Tokaido Duo et Namiji : voyage au cœur des îles japonaises !

Presque 10 ans après Tokaido, le célèbre jeu d’Antoine Bauza aux inspirations japonaises édité pour la première fois en 2013, l’éditeur Funforge nous fait l’honneur de publier en cette fin d’année 2022 les tant attendus Tokaido Duo et Namiji. Deux jeux de sociétés signés Antoine Bauza qui s’inscrivent directement dans l’univers de Tokaido, pour le bonheur des grands fans du trait de l’artiste Naïade, tout en ayant leurs propres spécificités. Alors, prêt pour un voyage au cœur des îles japonaises ? 

Tokaido Duo

Si vous connaissez déjà Tokaido, alors vous ne serez pas perdus avec ce premier jeu puisque, comme son nom le laisse présumer, il s’agit tout simplement de la version 2 joueurs du célèbre Tokaido que nous vous avions présenté dans notre première sélection de jeu de société en 2019. Si dans Tokaido, vous incarnez un pèlerin en pleine quête personnelle sur l’île de Shikoku, dans Tokaido Duo vous incarnez cette fois-ci 3 personnages différents : un pèlerin, toujours, ainsi qu’un marchand et un artiste. Et cette « petite » différence change en réalité beaucoup de choses !

Découpée en 8 régions reliées par des routes commerciales, l’île de Shikoku se parcoure de manière différente selon le type du personnage : le pèlerin en fait le tour ,le marchand la traverse des montagnes aux villes côtières, et l’artiste recherche les coins les moins peuplés, hors des sentiers battus. Chaque personnage possède ainsi des objectifs différents :

  • Le pèlerin parcoure l’île à la découverte de ses trésors, entre jardins, temples, villes côtières et sources d’eau chaudes. Chacun d’entre eux lui apportant quelque chose de différent.
  • Le marchand cherche à effectuer les meilleures transactions possibles.
  • Et l’artiste souhaite peindre ce qu’il découvre lors de son voyage, pour ensuite offrir ses peintures.

Toutes ces actions génèrent des points de pèlerinage, de commerce et de culture. C’est la somme de tous ces points qui fera de vous le grand gagnant, ou le perdant !

tokaido duo matériel

© Antoine Bauza, Naïade, Funforge

Pour déplacer ses personnages, les tours de jeu se décomposent chacun en 3 temps : le premier joueur lance les 3 dés et en choisit un, il active alors le personnage associé à ce dé. Le second joueur choisit l’un des 2 dés restants et joue à son tour, puis le premier joueur prend le dernier dé disponible et l’active. Au tour suivant, l’ordre des joueurs changent.

Les dés indique le nombre de pas que le personnage peut réaliser, et selon sa nature il avancera d’une certaine manière : soit de région en région, soit de villes marchandes au cœur des montagnes, soit en réalisant le tour de l’île depuis ses côtes. Chaque fois que le personnage fini son déplacement, il effectue l’action que celui-ci lui a permis de réaliser : la création d’une peinture ou le don de celle-ci, l’achat ou la vente d’une marchandise, ou, pour le cas du pèlerin, pleins de choses différentes selon son point de chute.

La partie prend fin si un pèlerin atteint le dernier cran de ses pistes temples ou jardins, si un marchand a placé sa 6ème plaquette d’or sur son plateau ou si un artiste a offert sa 10ème œuvre. Dès que l’un de ces cas-là se réalise, les joueurs terminent le tour en cours et passent au décompte des points !

L’avis de Roxane

Directement inspiré du célèbre pèlerinage des 88 temples de Shikoku, Tokaido est un jeu qui, à titre personnel, ne m’avait jamais vraiment convaincue. Malgré sa bonne réputation, je l’ai toujours trouvé trop lent, ce qui fait que le jeu n’a jamais réussi à se faire une place dans ma ludothèque. Pour autant, j’avais très hâte de découvrir Tokaido Duo, la version 2 joueurs, car j’ai toujours pensé qu’il ne manquait qu’un petit quelque chose pour que ce jeu me convienne.

Et il faut dire que j’ai eu un véritable coup de cœur pour Tokaido Duo qui est un excellent jeu de stratégie pour 2 joueurs. Les règles sont très simples à comprendre et à assimiler. Il suffit d’un seul tour de jeu pour prendre le coup de main. La partie se déroule sans accro puisque rien ne laisse de place au doute. Il n’y a pas de temps mort, le hasard représente une part très réduite malgré le fait que le système de base repose sur un lancer de dés, et ce grâce au choix alterné des dés à appliquer ainsi qu’aux pouvoirs que l’on peut utiliser si l’on a été assez malin pour en être doté.

Bien qu’ils portent le même nom et présentent le même graphisme, je ne lui trouve aucune ressemblance avec Tokaido. En effet, les mécaniques sont complètement différentes : du fonctionnement des déplacements aux actions et aux objectifs, les deux jeux n’ont rien à voir. Il aurait donc très bien pu porter un autre nom même si Tokaido Duo lui convient tout de même très bien, puisque le thème du jeu est parfaitement représenté dans sa mécanique.

Les parties peuvent être plus ou moins longues selon la volonté des joueurs, puisque déclencher la fin est l’un des points stratégiques du jeu. Chez moi, une partie dure en moyenne 30 minutes car nous aimons explorer et utiliser toutes les capacités de nos personnages. Accessible dès 8 ans, Tokaido Duo est un très bon jeu familial qui se sort facilement : la mise en place est rapide, l’explication des règles est simple, le jeu se joue sans voir le temps passé, et on enchaîne les parties pour prendre sa revanche.

En bref : Tokaido Duo est une belle réussite et détrône, à mes yeux, largement son confrère éponyme.,

Plus d’infos sur le site de l’éditeur. Vous pouvez vous le procurer chez notre partenaire Cultura au prix de 18,99 euros.

Namiji

Annoncé en 2019 par le biais d’une campagne Kickstarter, Namiji est sans aucun doute l’un des jeux aux inspirations japonaises les plus attendus du marché ! Cette fois-ci, on quitte la terre ferme et on prend le large. Dans Namiji, vous incarnez un pêcheur aux larges des côtes du sud d’Honshu avec pour mission de réaliser le voyage en mer le plus rentable possible.

Chaque joueur possède son bateau pour parcourir la mer. Celle-ci est jonchée de stations, de tourbillons, de panoramas, de rochers et de pontons. L’arrivée de votre bateau sur l’un de ces éléments permet de réaliser une action différente : pêcher un poisson ou un crustacé, faire une offrande à la mer, débuter ou compléter un panorama, récupérer un rocher ou piocher une carte ponton. Certaines de ces actions permettent de gagner des points, d’autres apportent des améliorations à votre bateau.

Pour se déplacer, on retrouve ici les règles du célèbre Tokaido : c’est le dernier bateau sur la piste qui joue. Il peut avancer d’autant de cases qu’il le souhaite, mais il ne peut ni revenir en arrière ni s’arrêter sur la même case qu’un autre bateau, et doit obligatoirement faire un stop s’il rencontre un ponton. Quand le joueur fini son tour, s’il est toujours le dernier bateau sur la piste, il continue, sinon c’est au tour de celui qui est devenu le dernier.

Namiji

© Antoine Bauza, Naïade, Funforge

La partie prend fin dès lors que tous les bateaux ont atteint l’arrivée. On passe alors au décompte des points : c’est le pêcheur qui comptabilise le plus de points qui gagne la partie ! Il n’y a qu’un seul tour du plateau à réaliser : alors réfléchissez bien à vos arrêts car une case ratée ne sera pas récupérable !

Jouable jusqu’à 5 joueurs, Namiji propose également une variante 2 joueurs avec une légère adaptation des règles de base qui est l’insertion d’un bateau neutre. Celui-ci se déplace selon le souhait du joueur qui a le bateau le plus avancé sur la piste de jeu. Si cet ajout peut sembler anodin, il présente en réalité un fort intérêt puisque son déplacement est la clé de la victoire pour les parties à 2 joueurs.

L’avis de Roxane

Si, étrangement, nous perdons nombre des mécaniques de Tokaido dans Tokaido Duo, nous les retrouvons finalement ici, dans Namiji, notamment dans les déplacements et dans la récolte des cartes panoramas et pontons, qui correspondent dans Tokaido aux cartes panoramas et stations. La différence notable avec Tokaido réside dans l’absence de pièces de monnaies, et donc de la notion d’achat dans le jeu, ainsi que l’absence de pouvoirs liés au personnage. Enfin, je termine cette comparaison avec l’ajout du plateau individuel dans Namiji sur lequel les joueurs réalisent leur pêche, puisque c’est tout le cœur du jeu. Alors, oui, les deux jeux se ressemblent sur certains aspects, mais ils restent bien différents.

Et c’est d’ailleurs ces différences qui me plaisent dans Namiji : le jeu me paraît bien plus stratégique et, du fait de sa fin programmée qui arrive vite, plus difficile. Namiji est clairement compétitif et sa version 2 joueurs vient le confirmer : on avance pour réaliser ses objectifs et mettre en place sa stratégie, mais aussi pour bloquer l’adversaire. Lors d’un duel, le bateau neutre est donc là pour empêcher l’autre d’avancer comme il l’aurait voulu, en réduisant le nombre de choix possibles.

À titre personnel, je ne suis pas fan des jeux où chacun peut venir écraser d’un coup de main toute la stratégie de ses adversaires. Pour autant, je me suis bien prise au jeu car ici tout est prévisible, même le potentiel blocage de l’autre : à nous alors de réussir à anticiper et faire les bons choix. Namiji est donc pour moi une réussite, puisqu’il m’a réconcilié avec la compétition et le blocage de l’adversaire.

La version 2 joueurs est très bien pensée : la présence du bateau neutre apporte une réelle plus-value car l’on doit sans cesse jongler avec l’intérêt d’être premier, et ainsi bouger le bateau neutre, et l’avantage d’être dernier, pour atteindre plus facilement les cases souhaitées.

Les parties sont relativement rapides puisqu’il suffit d’un tour du plateau pour mettre fin à celle-ci. Comptez alors une demi-heure. Le matériel est assez imposant : il vaut mieux avoir une table large. Celui-ci est tout aussi beau que celui des autres jeux de la collection, mais je regrette le choix des cartes panoramas qui auraient pu être plus qualitatives.

Namiji est un très bon jeu pour ceux qui aiment avoir une tension autour de la table tout en restant sur un jeu familial que l’on peut facilement sortir et expliquer, et ce avec n’importe quel type de joueurs.

Plus d’infos sur le site de l’éditeur.

Tokaido Duo et Namiji sont les deux nouveautés de l’univers de Tokaido. Malgré leurs potentielles ressemblances, les jeux possèdent leurs propres mécaniques et intérêts. Pour des parties à 2 dans une ambiance relativement cool, optez pour Tokaido Duo. Pour des parties de 2 à 5 joueurs dans une ambiance plus tendue, optez pour Namiji. Et pour alterner les plaisirs, les 2 sauront se faire une place de choix dans votre ludothèque !

Rokusan

Roxane, 26 ans, passionnée depuis l'enfance par le Japon, j'aime voyager sur l'archipel et en apprendre toujours plus sur sa culture. @_rokusan

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *