Des fusées et des gangsters : Deux ovnis nippons chez Books Editions

Books

Books… vous connaissez ? En décembre 2008, les kiosques à journaux voyaient arriver un nouveau magazine, au logo rouge pétant, avec Claude Lévi-Strauss et Google en une, et un sous-titre intriguant : « L’actualité par les livres du monde ». Cinq ans plus tard, « Books, le magazine »:http://www.books.fr/, entre avec fracas dans le monde de l’édition, en publiant… des romans. Et pas n’importe lesquels : des succès de librairie inédits en France, en provenance de Finlande, de République Tchèque, du Nigéria, du Brésil… et du Japon. En effet, dans l’archipel nippon, Books est allé chercher deux livres essentiels : « La fusée de Shitamachi »:http://chroniques-d-un-newbie.fr/?p=5855, de Jun Ikeido, et Sayonara Gangsters, de Genichiro Takahashi. Au Salon du Livre de mars dernier, nous avons demandé à Louis Dumoulin, responsable de Books Éditions, de nous en dire plus.

 

Books

« Books ? C’est une sorte de Courrier International des livres ». À l’instar de son célèbre modèle, Books propose une ouverture sur le monde entier, à travers des articles parus dans tous les pays sur les livres qui font l’actualité. Books traduit donc des critiques de livres, « avec cette idée que c’est dans les livres que l’on trouve matière à parler d’actualité dans le sens le plus large : pas forcément de l’actu immédiate, mais des sujets un peu plus profonds ». Et tout naturellement, le magazine fondé par « Olivier Postel-Vinay »:http://fr.wikipedia.org/wiki/Olivier_Postel-Vinay, ancien rédacteur en chef de Enjeux Les Échos, de Science & Vie et de… Courrier International, a décidé de « prolonger ce travail d’édition magazine, en lançant une maison d’édition, puisqu’on repérait plein de livres formidables, qui n’étaient pas traduits chez nous ».
Après un numéro spécial Japon, paru en mars 2012 à l’occasion du premier anniversaire de la catastrophe de Fukushima, il était logique de voir Books s’intéresser à la production littéraire nippone, et le choix s’est avéré judicieux puisque salué par la critique, avec un bouche-à-oreille encourageant.

Un thriller de PME

La fusée de Shitamashi

Paru en novembre 2012, La fusée de Shitamashi, d’Ikeido Jun, est un best-seller au Japon (« prix Naoki »:http://fr.wikipedia.org/wiki/Prix_Naoki du meilleur roman populaire et 350,000 exemplaires vendus). « C’est un roman d’entreprise, genre littéraire en soi au Japon », nous confirme Louis Dumoulin. « C’est un vrai page-turner, un livre surprenant, mené tambour battant. Ça raconte l’histoire d’une petite PME dont le héros a repris les rênes alors qu’il travaillait dans la recherche astronautique, et qui n’a jamais renoncé à son rêve. Ayant mis au point un procédé essentiel au projet de fusée d’une grande multinationale japonaise, il doit lutter pour sa survie contre des concurrents qui cherchent à l’écraser. C’est la lutte de David contre Goliath. »
L’auteur, Ikeido Jun, met en scène un véritable thriller dont les acteurs ne sont ni des flics ni des espions, mais des cadres d’entreprise, commerciaux, comptables, juristes, ingénieurs… « C’est un peu l’anti-Amélie Nothomb : ce n’est pas un Japon exotique, mais très concret. Ce n’est pas l’entreprise déshumanisée ou impénétrable. C’est un Japon étonnamment proche ». Vrai succès populaire, le roman a même été adapté en drama, et le romancier est maintenant invité à des colloques sur l’astronautique, ou sur l’économie des PME !

Un chat qui boit du lait-vodka

Sayonara Gangsters

Mais le roman qui fait « vraiment parler de lui »:http://www.liberation.fr/livres/2013/03/20/gangsters-a-sucettes-et-frigos-querelleurs_890028 cette année, c’est **Sayonara Gangsters**, premier roman de Genichiro Takahashi. Édité chez Books en mars 2013, sa parution en 1982 au Japon a fait là-bas l’effet d’une déflagration. Anecdote révélatrice, « Ryōko Sekiguchi »:http://fr.wikipedia.org/wiki/Ry%C5%8Dko_Sekiguchi (auteure de Ce qui s’est passé à Fukushima, P.O.L 2012) raconte que « quand elle était lycéenne, elle avait séché les cours pour aller l’acheter avec ses copines… » Quasiment impossible à résumer, Sayonara Gangsters est un livre culte qui a propulsé son auteur à l’égal de Haruki Murakami, rien de moins. La couverture française ? « C’est une idée de Books », explique Louis Dumoulin. « Dans le livre il y a un chat qui s’appelle Henri IV, et qui boit du lait vodka… Il y a aussi y a un frigo qui est la réincarnation de Virgile, qui dialogue avec les philosophes de l’antiquité, et des histoires de gangsters qui n’en finissent jamais… »

Mais Books ne compte pas s’arrêter là. Déjà programmé pour la rentrée 2013, le prochain livre de Genichiro Takahashi, intitulé Fukushima mon amour, s’annonce aussi original et déjanté que son prédécesseur. « C’est l’histoire d’une équipe de tournage qui décide de tourner un film pornographico-philantropique pour aider les victimes du tsunami. (rires) Est-il nécessaire d’en dire plus? » Tout un programme, certes…
Pour compléter cette riche actualité, Books prévoit aussi le lancement à la rentrée prochaine d’une collection de documents, en coédition avec France Culture. « Le premier ce sera le journal d’une jeune adolescente Tchétchène, un document très fort. France Culture relaiera cette parution par un feuilleton dans « l’émission Micro-fictions »:http://www.franceinter.fr/emission-micro-fictions-0. »

En attendant, il est possible (et conseillé) de passer l’été avec La fusée de Shitamashi et Sayonara Gangsters, deux ovnis (si on peut dire) en provenance d’un pays qui n’a pas fini de nous surprendre, par la variété et la qualité de sa production littéraire, et dont le Journal du Japon ne manquera pas de vous proposer de nouveaux exemples dans les prochaines semaines. Bonnes lectures !

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *