C’est le printemps, Journal du Japon vous emmène visiter les jardins japonais !

Avec le retour du printemps, tout le monde a envie de prendre l’air et de visiter des jardins. Journal du Japon vous fait découvrir les jardins japonais à travers une sélection de livres photographiques, historiques, et vous propose de créer votre propre jardin miniature grâce à l’art du kokedama (sphère de mousse).

Comprendre l’histoire des jardins japonais

mysterieusebeauteFrançois Berthier apporte aux lecteurs, dans La mystérieuse beauté des jardins japonais, des clés très utiles pour la connaissance et la compréhension des jardins japonais.

L’ouvrage commence par une réflexion autour du jardin du Ryôanji, ce fameux et énigmatique jardin de pierres de Kyoto. Il puise ses origines dans le zen, qui a toujours été très lié aux arts. Car si la voie du zen comporte des dialogues avec un maître et de longues séances de méditation assise, elle comporte aussi de nombreuses activités manuelles. A ce titre, le jardin est comme un kôan (énigme zen) en trois dimensions. Il apparaît également tel un tableau peint sans pinceau, comme des sûtra écrits sans caractères.
Les jardins secs ont pour père fondateur Musô Soseki au XIVe siècle. Il fut un grand moine zen en même temps qu’un des plus éminents maîtres jardinistes. Si l’on ne sait pas précisément qui a créé le jardin du Ryôanji (peut-être des gueux jardiniers), de nombreuses personnes ont essayé de trouver une signification à la disposition des pierres (explications plus ou moins délirantes rappelées dans l’ouvrage), mais ce jardin déconcertant est avant tout une oeuvre d’art et le mystère permet une part de rêve, que chacun appréciera en contemplant ce tableau minéral. Il inspirera de nombreux autres jardins.

La deuxième partie du livre aborde les principes d’aménagement d’un jardin japonais et les évolutions historiques. Si chacun peut observer une diversité des jardins, il n’en existe pas moins une cohérence des lois de l’art jardinier japonais. Différents types de jardins ont ainsi pu coexister au fil du temps, avec une copénétration de l’ancien et du nouveau.
L’art jardinier s’inspire de la calligraphie : régulier, cursif ou stylisé. Il est organiquement lié à l’habitat car dehors et dedans forment un tout au Japon (sumai, lieu de vie). 
Le jardin ancien s’appelait niwa, qui signifie lieu purifié. La dimension symbolique a longtemps été un élément majeur du jardin : îlots de longévité (grue et tortue), pins symbolisant l’éternité, divinités installées aux quatre points cardinaux. Il devient ensuite jardin paradis, avec un étang aux lotus, un sentier en faisant le tour, et des chemins sinueux entre les bâtiments. Puis vint le jardin zen, décor où erre le regard, jardin sec fait de pierres représentant la stabilité, le côté immuable, le sable représentant l’impermanence, le fluctuant, l’éphémère (et quelques rares arbustes). Ces jardins étaient généralement de petite taille. Il y eut également la création des jardins de thé, avec le roji (signifiant à la fois chemin et terre où l’on se trouve purifié des passions d’ici-bas). C’est un jardin sans fleurs, mais avec des pierres, des lanternes, une vasque remplie d’eau. Les dalles (pierres de passage) y sont arrosées avant le passage des visiteurs de la maison de thé. Enfin, des jardins promenades ont vu le jour. Très grands, rassemblant tous les éléments vus précédemment. Leur relief est créé avec la terre déposée lors de la création de l’étang. Ce paysage totalement artificiel se découvre par petites touches. Le rythme visuel s’impose au visiteur lors d’un itinéraire bien précis. Il possède de nombreux éléments au pouvoir évocateur pour le visiteur.

Ce livre permet d’aborder de façon très claire et passionnante l’histoire des jardins japonais, les principes fondateurs. Il permettra au visiteur de mieux comprendre ce qui s’offre à ses yeux.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.

Un tour du Japon par ses plus beaux jardins.

jardins

Voici un livre « deux en un » : un beau livre regroupant des jardins de tout le Japon présentés et accompagnés de nombreuses belles et grandes photographies, mais aussi un  essai sur l’histoire et l’essence des jardins japonais et leur évolution à travers les époques.

Il se structure ainsi en fonction des périodes historiques, de la préhistoire à aujourd’hui (jardin-architecture à l’esthétique moderne combinant lignes droites, béton, buissons ronds presque lisses) en passant par le jardin du buddha de l’époque Heian, le jardin de la révolution du zen des époques Kamakura et Muromachi et celui de la voie du thé de la période Momoya.

Sans être trop savante, la présentation est précise et argumentée, elle donne des clés pour la lecture des différents jardins qui illustrent ces différentes périodes. Les propos et les photographies (qui présentent le jardin dans sa globalité, mais aussi dans des ses détails les plus parlants) se répondent et offrent une lecture à la fois technique et artistique. Les explications permettent de percevoir l’originalité de chaque jardin, sa vocation, son essence.

Chaque page sera source d’émerveillement pour le lecteur qui n’aura qu’une envie : prendre un billet d’avion et entrer lui-même dans ces paysages miniatures à la beauté apaisante. La carte en fin d’ouvrage permettra de positionner les différents jardins présentés, pour mieux préparer son voyage en fonction de ses coups de coeur.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.

 

Le Japon, pays de mousses.

moussesLes personnes qui ont eu la chance de visiter des jardins au Japon ont souvent été surpris par l’absence de « gazon » à l’occidentale, et par l’omniprésence des mousses. Le Japon est en effet un pays de mousses auquel Véronique Brindeau fait une véritable déclaration d’amour dans son livre Louange des mousses.

Le voyage initiatique auquel est convié le lecteur est richement illustré de photographies qui illustrent l’omniprésence des mousses dans les grands jardins, mais aussi dans les jardinets, sur les pierres, un peu partout. L’auteur explique la richesse de la langue japonaise pour parler de mousses : mousse-cyprès, mousse « pinceau du Yamato »,  mousse d’argent, mousse-phénix, mousse-lanterne, et même mousse « givre qui se dépose » … tout un programme !

Cette mousse chassée et méprisée en occident est au Japon aimée, cajolée. Le voyageur peut l’admirer dans les jardins du Pavillon d’Argent, mais également dans ceux du bien nommé « temple des mousses ». Mais le voyage ne s’arrête pas là, l’auteur invite le lecteur à admirer les mousses du temple de village à Ohara ou celles de la ville d’Hakone (près du musée de la poterie), voire à se rendre à Kurashiki rencontrer mademoiselle Tanaka, libraire et « chasseuse de mousses », qui a publié en 2009 « Parcours de mousses » et continue à les chercher dans les moindres recoins de sa ville.

Les mousses permettent de créer des paysages miniatures. Elles entourent délicatement les pierres, se couchent au pied des bonsaïs. Elles tiennent le premier rôle lorsque les feuilles mortes se posent délicatement sur leur tapis, ou que l’arbre y projette son ombre. Elles sont les éléments principaux du chemin qui mène au pavillon de thé. « Avec modestie, les mousses nous convient à ce « surplus de sens » (yosei) des poèmes, à un espace laissé au vide, à un infini pourtant intime ».

La mousse « est le printemps perpétuel, comme la neige est l’hiver, et comme elle, restitue le monde à son silence ».

L’aménagement des maisons en harmonie avec les jardins est propice à l’émerveillement : « Assis sur les tatamis, on regarde le jardin à hauteur des mousses ou peu s’en faut. Elles glissent en nous la fraîcheur d’une forêt profonde, ouvre le jardin clos à sa lumière lointaine, à ses ruisseaux ».

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.

 

Et si vous vous fabriquiez un mini jardin japonais ?

kokedamaSi vous n’avez pas de jardin, il vous est toujours possible de faire entrer la nature dans votre intérieur grâce aux Kokedama. Ces boules de mousse garnies de plantes sont apparues au Japon au début des années 1990 (koke signifiant mousse et tama ou dama signifiant balle, sphère, mais aussi gemme, joyau).

Cet art végétal mélange plusieurs techniques : Nearai (plante avec raçcines), Kusamona (herbe objet), Bonsai. Des réalisations sont possibles aussi bien avec des plantes d’intérieur que d’extérieur. Un substrat adapté doit être utilisé, expliqué dans l’ouvrage, ainsi que des espèces de mousses spécifiques (parmi les centaines d’espèces qui existent). Suivent des explications sur les engrais, les outils, les supports, l’entretien (arrosage), la taille, le rempotage.

La majeure partie du livre est ensuite consacrée à des exemples de réalisation pas à pas. Chaque composition fait l’objet d’une fiche de synthèse comprenant le niveau de difficulté, la liste des plantes et mousses nécessaires, la composition du substrat, les outils, et la taille à réaliser (hauteur, diamètre de la sphère). La composition est décrite, ainsi que les conditions de « vie » (exposition, où mettre la plante, et quand la sortir ou la rentrer). Une photo pleine page met en valeur le résultat final. Suit un pas à pas photographique très précis, comportant une quinzaine d’étapes.

Un livre très clair qui rend cette technique abordable même aux novices. 

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.

 

Avec tous ces ouvrages, vous découvrirez la beauté et l’âme des jardins japonais, source d’apaisement, de sérénité …

 

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 22 mars 2016

    […] RT @JournalDuJapon: C’est le printemps : Journal du Japon vous emmène visiter les jardins japonais ! https://t.co/MbSl3NvVn9 https://t.co/m…  […]

  2. 24 novembre 2016

    […] Peut-être connaissez-vous François Berthier pour son excellent livre sur les jardins japonais (que vous pouvez découvrir dans mon article sur les jardins dans Journal du Japon). […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *