L’Eigagenda : toutes les sorties cinéma et DVD/BR de janvier

Bonne année à vous, cinéphiles ! 2018 va commencer très fort avec Fireworksle dernier film du studio TOHO en salle, ou encore la sortie de Dans un Recoin de ce Monde sur support physique. Voila de quoi bien démarrer l’année. Mais évidemment ce n’est pas tout donc en route pour notre agenda ciné 🎥 ! 

Au cinéma

Le 3: Fireworks de Akiyuki SHINBO et Nobuyuki TAKEUCHIEn cette belle journée d’été, Nazuna, discrète collégienne, décide de défier ses deux amis Norimichi et Yusuke lors d’une course de natation. Le vainqueur assistera à ses cotés au feu d’artifice de la soirée. C’est Yusuke qui remporte la course mais entre temps, Norimichi découvre le secret de Nazuna. Obligée de déménager en raison du divorce de ses parents, la jeune fille cherche à fuir. Et si Norimichi pouvait changer le destin de cette journée ?

Le 10 : Vers la lumière de Naomi KAWASE

Misako passe son temps à décrire les objets, les sentiments et le monde qui l’entoure. Son métier d’audiodescripteur de films, c’est toute sa vie. Lors d’une projection, elle rencontre Masaya, un photographe au caractère affirmé dont la vue se détériore irrémédiablement. Naissent alors des sentiments forts entre un homme qui perd la lumière et une femme qui la poursuit.

Le 31: Oh Lucy! de Atsuko HIRAYANAGISetsuko mène une vie solitaire et sans saveur à Tokyo entre son travail et son appartement, jusqu’à ce que sa nièce Mika la persuade de prendre sa place à des cours d’anglais très singuliers. Cette expérience agit comme un électrochoc sur Setsuko. Affublée d’une perruque blonde, elle s’appelle désormais Lucy et s’éprend de John son professeur ! Alors, quand Mika et John disparaissent, Setsuko envoie tout balader et embarque sa sœur, dans une quête qui les mène de Tokyo au sud californien. La folle virée des deux sœurs, qui tourne aux règlements de compte, permettra-t-elle à Setsuko de trouver l’amour ?

Sorties DVD/Blu Ray

(NB : les dates peuvent varier en fonction des éditeurs)

Le 9: Dans un Recoin de ce Monde de Sunao KATABUCHIEn 1944, la jeune Suzu quitte son village proche d’Hiroshima, pour se marier et vivre avec sa belle-famille à Kure, un port militaire. Sa créativité pour surmonter les privations, la rend vite indispensable au foyer. Comme habitée d’une sagesse ancestrale, Suzu imprègne de poésie et de beauté les gestes simples du quotidien. Les difficultés de ravitaillement en temps de guerre, la perte de proches, et les frappes fréquentes de l’aviation américaine, n’altèrent pas son amour de la vie.
Mais, en 1945, les bombardements dévastateurs de la ville de Kure, puis la tragédie d’Hiroshima vont mettre à l’épreuve la persévérance et le courage de Suzu.

Les événements cinéma à Paris

Le 20 à 16h30: Dressing Up de Yuka YASUKAWA

Ikumi Sakurai est une jeune collégienne élevée seule par son père. Commençant à s’intéresser de plus près à une mère qu’elle n’a pas connue, elle découvrira progressivement le secret de cette dernière en ouvrant ainsi une porte vers l’imaginaire et l’horreur. Née en 1986, Yuka Yasukawa réalise le très remarqué Dressing Up en 2012 avant de tourner un long métrage pour Seishun H, série de films érotiques destinée à mettre en valeur les jeunes cinéastes. Elle vient de finir le making of d’un film d’Isao Okishima, dont elle fut l’assistante.

Du 13 janvier au 24 mars : ShintohoPendant six mois, la MCJP vous présentera une cinquantaine de productions parmi les plus marquantes de la Shintoho qui, pour se faire une place au sein d’un studio system déjà saturé, joua la carte de l’audace en inventant des sous-genres cinématographiques tout à fait atypiques et à l’imagination débridée. Le fait qu’elle ait été fondée dans un contexte de crise (conflits syndicaux au sein de la Toho), qu’elle ait pour ainsi dire surgi du néant sans être attachée à une quelconque tradition esthétique qui l’aurait contrainte (comme la Shochiku avec ses drames familiaux), tout cela a poussé ce studio à adopter la liberté sans entraves pour survivre. Exemple unique dans l’histoire du cinéma mondial, l’étoile filante Shintoho (elle fait faillite en 1961) a été littéralement une usine « à films nouvelle vague », pour reprendre l’expression du scénariste et historien de la Shintoho, Chiho Katsura. Elle possède un patrimoine important en cours aujourd’hui de réhabilitation critique, et dont la connaissance est essentielle pour qui veut apprécier les enjeux esthétiques du septième nippon à une époque décisive de sa trépidante histoire.(Fabrice ARDUINI)

Pendant ce temps, au Japon… Les trailers du mois !

Itô-kun A to E

Prétendant leur donner des conseils sur l’amour, une scénariste de comédies romantiques trentenaire soutire des confidences à quatre femmes tourmentées par ce sentiment.

Saki Achiga-hen episode of side-A

Les filles de l’Académie Achiga sont sorties vainqueurs des régionales de mahjong contre le lycée Bansei. Elles avancent alors en demi-finale des nationales, mais finissent par perdre face à leurs adversaires, peu après le club de mahjong fut dissous.
Six ans plus tard, Shizuno Takakamo se lie d’amitié avec une élève qui vient d’être transférée, Nodoka Haramura. Les deux filles finissent par entrer à Achiga, mais Nodoka changera à nouveau d’école lors de sa seconde année.
Lorsque Shizuno voit Nodoka à la télévision l’année suivante en tant que championne des nationales inter-lycées de mahjong dans la catégorie individuel, elle décide de faire revivre le club de mahjong du lycée Achiga.

Kaze no Iro

Avant de mourir, la petite-amie de Ryō lui a dit qu’une femme lui ressemblant trait pour trait vit à Hokkaido. Le jeune homme entreprend alors un voyage à travers Hokkaido pour retrouver cette personne.

Voilà la fin du premier eigagenda de l’année 2018. On espère une année prolifique pour le cinema japonais ! 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *