Un jour à Tokyo : Shinjuku, l’arrondissement privilégié des résidents étrangers

Dans ce nouveau numéro d’Un jour à Tokyo, Journal du Japon vous emmène à la découverte de l’arrondissement de Shinjuku. Au programme : buildings titanesques, parcs et quartiers animés, marqués par de multiples influences culturelles. En bref, tout ce qui caractérise cet arrondissement prisé, notamment, par les étrangers.

Ikebukuro - Sunshine streetAvant de partir pour Shinjuku, nous vous proposons une matinée au cœur d’un quartier très célèbre de l’arrondissement de Toshima : Ikebukuro. Ce secteur plein de vie ravira tous les amateurs de divertissements : on y voit se produire des artistes amateurs en pleine rue qui dansent, chantent et font leur promotion devant une foule de curieux (ou plutôt de curieuses) se dandinant discrètement devant les petits shows proposés. On y trouve aussi le Labi, plus grand magasin d’électronique au monde ! Mais parmi tous ces commerces et centres d’arcades, c’est le gigantesque complexe du Sunshine City qui marquera la première étape de ce tour.

Pokémon center - Pikachu salary manComposé de plusieurs tours dont la gigantesque tour 60, haute de plus de 250 mètres, le Sunshine City est un microcosme à lui seul. Avec ses restaurants et boutiques ainsi que ses hôtel, théâtre, musée, planétarium, aquarium, etc., on peut aisément y passer toute une matinée, peu importe son âge et ses centres d’intérêts.  Les amateurs d’animation nippone seront ravis d’y retrouver le nouveau Méga Pokémon Center, par exemple. L’occasion idéale pour rapporter à la maison un article à l’effigie de son Pokémon préféré parmi les milliers en rayon. 

Mais ce n’est pas tout, puisque l’on trouve à l’étage supérieur le J-World, un parc à thème dédié aux héros du magazine Weekly Shônen Jump tels que Naruto, Dragon Ball, One Piece, Prince Du Tennis, etc. L’entrée de base coûte à peine 7 euros et offre la possibilité de s’immerger dans l’univers de nos héros favoris. En arrivant, on trouve une salle circulaire avec écrans géants où sont diffusés les personnages star du parc. Il suffit alors de les sélectionner via un autre écran au milieu de la pièce pour les voir parler. En faisant le tour du parc, bien plus grand que ce que l’on pourrait imaginer, on ne peut être qu’ébahi devant la qualité des décors de chaque univers. Dans l’espace Dragon Ball par exemple, il est possible de se prendre en photo dans une capsule saiyan grandeur nature, sur le nuage magique ou encore enfiler l’armure saiyan.

J-WORLD Tokyo - Brook de One piece  J-WORLD Tokyo - Capsule Sayen DBZ  J-WORLD Tokyo - Le Sunny, One piece  

En ce qui concerne les attractions, il y en a peu, mais elles sont toutes payantes (généralement le même prix que celui d’entrée au parc) sauf si on prend pas le pass illimité qui ne coûte que 20 euros. A vous de voir ce qui peut vous intéresser : reproduire le Kaméhaméha, faire un tour sur le Vogue Merry ou encore participer à une mission ninja aux côtés de Kakashi.

J-WORLD Tokyo - Ramen de NarutoLe parc possède également un large espace dédié à la restauration avec des plats à l’effigie de nos héros favoris, ainsi que les mets des mangas eux-mêmes, comme le fameux ramen d’Ichiraku que Naruto mange inlassablement. Les prix sont un peu plus élevés que les standards de la restauration nippone mais pour nous Français, rien de choquant. Enfin, de nombreux produits dérivés sont disponibles dans tout le parc, l’occasion d’acquérir un souvenir supplémentaire.

Pour achever cette première visite, pourquoi ne pas se laisser tenter par le Sunshine Aquarium, que l’on surnomme « l’oasis dans le ciel ». Au sommet de la tour World Import Mart Building, on peut y apprécier plusieurs spectacles, avec des lions de mers, des pingouins, de nombreux poissons et un tunnel cerné par les méduses. Finalement, on pourrait aisément passer la journée dans le complexe du Sunshine City, tant les activités y sont diverses et variées mais parfois il faut choisir, donc dirigeons-nous maintenant vers Shinjuku !

Pour le repas de midi, rendez-vous à la gare toujours pleine à craquer d’Ikebukuro, puis direction l’arrondissement de Shinjuku (via la Yamanote line), où nous attend notre nouvelle escale, le quartier coréen de Shin Okubo.

Shin Okubo - K-pop ShopNous parlions en introduction des influences multiculturelles présentes à Shinjuku. Shin Okubo, aussi appelé Koreantown, est un quartier situé au nord de l’arrondissement, célèbre pour l’ubiquité de la culture coréenne. De la gastronomie à la culture pop, en passant par les cosmétiques et la mode, les allées commerçantes de ce quartier, dirigé majoritairement par des coréens, vous font voyager dans un univers encore différent. Ici les « bonjour » coréens (annyeong haseo) prennent le pas sur les versions japonaises (konnichi wa), la J-pop est remplacée par de la K-pop, les idéogrammes japonais par des caractères coréens (hangul), le yakiniku par le bulgogi (barbecues japonais et coréen)… Vous pouvez donc goûter à un petit bout de Corée dans la capitale.

Pour déjeuner, laissez-vous donc tenter par une des nombreuses spécialités culinaires du pays du matin calme comme le kimchi (choux fermenté épicé), le bulgogi ou le yukhoe (sorte de steak tartare).

L’estomac bien rempli, quoi de mieux maintenant qu’une promenade dans un cadre relaxant ? Pour se faire, direction le parc de Shinjuku, aussi connu sous le nom de Shinjuku Gyoen. A partir de la gare de Shin Okubo, dirigez-vous vers la gare la plus fréquentée du Japon, Shinjuku, où des millions de personnes transitent chaque jour, puis empruntez le métro via la Marounochi line pour s’arrêter à la gare Shinjukugyoenmae. Le trajet ne prend qu’une dizaine de minutes au total, et vous voici au parc pour votre balade.

Shinjuku GyoenCe parc fut construit sur le site abritant la demeure d’un Daimyo (seigneur féodal) de l’époque Edo (1603-1867), le seigneur Naito. Achevé en 1906 au titre de Jardin Impérial, son statut fut modifié après la Seconde Guerre Mondiale et devint un Jardin National. Avec ses 58,3 hectares et une circonférence de 3,5 km, il est considéré comme l’un des jardins les plus importants de l’ère Meiji (1868 -1912).
A l’intérieur, on peut y admirer une maison de thé, une serre de plantes tropicales, mais surtout trois styles de jardin. Un jardin à la japonaise, à la française et à l’anglaise. Bien sûr, pour nous Français, l’intérêt repose essentiellement sur le jardin à la japonaise. En arpentant cette partie du parc, on est emporté par un élan de sérénité. On savoure le raffinement des lieux en se prélassant sous un des très nombreux cerisiers ou azalées, profitant de ce paysage composé de petits lacs et de végétation luxuriante.

Shinjuku Gyoen  Shinjuku Gyoen Shinjuku Gyoen  

Après cette visite, direction le quartier d’affaire de Nishi Shinjuku. Pour s’y rendre il suffit de prendre la ligne de métro Marounochi pendant 6 min depuis la gare de Shinjukugyoemae.

Nishi Shinjuku - Tokyo Metropolitan TowerEn sortant, c’est un nouveau spectacle qui s’offre à nos yeux : nous voilà entourés de buildings géants aux architectures sortant tout droit de films de science fiction. Dans la rue, la majorité des passants sont en costumes cravates, signe distinctif des « salary men ». A quelques pas de là se dresse un bâtiment digne de Star Wars : le Tokyo Metropolitan Government Building, soit le siège de la préfecture de Tokyo. Son esthétique, sa taille (+ de 240 mètres) et sa fonction font de ce building l’un des bâtiments les plus emblématiques de la démesure tokyoïte.

Nishi Shinjuku - Vue de l'observatoire du Tokyo Metropolitan TowerAu 45°étage de la tour 1, on a la possibilité de profiter gratuitement d’un observatoire surplombant la ville à plus de 200 mètres de hauteur. De plus, il s’y trouve des cafés et échoppes de souvenirs, histoire de siroter tranquillement un bon café ou de boire une bière devant un sublime panorama.

Au pied de l’immeuble se trouve le Central Park de Shinjuku. On y voit des jeunes se réunir pour danser ou se balader en amoureux, des personnes âgées en train de promener leurs animaux. Cet espace de verdure est très agréable à visiter. Il y a même un temple (celui de Kumano), venant contrebalancer ce quartier ultra moderne avec une dose d’essence traditionnelle.

Nishi Shinjuku - Central Park  Nishi Shinjuku - Temple Kumano                                                    

Il n’est pas nécessaire de reprendre le métro pour la suite du parcours. En continuant à pieds dans Shinjuku à la découverte du quartier, on finit par arriver à Kabukicho. Lorsque l’on s’aventure dans ce quartier des plaisirs, il n’est pas rare de croiser la route de Yakuza. Ne vous en faites pas, rien de vraiment dangereux et les touristes sont très nombreux à flâner dans ces rues par curiosité. Le mieux est encore de s’y rendre avant la nuit pour se balader en évitant d’être racolé vers un bar ou un endroit de luxure.

Néanmoins, c’est en nocturne que ce quartier prend toute son ampleur. Nous avons ainsi eu l’opportunité de discuter avec Yuma, Tokyoïte de 26 ans, pour savoir où il aimait se rendre pour passer une bonne soirée. « Toute personne âgée de 20 à 35 ans aimant le rock devrait se rendre au moins une fois au Shinjuku Loft. » nous explique-t-il. Ce live house, où se produisent des groupes en devenir de la scène musicale rock underground, se présente comme l’occasion idéale de se défouler après une longue journée de visites. Comme le dit Yuma : « c’est un lieu très agréable pour apprécier une bonne bière ou un cocktail en écoutant de la musique avec des amis ». Il nous apprend aussi qu’il est possible d’y manger (les plats ne dépassent pas les 5/6 euros), et conseille vivement le « tonbara donburi tare aji » (du porc caramélisé sur du riz avec un jaune d’œuf au centre). Vous l’aurez compris : ce live house, réputée dans tout Tokyo pour sa qualité, mérite d’y faire un tour !

On l’aura compris, Shinjuku et son multiculturalisme vient casser les idées reçues sur la soi-disant « homogénéité » du Japon. En plus des quartiers fortement marqués par la présence d’une ethnie en particulier (comme les coréens de Shin Okubo), des dizaines de nationalités se mêlent à la population japonaise.
Divertissements, shopping, culture, au final touristes comme résidents y trouvent leur compte. Pour toutes ces raisons, cet arrondissement demeure une étape indispensable lors d’un séjour au cœur de la capitale nippone.

 Retrouvez les autres chroniques d’Un jour à Tokyo :

– Un jour à Tokyo : Shibuya, l’arrondissement star de la capitale 

– Un jour à Tokyo : Hanami & les prémices du printemps

– Un jour à Tokyo : Marunouchi et Akihabara, des quartiers aux antipodes

– Un jour à Tokyo :nature, culture et découverte à Ueno

– Un jour à Tokyo : Tsukiji, Oshiage, Asakusa, des quartiers de classe internationale

– Un jour à Tokyo : l’arrondissement de Minato ou le royaume du divertissement

– Un jour à Kanagawa : les villes historiques de Yokohama et Kamakura

 

 Photos réalisées par Nathan Boulant pour ©journaldujapon.com – Tous droits réservés

Vous aimerez aussi...

17 réponses

  1. 3 mai 2015

    […] – Un jour à Tokyo : Shinjuku, L’arrondissement privilégié des résidents étrangers […]

  2. 22 mai 2015

    […] – Un jour à Tokyo : Shinjuku, l’arrondissement privilégié des résidents étrangers  […]

  3. 13 juillet 2015

    […] – Un jour à Tokyo : Shinjuku, l’arrondissement privilégié des résidents étrangers  […]

  4. 29 août 2015

    […] – Un jour à Tokyo : Shinjuku, l’arrondissement privilégié des résidents étrangers  […]

  5. 29 août 2015

    […] – Un jour à Tokyo : Shinjuku, l’arrondissement privilégié des résidents étrangers […]

  6. 29 août 2015

    […] – Un jour à Tokyo : Shinjuku, l’arrondissement privilégié des résidents étrangers […]

  7. 24 octobre 2015

    […] – Un jour à Tokyo : Shinjuku, l’arrondissement privilégié des résidents étrangers  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *