beaucoup de pression parce que l’on sait qu’il y a un public de fan qui ne va pas vous rater si vous faites n’importe quoi. Moi qui suis fan, je sentais que j’avais la responsabilité de faire en sorte que le résultat soit le plus proche possible de l’original, le plus fidèle, tout en apportant de la nouveauté. 

Pour ce qui est de la collaboration avec Maître Kurumada ce n’était pas une pression mais en effet un grand bonheur parce qu’il était là, un peu derrière notre épaule, à veiller à ce que tout notre travail soit bien en accord avec ce qu’il avait créé. C’était donc une sécurité. Au moins si nous ne pouvions pas plaire à tout le monde, nous étions ainsi certain que, dans son esprit à lui, c’est quelque chose dont il aurait pu être fier.

Ensuite sur une anecdote… En fait, la collaboration a été très active pendant la phase de pré-production ; il y avait beaucoup d’allers-retours. Mais quand nous avons commencé l’album lui-même il n’y a pas eu tant de retour que ça du Japon. Ils étaient plutôt positifs, mais du type “oui oui, vous pouvez continuer tout est bon.” A tel point que, à un moment, j’ai fini par me demander “mais, est-ce qu’ils vérifient vraiment ?”.

Et puis est arrivée une scène où le Japon a manifesté pas mal de remarques autour d’un personnage plutôt secondaire, dans notre histoire s’entend : le Masque de Mort. Les remarques portaient sur le personnage mais aussi sur quelques lignes de dialogue… et là on a compris, au travers de leurs remarques hyper détaillées, hyper précises, qu’ils regardaient vraiment tout et que, s’il n’y avait rien eu jusqu’à maintenant, c’est parce que tout était bon à leurs yeux.

Donc finalement nos erreurs d’appréciation du personnage en question ont été la meilleure chose qui nous soit arrivé, ça nous a enlevé beaucoup de pression car nous étions sûr qu’ils passaient notre BD au crible avant de la valider, que ça collait bien à ce que monsieur Kurumada avait en tête.

 

Autre composante dans la création : le fait que les amateurs de Saint Seiya aient grandi et ont désormais 30,40, 50 ans ans pour certains. Sur Goldorak, l’idée était de parler de l’autre face de la guerre entre les Terriens et les forces de Vega. Pour les Chevaliers du Zodiaque, à qui vous adressez-vous ? Comment parler à un public plus adulte tout en conservant les ingrédients shônen ?

Alors je ne saurais pas forcément répondre à cette question. Je ne suis pas, je n’ai jamais été, un philosophe des grandes personnes, mais plutôt un philosophe des grands enfants. J’essaie de mettre avec Arnaud des choses intéressantes, un peu plus profondes que ce que nous avions perçu enfants… encore que Saint Seiya était relativement adulte dans le sens où la série n’était pas manichéenne, les chevaliers n’étaient pas des gentils contre des méchants mais ils se battaient vraiment contre des adversaires qui n’étaient pas des personnages simplistes. C’était important pour nous de conserver ce côté non-manichéen. 

Au-delà de tout ça, ce qui m’importait, c’était de faire un coup de projecteur sur chacun des 5 Chevaliers de Bronze et d’essayer d’aller chercher leurs fractures. Ce qui me plait par exemple dans le chevalier du Phénix, c’est sa profonde culpabilité qu’il peut ressentir à la mort de sa bien aimée, Esmeralda, sur l’île de la Reine de la Mort et de montrer comment l’on vit avec une culpabilité et les erreurs que l’on a fait, et que l’on ne peut pas réparer. Comment avancer en essayant de ne pas les reproduire et faire des choses justes. Voilà le genre de chose que nous n’aurions peut-être pas abordé dans une BD pour enfant mais ce n’est pas pour autant que l’on a cherché à parler spécifiquement à des adultes… Par contre je sais que je voulais réaliser une BD qui plaît aux gens qui ont grandi dans les années 80 et qui aimeront retrouver des éléments de leur enfance, pas juste en tant qu’enfant, mais en tant qu’enfants ayant grandi.

Les Chevaliers de Bronze, le retour !

Les Chevaliers de Bronze, le retour !

Nous parlions des différents arcs des Chevaliers du Zodiaque tout à l’heure. Pouvez-vous nous expliquer pourquoi vous avez choisi de positionner vôtre récit lors de la réincarnation d’Ikki, lorsque les chevaliers d’Athéna affrontent les chevaliers d’Argent ?

Tout simplement parce que c’est le point de départ de l’intervention de notre antagoniste, dans l’histoire originale. Si Ikki était resté enfoui sous le mont Fuji, vaincu par ceux qui allaient devenir ses compagnons d’armes plus tard, il n’y aurait pas eu d’histoire. L’élément déclencheur c’est la renaissance d’Ikki.

De plus, notre histoire se place comme une interquelle, ce n’est pas une préquelle ou une séquelle, mais elle s’insère dans le récit original. Or, dans le manga, entre le tout premier chapitre et le combat contre les chevaliers d’argent… il n’y a aucun repos. Les chevaliers sont non-stop en train de se battre. Nous cherchions donc le moment où le manga prenait sa première respiration scénaristique… et c’était à ce moment-là.

Autre choix, c’est celui de faire d’Ikki un personnage encore plus central à l’œuvre pour ce premier tome… Est-ce juste pour pouvoir raccrocher le scénario de départ à Chronos ou est-ce parce que… Ben c’est Ikki quoi !!

Ikki est badass… Il est supeeeer badass. 

Dès le début on s’est dit que nous allions nous insérer dans le récit original : le tome 1 se situe après les Chevaliers d’Argent, le tome 2 se situera après les Chevaliers d’Or et les suivants encore plus loin. Les Chevaliers de Bronze n’ont pas le même pouvoir entre le premier et le dernier tome : ils s’éveillent au 7e sens, ils progressent au fur et à mesure de leurs combats. Nous ne pouvions pas faire des méchants cohérents avec une telle différence de puissance, donc on s’est dit que, pour le premier tome, il fallait placer celui qui était largement plus puissant que les autres : Ikki. Forcément les adversaires qu’il affronte dans ce premier tome seront moins puissants que ceux qui arriveront dans les suivants mais ça permet d’avoir un équilibre des forces qui reste cohérent. 

Il fallait bien faire attention, en faisant des time jump dans l’histoire, à la force des chevaliers qui évoluent au fur et à mesure de la saga et donc créer des adversaires qui peuvent s’adapter par rapport à ça.

Et oui… c’est aussi parce que c’est Ikki, bien sûr !

Saint Seiya

Ikki, le Chevalier du Phénix

Et je viens de citer Chronos mais, là aussi, pourquoi lui ?

La décision s’est faite une fois que nous avons eu le cadre des Japonais, à savoir ce que nous pouvions faire ou pas. Ils nous ont dit que l’on pouvait faire de l’inédit mais je n’avais pas envie de caler notre histoire à un moment unique de la série, car j’aime toutes les époques… et l’évolution des armures aussi :  je ne voulais pas faire que des armures V1,ou que des V2 ou des V3. Nous devions donc inventer une histoire qui se passe un peu pendant le sanctuaire, un peu pendant Poséidon, un peu plus tard, etc. 

Donc l’idée de faire les time jump que j’évoquais avant nous a naturellement fait glisser vers le dieu du temps, Chronos. C’est bien Chronos avec un H d’ailleurs, non pas Cronos le père de Zeus et Hadès mais Chronos, le dieu du temps.

Comme tu l’as déjà évoqué, le dossier de presse dit que la série est prévue en 5 tomes avec 1 tome = 1 chevalier… Peux-tu nous en dire un peu plus ?

En effet, ça rejoint le concept expliqué tout à l’heure. Le premier est donc sur Ikki, le second sera sur Shun, le troisième sur un autre personnage et ainsi de suite. Le fait de mettre le projecteur sur un chevalier ne signifie pas que les autres n’apparaissent pas, bien au contraire, mais cela nous permet plutôt de creuser un peu leur background, un peu plus que ce que l’on connaît déjà, mais aussi de travailler la mythologie de l’armure en question. Pour ceux qui auront eu la version collector du tome 1, vous découvrirez une side story à l’intérieur sur la mythologie de l’armure du Phénix. Les lecteurs pourront retrouver cette petite histoire inédite dans chacun des albums.

La création de BD est différente de celle des mangas, le rythme aussi, et en général les auteurs français produisent un tome par an environ. Est-ce ce qui est prévu de votre côté ?

Oui, mais dans le meilleur des cas. Il a fallu un an et demi pour faire le premier tome, deux ans si l’on compte l’étape de pré-production. Cela demande du temps. C’est la colorisation qui en demande le plus, afin de réaliser les reflets sur les armures et pour avoir des planches vraiment belles et colorées. J’espère que c’est réussi, que ça valait le coup.

Un par an c’est donc un bon chiffre même si je me dis que nous sommes un peu optimistes. Mais on va essayer de s’accrocher à ce rythme en tout cas !

 

Pour finir cette interview, une double question : il y a eu, on l’a déjà dit, de très nombreuses versions de Saint Seiya : de Saint Seiya The Lost Canvas à Saint Seiya version Netflix en passant par Saint Seiya Saintia Shô. Qu’est-ce qui distingue la vôtre des autres ? Quel est votre message, avec ce titre, aux grands fans de la saga ?

L’objectif c’est, déjà, de ne pas faire un spin-off un peu éloigné, trop éloigné de l’original. Lost Canvas c’est magnifique mais c’est une préquelle. Saintia Shô on parle des Saintia qui protègent Athéna donc, même si ça se passe pendant la série, il n’y a pas tant que ça de lien direct avec nos 5 Chevaliers de Bronze bien connus. Omega c’est bien plus tard, donc on les retrouve mais ce ne sont pas du tout les héros… Et il y en a d’autres mais à chaque fois ce sont des spin-offs alors que nous avions vraiment envie de faire revivre les 5 Chevaliers de Bronze.

Qui plus est nous voulions créer une histoire qui tire sa base de la série originale mais qui, en plus, explique des choses de cette série originale. Des choses qui vont se passer dans notre histoire vont être à l’origine d’évènements (comme Shun en tant que réincarnation d’Hadès) que vous connaissez par cœur parce que vous connaissez Saint Seiya sur le bout des doigts.

Donc il y a ça et le fait de retrouver, davantage que d’autres spin-off l’ambiance du “Club Do’” quoi ! C’est par ça que je finirais : nous essayons d’être le plus fidèle possible à l’œuvre de Kurumada et de son Saint Seiya et aussi aux Chevaliers du Zodiaque du Club Dorothée.

Encore merci pour votre temps !

Retrouvez Jérôme Alquié sur Facebook  ou Instagram ainsi que dans notre première interview de l’artiste en mai 2016, plus centré sur son parcours : 

[Portrait] Jérôme ALQUIE : un illustrateur né de l’animation japonaise

 

Remerciements à Jérôme Alquié pour son temps ainsi qu’à Oscar et Stéphanie, l’équipe de Kana pour la mise en place de cette interview.

Paul OZOUF

Rédacteur en chef de Journal du Japon depuis fin 2012 et fondateur de Paoru.fr, je m'intéresse au Japon depuis toujours et en plus de deux décennies je suis très loin d'en avoir fait le tour, bien au contraire. Avec la passion pour ce pays, sa culture mais aussi pour l'exercice journalistique en bandoulière, je continue mon chemin... Qui est aussi une aventure humaine avec la plus chouette des équipes !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous aimerez aussi...