Sélection manga, où mai rime avec nouveauté

Comme chaque mois l’équipe de Journal du Japon vous a concocté une sélection des mangas qui lui ont tapé dans l’œil. Un mois de mai dans la moyenne basse en nombre de sorties, avec « seulement » quelques 150 nouveautés, mais tout de même une vingtaine de nouvelles séries.
Parmi celles-ci, voici les huit titres qui nous ont particulièrement attirés, dont trois tomes 1, quatre séries en cours et une qui se termine. Sus à vos libraires, et bonnes lectures.

Olivier : Il y a 3 semaines, Akata annonçait une toute nouvelle collection sobrement intitulée « WTF ». Sous ce nom pour le moins étonnant, j’avais peur de retrouver un peu tout et n’importe quoi.

Mais l’éditeur en a sous le coude et inaugure le label avec Magical girl of the end, un titre bien barré dont vous pouvez déjà lire les premières pages en ligne. Kentaro SATO y utilise les magical girls pour nous servir un récit d’horreur/gore. Le genre d’ovni qui arrive maintenant régulièrement en France (Shingeki no Kyojin, Scumbag loser) et offre une alternative aux shônens mainstream. C’est donc le titre qui me fait de l’œil ce mois-ci.

 

Marion : Ce mois-ci c’est le premier tome de Yukito, série est terminée en 5 tomes au Japon, qui m’intéresse le plus ! Avec un synopsis assez accrocheur, la collection seinen de Panini nous offre ce qui semble être un thriller sur fond de yakuzas et de tribulations mafieuses. Au dessin on retrouve Akiko Monden, à qui l’on doit Professeur Eiji chez Kana, avec Animasa Osawa au scénario. L’histoire nous raconte comment Yukito, totalement étranger au quartier de Kabukicho, part à la recherche d’un clan mafieux pourtant démantelé des années plus tôt. Il se retrouve mêlé d’un côté à la pègre tokyoïte et de l’autre à la police… J’attends du suspense, du mystère et un scénario aux petits oignons !

 

Fabien : Il y a quelques semaines, Doki-Doki a annoncé la future publication de Mr Nobody, un polar de Gou Tanabe qui a récemment pris fin avec son troisième volume. L’histoire du manga nous fera suivre Kawai, un détective envoyé dans un motel en Russie par l’énigmatique Mr Nobody. C’est ainsi que notre héros se retrouvera traqué par un tueur. Les bases scénaristiques de ce titre nous promettent quelque chose d’intéressant et avec peu de temps morts. Quant à son dessin, il semble être sombre et précis, à l’image de son scénario. Véritable ovni dans le catalogue de son éditeur, Mr Nobody nous fait donc la promesse d’une intrigue captivante, le tout accompagné d’un dessin s’alliant parfaitement à son ambiance.

 

Julien : L’histoire de The Civilization Blaster s’est déjà bel et bien déjà terminée lors de son 9e tome. Et c’est toujours avec un petit pincement au cœur que je dis au revoir à une série que j’apprécie. Du coup c’est avec plaisir que je replongerai dans cet univers pour un ultime volume bonus. Kyo Shirodaira nous offre en effet un 10e opus entre spin off et épilogue : plusieurs histoires courtes pour découvrir certains évènements survenus en marge de l’histoire, ou nous dévoiler le devenir de nos héros.
L’occasion de partager un dernier moment avec ces personnages auxquels l’on s’est attaché, sur un ton qui s’annonce plus léger et personnel, avant de refermer, cette fois pour de bon, cette agréable aventure que fut The Civilization Blaster.

 

Loÿs : Nous voici déjà au quatrième volume d’Animal Kingdom ! Taroza a grandi et c’est à force de détermination et de courage qu’il rassemble les animaux. Mais l’harmonie est de courte durée car Taroza va faire une rencontre qui changera le cours des choses… Une humaine de son espèce, élevée par des lions ! Sur quoi débouchera cette rencontre ?

J’attends toujours ce titre avec impatience : Makoto Raiku nous transporte du rire aux larmes en un clin d’œil. Il maitrise un humour bien à lui et me fait passer par mille émotions à chaque page. Je ne sais pas si ce mangaka est complètement fou ou si c’est un pur génie ! Le petit plus : la lecture à plusieurs degrés, le titre commence à dévoiler peu à peu son côté sombre…

 

Jean-Baptiste : Ce mois-ci encore, les sorties prometteuses sont nombreuses. Ne pouvant malheureusement en sélectionner qu’une, j’ai choisi le quatrième tome de Kamakura Diary. Après les amourettes de Yoshino et la relation inavouable de la pragmatique Sachi, la vie continue pour ces quatre sœurs aussi différentes qu’atypiques. Chacune radicalement différente des autres, cette diversité a l’avantage de permettre au récit de trouver facilement un second souffle.
Cette fois-ci, Akimi Yoshida s’intéresse aux histoires de cœur de celle qui a servi de point de départ à Kamakura Diary : la jeune Suzu. Si cet arc risque d’être plus bon enfant que les précédents, il promet cependant d’être au moins aussi touchant et doux-amer qu »eux.

 

Allan : Jamais à sa place, jamais au bon endroit, presque jamais au bon moment, le looser le plus charismatique de Tokyo revient en force ce mois-ci – à la surprise générale – dans le quatrième volume du Vagabond de Tokyo : Le visiteur de la nuit. Gloire au Lézard noir ! Le sourire béat et la morve bien accrochée au nez, l’infortuné Toshio Hori nous embarque de plus belle dans ses mésaventures incongrues ! Branlomane sur le retour, la poisse jusqu’au bout des doigts, notre attachant personnage se mêle cette fois à des histoires de détectives et de yakusas qui le dépassent. Un nouveau chapitre s’ouvre sur le dicton populaire : « Le malheur des uns fait le bonheur des autres« . Souris cruel lecteur, il n’y a pas lourd à parier !

 

Paul : Ce n’est pas la première fois que je défends Amanchu! des éditions Ki-oon, mais je maintiens que ce condensé de bonne humeur, de plage et de soleil devrait être remboursé par la sécurité sociale. Kozue Amano (Aria, Aqua) appartient à la longue liste des mangakas méconnues mais pleine de talent.

Elle parvient à transcender la beauté du quotidien, du monde qui nous entoure jusqu’aux relations humaines, avec une bonne humeur inaltérable et qui a le bon goût d’être communicative. Je ne vous refais donc pas le pitch de ce manga sur la plongée et les tranches de vie d’une bande d’amies lycéennes qui pratiquent ce sport, et je vous invite directement à vous procurer le dernier tome en date, et les six qui le précèdent si nécessaire, pour avoir l’occasion – ma foi trop rare – de vous prescrire à vous même ces petites doses de bien être. L’auto-manga-médication, c’est bon pour ce que vous avez, à tous les coups !

CONCOURS : Amateurs de visual novel et de 2nd degré : le jeu Punch Line tu dois gagner !

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *