Les années douces : hommage au mono no aware, la beauté de l’éphémère.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *