One Piece : une année 2017 en or !

Été 1997, le jeune Monkey D Luffy s’en va en mer, seul à bord de sa petite barque, porté par les vagues et son rêve de devenir le Seigneur des pirates. À notre échelle de temps, il y a donc vingt ans que le voyage One Piece a commencé. Vingt années de publication durant lesquelles les lecteurs ont pu accompagner l’équipage du Chapeau de paille parcourir les océans, arpenter les îles et festoyer à la belle étoile entre deux aventures.

Dans cette ambiance de fête agrémentée par les nombreuses surprises prévues par Eichiro ODA et son éditeur (Shūeisha), Journal du Japon saisit l’occasion pour faire un point sur le manga et revenir sur le dernier film tiré de la série, One Piece Gold, désormais disponible en DVD et Blu-ray dans l’Hexagone. Analyse.

©Eiichiro Oda/Shueisha, Toei Animation

©Eiichiro Oda/Shueisha, Toei Animation

[Attention spoiler !] Pour celles et ceux qui n’ont pas encore lu le manga jusqu’au dernier tome publié en France, le film, et par conséquent l’article, révèlent de nombreux éléments de l’intrigue.

OP GOLD : une aventure indépendante

Dans le Nouveau monde, Luffy et ses huit compagnons débarquent à Gran Tesoro, île flottante définie comme la capitale mondiale du divertissement. Le richissime Gild Tesoro y règne d’une main de maître et assure le spectacle chaque soir. Paris en tous genres, courses, machines à sous… les héros, choyés dès leur arrivée, s’en donnent à cœur joie. Mais l’engouement ne sera que de courte durée. Nos héros vont vite découvrir les mauvaises intentions de leur hôte et devront faire preuve d’inventivité pour se sortir de ses griffes.

[arve url=”https://youtu.be/SlmMt6U6RuE” title=”One Piece Gold” description=”One Piece Gold, Trailer” /]

One Piece Gold, réalisé par Hiroaki MIYAMOTO et troisième film consécutivement produit par Eichiro ODA en personne, a suscité de grandes attentes. Il faut dire que les deux précédentes œuvres sorties sur grands écrans marquées de son empreinte, à savoir Strong World et Z, ont placé la barre haute. Outre leurs qualités graphiques indéniables, ces derniers ont apporté un vrai plus au scénario principal de One Piece. De ce point de vue, le nouveau film prend une direction différente et revient aux sources des huit premiers long-métrages.

Dès les premières images du film, il est précisé d’emblée que Luffy et ses amis viennent de quitter l’île de Dressrosa. Un choix scénaristique qui laisse deviner une certaine volonté du réalisateur de garder un lien direct avec le fil principal de la série. Or, l’équipage se trouve au grand complet. Ce qui est chronologiquement impossible dans la mesure où le groupe s’est séparé en deux à Dressrosa. Et, les potentielles retrouvailles constituent justement un des enjeux majeurs du prochain arc. Leur réunion à ce moment là n’est guère possible.

©Eiichiro Oda/Shueisha, Toei Animation

©Eiichiro Oda/Shueisha, Toei Animation

Gold marque donc une rupture avec la dynamique entreprise par Strong World en 2009. En effet, le film ne peut s’insérer avec cohérence dans le fil chronologique normal de One Piece à la différence de ses deux prédécesseurs qui s’y inscrivent parfaitement.

Avant leur sortie respective, ces derniers avaient bénéficié d’un terrain préparé en conséquence dans la trame principale même : des épisodes créés spécialement pour l’occasion dans l’anime et même un chapitre zéro dessiné par l’auteur pour Strong World.

OP Gold a également eu droit à son opération promotion avec la diffusion, peu avant sa sortie, d’un long épisode spécial, Heart of Gold, qui s’est chargé de poser une base contextuelle. Ces deux œuvres constituent un ensemble cohérent. Mais le tout reste à apprécier comme une mini-saga indépendante du fil principal. Bien sûr, et il est important de le préciser, il s’agit d’un choix artistique comme un autre et le relever seulement n’enlève rien aux qualités mêmes du nouveau long-métrage.

Comme toute franchise à succès, et diantre que l’œuvre d’ODA en est une, One Piece est une licence avec toute la profusion de formats que cela implique. Si l’anime continue depuis presque huit cent épisodes à retranscrire fidèlement le manga en conservant un niveau constant de qualité, les films adaptés de la saga ont su se faire remarquer ces dernières années par leur excellence et originalité. Le public a répondu présent. Les deux précédents opus ont cartonné et boosté, par la même occasion, les ventes du format papier dans les librairies.

Le nouveau film honore-t-il l’adage « Jamais deux sans trois » ? La réponse est loin d’être évidente.

Un bon divertissement, ni plus, ni moins

©Eiichiro Oda/Shueisha, Toei Animation

©Eiichiro Oda/Shueisha, Toei Animation

Explosif, le générique de début, d’une durée de douze minutes, reflète parfaitement l’ensemble du film. Sur un fond de musique jazzy, il vient présenter la nouvelle île, théâtre de cette nouvelle aventure, le maître des lieux Gran Tesoro et bien sûr les membres de l’équipage du Chapeau de Paille. Chacun des neuf compagnons, à travers un rapide affrontement les opposant à un autre équipage, aura droit à sa mise en lumière de quelques secondes, le tout retranscrit sur une très belle animation.

La suite du long-métrage conservera ce côté grandiose insufflé en introduction et ce, notamment grâce aux scènes du personnage Gran Tesoro, l’antagoniste de cette histoire, dont les apparitions sont remarquées.

Quant aux scènes d’action, bien qu’assez courtes, elles restent fluides et prenantes. L’hilarante course de voitures, qui n’est pas sans rappeler la première épreuve d’anthologie du Davy Back Fight, constitue un des moments forts du film.

Au niveau purement visuel, OP Gold remplit donc son contrat. Un constat qui sonne comme une évidence tant les studios bénéficient d’une marge de manœuvre confortable lorsqu’il s’agit de réaliser ce type de production à gros budget. Ainsi peuvent-ils s’en donner à cœur joie pour magnifier chaque plan, combat ou personnage.

©Eiichiro Oda/Shueisha, Toei Animation

©Eiichiro Oda/Shueisha, Toei Animation

Malgré tout, le graphisme seul ne fait pas tout, encore faut-il un scénario qui tienne la route. Celui de Gold est solide et l’aventure se suit sans déplaisir mais le film manque de profondeur. Chose que les réalisateurs des deux précédents films, pour refaire un parallèle, sont parvenus à insuffler en mettant en scène un antagoniste charismatique : le personnage de Shiki dans Strong World et celui de l’ancien marine Zéphir dans Z qui constituent l’intérêt premier de leur film respectif. Les deux long-métrages s’articulent autour de leurs blessures, passé et folie. De ce fait, les deux personnages n’apparaissent pas seulement pour jouer les méchants de service. Le spectateur peut même se surprendre à ressentir de l’empathie à leur égard. Cet effet, très palpable en ce qui concerne Zéphir par exemple, se crée naturellement et ne fait que renforcer la force des protagonistes concernés.

En ce qui concerne Gold, la donne est différente. Malgré toute sa puissance, Gran Tesoro n’atteint pas les mêmes hauteurs que ses prédécesseurs. Ses motivations réelles demeurent finalement inconnues. Par ailleurs, le personnage en lui-même, qui fait étrangement penser à Doflamingo par son style et son extravagance, manque d’originalité. Mettre en scène un tel personnage n’apparaît pas vraiment comme un choix judicieux dans la mesure où l’histoire est supposée se dérouler peu de temps après l’arc Dressrosa. Le personnage n’est pas dénué d’intérêt pour autant et laisse deviner une certaine sensibilité par moment. Des flash-backs plus longs auraient permis d’en apprendre davantage sur sa folie. Ce manque de développement laisse, à l’arrivée, comme un goût d’inachevé. Le réalisateur a trop misé sur l’apparence globale du film sans chercher à approfondir son sujet. Les différents costumes portés par les personnages sont beaux et variés certes, mais ne peuvent suffire. En l’occurrence, ils ne viennent qu’accentuer l’aspect “défilé” du film.

Revenir à une certaine indépendance vis-à-vis du fil principal de l’histoire comportait un risque : le film devait viser le sans-faute pour se montrer à la hauteur des deux productions précédentes. Avec son scénario assez classique et son nouveau personnage en demi-teinte, il se situe malheureusement un ton en-dessous et se contente du titre de « bon divertissement ».

20 ans après, à l’aube d’une nouvelle aventure ?

Le choix de se détacher de la trame principale, malgré toutes les réserves qu’il a engendrées, a rendu possible la réunion de tout l’équipage. Un fait devenu ô combien rare mais justifié au regard de la direction narrative prise par le mangaka. Revoir les neuf compagnons ensemble pour une nouvelle aventure représente un joli cadeau et a donc de quoi réjouir les fans en cette année anniversaire. Et cet effet n’aurait pu être possible sans un petit détournement scénaristique.

©1997 by Eichiro Oda. All rights reserved / ©2000, Editions Glénat

©1997 by Eichiro Oda. All rights reserved / ©2000, Editions Glénat

Il faut dire que Eichiro ODA compose avec plusieurs intrigues à la fois et n’hésite plus à séparer nos héros en fonction de son bon vouloir. Cette direction scénaristique lui permet d’accorder du temps à chaque personnage et de faire gagner de la clarté à l’ensemble. Mettre en scène les neuf héros en même temps, notamment lors des combats, peut vite s’avérer un casse-tête pour l’auteur et restreindre le temps de passage de chacun. Ce choix fort de faire évoluer l’équipage séparément selon les besoins du scénario a apporté un nouveau souffle au manga et permis à son auteur de développer de densifier son histoire. Celle-ci part désormais dans toutes les directions. Cependant, chaque détail est pensé et minutieusement travaillé. L’auteur prend soin de développer chacune des intrigues qu’il a initiées. Celles-ci s’imbriquent entre elles et forment une structure qui se dessine peu à peu avec cohérence.

Cette capacité à se renouveler sans cesse constitue la principale qualité du mangaka. Son imagination n’a aucune limite. L’univers qu’il a créé à travers One Piece apparaît comme son terrain de jeu. Un jardin prêt à accueillir chacune de ses nouvelles idées. Des îles enneigées, préhistoriques, désertiques, célestes ou flottantes… Potentiellement, il peut y en avoir un nombre illimité. ODA a le talent pour les imaginer. C’est en grande partie grâce à cet art que la série, malgré deux décennies très denses dans la narration, n’a jamais semblé s’essouffler. Quand nos héros arrivent sur une nouvelle île, ils y découvrent un nouvel univers avec ses habitants, sa faune, sa flore et une histoire qui lui est propre. Chaque île devient alors prétexte à une nouvelle aventure. Et chaque aventure représente un pas supplémentaire vers davantage de profondeur dans cette grande saga.

En effet, d’un arc à l’autre, l’équipage gagne en maturité, fort de leurs expériences fraîchement vécues. En un peu plus de deux années d’aventure étalées sur vingt ans de publication, les personnages ont grandement évolué, franchi des caps et gagné en force et caractère. Les fans, en toute logique, ont grandi avec eux d’une certaine manière, en suivant leurs aventures. Dès lors, que plusieurs générations de lecteurs s’entremêlent parmi les adeptes de la série est tout sauf une surprise.

One Piece Gold n’atteint pas le niveau de ses prédécesseurs et se repose un peu trop sur la popularité de la série sans rien proposer de réellement original. Dommage tant le matériau d’origine imaginé par son auteur offre des possibilités infinies et surprend sans cesse. Mais ne boudons pas notre plaisir. Cette année reste spéciale et suivre une nouvelle aventure de l’équipage, au grand complet pour l’occasion, ne se refuse pas.

Alors Joyeux anniversaire One PieceEn espérant pouvoir en souhaiter beaucoup d’autres, encore.

©Eiichiro Oda/Shueisha, Toei Animation

©Eiichiro Oda/Shueisha, Toei Animation

Retrouvez toutes les informations sur le film One Piece Gold sur son site web ou le site de Kazé France. Les informations sur le manga vous attendent elles chez Glénat Manga !

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *