L’inquiétant phénomène Netto uyoku – l’extrême droite japonaise sur internet

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Kader dit :

    “Un problème que ne touche pas seulement ce pays, mais bel et bien la plupart des pays qui voient les discours identitaires et xénophobes fleurir sur Internet”

    Étonnement les groupuscules d’Extrême Gauche (anarchistes, antifascistes, anticapitalistes, communistes) qui vomissent leur haine des nations, des peuples, des cultures, des traditions, qui sont parmi les courants politiques les plus violents, les plus radicaux, et les plus perturbateurs, ne reçoivent pas la même attention de la part des médias et autres plateformes informatives tel que ce site. On préfère taper sur les nationalistes qui n’ont qu’à coeur de préserver leur identité et leur mode de vie sans faire chier personne, plutôt que sur les gauchistes radicaux dont le souhait le plus cher, est tout de même la chute de nos civilisations, et la déconstruction de nos sociétés.

    C’est en stigmatisant les uns tout en omettant les autres qu’on radicalise les gens, et qu’on les confortes encore plus dans leurs positions. Continuez à frustrer les gens, faudra pas s’étonner si ça finit par péter un jour.

    • Photo du profil de Paul OZOUF Paul OZOUF dit :

      Bonjour Kader,

      Paul OZOUF, rédacteur en chef de Journal du Japon. Merci de nous avoir lu tout d’abord !

      Alors sans rentrer dans votre débat d’un extrême contre un autre je corrige juste l’erreur nous concernant et surtout un oubli de contexte dans votre commentaire :
      1. Contrairement à la France l’extrême gauche japonaise est ultra-minoritaire, ne serait-ce que politiquement, et donc de facto rien à voir avec l’équilibre français entre ces deux extrêmes. Nous l’expliquions d’ailleurs il y a moins d’un mois en détaillant l’appareil politique japonais et le paysage politique de ce pays. C’est d’ailleurs le même rédacteur que celui que vous venez de lire : https://www.journaldujapon.com/2017/05/07/societe-a-la-decouverte-du-systeme-politique-japonais/
      2. La droite japonaise dans son ensemble et évidemment l’extrême droite portent de lourdes responsabilités dans la Seconde Guerre Mondiale et dans les exactions qui y ont été commises, et tout mouvement qui cherche à nier ces faits majeurs attire forcément l’attention et cela pose des questions sur la capacité d’un pays et de son peuple à regarder en arrière. Tout celà est à séparer du patriotisme ou de l’amour de sa nation, qui se base lui sur la capacité de regarder son pays et son histoire droit dans les yeux, et non pas de s’aveugler d’un fanatisme dangereux, qui conduit bien trop souvent aux conflits armés cités plus haut. De la même façon que si nous nous appelions Journal de la Chine les horreurs du communisme aurait fait couler de l’encre dans nos colonnes. Mais voilà, chaque chose à sa place et dans un contexte.
      3. Je vous rejoins sur un point néanmoins, l’extrême gauche japonaise a elle aussi eu ses années sombres, comme les événements des années 60 et 70 et le terrorisme qui en a découlé. Et vous savez quoi, nous sommes, nous et d’autres médias, quelques uns à en avoir parlé, à l’occasion de la sortie en 2016 de Unlucky Young Men, à travers une interview de l’auteur (https://www.journaldujapon.com/2016/05/02/eiji-otsuka-epoque-de-remise-en-cause-ou-remise-en-cause-dune-epoque/) et un papier sur l’ouvrage qui revient sur cette période trouble chez notre partenaire Paoru.fr.
      4. Et j’en finis avec un dernier point : la mise en avant des netto est surtout faite pour dénoncer leur volonté de réécrire l’histoire, ses tendances homophobes et xénophobes, beaucoup plus que de quel côté politique cette faction penche. Tout lecteur une fois avisé pourra ensuite faire son choix en son âme et conscience, nous sommes dans un pays libre et c’est aussi le cas au Japon, mais l’information – autre que celle de la propagande, des fake news ou du simple troll – est pour nous une nécessité.

      Nous vous invitons à lire tous les articles cités pour une vision plus pertinente de notre site. Et vive le Japon, bien entendu ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *