On a testé les ramen chez Ryukishin !

Le mois dernier, l’équipe du Journal du Japon est allée tester le nouveau restaurant de ramen du quartier japonais de Paris, le Ryukishin. Une dégustation qui présage de belles, et surtout de bonnes, nouveautés dans le « ramen game » parisien ! Pour un aperçu de ce que vous pourrez y trouver, c’est ci-dessous.

Les ramen pour tous

© Journal du Japon

Un peu en retrait de ses concurrents, près du croisement de la rue des Petits Champs et de la rue de Richelieu, le restaurant Ryukishin est devenu depuis le début du mois de juillet LA nouvelle adresse pour manger de bons ramen à Paris. Déjà installé en Espagne et en Italie, c’était une évidence pour le chef MATSUBARA Tatsuji de venir présenter ses recettes aux Français.

Et quelles recettes ! Le point fort de la chaîne de restaurants Ryukishin, c’est le choix des recettes qui permet à quiconque de venir s’attabler. Avec notamment un bouillon vegan, le chef souhaite offrir à tous la possibilité de déguster un bon ramen, ce plat si populaire de la gastronomie japonaise. Proposé depuis 2012, ce ramen vegan est à l’origine un simple test effectué par le chef. Lors d’un voyage au Japon, Paul McCartney est conquis par la formule et le chef décide alors de perfectionner la recette pour l’ajouter à la carte du restaurant. Curieux de découvrir le potentiel qu’offrent les végétaux, il espère convaincre les Français de le suivre sur ce chemin et exprime sa volonté d’élargir la gamme.

Le chef, son parcours et son concept

© Facebook du restaurant Ryukishin Paris

 MATSUBARA Tatsuji, est le chef et fondateur de Ryukishin. Né en 1969 dans la ville japonaise de Matsuyama, sur l’île de Shikoku, il grandit dans la région de Senshû près de Osaka. À la fin de ses années lycées, il part à Tokyo durant quatre années et reviendra à 22 ans dans sa région natale. Afin de se faire la main dans le milieu de la restauration, il travaille durant 3 ans dans un yataï, ces stands de ramen ambulant que vous pouvez voir parfois au Japon. Mais c’est en février 2001 qu’il se lance à son compte et crée ainsi Ryukishin. Le premier restaurant de la chaîne ouvre ainsi ses portes à Osaka. Son souhait est de développer un restaurant accessible à tous et où tout le monde peut s’y restaurer. C’est pourquoi dès 2012, il se lance dans l’aventure des ramen vegan. L’offre de plats vegan est encore assez rare à l’heure actuelle, surtout en France, mais cela se développe doucement au Japon !

Aujourd’hui, il peut se targuer de posséder pas loin de huit établissements : ils sont présents à Osaka, Kyoto, Milan en Italie,Valence en Espagne et désormais à Paris. Suivant votre destination, peut-être pourrez-vous vous faire un bon ramen? Dans tous les cas, Ryukishin a pour ambition d’ouvrir essentiellement des restaurants conviviaux, où tout le monde peut y manger et où chacun aura plaisir à revenir savourer un ramen. N’est-ce pas d’ailleurs le meilleur adage de tout restaurant ?

Le restaurant à Paris

© Instagram du restaurant Ryukishin Paris

À l’extérieur comme à l’intérieur du restaurant, la décoration est moderne, chic et conviviale à la fois. La petite terrasse à l’entrée propose une ambiance très parisienne, tandis qu’à l’intérieur, la belle et grande vitrine n’est pas sans rappeler les cuisines ouvertes des restaurants populaires japonais. Elle sépare le comptoir de la cuisine et présente ainsi l’avantage d’être plus hygiénique et aussi plus agréable pour le client en limitant le bruit. À l’étage, une petite salle en mezzanine propose des tables supplémentaires dans une ambiance de cantine chaleureuse. En tout, dans le restaurant, une trentaine de places est ainsi disponible pour ceux qui souhaiteraient se régaler d’un bon plat traditionnel japonais et authentique.

La carte propose trois bouillons de base, Paitan, Chintan et Vegan, qui se déclinent ensuite chauds ou froids, avec différentes garnitures. De quoi satisfaire tous les palais, ce qui est justement la vocation de ce restaurant! Chaque bouillon est réalisé à partir de bouillon de volaille, poulet ou canard, exclusivement, sauf le vegan bien entendu. Les nouilles, quant à elles, sont réalisées à partir d’une farine spéciale et française, mais leur goût varie suivant le bouillon utilisé afin d’offrir une combinaison culinaire idéale au client. Le restaurant cherche également à utiliser des produits français et locaux le plus souvent possible afin de coller aux envies de la population, tout en gardant son âme japonaise.

3 bouillons, 3 sensations!

© Journal du Japon

Chaque bol nous a ravies dans la découverte de saveurs et de textures différentes de ce qu’on avait déjà testé à Paris. Le bouillon vegan, composé de fait d’un savoureux bouillon de miso, de lait de soja, d’algues kombu et de légumes, est complété par un jus de champignons japonais shiitake. Il est ainsi plutôt épais mais très onctueux. Le goût du shiitake le rend doux et très savoureux en même temps, et la garniture d’oignons frits et de poivrons est minimaliste mais fonctionne parfaitement avec le bouillon en ajoutant une touche de croquant et de fraîcheur. Un bol très complet, donc. 

Les autres saveurs, quant à elles, tournent exclusivement autour du bouillon chintan ou paitan. Le bouillon en est beaucoup plus clair visuellement et en goût plus léger également. La saveur de la volaille est belle et bien présente, mais non envahissante, bien dosée en bouche. L’accompagnement se fait avec quelques tranches de viande cuite à point dans le bouillon et quelques légumes qui permettent de magnifier le tout et d’offrir un équilibre particulièrement étonnant et savoureux. Non gras pour autant, bien au contraire. Différentes garnitures existent pour chaque ramen proposé: les ramen Sakai, Torishio ramen ou Tsukemen Sakai, à base du bouillon chintan, ou alors le Tsukemen Ryukishin ou Ramen Ryukishin à base de bouillon Paitan. Le choix est donc bien là pour le client !

© Journal du Japon

Pour les aficionados des autres restaurants de ramen à Paris, ici ne vous attendez pas à des quantités astronomiques, au contraire. Les bols font plus petits que dans d’autres restaurants parisiens, mais le goût étant si bien travaillés, qu’en réalité, c’est largement suffisant. Ryukishin est là pour faire voyager vos papilles en travaillant exclusivement les saveurs, ce qui surprend. Pour être des habitués à présent des ramen parisiens, ceux de ce restaurant sortent du lot car ils offrent un vrai voyage gustatif: c’est léger, c’est alléchant et cela donne envie d’y retourner afin de découvrir exactement ce que contient le bouillon. 

Autres petits plaisirs présents à la carte du restaurant : des gyoza, des karaage et le fameux kaedama qui est la portion de nouille supplémentaire. Parmi les autres plaisirs à disposition pour vous faire passer un agréable moment, vous pourrez déguster un bon saké ou un bon alcool japonais, toujours bien frais.

Le Ryukishin Paris est une très bonne surprise tant dans les saveurs que dans l’ambiance. Et si ce n’est pas le restaurant le moins cher, il mérite amplement le détour ! 

 

Merci à Air de Malice qui a permis l’accès à cette dégustation, et à l’accueil vraiment très chaleureux de Ryukishin. Afin de les suivre et de vous tenir au courant de leurs horaires et de leurs nouveautés, vous pouvez les retrouver sur leur site internet, leur page facebook ou même leur compte instagram. N’hésitez pas enfin à partager votre venue chez eux avec le #ryukishinparis.

Photo de UNE par Matthew Hamilton

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *