Coupe du Monde 2018 du Japon : le bilan | Journal du Japon

Coupe du Monde 2018 : folie et cruauté

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Rien à redire. Par contre à ajouter : on a oublié de parler de la non sélection de Shoya Nakajima (actuellement très courtisé) qui aurait fait un bien fou en attaque et qui avait pourtant été performant aussi bien en club qu’en équipe nationale cette année. Son absence avait fait polémique d’ailleurs.

    Par exemple, il aurait été plus utile dans l’effectif qu’un Asano qui a trop peu joué ou d’un Shinji Okazaki très peu utilisé aussi…

    D’ailleurs maintenant que j’y pense, il y a un gros oubli dans l’article : les bourdes mystérieuses de Kawashima durant ce mondial. Nul doute que sans elles, on aurait eu plus de chances de voir le Japon en quarts (et moins encaisser de buts “gags”……..) ou encore le placement hasardeux de Nagatomo en défense (car quand ce n’est pas de la faute de Kawashima, c’est lui le fautif… pile ou face donc).

    Cependant, nul doute que dans 4 ans, avec une défense de plus en plus “européanisée”, un jeune gardien qui progresse (et s’exporte avec plus de succès ?) et l’explosion définitive de Nakajima (voire, d’un vrai 9 performant), le Japon atteindra certainement enfin les 1/4 en 2022.

    Je l’espère profondément. Ah oui… et avec un vrai sélectionneur, tacticien, expérimenté etc… car beaucoup d’amateurisme de sa part durant cette cdm (car, on en parle de cette équipe fantaisiste contre la Pologne ?! Même sur PES/FIFA on ne voit pas un “côté Sakai” ni un 11 si peu ambitieux, face à une Pologne qui était plus que prenable, car rappelons-le : Le Japon était invaincu contre eux avec ce match………………. Merci Akira pour cette première défaite qui aurait pu être évitée U_U.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *