Concert de Crystal Lake : une explosion solaire

Cela faisait de nombreuses années que le groupe de metalcore Crystal Lake était attendu en France. Le groupe a enfin pu se produire à Paris, au Backstage. Il est venu en compagnie d’Out Of My Eyes et d’Aviana pour un concert en ce soir de Halloween. Un show allant crescendo comme un soleil se levant sur un désert brûlant.

Crystal Lake au Backstage

Crystal Lake (©Julien Mecchi | Journal du Japon)

Il faisait froid en cette soirée du 31 octobre 2017. À 19h, la file d’attente devant le Backstage est encore peu fournie (la scène se situe dans une arrière-salle au fond du pub O’Sullivans by the Mill). Mais, petit à petit, les spectateurs arrivent, aussi bien des fans de metalcore que des amateurs de J-metal comme l’indiquent les tee-shirts. À l’ouverture des portes, à 20h, Out Of My Eyes effectue ses derniers sound checks.

 

Out of My Eyes : les premières flammes pourlèchent la fosse

Out Of My Eyes au Backstage (31 octobre 2017)

Out Of My Eyes (© Dorothée Mathis | Journal du Japon)

Pour la date parisienne de Crystal Lake, All Faces Down s’est fait remplacer par Out Of My Eyes. Mais qui sont les Out Of My Eyes ? Le quintet originaire du Val d’Oise s’est créé en 2014. D’ailleurs, ce n’est que tout récemment qu’ils ont signé avec le label anglais Imminence Records. Pour eux, ce concert était comme un tour de chauffe avant leur tournée anglaise de janvier.

Et ce qui est sûr est qu’ils sont prêts. Les gars se donnent à fond devant une salle encore peu remplie. Mal en a pris à ceux n’étant venu que pour Crystal Lake. Le son est bon, le chant est bon. Le chanteur chauffe la salle et n’hésite pas à descendre dans la fosse pour motiver un public en attente de la tête d’affiche.

 

Aviana : les rayons solaires réchauffent la salle

Durant les sound checks suivant, la fosse s’éclaircit mais ce n’est que pour revenir plus nombreuse pour Aviana. In Flames, Avatar, Dark Tranquility, Aviana… à Göteborg, Sweden, on mange du métal au petit déjeuner. Difficile de croire qu’Aviana n’a signé avec un label qu’en 2015. Le groupe est très bon. Le son est puissant. Avec leur metalcore mélodique, ils nous font complètement oublier le froid de ces derniers jours.

Au milieu du set, une surprise, un homme avec la capuche de son hoodies sur la tête entre en scène. C’est Ryo, le chanteur de Crystal Lake, qui le temps d’un morceau, accompagne Marcus au chant. Une harmonie parfaite se crée. Comme si Ryo avait toujours fait partie de leur groupe. Nous pouvons d’ailleurs remarqué le tee-shirt d’All Faces Down que porte Marcus et celui d’Aviana que porte Ryo.

 

Crystal Lake : le public est en feu

Crystal Lake au Backstage

Crystal Lake (© Aimeji | Journal du Japon)

Pendant qu’Aviana range ses guitares, Crystal Lake commence ses sound checks et enchaîne directement sur « Prometheus » sans laisser le temps de respirer. C’est justement pour ça qu’ils ont choisi ce titre. Ils veulent nous marquer dès le départ avec un titre rapide. S’en suit Matrix et son petit coté BO de Spawn. Le public est chaud bouillant. La fosse voit s’enchaîner mosh pit, wall of death, circle pit. Avec Six Feet Under, Crystal Lake ne relâche pas la pression.

Puis, petite pause pendant laquelle, Ryo parle de la cover de Limp Bizkit, Rollin’, qui les a fait connaître. C’est sur celle-ci qu’ils enchaînent. Sur scène, c’est la folie. Marcus, le chanteur d’Aviana arrive pour chanter avec Ryo. Même John Gylhamn, le réalisateur des images de la tournée, s’y met.

Quoi de mieux que Ups & Downs pour poursuivre et enflammer les rares spectateurs n’ayant pas été pris dans le tourbillon de Rollin’. Un The Sign pour essuyer la sueur sur son front et Crystal Lake repart sur New Romancer.

Crystal Lake au Backstage

Crystal Lake (©Aimeji | Journal du Japon)

Le temps que les pogoteurs reprennent leur souffle et que les slammers se remettent sur leurs pieds, Ryo présente le prochain morceau, Apollo. Le morceau est sorti en même temps que l’annonce de la date parisienne. L’ambiance est chaud bouillant dans la fosse. Et cela ne se calme pas avec Beloved. Et pour finir, bien évidemment, Omega.

Finir ? Le public réclame un autre morceau. Le sourire aux lèvres, Ryo lance un magistral « fuck you !». Le rappel n’était pas prévu mais cette demande du public et l’ambiance dans la salle ravissent les membres de Crystal Lake. Et c’est parti pour True North, le morceau représentant le Crystal Lake actuel. Le public chante avec Ryo.

C’est avec des trémolos dans la voix que Ryo remercie tout le monde. Pour Crystal Lake, ce final parisien a été la cerise sur le gâteau de leur première tournée européenne. La complicité avec leurs partenaires de tournée, que ce soit Aviana, ou le staff est évidente. L’accueil du public les a touché. Et même si Crossfaith et Hern Name in Blood les avaient prévenu, ils n’avaient pas vraiment réalisé l’ambiance que pouvait mettre le public européen.

Avec un concert allant crescendo, Crystal Lake a prouvé qu’un groupe ayant un bon son, qui adapte sa playlist à son public – et surtout qui suit les codes de son style musical sans pour autant vendre son âme – peut réussir à quasiment remplir une salle en quelques semaines. Nous espérons les revoir bientôt dans la Ville des Lumières et pourquoi pas avec Crossfaith, Her Name in Blood ou Coldrain pour un autre concert de folie.

Setlist :
Prometheus
Matrix
Six Feet Under
Rollin’
Up &Down
The Sign – New Romancer
Appolo
Beloved
Omega

Rappel : True North

Remerciements à Ninon d’Alternative Live.

CONCOURS : Amateurs de visual novel et de 2nd degré : le jeu Punch Line tu dois gagner !

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 17 août 2018

    […] CRYSTAL LAKE rejoint les groupes BURY TOMORROW, 36 CRAZYFISTS et CANE HILL pour une tournée européenne ils seront le dimanche 9 décembre au Petit Bain. La salle devrait pour l’occasion se transformer en sauna, avant de vivre cette expérience inoubliable revivez leur concert au Backstage grâce à notre live report. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *