Left Alive : un jeu à éviter

Disponible depuis le 5 mars 2019 en France sur Playstation 4 et PC et annoncé comme un spin-off de Front Mission, celui-ci est développé par Square Enix… On peut s’attendre à un jeu abouti, surtout au vu du casting : Toshifumi NABESHIMA (Armored Core) à la réalisation, Shinji HASHIMOTO (Final Fantasy) à la production, Yoji SHINKAWA et Takayuki YANASE (Metal Gear, Xenoblade) à la direction artistique.

De quoi laisser présager du bon, mais qu’en est-il vraiment ? Réponse dans ce test.

La guerre fait des ravages

Left Alive va suivre les aventures de 3 personnages : Mikhail, un pilote de Wanzer prometteur qui devra survivre en territoire hostile suite à la perte de son escouade et de son mecha. Olga, capitaine de la police de Novo Slava, ville fictive où se déroule l’action. Et enfin Leonid, un ancien mercenaire, évadé de prison où il était condamné pour l’assassinat du leader du mouvement de libération de Novo Slava. 

Tous ces personnages aux destins croisés essaieront de survivre à une guerre qui fait rage en 2127, dans une ville aux allures futuristes, remplie de d’armes et de véhicules à la technologie avancée. Un univers vu et revu mais, pourtant, nous pouvions quand même au vu du staff cité plus haut, obtenir un jeu aux mécaniques sympathiques, avec une approche en mode survie intéressante. Le scénario du soft, assez complexe, avait énormément de potentiel, mais le résultat n’est clairement pas au rendez-vous.

LEFT ALIVE PERSONNAGES

Mikhail, Olga et Leonid ©Square Enix

 

Un concept intéressant ne suffit pas

Sur le papier Left Alive est un jeu d’infiltration reprenant les codes de la saga Metal Gear, avec en plus un aspect important sur la survie, un mélange intéressant donc. Mais force est de constater ici que la survie est laissée de côté et que l’infiltration est presque une obligation pour pouvoir avancer dans l’histoire : le mélange n’en est donc pas vraiment un, et l’omniprésence de l’infiltration devient par moment lassante.

Left Alive difficulté

©Square Enix

De plus les affrontements en direct avec les ennemis étant très mal calibrés et vous aurez du mal à venir à bout de certain. En effet, ne pensez pas qu’avec des armes que vous trouverez sur votre route, vous pouvez tuer silencieusement et discrètement les soldatscar ce mécanisme est inexistant, alors qu’il s’agit d’un classique dans l’infiltration depuis très longtemps. Oubliez également les tirs dans la tête qui ne servent à rien du tout. La difficulté du titre n’est pas du tout équilibrée, il faut parfois plusieurs chargeurs pour venir à bout d’un seul ennemi, et par conséquence vous vous retrouverez souvent sans munitions. Ajouter à cela qu’il y a très peu de point de contrôle, de quoi vous mettre de bonne humeur.

On cherchera surtout à éviter les ennemis ce qui au vu des environnements est difficile, et quand bien même vous utilisez les objets normalement fait pour, cela n’auront que très peu d’impact : les fumigènes sont totalement inefficaces, par exemple.

Techniquement à la ramasse

Outre ces problèmes, le jeu aurait pu tirer son épingle du jeu via son game-design, mais il n’en est rien. Left Alive enchaîne les erreurs à tous les niveaux. La réalisation du titre est pauvre, on ressent le manque de moyen à chaque instant. Graphiquement loin derrière les productions actuelles avec des textures assez vilaines, des environnements certes vastes mais ternes et sans intérêt, des modèles 3D assez moches, un gameplay rigide au possible, les personnages sont lourds et les animations mauvaises, la maniabilité peu agréable… Bienvenue sur un jeu Playstation 2. 

Wanzer Left Alive

Combat de Wanzer ©Square Enix

En terme d’environnement, le jeu aurait mérité plus de liberté. En effet vous rencontrerez pendant le jeu plusieurs obstacles qu’il vous sera impossible de franchir. Il vous faudra toujours trouver un moyen de le contourner, aussi ridicule puisse paraître l’obstacle. Ces objets sont clairement là pour guider le joueur à l’endroit où les développeurs veulent qu’il soit, et cela sans ingéniosité et avec une certaine paresse. 

Rajouter à cela une IA complètement stupide, qui ne calcule rien quand elle entend des coups des feux, qui est statiques dans ses mouvements et ses actions, qui ne réagit pas aux événements. Pour un jeu sorti en 2019 c’est un triste constat.

LEFT ALIVE est simplement un jeu à oublier. Et c’est une déception, au vu de son casting on aurait pu s’attendre à ce que le jeu se démarque, mais force est de constater que celui-ci est assez catastrophique dans l’ensemble. Le scénario avait attiré notre attention, mais l’intérêt est tué par une réalisation médiocre, un gameplay et des graphismes datant d’une autre génération, avec un manque flagrant de fluidité. Que vous soyez fan de Front Mission, de Metal Gear, ou même que vous soyez curieux, passez votre chemin.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *