Coupe du Monde 2018 : quel parcours pour le Japon ?

En juin 2018, le Japon entrera dans sa 6e coupe du Monde de football consécutive. Face à un groupe relevé (Pologne, Colombie, Sénégal), il devra s’appuyer sur ses joueurs-phares et l’expérience de son entraîneur Vahid Halilhodzic pour espérer atteindre les huitièmes de finale et pourquoi pas rêver d’un beau parcours en Russie. Journal du Japon a fait un état des lieux sur l’effectif japonais et les défis qui l’attendent au cours de ce mondial Russe.

Edit du 09/04/2018 : Coup dur à 2 mois de la Coupe du Monde de football : Vahid Halilhodzic, entraîneur de l’équipe nationale japonaise, a été limogé par la Fédération japonaise de football. Son remplaçant est le Japonais Akira Nishino, un entraîneur expérimenté dans le championnat national (J-League).

Mise à jour suite au limogeage de Vahid Halilhodzic

Mise à jour : publication de la liste des 23

equipe de football japon

 

Historique du Japon en coupe du Monde

La présence du Japon en coupe du Monde est devenue systématique depuis l’édition française de 1998 : l’équipe nationale s’est en effet dès lors toujours qualifiée pour les compétitions suivantes, de 2002 (d’office en tant que pays organisateur) jusqu’à celle à venir de 2018. Une présence constante s’expliquant par la plus grande ouverture de la compétition aux pays asiatiques, mais aussi par de réels progrès en comparaison à une époque (de 1970 à 1994) ou la sélection nipponne ne parvenait jamais à sortir des tours préliminaires, éliminée par les autres pays de leur continent.

Hidetoshi Nakata

Hidetoshi NAKATA, ancienne star du football japonais (désormais à la retraite) a contribué à développer et crédibiliser le football nippon en Europe.

La médiatisation et l’envergure prise par plusieurs joueurs Japonais en Europe dans les années 2000 – 2010 (Hidetoshi NAKATA en Italie, Shunsuke NAKAMURA au Celtic Glasgow, ou plus récemment Shinji KAGAWA à Dortmund…) ont été annonciateurs d’une évolution dans le bon sens du football nippon. Des progrès qui doivent toutefois encore se confirmer à l’international : le pays n’est en effet pour le moment parvenu que deux fois à atteindre les huitièmes de finale d’une coupe du Monde (en 2002 et 2010), sans avoir encore dépassé ce stade.

Historiques des performances du Japon en coupe du Monde :

1970 Non qualifié
1974 Non qualifié
1978 Non qualifié
1982 Non qualifié
1986 Non qualifié
1990 Non qualifié
1994 Non qualifié
1998 Phases de poules
2002 1/8ème de finale
2006 Phases de poules
2010 1/8ème de finale
2014 Phases de poules

N.B : Le Japon n’était pas inscrit pour les éditions de la coupe du Monde antérieures à 1970.

Quel contexte pour la coupe du Monde 2018 ?

La sélection nationale sort de plusieurs déconvenues récentes, avec un parcours décevant à la coupe du Monde 2014 (deux défaites et un nul en phase de poules) et la perte de son titre de vainqueur de la coupe d’Asie en 2015 (élimination aux tirs aux buts en quart de finale contre les Émirats arabes unis), qu’elle avait obtenu en 2011.

Ces contre-performances ont eu comme conséquences deux changements d’entraîneurs successifs et une certaine instabilité : l’Italien Alberto Zaccherini a en effet démissionné après la dernière coupe du Monde, remplacé par le Mexicain Javier Aguirre, lui-même licencié après la coupe d’Asie 2015 (étant de surcroît impliqué dans une sombre affaire de paris truqué datant de 2011 qui avait refait surface). Le sélectionneur franco-bosnien Vahid Halilhodzic, bien connu dans l’Hexagone pour son parcours de joueur à Nantes et d’entraîneur à Lille et au PSG, a ensuite été choisi pour diriger l’équipe.

La qualification pour la coupe du Monde 2018 ne s’est quant à elle pas faite sans accrocs. Si la sélection a su terminer 1ère de son groupe et se qualifier définitivement à l’avant-dernière journée, elle a également rencontré quelques difficultés avec notamment une défaite 2-1 à domicile contre les Émirats arabes unis et un match nul décevant (1-1) concédé en Irak.

Les joueurs japonais ont toutefois su répondre présents contre les autres favoris du groupe avec deux victoires décisives sur leur archipel contre l’Australie (2-0) et l’Arabie Saoudite (2-1).

Groupe B Points Goal-average
Japon 20 +10
Arabie Saoudite 19 +7
Australie 19 +5
Émirats Arabes Unis 13 -3
Irak 11 -1
Thailande 2 18

N.B : suite à ce classement, le Japon et l’Arabie Saoudite se sont directement qualifiés pour la coupe du Monde tandis que l’Australie a dû passer par un match de barrage remporté contre la Syrie pour valider son ticket.

Un groupe d’outsiders solides

robert lewandowski et james rodriguez avec le bayern munich

La défense Japonaise devra être solide face aux deux stars du Bayern Munich (James Rodriguez à gauche pour la Colombie et Robert Lewandowski à droite pour la Pologne)

Tombé dans le groupe H pour cette coupe du Monde 2018, le Japon devra montrer un niveau de jeu convaincant pour espérer atteindre les phases finales. Le tirage n’a en effet pas été des plus cléments : si ce groupe ne présente pas de réel favori au titre de champion du Monde, il est toutefois composé de plusieurs outsiders solides, emmenés par des joueurs ayant déjà fait leurs preuves dans les grands championnats européens : Radamel Falcao et James Rodriguez pour la Colombie, Robert Lewandowski et Lukas Piszczek pour la Pologne, ou encore l’attaquant de Liverpool Sadio Mané pour le Sénégal.

Selon l’indice de classement FIFA (mis à jour en novembre 2017), le Japon doit à priori être considéré comme l’équipe la plus faible du groupe. La sélection Nippone est en effet classée 55e, loin derrière la Pologne (7e), la Colombie (13e) et le Sénégal (27e). Autre mauvaise nouvelle : le Japon avait déjà rencontré la Colombie lors de la coupe du Monde 2014, et ne s’était pas montré à la hauteur, concédant une lourde défaite 4 buts à 1. Un historique gênant qui n’aura pas échappé à Vahid Halilhodzic : le sélectionneur a ainsi déclaré avoir visionné plusieurs fois la rencontre en question de façon à éviter la répétition d’erreurs tactiques qui auraient à l’époque plombé la sélection nippone. Reste à savoir si cela suffira pour obtenir un bon résultat contre le vainqueur de l’équipe de France en match de préparation disposant notamment d’une armada offensive impressionnante.

Entrainement football Japon

“Coach Vahid” et son effectif

Si la sélection japonaise devra donc se montrer à son meilleur niveau pour tirer son épingle du jeu dans ce groupe difficile, il est aussi connu dans le monde du football que partir avec le statut d’outsider peut parfois constituer un réel avantage. Dans cette situation, il est en effet possible d’aborder les matchs avec moins de pression qu’un adversaire attendu au tournant se devant impérativement de gagner face à une équipe supposée plus faible. Tout en profitant éventuellement des failles d’une formation trop présomptueuse…

Un fait que Vahid Halilhodzic connaît bien : à la tête de l’Algérie lors de la coupe du Monde 2014, il était alors parvenu à mener la sélection pour la première fois de son histoire jusqu’en huitième de finale. Les Fennecs ne s’étaient alors inclinés que de très peu (2-1 après prolongations) contre l’Allemagne (futur vainqueur de la compétition) au cours d’un match d’une intensité folle qui aura marqué les esprits.

Interview Vahid Halilhodzic sur Sofoot : “La discipline Japonaise, c’est le Boléro de Ravel !” (juillet 2016)

Nul doute que la sélection japonaise pourra s’appuyer sur l’expérience de “Coach Vahid” pour bien aborder ses matchs de phases de poules et espérer dans un premier temps atteindre les huitièmes de finale pour la 3e fois de son histoire. Parmi les inquiétudes du sélectionneur franco-bosnien : le manque de vice et d’engagement qu’il a pu observer dans le championnat national, dont beaucoup de joueurs de la sélection sont issus, et qui pourrait coûter cher contre des équipes truqueuses à fort impact physique… Au-delà des compétences de l’ancien entraîneur du Paris Saint-Germain, le Japon devra également bien entendu compter sur la bonne forme de ses joueurs-clés.

Calendrier des matchs du Japon :

Mardi 19 juin à 14h : Colombie – Japon
Dimanche 24 juin à 17h : Japon – Sénégal
Jeudi 28 juin à 16h : Japon – Pologne

 

Zoom sur les joueurs japonais

La sélection devrait en effet s’appuyer sur plusieurs de ses joueurs évoluant dans les plus grands championnats européens : nous pouvons par exemple citer Shinji KAGAWA et le capitaine Makoto HASEBE en Allemagne (respectivement à Dortmund et à l’Eintract Francfort), ou encore Maya YOSHIDA et Shinji OKAZAKI en Angleterre (Southampton et Leicester City). Ce dernier (comptabilisant par ailleurs à ce jour pas moins de 108 sélections nationales pour 50 buts) a notamment été sous le feu des projecteurs il y a près de deux ans en s’affirmant comme titulaire régulier dans l’équipe de Leicester qui finira championne du royaume à la surprise générale.

Impossible bien entendu de ne pas évoquer dans cet article les deux joueurs de l’effectif japonais évoluant dans le championnat de France : Eiji KAWASHIMA au FC Metz et Hiroki SAKAI à l’Olympique de Marseille, tous deux titulaires réguliers tant dans l’équipe nationale que dans leurs clubs respectifs cette saison.

Hiroki Sakai

Hiroki SAKAI avec l’OM

Très remarqué à l’époque lors de la coupe du Monde 2010, et aussi connu pour son passage au CSKA Moscou puis au Milan AC, le milieu de terrain offensif Keisuke HONDA pourrait être considéré comme le leader technique de la formation japonaise en fonction de l’approche tactique qui sera choisie par Vahid Halilhodzic. S’il n’a pas vraiment su confirmer le fort potentiel aperçu en 2010, il reste toutefois l’un des joueurs les plus utilisés durant les matchs de qualifications au Mondial et un cadre de l’équipe avec pas loin de 100 sélections avec le maillot nippon.

Le défenseur Yuto NAGATOMO a quant à lui évolué de nombreuses saisons à l’Inter Milan depuis 2011 avant d’être prêté cette année dans le club turc de Galatasaray. Il fera également partie des hommes forts de l’effectif de par son expérience dans le championnat italien ainsi qu’en coupe d’Europe.

Comme pour les autres nations, la liste définitive des 23 joueurs japonais qui seront du voyage en Russie devrait être dévoilée par le sélectionneur aux alentours du 10 mai. D’ici là, il appartiendra à ceux que l’on surnomme les “Blue Samurai” de se préparer efficacement pour faire rêver leurs supporters et tenter d’écrire une nouvelle page dans l’histoire du football japonais !

Rendez-vous pris le mois prochain pour la publication de la sélection dans cette article !

Mise à jour suite au licenciement de Vahid Halilhodzic

Une semaine après la publication de cet article, la nouvelle est tombée : Vahid Halilhodzic, évoqué ici à de nombreuses reprises, ne sera pas l’entraîneur du Japon pour cette coupe du Monde 2018. Il a en effet été limogé à deux mois de l’échéance. Une décision de la fédération de football japonaise qui n’est pas sans confirmer la grande instabilité évoquée plus haut concernant les entraîneurs à la tête de la sélection. Avec l’arrivée du successeur Akira NISHINO, l’équipe nationale du Japon aura ainsi connu 4 managers différents depuis 2014… Un manque évident de stabilité et de cohérence qui pourrait coûter cher à l’approche de la Coupe du Monde.

Halilhodzic : les raisons (floues) d’un départ

Vahid Halilhodzic

Parmi les raisons pouvant expliquer le licenciement du technicien franco-bosnien, nous pouvons notamment évoquer des derniers résultats en dents de scie : une qualification pour le Mondial acquise non sans douleur, mais aussi des matchs de préparation décevants avec notamment une défaite 2-1 contre l’Ukraine et un nul 1-1 contre le Mali, deux pays non-qualifiés pour cette coupe du Monde. Si les matchs amicaux ne constituent pas toujours un indicateur fiable des performances à venir en matchs officiels, le contenu de ces derniers a toutefois inquiété les membres de la fédération. Le président de cette dernière, Kozo TASHIMA, s’est ainsi exprimé en ces mots : « Nous avons essayé de travailler avec le style d’Halilhodzic, mais au bout d’un moment, nous avons réalisé que cela ne fonctionnait pas« . Une prise de conscience qui peut sembler tardive après trois années de collaboration, semblant plutôt masquer des relations compliquées avec des membres hauts-placés de la fédération, ainsi qu’avec des joueurs cadres de l’équipe.

Des tensions entre « Coach Vahid » et ses dirigeants ont en effet été évoquées à plusieurs reprises, ce qui avait déjà donné lieu à des rumeurs de départ il y a plusieurs mois. A l’époque, l’entraîneur avait tout de même fini par être confirmé, et la très courte échéance restante avant le début du Mondial rendait à priori le licenciement de moins en moins probable. Plusieurs rumeurs laissent aussi penser que certains joueurs cadres écartés récemment par leur désormais ex-entraîneur auraient joué un rôle dans l’éviction de Vahid Halilhodzic. La capitaine Makoto HASEBE, interrogé par des journalistes durant sa séance d’entraînement à l’Eintracht Francfort, a quant à lui admis s’être senti « responsable » à ce sujet, sans offrir plus de précisions. Un aveu à demi-mot qui pourrait laisser penser que quelque chose ne collait pas ou plus entre Vahid Halilhodzic et une partie de son effectif.

Entraîneur du Japon entre 1998 et 2002, Philippe Troussier s’est également exprimé à ce sujet dans une interview donnée sur Goal.com, proposant plusieurs éclaircissements sur les spécificités du football au Japon et les difficultés auxquelles Vahid Halilhodic a pu être confronté. Ce dernier n’en est pas à sa première mésaventure similaire : en 2010, il avait déjà été limogé par la Côte d’Ivoire à quelques mois du Mondial…

Qui est Akira NISHINO, le nouveau sélectionneur du Japon ?

Akira Nishino

Akira Nishino, nouveau sélectionneur du Japon

Dans ce contexte, Akira NISHINO, qui officiait déjà en tant que directeur technique de la Fédération depuis 2016, a ainsi été choisi pour diriger l’équipe nationale. Ex-joueur international à la fin des années 70, il est connu sur l’archipel pour avoir entraîné plusieurs équipes du championnat Japonais et notamment le club Gamba Osaka de 2002 à 2011, avec qui il remporta plusieurs titres nationaux.

Akira NISHINO aura ainsi la lourde tâche de faire en sorte que le Japon fasse bonne figure durant la compétition et devra pour cela parvenir à mettre en place un plan de jeu cohérent dans le peu de temps qui lui est accordé. Si le football réserve parfois de belles surprises, le défi s’annonce toutefois particulièrement difficile, rendant les prestations à venir des « Blue Samurai » plus qu’incertaines…

Publication de la liste des 23

Le 31 mai 2018, le sélectionneur Akira NISHINO a communiqué la liste officielle des 23 joueurs Japonais qui seront du voyage en Russie. On y retrouve sans surprise Eiji KAWASHIMA et Hiroki SAKAI, évoluant actuellement dans l’Hexagone, ainsi que les joueurs phares de la sélection.

Gardiens de but : Eiji KAWASHIMA (FC Metz/France), Masaaki HIGASHIGUCHI (Gamba Osaka), Kosuke NAKAMURA (Kashiwa Reysol)

Défenseurs : Yuto NAGATOMO (Galatasaray/Turquie), Tomoaki MAKINO (Urawa Reds), Wataru ENDO (Urawa Reds), Maya YOSHIDA (Southampton/Angleterre), Hiroki SAKAI (Olympique Marseille/France), Gotoku SAKAI (Hambourg/Allemagne), Gen SHOJI (Kashima Antlers), Naomichi UEDA (Kashima Antlers)

Milieux de terrain : Makoto HASEBE (Eintracht Francfort/Allemagne), Keisuke HONDA (Pachuca/Mexique), Takashi INUI (Eibar/Espagne), Shinji KAGAWA (Borussia Dortmund/Allemagne), Hotaru YAMAGUCHI (Cerezo Osaka), Genki HARAGUCHI (Fortuna Dusseldorf/Allemagne), Takashi USAMI (Fortuna Dusseldorf/Allemagne), Gaku SHIBASAKI (Getafe/Espagne), Ryota OSHIMA (Kawasaki Frontale)

Attaquants : Shinji OKAZAKI (Leicester/Angleterre), Yuya OSAKO (Werder Brême/Allemagne), Yoshinori MUTO (Mayence/Allemagne).

Parmi ces 23 joueurs, 8 évoluent actuellement dans le championnat national. Nous pouvons également noter une forte représentation du championnat Allemand, avec 7 joueurs qui y sont issus.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 14 juillet 2018

    […] comme nous vous l’avions expliqué ici : L’équipe du Japon avait préparé cette coupe du Monde pleine d’incertitudes : des cadres […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *