Japan Expo 2022 : Fujiyoshida raconté par Ichiban Japan

Le moins que l’on puisse dire, c’est que la venue de Ichiban Japan n’est pas passée inaperçue lors de cette 21e édition de Japan Expo. Pour le plus grand plaisir des abonnés de sa chaîne YouTube, « Guigui » est revenu en France pour quelques mois et en a profité pour faire un petit détour à la convention. Ce qui nous a surpris, ce n’était pas tellement la file d’attente conséquente pour pouvoir le rencontrer, mais plutôt le fait qu’il prenne le temps de discuter avec chaque personne. Journal du Japon a eu la chance de pouvoir échanger avec lui spécialement autour la ville de Fujiyoshida qu’il représentait. Nous avons également profité de la discussion pour faire le point avec lui sur les 10 ans de sa chaîne, sa vie au Japon mais aussi ses projets actuels et à venir.

Ichiban Japan à la rescousse de Fujiyoshida

L’un des évènements du pavillon tourisme de Japan Expo était donc la venue de Ichiban Japan, pour rencontrer les abonnés de sa chaîne YouTube mais aussi pour représenter la ville de Fujiyoshida qu’il a déjà présentée dans ses vidéos. À ses côtés, le stand de la ville était également tenu par des Japonais, et plus particulièrement monsieur Mizukoshi, originaire de la ville. Ils étaient là pour parler des atouts touristiques que l’endroit a à offrir et pour proposer à la vente des produits artisanaux.

Des ambassadeurs de la ville de Fujiyoshida à Japan Expo © Léo Thomas pour Journal du Japon

Ils ont parlé de leur ville et du lien qu’elle a avec le Mont Fuji. Cette ville ne vous dit peut-être rien mais sa vue depuis la pagode Chureito est très célèbre car c’est l’image que l’on voit quand on tape le mot « Japon » sur Internet. Située dans la préfecture de Yamanashi, Fujiyoshida est indissociable de Fuji-san puisque la ville se trouve au pied de la montagne. Pour la plupart des habitants, celui-ci est une source d’inspiration au point de le considérer comme une divinité. Aussi, l’eau des onsen de la ville descend directement de la montagne.

Si le Mont Fuji est considéré comme la star des environs, les Japonais du coin n’oublient pas que c’est un volcan toujours actif et qu’il peut à tout moment entrer en éruption même si le risque est faible. La dernière en date remonte au 16 décembre 1707 qui a durée environ deux mois. La crainte est bien présente, les autorités locales se préparent à une éventuelle éruption en cas de fort séisme selon le site Nippon.

Entretien de grands bandits avec le vizir du Japon

Ichiban Japan au stand de la ville de Fujiyoshida

Ichiban Japan au stand de la ville de Fujiyoshida  © Léo Thomas pour Journal du Japon

Ichiban Japan, de son vrai prénom Guillaume, vit au Japon depuis quelques années. Avant d’y vivre, il a fait beaucoup de voyages dans l’archipel. Il partage sa découverte d’une grande partie des préfectures. D’une part, via sa chaîne Youtube, où il réalise des documentaires autour des spécialités et des traditions zen en vigueur dans chaque région. Il fait découvrir le Japon sous un autre angle, hors des sentiers battus. Et, d’autre part, il tient un site internet où il rédige des articles en lien avec ses expéditions. Il a écrit récemment le livre 72 saisons du Japon qui sera disponible d’ici fin septembre. Si le sujet vous intéresse, en attendant le livre, on vous en dit plus sur le sujet ci-dessous.

Les soixante-douze saisons du Japon

Journal du Japon a donc eu la chance d’interviewer Ichiban Japan afin de  parler plus en profondeur de la ville de Fujiyoshida, les bons plans mais aussi sur ses projets et son regard sur le Japon.

 

Ichiban Japan à Fujiyoshida

Journal du Japon : Merci Guigui de nous accorder cette interview. Peux-tu nous en dire plus sur toi et ta chaîne YouTube ?

Ichiban Japan : Je m’appelle Guigui, je tiens la chaîne YouTube Ichiban Japan depuis 10 ans maintenant. Ce sont des vidéos au Japon, du voyage, de la culture. J’essaye de transmettre plein de choses et de faire découvrir le Japon avec un regard un peu sensible et poétique parfois.

Tu es au stand de la ville de Fujiyoshida samedi et dimanche après-midi. Pourquoi avoir fait le choix d’accompagner la ville lors de cette 21e édition de Japan Expo ?

C’est une ville que je connais beaucoup. J’y suis souvent allé et c’est pas très loin de Tokyo, à 1h30 de la capitale. Je m’y suis rendu à toutes les saisons, j’adore aller prendre des photos là-bas. Je m’entends très bien avec les gens de la ville et ça me permettait de venir un peu les aider, d’apporter un petit peu de monde sur le stand, faire connaître la ville qui est connue pour sa vue depuis la pagode Chureito, très célèbre. Quand on cherche « Japon » sur Google on tombe sur cette photo. Mais on ne connaît pas le reste, les gens connaissent cette photo et vont donc voir cette vue, mais ne vont pas visiter la ville de Fujiyoshida. Japan Expo est l’occasion de montrer les charmes de la ville.

Si les gens veulent aller à Fujiyoshida, quels endroits de la ville leur conseillerais-tu ?

Bien sûr la pagode Chureito qu’on peut voir sur le stand. Il y a aussi l’endroit pour les soirées nocturnes shinsekai, le nouveau monde de Fujiyoshida, avec plein de petits bars très sympathiques. Pour ceux qui aiment la randonnée, il y en a de très belles sur le Mont Fuji. Ce qui est très intéressant avec cette ville, c’est que dans n’importe quelle rue, elle prend une dimension épique car il y a le Mont Fuji derrière, c’est quelque chose d’assez cool. Un autre endroit que je pourrais recommander à Fujiyoshida : le sanctuaire Kita Hongu Fuji Sengen Jinja qui est le sanctuaire de base pour faire l’ascension du Mont Fuji. On commence à la cinquième station en général mais traditionnellement les gens qui faisaient l’ascension du pèlerinage du Mont Fuji partaient de ce sanctuaire et cette ascension dure 9 heures. On peut encore la faire aujourd’hui.

La ville de Fujiyoshida est située au pied du Mont Fuji, quel regard porte les habitants de la ville sur cette montagne ?

J’avais fait une vidéo sur le Mont Fuji à Fujiyoshida, « Le Mont Fuji raconté par 5 Japonais« , où justement ils parlent de tout ça. Donc bien sûr c’est une présence qui rassure, qui donne de la force. Ils ont vraiment cette dimension, ils vont rechercher de la puissance, du pouvoir qui va nous aider à avancer. Il y a vraiment ce côté-là, c’est peut-être le plus impressionnant, le plus grand powerspot du Japon. Comme les habitants le voient tous les jours, plus ils grandissent, plus ils estiment la chance de pouvoir le contempler depuis Fujiyoshida.

Au niveau de la symbolique, c’est que c’est un volcan encore en activité et qui peut à tout moment entrer en éruption et réduire la ville en cendres. C’est un volcan qui n’a pas fait d’éruption depuis des centaines d’années mais on pense que la prochaine sera pour bientôt. C’est ce côté-là de vivre en ayant toujours le risque que la nature détruise tout sur son passage.  C’est quelque chose de très japonais… de vivre avec l’impermanence.

Quelle est la meilleure saison pour visiter Fujiyoshida ?

Il y a le printemps pour les cerisiers qui sont incroyables, c’est la meilleure saison avec la vue depuis la pagode Chureito. Mais il y a aussi l’automne et d’autres saisons comme le mois de juin avec les hortensias qui sont très jolis, qui apportent beaucoup de bleu. C’est aussi la saison où l’on commence à planter le semis dans les rizières, ce qui fait qu’elles sont magnifiques. Il y en a justement de très belles sur le Mont Fuji où la montagne se reflète dans les rizières.

Peux-tu nous dire quelles sont les spécialités culinaires du Fujiyoshida ?

Il y a les udon, les nouilles de froment qui sont très célèbres à Fujiyoshida et très bonnes. Il y a pas mal de restaurants de ce type et c’est donc la grande spécialité de la ville. Il y a quelque chose que j’aime bien, c’est d’ailleurs mon péché mignon, ils ont des chiffon cakes, des brioches qui ont la forme du Mont Fuji.

Quelle était ta première impression quand tu as découvert la ville de Fujiyoshida ? 

Comme je le disais, le Mont Fuji est présent dans toutes les rues et ça devient vraiment incroyable et d’une puissance folle parce qu’il y a le Mont Fuji, il n’y a même pas besoin de visiter, juste se balader c’est sensationnel.

10 ans, mais une infinité de choses qui restent à découvrir

Parlons un peu de toi. Cela fait 10 ans que ta chaîne Ichiban Japan existe, quel bilan tires-tu de ces années ?

J’ai visité toutes les préfectures en 10 ans, les 47 préfectures. Je suis allé dans la plupart des onsen de toutes les régions et ce n’est que le début, parce que j’ai découvert plein de choses et d’autres coins à explorer. Dans chaque ville, il y a de nouveaux trésors à découvrir. C’est ça le Japon : cette infinité de choses à découvrir.

Cela fait plusieurs années que tu vis au Japon, comment a évolué ton regard sur la société japonaise ?

Je pense que j’ai l’impression de mieux comprendre les Japonais, ce qui est normal parce que je vis avec eux. Je peux mieux m’adapter. Le Japon est une société très codifiée, et c’est très difficile de les intégrer. Je pense que c’est impossible pour un étranger de tout assimiler. C’est une quête permanente de savoir toujours plus à propos du Japon et je pense que mon regard est devenu plus que poétique. La première fois, c’était plutôt une réaction de folie en me disant que c’était incroyable. Ce qui m’a le plus changé depuis que je vis au Japon, c’est l’appréciation des saisons et du côté éphémère de la vie, parce que les Japonais ont vraiment cette culture, cette sensibilité et on n’y fait pas forcément attention. En restant plus longtemps, on voit d’autres choses.

Si tu avais un top 3 des destinations favorites au Japon, ce serait lesquelles ?

Je vais dire la ville de Fujiyoshida car j’aime beaucoup. Ensuite, la préfecture de Kagawa sur l’île de Shikoku, la plus petite préfecture du Japon mais qui est très jolie, très mignonne avec la montagne et la mer. Et après, je dirais la préfecture de Gifu, il y a beaucoup de choses à voir comme les festivals. Les gens sont très gentils et bien sûr les onsen de « grands bandits ».

Tu es en train d’achever l’écriture de ton livre 72 saisons au Japon, qu’est-ce qui t’a motivé à l’écrire ?

Il y a eu la période Covid où on voyage le moins, il n’y avait plus de festivals… et donc je me suis dis que je pouvais me concentrer sur un projet comme ça, l’écriture d’un livre. Le sujet pour moi était évident, c’est ce qui m’a le plus changé depuis que je suis au Japon, c’est-à-dire les saisons. C’est un livre sur les différentes saisons au Japon, mois par mois. Je vais expliquer les choses à voir, à découvrir comme les festivals, les spécialités, les objets de saison pour qu’on arrête de se dire que le Japon c’est le printemps, les cerisiers, l’automne ou les érables. C’est vraiment plus de choses tout au long de l’année et je veux parler de tout ça.

Afin de clore l’interview, est-ce que tu peux nous définir ce qu’est le Japon pour toi ?

Je pense que le Japon, c’est la culture de l’impermanence, ce qui est différent de l’éphémère. L’éphémère, c’est pour moi quelque chose qui ne dure pas longtemps et qui s’éteint. L’impermanence, c’est la même chose mais qui revient. Les sakura par exemple reviennent chaque année, les festivals aussi. Il y a vraiment ces côtés-là de l’appréciation de l’éphémère qui est quelque chose de très propre au Japon. C’est notamment dû à la géographie et au fait que c’est un pays qui est touché par les séismes, les typhons, ce qui fait que les Japonais ont dû apprendre à vivre avec les aléas de la nature et à apprécier chaque instant, parce qu’il peut à tout moment disparaître.

Cela mérite réflexion en effet !

Remerciements à Ichiban Japan pour cet échange et la découverte de la ville de Fujiyoshida. Ainsi les lecteurs pourront découvrir la ville sous un autre angle. Voici quelques photos qu’il a pu prendre à Fujiyoshida.

Pagode Chureito  avec la vue sur le mont Fuji © Ichiban Japan

Ruelle à Fujiyoshida © Ichiban Japan

Si vous voulez regarder plus en profondeur son travail, vous pouvez le suivre sur sa chaîne Youtube ou sur Twitch où il y fait des lives, et évidemment sur son site web pour vous informer sur toutes les bonnes adresses. Vous pouvez encore acheter son livre 72 saisons du Japon en format numérique ou papier via ce lien sur Gokan Mag. Il faudra patienter jusqu’au mois de septembre pour la livraison, mais constituera sans doute un joli livre touristique pour la rentrée littéraire !

 

72 saisons du Japon par Ichiban Japan © GokanMag

Leo Thomas

Passionné de la culture japonaise depuis plusieurs années, je fais transpirer cette passion via des articles sur des domaines variés (conventions, traditions, littérature, histoire, témoignages, tourisme).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.