[Interview] Suiyoubi no Campanella – Jouer avec nos émotions

Comme nous l’avons dit à plusieurs reprises, la Magnifique Society 2017 a accueilli plusieurs artistes japonais pour leurs premières scènes en France, voire en Europe. Parmi eux, et pas des moindres, il y avait Suiyoubi no Campanella (ou Wednesday Campanella à l’international). Après avoir joué sur les scènes de SXSW, du Budokan et d’une multitude de festival au Japon et en Asie, KOM_I, Hidefumi Kenmochi et Dir.F, les trois membres du groupe, nous ont gratifié de deux concerts dans le cadre bucolique du Parc de Champagne.

Après ces deux concerts, KOM_I nous a accordé une longue interview. Elle nous accueille avec un exemplaire des Inrocks entre les mains et commente la couverture qui annonce le retour de Twin Peaks, avant de lancer en français « Je m’appelle KOM_I, de Wednesday Campanella, enchantée ! » Notre journaliste prend une grande inspiration et se lance…

 Suiyoubi no Campanella - Credit photo : Thomas Hajdukowicz

Journal du Japon : J’avais plein de questions possibles pour débuter l’interview, mais j’aimerais revenir sur quelque chose qui s’est passé à la fin de votre concert. Juste avant d’interpréter Ikkyu-san, le dernier morceau de la setlist, vous avez eu l’air très émue…

KOM_I : En général, je joue sur une grosse scène – comme c’est le cas la plupart du temps au Japon. Sur ces scènes, je ressens des émotions plutôt tendres, calmes… Mais aujourd’hui, sur la scène plus petite du Tokyo Space Odd, je ne sais pas… Peut-être est-ce parce que je me trouve dans le pays des révolutions ? En tout cas, j’ai ressenti une énergie très forte. Cette énergie a fait évoluer mes émotions. Mon comportement a changé tout au long du set. A ce moment, j’avais une sorte de douceur en moi. En outre le barman m’avait donné une coupe de champagne, or, je ne digère pas l’alcool, ce qui peut aussi expliquer mon comportement.

 Suiyoubi no Campanella - Credit photo : Thomas Hajdukowicz

Justement, puisqu’on parle de la scène, vous attendiez-vous à un accueil aussi positif du public français, sachant que c’étaient vos premiers concerts en Europe ?

J’ai vraiment eu l’impression de devoir aller chercher, ramasser même les gens pour qu’ils viennent voir le concert. Mais effectivement, dans le public, après les concerts, quelques personnes m’ont approché pour me dire qu’elles étaient venues pour me voir… Quelques membres du public étaient là spécialement pour me voir, et c’est très touchant. Mais mon but, c’était vraiment d’attraper, de frapper les gens qui me voyaient et me découvraient pour la première fois. Et j’ai l’impression d’être parvenue à cela, à attirer l’attention d’un public qui ne me connaissait pas.

 

C’est amusant parce qu’après votre premier concert, j’ai parlé avec une personne qui s’est spécialement déplacée depuis le Qatar pour vous voir, Ali. Il se demandait comment vous parveniez à continuer à briser les règles des performances live de façon aussi originale (à ses débuts, il arrivait à KOM_I de dépecer un cerf sur scène ; aujourd’hui, elle slame dans une bulle géante).

Je suis quelqu’un de très physique. C’est vraiment le tactile, le physique, qui compte pour moi. J’aimerais bien apprendre à faire autre chose que cette démonstration physique. Mais en même temps, je veux garder cette énergie. Je me mets à la place du public, qui vient aussi voir des concerts pour assister à une performance physique.

Suiyoubi no Campanella - Credit photo : Thomas Hajdukowicz

Cette démonstration d’énergie est aussi due au fait que je ne viens pas d’un milieu musical. A la base, je suis davantage portée sur le spectacle vivant. J’aime bien aller voir des installations d’art ou des représentations théâtrales. Ma performance scénique est dans la continuité de cette passion.

 

Vous avez rejoint Suiyoubi no Campanella en cours de route, après que Hidefumi Kenmochi et Dir.F aient créé le concept. Comme vous le soulignez, vous ne venez pas de la musique. Dans ce contexte, comment avez-vous appris à rapper ?

J’ai effectivement intégré le groupe sur proposition de Kenmochi-san. Sur le tout premier album, je chantais. Mais comme je n’ai pas une voix très puissante, seules des productions de type ambient pouvaient fonctionner correctement. Certains de nos premiers morceaux étaient dans cette veine. Mais on cherchait aussi quelque chose d’impactant, toujours dans cette idée d’attraper le public. C’est pour ça qu’on s’est dit qu’on allait essayer le rap.

Au départ, je me suis dit que ça n’allait pas marcher avec ma voix. Mais c’est peu à peu devenu une part de ma personnalité et de mon style. Finalement, c’est devenu quelque chose qui intrigue, et ça m’a plu.

 

Aujourd’hui, dans le rap japonais, on voit de plus en plus de femmes comme Charisma.com, DAOKO, Akko Gorilla, ZOMBIE-CHANG… Pensez-vous que les rappeuses sont l’avenir du hip-hop japonais ?

Au Japon, on m’a présenté comme faisant partie d’une tendance en cours où il y a beaucoup de rappeuses sur le devant de la scène. Ça m’a beaucoup aidé pour faire la promo du groupe ! Mais en fait, je vois ça comme une sorte de prolongation du fait que les femmes ont tendance à beaucoup parler. Or, si on continue de parler très vite, ça peut devenir du rap !

Suiyoubi no Campanella - Credit photo : Thomas Hajdukowicz

Dans le punk-rock, il y avait pas mal de groupes féminins avec des personnalités fortes. Aujourd’hui, je ne sais pas si on trouve la même chose dans le hip-hop. Je ne sais pas si ces personnalités existent. Pour être honnête, ce sont les artistes masculins que je trouve les plus intéressants dans le rap japonais. 

En tant qu’artiste exprimant leur art avec émotions, les femmes peuvent être un peu plus avantagées. Les rappeurs, quand ils sont à fond dans la musique, parviennent à faire quelque chose d’esthétique et de construit. Mais j’ai l’impression que les rappeuses peuvent faire de la musique juste avec une puissance émotionnelle qui touchera le public directement au cœur. Elles n’ont pas besoin de revêtir une armure, elles ont juste besoin du chant. C’est moins la forme ou la technique que le fait qu’on peut se mettre à nu émotionnellement plus directement qui nous donne un avantage. Ces derniers temps, j’ai vu cela beaucoup plus chez des artistes femmes qu’hommes. Akko Gorilla et ZOMBIE-CHANG sont ce genre d’artistes, je pense.

 

Quels artistes vous inspirent aujourd’hui ? 

En artiste français, j’aime beaucoup Lizzy Mercier-Descloux, une artiste qui était signée chez ZE Records dans les années 80. J’aime le côté hors-norme de cette chanteuse, avec sa puissance très touchante, mais aussi un peu biscornue. C’est très cool, très beau. Ça n’est pas une puissance où elle crie, c’est quelque chose de compliqué, très humain. D’ailleurs, ce soir, je vais aller assister au concert de Camille qui a un univers similaire. Hier, je suis allée voir Sleaford Mods… Là, pour le coup, les musiciens se sont mis à nu. Le son était vide, mais c’était là toute la beauté du groupe.

Suiyoubi no Campanella - Credit photo : Thomas Hajdukowicz

En groupe japonais, j’aime bien le duo Kimonos, qui chante tant en japonais qu’en anglais. Leur musique est un peu mélancolique, ça peut marcher en dehors du Japon, je pense. Sinon, des artistes américains comme Denzel Curry ou Princess Nokia me parlent énormément. Ils sont tous les deux dans la vingtaine, jeunes et très bons.

 

En France, Suiyoubi no Campanella est d’abord connu pour l’esthétique du groupe, notamment les clips. Mais il y a une véritable intelligence dans vos paroles. Vous parvenez à intégrer une recette de cuisine dans Chaplin ou à faire de nombreuses références à l’histoire française dans Marie-Antoinette. Quel travail de recherche faites-vous ?

Kenmochi-san, qui écrit beaucoup de paroles, est un véritable wikipédien. D’ailleurs, il dit tout le temps « Il faut absolument que je fasse des dons à Wikipédia, ils m’aident tellement… » Après chaque morceau qu’il écrit, j’ai l’impression qu’il devient plus intelligent que moi…

En fait, quand on aborde un sujet ou une personnalité un peu sérieuse, ça devient plus difficile d’avoir ce côté amusant. Le morceau Zeami parle du créateur du théâtre no, du coup, nous sommes restés plus sobres.

Suiyoubi no Campanella - Credit photo : Thomas Hajdukowicz

Sur Marie-Antoinette, on avait peur de créer une polémique si on avait traité frontalement ce personnage historique de manière rigolote. Du coup, on a changé la situation, et nous l’avons mis dans la peau d’une office lady. Mais comme on a quand même intégré des éléments historiques réels, on a reçu des messages d’étudiants nous disant que la chanson les avait aidées à apprendre leurs leçons d’histoire française.

 

Pour poursuivre sur l’écriture, trois chansons de Suiyoubi no Campanella sont consacrées à des personnalités françaises – Marie-Antoinette, Napoléon et Jeanne d’Arc. Quel intérêt trouvez-vous dans la culture et l’histoire française ?

Je pense que Paris est la ville la plus fantasmée par les Japonais, devant Londres, Milan ou New York. Paris reste le top. Ce fantasme est vraiment ancré dans la culture japonaise. Quand on est élevé au Japon, on connaît quand même pas mal de personnalités historiques françaises, que ce soit à l’école ou même dans la culture populaire – je pense à La Rose de Versailles, par exemple. Tout ça fait part intégrante de la culture japonaise. Nous sommes familiers avec tout ça.

Ce que l’on cherche quand on écrit de nouveaux morceaux, ce sont des personnalités connues. Et dans ces personnalités connues, qui ont marqué l’histoire, il se trouve qu’il y a beaucoup de Français.

 

Dans le clip de Jeanne d’Arc, vous la transformez en guide touristique. Comment vous viennent toutes ces idées visuelles qui participent à l’identité esthétique si particulière de Suiyoubi no Campanella ?

En fait, dans Jeanne d’Arc, nous nous sommes demandés quelle activité elle pourrait avoir aujourd’hui. Comme son étendard est un de ses principaux symboles, nous en avons fait une guide qui mène son armée de touristes avec son fanion au vent.

Suiyoubi no Campanella - Credit photo : Thomas Hajdukowicz

En fait, ce sont avant tout nos réalisateurs qui se chargent de l’aspect visuel de nos clips. Je les laisse faire. Comme nous avons beaucoup de clips, eux cherchent avant tout à ne pas aller dans des directions que nous avons déjà emprunté. C’est pour ça que notre vidéographie est si variée.

 

Pour terminer, puisque nous sommes dans la vidéo, parlons de Time to Play. Comment est né ce projet ?

L’idée de Time to Play est venue de JRA, l’équivalent japonais du PMU, qui a énormément d’argent. Ils nous ont proposé de faire un clip avec eux. Les clips que nous avons tournés jusqu’ici se sont faits avec des moyens très différents, parfois sans argent, parfois avec de l’argent (ce qui nous permet de faire des choses très techniques et plus pointues).

Dans un premier temps, nous avons profité du budget mis à disposition par JRA pour tourner un clip en Mongolie. Il y avait des chevaux, évidemment, mais aussi une terre brute. Quand nous avons été contacté par JRA, j’avais trouvé les chevaux très beaux, c’est pour ça que je voulais les intégrer d’une manière ou d’une autre dans le projet.

Suiyoubi no Campanella - Credit photo : Thomas Hajdukowicz

J’ai également été touchée par le monde des courses hippiques. C’est comme le passage du bac. Les personnes qui s’occupent des chevaux sont stressées comme des parents peuvent l’être, les chevaux sont stressés comme des bacheliers… Je voulais vraiment faire un concert pendant les courses, mais ça s’est avéré impossible. Pour maintenir la qualité du terrain de course, il est interdit de mettre quoi que ce soit sur le sol.

Comme nous n’avons pu faire ce concert, nous avons fait quelque chose à mi-chemin entre le live et le clip. Peu de choses existent vraiment dans cet entre-deux. Des artistes dont parfois des performances sur Instagram, mais peu sont des musiciens. L’idée, c’était de faire un stream à grande échelle, grâce à notre sponsor. Ce live était de très bonne qualité, bien qu’il s’agisse d’un one-shot. Au niveau lumière, photographie de l’image, sonorisation… c’était une très bonne surprise pour nous. Nous pensons pouvoir aller plus loin avec ce concept.

Retrouvez et suivez l’actualité de Suiyoubi no Campanella sur Twitter , Facebook ou You Tube.

Remerciements à Yoko Yamada, de Creativeman, qui a assuré la traduction, ainsi qu’à l’équipe de la Magnifique Society.

Crédits photos : Thomas Hajdukowicz pour © journaldujapon.com

 

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. 16 juillet 2017

    […] This is the English translation of an interview originally published in French on Journal du Japon. […]

  2. 8 février 2018

    […] Personnellement, j’ai croisé SuiKan pour la première fois au détour d’un mix Youtube, avec >Momotaro. Ca a été le coup de foudre musical direct. Certes, le clip a joué sur la fascination, mais musicalement, c’était exactement le genre de rap que je cherchais depuis si longtemps. Depuis, la passion a grandi, jusqu’à ce jour béni du 21 mai 2017, où j’ai pu l’interviewer après ses premiers concerts en Europe. […]

  3. 20 juillet 2018

    […] que si la frontwoman du groupe, KOM_I, nous avait accordé une interview l’année dernière, au final, nous n’avons jamais réellement expliqué pourquoi ce groupe changeait peu à peu la […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *