[Live Report] Tricot nous a taillé un pull pour l’hiver !

Le 15 mars dernier dans le cadre de sa première tournée européenne nommée YATTOKOSA « face to face tour ~ in Europe ~ » (rien que ça), Tricot, le trio féminin de math-rock, offrait aux parisiens l’occasion d’enfin découvrir leur musique en live. Et quelle prestation ! Mais nous ne vous ne disons pas plus, place au live report.

Tricot 047

Le moins que l’on puisse dire, c’est que Tricot était attendu avec impatience : malgré une promotion très confidentielle, le groupe a réussi à remplir Le Batofar, et ce n’est pas un hasard. Les filles jouissent en effet d’une belle notoriété auprès des amateurs du genre. Le public était donc ce soir-là assez hétéroclite, du fan de Jmusic au fan de musique tout court et pour tout dire, c’était plutôt agréable à vivre !

Tricot 040Aussi, lorsque le groupe entre sur scène après une première partie sympathique, les acclamations sont chaleureuses. La réponse du trio, accompagnée de la batteuse Miyoko Yamaguchi (DETROIT7) n’en est pas des moindres, et c’est sur les chapeaux de roue que la partie commence ! Dans une envolée échevelée, les filles se déchaînent sur les instruments et balancent un son clair et percutant, tout à fait à leur image. Le public aura ainsi eu l’occasion de se défouler sur les grands classiques du groupe tels que E, Bakuretsu Panie san, Pool, Pieeen ou Oyasumi. S’il était timide au début, quelques irréductibles du groupe ont su mettre l’ambiance et entraîner toute la salle dans une folie douce, encouragés par la chanteuse Ikkyu d’un « foutez le bordel ! » aux accents délicieusement japonais.

Le concert fut également l’occasion de découvrir Pork Ginger, le dernier single du groupe en date qui sera inclus dans leur prochain EP, Kabuku. Tout en finesse et accompagné d’une petite chorégraphie classieuse, Pork Ginger reste dans la continuité d’A N D, entre pop et math-rock pur et dur.

Complétant un set plein d’excitation, quelques chansons rappelaient que Tricot, c’est aussi la sensualité à l’état brut. Kobe Number, QFF ou Ochansensu-su ont ainsi fait mouche, ensorcelant totalement l’assemblée. Tricot 015Le point d’orgue de cette soirée restera évidemment Niwa, ode festive au math-rock-samba, bref, vous l’aurez compris, un titre complètement barré, à l’image de Tricot.

Transpirant à grosses gouttes, les filles reviendront tout de même sur scène pour un rappel avec Break, dernière chanson d’A N D. Un superbe titre groove et sexy, qui clôturait parfaitement cette soirée.

Au final, on pourra dire que Tricot n’y est pas allé avec le dos de la cuillère pour cette première apparition parisienne : en un peu plus d’une heure nous aura été livré un set vif et explosif, professionnel jusqu’au bout des orteils et en grande harmonie avec tous les travaux du groupe, de leurs débuts à nos jours. Ikkyu la lassive, Motifour la volcanique et Hirohiro l’impétueuse auront su contenter toute leur audience, conquérant au passage de nouveaux fans, curieux de passage qui seront ressortis ravis !

Tricot 050

Remerciements à Fanny Delacroix et à l’équipe du Batofar.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *