Adeline Klam : l’origami pour passion

Aujourd’hui, Journal du Japon vous emmène à la rencontre d’une passionnée. Depuis des années, Adeline Klam fait découvrir à ceux qui le souhaitent l’art de l’origami (pliage du papier) grâce à deux nombreux livres et à des ateliers qu’elle anime dans sa boutique de Paris. Rencontre avec cette artiste aux doigts de fée.

L’origami comme par magie : un ouvrage pour que tout le monde puisse pratiquer

L'origami comme par magie : couverture et page du livreDans son dernier livre qui vient de paraître aux éditions Marabout, Adeline Klam a mis toute son expérience, mais aussi toute la pédagogie dont elle fait preuve dans les ateliers. Car si tout le monde peut plier du papier, savoir faire les bons gestes au bon moment n’est pas chose facile.

C’est pourquoi elle a développé un pas à pas en photographies, chose somme toute assez classique, mais qu’elle a complété par des dessins très parlants dans lequel les mains se positionnent avec précision, accompagnées de flèches indiquant le sens du mouvement. Quelques mots complètent si besoin l’ensemble pour un apprentissage grandement facilité. Les étapes que chacun pouvait parfois avoir du mal à réaliser (dans le cas de la fabrication de la fameuse grue par exemple) deviennent soudain limpides, et on se demande comment on pouvait buter avant, tant le geste devient fluide. Tout ceci explique le titre du livre : L’origami comme par magie. C’est tout à fait ça !

Les modèles présentés sont nombreux (51) et vont des classiques bateaux, grues ou papillons à des créations plus originales : toupie, camélia, pissenlit ou coquillage. De quoi faire un véritable bestiaire pour les amoureux des animaux (une ferme, un océan, ou un monde de dinosaures !), ou de très belles compositions florales (fleurs de cerisier, de prunier, de lotus) à parsemer d’oiseaux ou de papillons. L’occasion également de préparer la décoration pour Noël : couronne, étoile, rosace, clochette, sapin et Père Noël !

dessins pour illustrer le livre L'origami comme par magieChaque modèle est présenté de la façon suivante :
– page de gauche, l’origami terminé en grande photographie, son niveau de difficulté (de 1 à 5), les dimensions du papier utilisé (7,5X7,5 cm ou 10X10 ou 15X15) mais aussi, détail très important rarement mentionné dans les livres d’origami, la taille finale de la création (en fonction de la taille du papier utilisé). Le tout suivi d’un conseil sur une ou deux lignes (comment utiliser son origami en décoration par exemple).
– page de droite : le pas à pas photographié, chaque étape numérotée renvoyant à un texte d’explication en bas de page. Ainsi le texte n’interfère pas avec l’image, les images se succèdent sans interruption, dans une grande fluidité pour le lecteur apprenti.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.

Adeline Klam : interview d’une passionnée 

Adeline Klam et ses pliagesJournal du Japon : Depuis plusieurs années, vous créez de très beaux livres sur l’origami mais également sur le papier japonais (washi) pour créer des objets de décoration, customiser des meubles etc. Comment êtes-vous « tombée » dans la marmite du papier japonais ?

Adeline Klam : Par le motif japonais depuis toute jeune, par le textile et les Kimono puis par le papier.
 
Votre livre comprend de nombreux modèles et les pas à pas sont très visuels : photographies et dessins en complément si nécessaire. Comment avez-vous travaillé pour voir où pouvaient être les difficultés, vous qui pratiquez cela quotidiennement et pour qui tous ces pliages doivent paraître naturels, faciles ?
 
En décomposant le pliage et en les plaçant les uns a la suite des autres sur une planche, je me suis aperçue que certaines étapes nécessitaient de montrer un mouvement de mains qui ne pourrait être compréhensible sans un dessin. C’est ainsi que l’on peut anticiper les éventuels questionnements de quelqu’un qui débute l’origami.

L’origami est appris dès le plus jeune âge au Japon. Quels modèles conseilleriez-vous aux mamans et aux maîtres et maîtresses qui voudraient l’enseigner aux enfants dès la maternelle ?

 
Choisir des pliages courts et ludiques comme : le moulin à vent, la marionnette chat, le lapin ou le bateau…
 
Quels conseils donneriez-vous aux personnes qui se trouvent maladroites et ont peur de se lancer ?
Le papier japonais est une matière solide, il ne faut pas avoir peur de la manipuler. Si on a peur de se lancer, je conseille de s’entraîner d’abord sur des papiers unis !
 
Dans cet ouvrage, on trouve des modèles originaux comme les deux chiens, la toupie ou le camélia. Comment créez-vous les nouveaux modèles ?
 
Je ne crée aucun modèle, les pliages du livres sont traditionnels et existent depuis longtemps. On leurs redonne un nouveau souffle avec nos papiers qui sont eux, dans des couleurs exclusives Adeline Klam.
J’aime les sélectionner en fonction de l’air du temps, de l’évolution des saisons et de notre univers.
 
Avez-vous un modèle de pliage qui vous tient particulièrement à cœur ?
 
Un pliage végétal, la fleur de pissenlit du livre par exemple.
 
Le Japon semble vous inspirer en permanence. Quels sont les mots qui vous viennent quand on évoque ce pays ?

La fleur de Sakura, les vagues, des paysages calmes et sereins. Les temples, les artisans de kokeshis, les beaux textiles…

Si nous faisions de vous un « portrait japonais » : si vous êtiez …
– un mot japonais : j’adore tous les prénoms de filles japonais
– une plante japonaise : Fleurs Mitsumata
– un plat japonais : J’adore les soupes Mizo avec un bon tofu
– un lieu au Japon : Kyoto
– un livre de la littérature japonaise :  Les comptes japonais de Sandrine Thommen
– un artiste japonais : J’ai découvert un livre superbe il y a 20 ans, Les Kimonos de la famille Hata
(Les œuvres de toutes une famille)
– un objet de l’artisanat japonais : Un porte bonheur ou un bonbon typique
 
Journal du Japon remercie Adeline Klam et les éditions Marabout pour leur disponibilité. Retrouvez là sur son site officiel et sur les réseaux sociaux : Twitter, Instagram, Facebook, etc.
 
Et surtout n’hésitez pas à vous lancer et à nous envoyer les photographies de vos origamis !

CONCOURS : Amateurs de visual novel et de 2nd degré : le jeu Punch Line tu dois gagner !

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *