Pokémon : Let’s Go, Pikachu & Evoli : un renouveau ?

Un an après la sortie de Pokémon Ultra-Soleil et Ultra-Lune sur la Nintendo New 3DS, la question était posée : que pourrait sortir de nouveau The Pokémon Company pour faire plaisir aux fans, et sur quel support ? Car oui, la Nintendo Switch ne semblait pas la meilleure console pour la saga… Et pourtant, la surprise est là avec Pokémon Let’s Go Pikachu & Évoli sorti en novembre 2018. Mais qu’en est-il vraiment ? Journal du Japon s’est penché sur la question et vous donne son retour.

Une nouveauté ou… un reboot ?

Contemplation dans le jeu Pokémon Let's GO

Amitié © C. Hugonin

Comme indiqué ci-dessus, la question de la console en tant que support pour un nouveau jeu était sur toutes les langues. Nintendo n’ayant pas ressorti de version de la New 3DS, mais ayant publié la Nintendo Switch, tout un chacun y allait niveau supposition. Et d’ailleurs, The Pokémon Company a longtemps fait durer le suspense sur le sujet. Coup marketing ou promotionnel ? Les deux sûrement.

Depuis la sortie de Pokémon Soleil & Lune et de Alola, pas de nouveau jeu réel de la saga Pokémon à se mettre sous la dent, sauf exception de la mise à jour faite sur ces cartouches avec Pokémon Ultra-Soleil & Ultra-Lune un an après. Une mise à jour qui permettait d’améliorer certains points tout en ajoutant un peu en terme de scénario. Autant dire donc que depuis 2016, les fans frémissaient d’impatience après cette longue attente. Enfin la parenthèse Pokémon GO sur smartphone, née elle aussi en 2016, a permis de prendre son mal en patience, d’autant que le jeu possède de nombreux évènements attractifs et voit un déploiement de plusieurs générations de pokémon au fur et à mesure.

Mais voilà… Les fans en demandent d’avantage, et avec raison. Alors, nouveau jeu ou reboot ? La Nintendo Switch étant une console hybride entre la console de salon et portable, le jeu se doit d’être bien ficelé, pour prendre le meilleur des deux consoles et répondre aux attentes. Qu’a choisi le producteur du jeu ? De mélanger les systèmes de jeu, pour apporter le renouveau attendu, mais de plaire aussi aux nostalgiques… Alors reboot ou pas finalement ? Passons au test en détail.

Un mix entre anciennes version et Pokémon GO

 

Re-masterisation des arènes dans le jeu Pokémon Let's Go

Arène remasterisée © C. Hugonin

Certes ce n’est pas réellement un renouveau que Pokémon Let’s Go Pikachu & Évoli. Mais The Pokémon Company et Game Freaks ont retiré de belles choses des opus précédents. Et les ré-implantent dans ce nouveau jeu. On fait du nouveau avec du vieux mais de façon intelligente et bien sympathique. De la première cartouche de jeu, les développeurs sont donc repartis de la région du Kanto, en améliorant grandement les graphismes. En commençant par les villes visitées qui prennent cette fois, une véritable atmosphère bien distincte. Un peu comme nous le proposaient les versions Pokémon Noir et Blanc, ou Pokémon Soleil et Lune. Autant dire que déjà, ça fonctionne très bien, aussi bien en mode console portable qu’en mode télévision d’ailleurs.

À ce sujet, à part un léger écart au niveau des bulles de textes sur la télévision, l’adaptabilité est efficace et bien là. Qui dit graphisme amélioré au sein des villes, dit graphisme amélioré aussi concernant les hautes herbes et les grottes. Ce qui ajoute au confort du jeu. Mais la mention spéciale, côté graphisme, reste sur les arènes. Elles sont méconnaissables, et particulièrement classes. Si le joueur cherche de la nouveauté, il est servi.

Capture de la TS navigation dans le jeu Pokémon Let's GO

TS Navigation © C. Hugonin

Niveau histoire, n’attendez pas quelque chose de nouveau. On reprend le scénario de l’époque, sauf que cette fois vous débutez l’aventure soit avec Pikachu soit avec Évoli. Et cela se passe de la même façon que dans le tout premier opus. Quelques variantes néanmoins attendent les joueurs puisque la manière d’apprendre les CS de l’époque permettant d’avancer dans l’histoire est différente : c’est votre compagnon de route qui fera le travail. Ce dernier pourra également apprendre des attaques qui lui seront dédiées au fil de l’histoire. Ce changement côté CS (Vol, Coupe, Surf…) est bien le côté très plaisant de cette version avec les montures qui évoluent. Beaucoup plus de pokémon peuvent porter votre personnage : un côté fan-service qu’on valide totalement.

Des anciennes versions donc, Game Freaks reprend certains codes : les montures améliorées à la Alola, les CS revisitées, le compagnon qui vous suit partout, accroché à votre épaule concernant Pikachu, le rival que vous retrouvez sur votre chemin, la Ligue Pokémon… Mais nouveauté, y ajoute le gameplay made in Pokémon GO pour lier le tout.

Un gameplay différent mais instinctif

Le retour de la Team Rocket dans le jeu Pokémon Let's GO

Team Rocket, le retour © C. Hugonin

Eh oui, comme signalé ci-dessus, le renouveau revient réellement à l’implantation du gameplay de Pokémon GO. Mais qu’en est-il vraiment ? La création de ce jeu sur smartphone avait fait grand bruit car on intégrait l’univers des pokémon dans le quotidien, grâce à la réalité augmentée, et à une nouvelle manière d’attraper les pokémon. Pour The Pokémon Company, la difficulté résidait dans le fait de rendre le jeu attractif mais surtout instinctif avec la Switch, qui est une amélioration de la Wii mais aussi de la 3DS au final.

On vous voit venir : alors ce n’est qu’un Pokémon GO amélioré ? On vous répondra : non, mais on en reprend certains codes. Ce qui est repris concerne la manière dont apparaissent et se déplacent les pokémon sauvages et comment les attraper. Car oui, le but premier du jeu est bien « attrapez-les tous ! » comme le dit si bien le slogan de la saga depuis ses débuts. Alors vous aurez les pokémon sauvages autour de vous, qui se déplacent l’air de rien : soit ils viendront directement sur vous, soit ce sera donc à vous d’aller vers eux. Et là, plus de combat. Mais le lancement de pokéball à la Pokémon GO avec des baies pour aider.

En ce sens, le joueur peut vraiment faire le geste, oui le fameux geste où on se prend pour Sacha dans le dessin animé. Pour cela si vous voulez vous sentir comme un vrai dresseur, privilégiez la Pokéball Plus, cet accessoire sorti avec le jeu qui apporte un réel bonus. Ou alors utilisez les joysticks qui font une belle alternative. Mais quoi qu’il arrive, avec la petite pokéball qui tient bien dans votre main, vous bougez et ça vibre quand vous attrapez un pokémon. Une sorte de réalité augmentée au creux de votre main.

Harmonie entre dresseur et pokémon dans le jeu Pokémon Let's GO

Harmonie © C. Hugonin

Autre point repris de Pokémon GO : les combats étant un peu moins présents, comment gagner de l’XP ? Là aussi, on obtient un bon compromis entre les anciens jeux et Pokémon GO. En somme, vous aurez toujours les différents dresseurs sur votre chemin qui vous lanceront des combats. Mais comme les pokémon sauvages n’ont pas besoin d’être attaqués, à chaque capture des XP s’additionnent à tous les pokémon de votre équipe. Un peu comme l’outil Multi EXP mais dès le départ, sans objet à tenir.

Enfin, on ne peut pas parler des mises à jour sans citer la boîte pokémon qui change façon Pokémon GO car cette fois tous les pokémon sauvages attrapés sont stockés dans votre sac, comme sur smartphone. Afin d’y faire de la place, à vous de les envoyer au Professeur Chen en échange de bonbons bonus : vous pouvez ainsi changer votre équipe en temps réel quand vous le souhaitez. Un plus non négligeable pour ceux qui aiment changer leur équipe régulièrement, et qu’être loin d’un Centre Pokémon est parfois embêtant.

Au final, ces idées tirées de Pokémon GO, intégrées à la première version du jeu offrent un aspect ludique et instinctif qui immergent bien le joueur, même s’il connait déjà l’histoire.

Le compagnon, un réel attrait

On ne peut pas finir cet article sans vous parler du réel bonus qu’offre Pokémon Let’s Go. Car oui, au-delà du fait que The Pokémon Company réalise un reboot plutôt réussi et attrayant grâce aux ajouts Pokémon GO, c’est bien le compagnon qui reste à vos côtés qui fait le sel du jeu.

Que ce soit Pikachu ou Évoli, vous ne pourrez que fondre devant eux. Pourquoi ? Car les développeurs ont poussé à l’extrême leur interaction. Déjà en pouvant les habiller, tout comme votre personnage, et donc changer leur look. Mais surtout de par leurs émotions. Côté fan-service on est extrêmement bien servis. Le fait de pouvoir interférer avec eux via le menu des options où on retrouve le pokédex, le sac and co… est la plus simple des manière de se faire des moments love. En allant à l’intérieur vous pouvez interagir directement avec Pikachu ou Évoli. Et là… Ne comptez plus les minutes car vous serez séduits.

Entendre Pikachu faire du pika pika et changer d’émotions en fonction des situations que vous parcourez, ça n’a aucun prix ! Il peut être triste, stressé, heureux, à l’affût, déterminé… et même vous offrir des cadeaux ! Bref, c’est bien le gros point positif qui fait tout.

 

En conclusion, Pokémon Let’s Go Pikachu & Évoli n’est pas le gros renouveau qu’attendaient les fans, et pourtant, de nombreuses choses font qu’on y prend plaisir à jouer. Et tout n’a pas été dit dans cet article afin de vous laisser le soin de vous faire votre avis sur les autres modifications présentes. Pour des personnes découvrant le jeu, c’est plus qu’idéal et ludique. Pour les vieux de la veille, c’est largement suffisant pour passer un très bon moment et retourner de nombreuses années en arrière. Pour Journal du Japon, c’est une vraie réussite : test validé !

Si vous souhaitez vous tenir à jour des dernières informations sortant sur le jeu, n’hésitez pas à aller jeter un oeil sur le site officiel de Pokémon Let’s GO.

Charlène Hugonin

Rédactrice à Journal du Japon depuis deux longues années, je suis un peu une touche-à-tout niveau mangas, anime et culture. Mais j'ai une jolie préférence pour tout ce qui a trait à la gastronomie japonaise, et ce qui tourne autour ! Peut-être pourrons-nous même en parler ensemble ?

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *