Kojiki, la chronique des faits anciens : les aventures d’Ōkuninushi !

Le mois dernier, nous nous étions quittés sur la fondation de la dynastie d’Izumo par Susanoo. Dans cette troisième partie de notre cycle “Kojiki, la chronique des faits anciens“, nous nous intéresserons à la cinquième génération, à savoir celle d’Ōkuninushi qui, avant de gouverner le pays naissant, devra survivre à un certain nombre d’épreuves.

 

Ōkuninushi et le lapin blanc

Susanoo eut de nombreux enfants ce qui lui assura une grande descendance, et son fief d’Izumo se développait. C’est à la cinquième génération de descendants qu’appartient le nouveau héros de la dynastie, Ōkuninushi, Maître-de-la-Grande-Province. Cadet d’une grande fratrie, l’un de ses premiers exploits fut de parvenir à épouser la jolie princesse Yagami de la province d’Inaba au nez et à la barbe de ses 80 frères.

Voici comment cela fut possible : chacun désireux d’épouser la princesse Yagami, tous les frères se rendirent ensemble dans la province d’Inaba où la princesse résidait. Chemin faisant, ils rencontrèrent un lapin blanc blessé et qui souffrait énormément. Avant de reprendre leur route, ils lui conseillèrent, plein de malice, d’aller prendre un bain de mer puis de se sécher en plein vent. Ce que le lapin, confiant, fit. Malheureusement, l’effet couplé du vent et du sel sur les plaies de l’animal ne firent qu’augmenter sa douleur.

 

Ôkuninushi-no-Mikoto et le lapin blanc d'Inaba (Inaba no Shiro Usagi)

Ôkuninushi-no-Mikoto et le lapin blanc d’Inaba (Inaba no Shiro Usagi)

 

Ōkuninushi, qui marchait un peu derrière ses frères, croisa à son tour le lapin blanc en pleurs. Touché et curieux par ce spectacle, il demanda au lapin la raison de sa peine et de sa souffrance. Ce dernier lui raconta alors sa triste mésaventure avec les crocodiles qui l’avaient blessé, et sa rencontre avec ses frères qui l’avaient moqué :

« J’étais sur l’île d’Oki et voulant traverser jusqu’ici et sans moyen d’y arriver, j’ai élaboré un stratagème et trompé les crocodiles. Je les ai mis au défi de savoir quelle tribu parmi nos espèces comptait le plus de spécimens. Chacun des crocodiles s’aligna entre l’île et ce cap. À chaque pas, je comptais une unité. Je pus courir sur leur dos et lorsque je posais enfin le pied sur le rivage, je ne pus m’empêcher de m’exclamer : « Je vous ai eus ! ». Et tout à coup, le dernier crocodile me saisit et me dépouilla de tous mes habits. »

Il montra ensuite à Ōkuninushi le résultat du remède que ses frères lui avaient conseillé. Réalisant la malice dont avait fait preuve ses frères et peiné par celle-ci, Ōkuninushi dit alors au lapin blanc de se baigner dans l’eau douce du delta du fleuve puis d’étaler du pollen sur la totalité de son corps.

La bête blessée suivit le conseil du jeune homme et non seulement guérit mais retrouva aussi son beau pelage blanc. Reconnaissante, elle s’adressa à Ōkuninushi avec ces mots:

« Tu épouseras la princesse. Seul toi en est digne. ». Telle fut la prédiction du lapin blanc d’Inaba.

 

Statues représentant l'épisode de la rencontre d'Ōkuninushi et du lapin d'Inaba – Photo prise au grand sanctuaire d'Izumo (Izumo Taisha) - Blog Découvrez Matsue

Statues représentant l’épisode de la rencontre d’Ōkuninushi et du lapin d’Inaba – Photo prise au grand sanctuaire d’Izumo (Izumo Taisha) – Blog Découvrez Matsue – article “Le grand sanctuaire Izumo Taisha

 

Quand les 80 frères arrivèrent à destination, la princesse Yagami les renvoya, leur indiquant qu’elle avait déjà choisi son futur mari et qu’il s’agissait de leur frère cadet, Ōkuninushi. Jaloux de leur jeune frère et furieux, les frères tinrent conseil au pied du mont Tema, dans le pays d’Haraki, et décidèrent de se venger et de tuer Ōkuninushi. Ils lui dirent alors :

« Sur cette montagne, il y a un sanglier rouge. Nous allons le faire descendre et toi, tu l’attendras en bas et tu l’attraperas. Si tu ne le fais pas, nous te tuerons. ».

Du haut du Mont Tema, ils chauffèrent au rouge une pierre de la taille d’un sanglier et la firent rouler en bas de la montagne. Le malheureux Ōkuninushi mourut brûlé par le rocher. Morte de chagrin, sa mère, la princesse Sasu Kuni Waka se précipita alors au Royaume des Cieux et supplia Musubi, l’un des trois kami de la création, d’intervenir. Musubi envoya la princesse Coquillage et la princesse Palourde au chevet du défunt pour qu’elles lui redonnent  la vie.

Non découragés par cet échec, les frères tendirent à nouveau un piège à leur frère cadet. Dans les montagnes, ils abattirent un grand arbre qu’ils ouvrirent en deux et sous un quelconque prétexte, demandèrent à Ōkuninushi de se placer entre les deux parties de l’arbre. Ils purent ainsi l’écraser en refermant les deux parties de l’arbre sur lui; Ōkuninushi mourut pour la seconde fois. Cette fois, sa mère elle-même vint le sauver. Elle fissura le tronc pour l’en sortir et le ramena à la vie. Elle lui conseilla alors :

« Si tu restes ici, les 80 kami vont définitivement te tuer. Rends-toi dans le pays de Ki à la rencontre du Prince-de-l’Extraordinaire-Maison. »

Ōkuninushi écouta le conseil de sa mère et s’enfuit. Ses frères le poursuivirent, leurs arcs bandés. Mais Ōkuninushi se rua derrière un arbre et disparut.

Ōkuninushi et Susanoo

Arrivé dans le monde souterrain, royaume de son ancêtre le terrible Susanoo, Ōkuninushi croisa le chemin de la dernière fille de Susanoo, la princesse Suseri. C’est le coup de foudre ! Ōkuninushi et Suseri se marièrent. Suseri informa son père Susanoo qu’un beau kami était venu et avait ravi son cœur. Susanoo sortit de son palais pour découvrir par lui-même l’identité de son gendre et sa réponse fut :

« C’est l’affreux kami mâle du Pays-des-Plaines-de-Roseaux !».

Désireux de se débarrasser d’Ōkuninushi qu’il estimait ne pas être digne de sa fille, Susanoo l’envoya dormir dans une cage remplie de serpents. Sa femme, la princesse Suseri, lui donna une écharpe magique qui éloignait les serpents. La nuit passa et au petit matin, le père constata que le gendre était toujours en vie. Il l’envoya ensuite dormir dans une cage remplie de guêpes puis dans une autre remplie de scolopendres. À chaque fois, Suseri protégea son mari avec une écharpe magique. L’Impétueux Susanoo lança alors une flèche au beau milieu de vastes landes de son royaume et demanda à Ōkuninushi de la lui ramener. À mi-parcours, Susanoo alluma un feu. Sans moyen à sa disposition pour pouvoir contourner l’incendie, le pauvre Ōkuninushi était condamné à mourir. Mais une souris le sauva en lui montrant un trou où il pourrait se cacher et attendre la disparition des flammes. Le petit animal lui rapporta également la flèche. Ōkuninushi put rejoindre Susanoo et lui présenter la flèche.

Alors, Susanoo l’emmena dans une grande salle où il lui demanda d’enlever les poux de sa longue chevelure. Ōkuninushi vit qu’il y avait aussi de nombreux scolopendres. Sa femme lui donna des baies de l’arbre muku  et de la terre rouge. Il mâcha les baies et les cracha avec la terre rouge si bien que Susanoo crut qu’il mâchait et crachait les scolopendres. Prit de tendresse pour lui, Susanoo s’endormit. C’est à ce moment-là qu’Ōkuninushi saisit la chevelure de Susanoo pour l’attacher aux poutres de la maison. Il bloqua la porte avec un énorme rocher afin que Susanoo ne puisse sortir et portant sa femme Suseri sur son dos, Ōkuninushi partit emportant avec eux la grande épée de Susanoo, son arc et ses flèches ainsi que le céleste luth parlant (Ame no Nori Goto).
 
Dans sa fuite, le luth heurta un arbre et la terre résonna, réveillant Susanoo et faisant s’écrouler son palais sur lui. Tandis que Susanoo démêlait ses cheveux et les détachait des poutres, Ōkuninushi était déjà loin. Le poursuivant jusqu’au col à l’entrée des Enfers, Susanoo lui dit :
 
«Avec la grande épée, l’arc et les flèches de vie que tu portes, poursuis tes frères jusqu’à ce qu’ils se couchent sur les augustes pentes des cols, et poursuis-les jusqu’à ce qu’ils soient balayés dans le cours des rivières, et deviens toi-même, misérable, le Kami maître du grand pays. En outre, en faisant de ma fille, la princesse Suseri, ta femme principale, établis solidement les piliers du temple au pied du mont Uka [à l’endroit où se situe le grand sanctuaire d’Izumo, Izumo-Taisha] sur l’assise rocheuse la plus profonde, et élèves-en les traverses jusqu’à la Plaine de Hauts Cieux et demeures-y, scélérat.»
C’est ainsi qu’Ōkuninushi devint Maître-de-la-Grande-Province en tuant ses frères et s’attela à fonder le pays. Avec sa première femme (la princesse Yagami), il eut un enfant, nommé Supérieur-de-la-Fourche-d’Arbre. Il porte ce nom car, craignant la jalousie de Suseri (la seconde épouse de Ōkuninushi), Yagami cacha l’enfant dans la fourche d’un arbre avant de retourner dans sa province d’Inaba. En tout, Ōkuninushi eut de nombreuses femmes qui lui donnèrent 181 enfants.
 

Ōkuninushi  et le petit prince de grande renommée

Alors qu’Ōkuninushi demeurait à l’auguste cap de Miho à Izumo, arriva, chevauchant la crête des vagues dans un bateau, un Supérieur habillé d’un manteau de peau d’oie qui, lorsqu’on lui demanda son nom, ne répondit pas. Les Supérieurs qui l’accompagnaient eux-mêmes ne le savaient pas. Alors, une grenouille prit la parole :
«Si vous voulez savoir, Prince-qui-se-Décompose saura sûrement.».
 
Sur quoi, Ōkuninushi convoqua le Prince-qui-se-Décompose et l’interrogea. Celui-ci répondit :
«C’est Célèbre-Supérieur-Petit-Prince, l’auguste enfant de Kami Musubi (Sa Majesté l’ancêtre Divin-Merveilleux-Producteur)».
 
Tous s’en allèrent interroger, dans le plus grand respect qui lui était dû, l’auguste Ancêtre qui leur confirma et qui ajouta :
«Que lui et toi deveniez donc frères et consolidiez ce pays.».
 
Et depuis ce moment, les deux Supérieurs œuvrèrent ensemble à fabriquer et à consolider leur pays. Mais un jour, Célèbre-Supérieur-Petit-Prince rejoignit le Royaume de l’Éternel. Prince-qui-se-Décompose révéla à Ōkuninushi, attristé par la perte de son ami, qu’il était devenu un épouvantail, ce genre de chose qu’on trouve dans les champs de montagne. Bien qu’incapable de se déplacer, l’épouvantail savait absolument tout du monde terrestre.
 
Célèbre-Supérieur-Petit-Prince, Kami Epouvantail

Célèbre-Supérieur-Petit-Prince, Kami Épouvantail – Dessin de AtmaFlare [Deviant Art.com]


Ōkuninushi vécut de nombreuses aventures et grâce à ses nombreuses femmes qui lui donnèrent de nombreux enfants, il réussit à développer son pays. Izumo est donc toujours, à ce moment de l’histoire, gouverné par la dynastie de Susanoo, mais dans le prochain article, nous verrons qu’Amaterasu et le Ciel décideront qu’il est temps de pacifier le pays et d’unifier les Supérieurs Terrestres en envoyant l’un de leur fils, le Prince Ninigi, sur Terre.

David Maingot

Je m'appelle David et j'ai 27 ans. J'habite à Angers (49) et je suis comptable de formation et e-commerçant dans le bento et les accessoires de cuisine. Passionné de culture et d'histoire du Japon, je rédige des articles en lien avec ces thèmes :)

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. 11 janvier 2018

    […] le récit des aventures de Ōkuninushi, dans cette 4ème partie de “Kojiki, la chronique des faits anciens”, c’est au […]

  2. 18 janvier 2018

    […] notre visite de la mythologie japonaise et du Kojiki et à l’occasion du 150e anniversaire de l’ère Meiji, Journal du Japon vous […]

  3. 29 avril 2018

    […] et son frère tempétueux. Susanoo fonda sa dynastie à Izumo et à la cinquième génération, Ōkuninushi épouse l’une de ses nombreuses filles et fait prospérer le pays d’Izumo. […]

  4. 23 juillet 2018

    […] ou « Haut Créateur » ; Kami-musubi « Créateur divin » ; Kotoshironushi, un des fils de Ōkuninushi ; Miketsu-kami (ou Fudō) et Ōmiyanome, kami associé au culte de la déesse Inari et qui selon le […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *