Le josei en France : retour sur le manga adulte au féminin

© Aï YAZAWA (Paradise Kiss/Editions Kana), Akiko HIGASHIMURA (Princess Jellyfish/Editions Delcourt),Mari OKAZAKI (Complément Affectif/Editions Delourt)

© Aï YAZAWA (Paradise Kiss/Editions Kana), Akiko HIGASHIMURA (Princess Jellyfish/Editions Delcourt),
Mari OKAZAKI (Complément Affectif/Editions Delourt)

Plus mature que le shôjô, plus féminin que le seinen, le manga « josei » parlera sans doute aux lectrices qui ont passé l’âge d’aller à l’école et ont envie de se plonger dans des histoires qui leur ressemblent. Focus sur un secteur du manga qui peine encore à se faire connaître en France… 

Deuxième plus grande consommatrice de mangas après le Japon, la France a la chance de bénéficier d’un choix conséquent dans les rayonnages de ses librairies en matière de bd asiatique, avec en moyenne près de 150 nouveaux volumes qui sortent chaque mois ! Les lecteurs de tout âge ont de quoi y trouver leur bonheur, avec une sélection variée de titres, sur tous les thèmes imaginables… De la romance à l’action, du récit « tranche-de-vie » aux histoires fantastiques, tous les genres sont représentés ! 

Plutôt que de mettre en avant les thématiques abordées par l’histoire, les éditeurs français ont cependant choisi de présenter leur catalogue selon les codes japonais, avec des expressions sur lesquelles vous êtes sûrement déjà tombés : les fameux seinen, josei, shônen, ou shôjô, pour ne citer que les plus courants.

On ne le dira jamais assez, ces termes ne désignent pas un genre à proprement parler, mais bel et bien un public-cible, en lien avec les magazines de pré-publication japonais, où les mangas paraissent d’abord en feuilleton avant d’être compilés dans les volumes reliés que l’on connaît bien.

Quelques couvertures de magazines japonais Josei

Quelques couvertures de magazines japonais joseis: le Feel Young, le Kiss et le Melody

Là où initialement les shônens et les shôjôs s’adressent respectivement aux garçons et aux jeunes filles, on trouve donc leur version plus adulte, avec le seinen et le josei.  Et c’est sur ce dernier, plutôt méconnu donc, que nous allons aujourd’hui nous attarder !

 

Une BD pour les femmes… mais pas que !

Ainsi, vous l’aurez compris, le josei, ou « ladies comic » (redikomi : レディコミ) s’adresse principalement aux jeunes femmes de 15 à 30 ans (voire plus), offrant un pendant au seinen, qui lui vise les lecteurs du même âge, mais masculins cette fois. 
Bien entendu il ne s’agit là que d’un aspect marketing, typiquement japonais d’ailleurs, dont l’objectif est de cibler une clientèle en particulier. En réalité, chacun peut trouver son compte dans un manga quel qu’en soit le lectorat ciblé à la base.

Dans les joseis on trouve tous les types d’histoires imaginables, mais s’il fallait caricaturer on pourrait dire que la romance, quand elle est présente, y est plus facilement sexualisée, en tout cas souvent plus mature, avec des préoccupations d’adultes loin des amourettes scolaires légères qui ont toujours inondé le marché du manga féminin…

© Mari OKAZAKI / Complément Affectif / Éditions Delcourt

© Mari OKAZAKI / Complément Affectif / Éditions Delcourt

Il arrive plus souvent que les héroïnes (ou héros) de ces œuvres soient des adultes, afin que le public ciblé puisse s’y identifier. On trouve aussi, en général, plus de vraisemblance et de réalisme dans les joseis que dans les shôjôs, ce qui peut transparaître dans les graphismes, souvent plus épurés, allant à l’essentiel sans surenchère visuelle.

Après, bien sûr, il n’y a pas vraiment de règles et on peut trouver beaucoup de contre-exemples au schéma global que nous venons de vous dresser, avec des shôjôs très matures (Nana, Piece, Basara…) ou des joseis plus légers (Plus question de fuir !).

Première conclusion : il ne faut pas forcément s’attarder sur l’étiquette que porte la série…  même si elle reste une indication intéressante. Si vous en avez marre des romances lycéennes, vous trouverez peut-être une alternative salutaire dans certains excellents joseis !

 

Petit panorama éditorial sur le josei en France…

Si pratiquement tous les éditeurs français ont, à un moment ou à un autre, tenté l’aventure du josei, il est toutefois rare que ce label soit revendiqué et figure tel quel sur les ouvrages, alors que l’on trouve facilement des bandeaux avec la mention shôjô, shônen ou seinen.  Se crée alors un véritable jeu de pistes pour identifier les séries provenant de magazines japonais joseis !

Précaution éditoriale ou frilosité du public ? Il faut bien dire que même si le josei recèle quelques perles à côté desquelles il serait dommage de passer, la rentabilité commerciale ne suit pas toujours le succès critique, si bien qu’il y a finalement de moins en moins de joseis qui sont édités en français… En effet, on ne dénombre à ce jour qu’un peu moins de 200 séries de ce type, parmi tous les mangas traduits en français (soit facilement moins de 5% des titres disponibles dans l’hexagone). 

En essayant de dresser une liste quasi-exhaustive sur le sujet, lançons-nous donc dans un petit tour d’horizon des séries parues en France !

 

Du sexy gothique chez Soleil Manga

© Ryuu YUUHI / Éditions Soleil

Éditeur emblématique du shôjô en France, Soleil Manga parvient à décrocher sans surprise la première place en matière de josei, que l’on comptabilise le nombre de séries concernées (une trentaine) ou le nombres de tomes que cela représente (pas loin de 140 !).

Le catalogue josei de l’éditeur provient majoritairement du magazine Petit Comic, mais aussi du Comic Zero Sum, du Renai Paradise, du Gekkan Comic Avarus, du Rinka, ou encore du Be Love.

En voici un petit aperçu, pour vous donner une idée de la variété des titres concernés :

+C Sword and Cornett A Girls Aphrodisiac Avoue que tu m’aimes Beauty and the devil Chocolate Girl Crimson Empire Di(e)ce – Diece Flowers for Seri
Globule – Une vie de lapin Happy Science Ilegenes Itadakimasu Love x Mission Loveless Ma petite maitresse Majyo Rin – Witch dating Midnight Devil
Midnight Secretary Midnight Wolf Monochrome Factor Number Petites mésaventures amoureuses Plum – un amour de chat Plus question de fuir ! Princess Nightmare Room Paradise
Sensual Love Affair Trop jeune pour moi Vampire Doll Vassalord Vicomte de Valmont – Les Liaisons dangereuses Weiss Side B

 
Asuka/Kazé : des titres pour Ladies

Si on ajoute les joseis publiés par le label Asuka à ceux de la grande maison Kazé, on découvre que l’éditeur a permis la traduction en français de nombreux titres (près d’une quarantaine !), composés toutefois en majorité de one-shots, chez Asuka notamment. Ce dernier a pioché ses licences dans les magazines Feel Young, Renai Yomikiri Max, Missy Comics Pastel ou encore dans le Judy.

Pour vous en recommander deux, chacun dans leur genre : Au temps de l’amour et Le jeu du chat et de la souris sont à retenir, le premier pour son histoire dramatique juste et très touchante, et le second, parce que c’est tout simplement un des meilleurs yaois sortis en France, qui met en scène avec beaucoup d’émotion une relation homosexuelle très particulière…

Aime moi jeune fille Amours de vacances Au temps de l’amour Body and soul Candy Kiss C’est pour ça que je t’aime Crash Déclic sensuel Deep Kiss
Deep Sex Dis moi que tu m’aimes Donne moi ton amour ! Entre les draps Free soul Indigo Blue Jeux amoureux Le jeu du chat et de la souris Love my life
Lyrical Beads Made in heaven Recette de l’amour (la) Sur la nuit Sweet lovin’ baby Tous les jours avec toi Voix du coeur (la) Walkin’ Butterfly Yamanote

Du côté de Kazé enfin, on retrouve des séries issues du Comic Zero Sum, du Petit Comic, du Gekkan Flowers et du You.

07-Ghost 2nd love – Once upon a lie Amatsuki Dear brother Dolls Gokusen
Happy marriage !? Heartbroken Chocolatier Kids on the slope Night Café – My Sweet Knights Piece of Cake Private Prince

 

Focus sur… Heartbroken Chocolatier !

Série de Setona MIZUSHIRO, en cours : 8/9 tomes

Amoureux de Saeko depuis le lycée, Sohta semble atteindre son rêve lorsque sa belle accepte de sortir avec lui juste avant Noël ! Malgré tout, la jeune fille semble garder ses distances… Puisque Saeko aime les chocolats, Sohta deviendra chocolatier, et fera tout pour faire tomber sa proie dans son piège délicieusement chocolaté !

Ce manga au sujet inédit captive vraiment dès les premières pages, grâce à une narration expressive et prenante qui nous plonge dans la psychologie complexe du héros, enfermé dans une romance à sens unique mais incroyablement dévoué à la fois à sa belle et à sa passion du chocolat.
Les deux thèmes s’imbriquent parfaitement et sont merveilleusement exploités sous la plume de la mangaka. Un suspense inattendu saisit le lecteur à chaque fin de volume et lui donne envie de connaître le dénouement des péripéties amoureuses d’une galerie de personnages très humains (on se reconnaît jusque dans leurs défauts)…
Un coup de cœur assurément, c’est LE josei à suivre en ce moment chez Kazé !

 

Une touche d’élégance chez Delcourt

Nous évoquions Soleil un peu plus haut, un éditeur qui est devenu un éditeur du groupe Delcourt. La grande maison est elle aussi un poids lourd en matière de josei ! A l’époque où Akata collaborait avec Delcourt, l’équipe éditoriale avait créé une collection nommée Jôhin (« élégance » en japonais), où l’on retrouve de nombreux joseis issus du Feel Young ou du Melody, mais aussi du Chorus et du Kiss.

Nous ne saurions que trop vous conseiller l’excellent Complément Affectif, qui met en scène des jeunes femmes trentenaires travaillant dans une agence de publicité, qui gèrent chacune à leur manière tracas professionnels et vie sentimentale. Impossible également d’omettre les magnifique dessins de Mari OKAZAKI, plusieurs images subliminales vantant les graphismes de la série se sont d’ailleurs glissées dans cet article !

La série de titres de Natsuki SUMERAGI vaut également le coup d’œil, si vous aimez les mangas aux graphismes proches des estampes traditionnelles japonaises. Il vous plaira aussi pour ses histoires courtes tantôt réalistes, tantôt pleines de poésie voire d’une aura fantastique, avec une incursion dans le Japon du passé.

3D Material Amours félines Après l’amour la sueur des garçons a l’odeur de miel Complément affectif Destin clément (un) Drôle de Père (un) Histoires d’Asie et d’ailleurs
Intrigues au pays du matin calme Jornada Le dernier été de notre enfance Mitsuko attitude Nico Says Onmyôji Pékin – Années folles
Princess Jellyfish Romance d’outre-tombe Sans compromis Simple comme l’amour Sous la bannière de la liberté Vague à l’ame Voix des fleurs (la)

 

Focus sur… Princess Jellyfish !

Série de Akiko HIGASHIMURA, en cours : 14/15 tomes

Véritables NEET (ni employées, ni étudiantes), Tsukimi et ses amies otaku vivent dans une résidence réservée aux femmes, loin de l’angoissant monde extérieur peuplé de beaux mecs et de filles trop apprêtées (les « humanus coquettus »), et s’adonnent corps et âme à leurs passions pour le moins originales (entre la collectionneuse des poupées traditionnelles, celle accro aux trains et l’incollable de la saga des Trois Royaumes…).
Ne vivant que pour les méduses qu’elle admire, notre héroïne va se trouver bouleversée par sa rencontre avec une belle jeune femme (en fait un jeune homme travesti !) fan de mode, et qui va déceler en elle le talent d’une véritable styliste…
Incroyablement fun et drôle à chaque page, la série offre une intrigue plus sérieuse en fond avec la création d’une marque de vêtements, tandis que naît entre les protagonistes une romance originale et terriblement touchante. On s’attache très vite à ces personnages qui tentent de réaliser leurs rêves malgré les obstacles, tout en riant de bon cœur à leurs aventures incroyables !
Une comédie romantique pleine de bonne humeur à partager !

 

Made in Kana

L’éditeur franco-belge se démarque lui aussi par la publication d’une petite douzaine de joseis issus de très nombreux magazines, comme le Feel Young, le Young You, le Kiss, le Gekkan Flowers, le Melody, le Chorus, ou encore le Zipper ! Un hétéroclisme qui se traduit par des séries très différentes les unes des autres :

Angel Angel nest Dolis Honey & Clover Hotaru In the clothes named fat
Kamakura Diary Papa told me Paradise Kiss Pavillon des hommes (le) Professeur Eiji

 

Focus sur… Le Pavillon des Hommes !

Série de Fumi YOSHINAGA, en cours: 10/11

Dans le Japon du XVIIe siècle, alors qu’une mystérieuse épidémie décime uniquement la population masculine, les femmes les remplacent aussi bien aux champs que dans les affaires, et prennent peu à peu la tête du pays.
En 1716, les hommes en minorité n’ont plus du tout la même place dans la société, et sont devenus un luxe symbolisé par le pavillon des hommes, un lieu peuplé de beaux éphèbes auquel ne peut accéder que l’actuelle shôgun, Ietsugu…

Uchronie réécrivant l’histoire du Japon en revisitant avec ingéniosité le rôle dévolu aux hommes comme aux femmes, la série nous enchante par ses graphismes splendides et très immersifs, et par sa narration dense, pleine de suspense et de rebondissements, qui nous fait vivre et ressentir le destin parfois romantique, souvent tragique, de la dynastie Tokugawa, entre drames personnels, secrets d’alcôve et complots politiques.

Une lecture pas ordinaire mais résolument captivante !

 

Les héroïnes n’ont pas froid aux yeux chez Pika

© Yuki SUETSUGU / Éditions Pika

L’un des plus gros éditeurs du marché manga francophone a sorti peu de joseis, mais ceux-ci sont conséquents en nombre de tomes.

Après Happy Mania et en dehors de l’échec commercial de 7 seeds prématurément arrêté, Pika n’a que deux autres joseis à son catalogue, toujours en cours : Nodame Cantabile et Chihayafuru, des séries-fleuves !  La première s’est en effet achevée au Japon avec son 25e tome, et la seconde est bien partie pour battre tous les records, avec déjà 26 volumes à son actif au Pays du Soleil Levant… Une fois de plus le succès n’est pas au rendez-vous, mais on notera la belle édition proposée par Pika, avec le jeu de cartes de karuta à collectionner, qui fait envie !

 

Ki-oon joue sur l’otome game© Touya MIKANAGI / Éditions Ki-oon

L’éditeur possède bien quelques joseis à son catalogue mais ceux-ci y sont systématiquement catégorisés comme des shôjôs; ainsi on peut relever la série des Alice (Alice au royaume de Cœur, Alice au royaume de Joker et Alice au royaume de Trèfle), ainsi que Breath of Fire IV et Karneval, tous issus du Comic Zero Sum ou du Gekkan Comic Avarus.

 

La difficile percée du josei chez Panini

© Keiko NISHII / Éditions Panini

Avec cinq  joseis terminés à son actif (Ai suru hito, Darling, La recette de l’amour, Katte ni shiyagare, Saiyuki Reload, Venus ni Arazu) et un seul en cours mais officiellement en pause (Ane no kekkon), Panini mise, lui aussi, plus sur le shôjô que sur le josei.

On espère néanmoins que la publication française de Ane no Kekkon reprendra bien vite (il ne manque que 5 tomes pour compléter la série !) car ce josei de Keiko NISHII figure parmi les plus originaux de sa catégorie, avec son héroïne bibliothécaire et toujours célibataire à bientôt quarante ans, qui se décide enfin à vivre comme elle l’entend sa féminité et sa sexualité… Sa rencontre avec un homme marié qu’elle a connu autrefois vient bouleverser son quotidien paisible !

 

Des classiques chez Casterman / Sakka

© Fumi YOSHINAGA / Éditions Casterman

Bien qu’il ait publié près d’une vingtaine de joseis, l’éditeur se retrouve parmi les derniers du classement,  car il ne s’agit quasiment que des one-shots. Il y en a en tout cas pour tous les goûts, avec des auteures de talent ! Retenons entre autres All my darling Daughters, et ses excellents portraits croisés de femmes de tout âge, avec de courtes histoires d’amour très réalistes, humaines… et surprenantes dans leur chute !

2 expressos Adieu Midori All my darling daughters Amours blessantes Blue Eau amère (l’)
Everyday Helter Skelter Jeux d’enfants Mlle Ôishi, célibataire Nonamour Pil
River’s edge Rock Rouge Bonbon Strawberry Shortcakes Tokyo Girls Bravo Water

 

Tonkam

Devenu une collection du groupe Delcourt l’éditeur possède seulement cinq titres joseis à son catalogue: Devils and Realist, Olympos, The Top Secret, l’excellent Sakura-Gari, et enfin I dream of love de Arina TANEMURA qui vient tout juste de sortir.

Focus sur… The Top Secret!

Série de Reiko SHIMIZU, en cours : 11/12

Dans un futur proche au Japon, une cellule spéciale de la police appelée le « labo n°9 » dispose d’une technologie révolutionnaire pour mener ses investigations : l’enquête IRM, qui permet de lire dans le cerveau des défunts les images enregistrées avant leur mort.
En remontant dans le temps et en explorant les souvenirs des criminels comme des victimes, le commissaire Maki et son équipe parviennent à résoudre des crimes passés, mais aussi des affaires en cours…

Ce thriller policier explore à travers la psychologie de ses personnages torturés une réalité souvent effrayante et tragique. C’est avec une narration enlevée, forte en émotions et en suspense, que la mangaka nous balade allègrement d’un rebondissement à l’autre, en n’épargnant pas ses héros. Entre les débats éthiques soulevés par leur incursion dans l’intimité des gens et l’urgence quand il s’agit de sauver des vies humaines, les enquêteurs vont affronter beaucoup de difficultés pour rendre une justice parfois amère…

Un josei aux qualités indéniables qui risque bien de vous rendre addict !

 

De belles surprises chez Kurokawa, Doki-Doki, Komikku et Glénat

 

Pionnier en la matière, Kurokawa est un des premiers à avoir sorti du josei en France, avec le célèbre Kimi wa Pet .On a également eu droit à Candy Life et Baby Pop du même auteur, mais il semble que l’éditeur se soit ensuite arrêté là en ce qui concerne le josei.

Doki-Doki s’est également peu aventuré dans ce domaine, avec seulement trois titres à son actif : Husk of Eden, Vamos là! et Reiko the zombie shop.

Un renouveau semble s’amorcer toutefois, grâce au tout jeune Komikku Éditions, qui en est déjà à trois jolis coups d’essai, avec Mes petits plats faciles by Hana, Snow Illusion et Les Fleurs du Passé ! Malgré de faibles ventes, le titre de Haruka KAWACHI mérite vraiment le coup d’œil si vous aimez les romances impossibles : une délicate histoire d’un jeune homme tombé amoureux d’une jolie fleuriste, mais qui va se retrouver hanté par le fantôme du mari de cette dernière, bien déterminé à ne pas laisser leur idylle éclore…

L’éditeur historique enfin, Glénat, s’est cantonné jusqu’ici à deux titres : Cherish et Spicy Pink, mais semble re-tester ce segment avec le récent one-shot Les deux Van Gogh.

 

… et quelques sorties éparses chez d’autres éditeurs!

Pour être quasi-exhaustif, on pourra citer l’impressionnante collection de joseis sortis chez Harlequin (les titres sont à l’avenant de la thématique de la collection !):

Amoureuse d’un chirurgien Déclaration au clair de lune Epouse du Cheik (l’) Fiancée à un autre Gendre Idéal (le) Héritier (l’)
Honneur d’un gentleman (l’) La Promesse d’un chevalier Mariés pour l’été Noble Promesse (Une) Passion à Venise / Le piège de la vengeance Un Brûlant désir

 

Finissons avec quelques sorties isolées, comme Amakusa 1637 et L’amant de la nuit chez Akiko, Rock, money & education et La Vie de Raffaello SANTI dit Raphaël chez Black Box, Après tout nous sommes entre femmes chez Clair de Lune, Diamonds chez Milan ou encore Les femmes du zodiaque au Lézard Noir
A cette liste, on peut aussi ajouter Love me tender du magazine japonais Rutile, classé par Taïfu comme un josei.

 

Oser le josei

Nous espérons que ce petit tour d’horizon vous aura éclairé sur la question, et vous aura surtout donné des idées de lecture ! 

Comme nous l’évoquions dans l’introduction, même s’ils peuvent partager parfois des codes graphiques et narratifs similaires, les joseis recouvrent des tas de genres et thèmes différents, en passant du polar horrifique au surnaturel ou du drame à la comédie romantique… Il y en a pour tous les goûts. Même si ces titres se destinaient initialement à un lectorat féminin adulte au Japon,  il ne faut pas hésiter à s’affranchir de cette étiquette commerciale et à oser découvrir le josei quel que soit votre âge ou votre sexe. Il y a beaucoup de jolies découvertes à y faire !

Après tout, les mangas, c’est comme une boîte de chocolats…

© Setona MIZUSHIRO

© Setona MIZUSHIRO / Heartbroken Chocolatier / Éditions Kazé

Vous aimerez aussi...

49 réponses

  1. Bidib dit :

    très beau tour d’horizon ! J’y ai puisé de l’inspiration pour mes prochaines lectures 🙂
    Trouver les josei dans les catalogues des éditeurs n’est pas toujours facile étant donné qu’il sont rarement présenté comme tel. Quoi qu’il en soit j’ai fait quelques belle découverte en explorant ce genre.
    J’ai très envie d’essayer le pavillon des hommes

    • Paul Ozouf dit :

      Merci pour la rédactrice, elle y a mis du cœur ^^

      Le pavillon me tente aussi, j’aimerai trouver un pack d’occasion pour me lancer.

    • Audrey Barzilaï dit :

      Merci! 🙂 Hâte de lire ton avis si tu tentes « Le Pavillon des Hommes » 😉 C’est une sacrée série!!

  2. ToxicReader dit :

    Génial comme article ! J’ai appris plein de choses, découvert plein ce séries…Merci et bravo 🙂

  3. Audrey Barzilaï dit :

    Merci à Lili Vth (@LiliNyuu) et à Natth pour l’ajout de « Lover me tender » (Taïfu) et « Vassalord » (Soleil)! 😉

  4. zazaclic dit :

    Merci pour cet article qui donne plein d’idée de lecture.. j’étais un peu à court et je suis pile dans la « cible » (un peu au delà en fait :-p

  5. Enogat dit :

    Merci pour cet article, c’est vrai que les Joseis sont un peu délaissés et j’ai appris que Heartbroken Chocolatier était un josei, j’avais vu le drama du même nom et j’en avais entendu parler mais c’est vrai que je ne m’y étais pas vraiment intéressée… Encore d’autres mangas ajoutés à ma liste de lecture !

    • Paul Ozouf dit :

      Bonjour Enogat,

      Paul OZOUF, rédacteur en chef.

      Merci de nous avoir lu, et bien content de vous avoir donné des idées de lectures ^^

  1. 23 août 2015

    […] Journal du Japon consacre un très bon dossier sur le josei. […]

  2. 11 septembre 2015

    […] ce shôjô plus mature que la moyenne, partons maintenant faire un petit tour du côté des joseis (le thème d’un précédent d’ailleurs, l’avez-vous lu ?), avec une romance atypique et réaliste, portée par une héroïne aux préoccupations bien […]

  3. 24 décembre 2015

    […] est sage – avec tous ses beaux articles josei, bonne humeur, voyage dans le temps ou femmes de caractère sur JDJ, elle mérite bien […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *