La balade du Sakura : deux passionnés nous font rêver des châteaux japonais

©http://www.baladedusakura.com/

© http://www.baladedusakura.com/

A Japan Expo on peut faire de belles découvertes inattendues, comme en ce jeudi matin sur la scène Kuri avec la présentation de deux frères passionnés et passionnants : Denis et Julien MENTZER (respectivement réalisateur et producteur) se sont en effet lancés le défi fou de réaliser un documentaire sur les châteaux japonais, sans sponsors au départ, avec leur seule passion comme moteur !

Denis & Julien Mentzer lors de leur conférence à Japan Expo

Les châteaux japonais: terra incognita

Pour expliquer la philosophie de leur démarche, avec la réalisation d’un documentaire sur un sujet aussi original et finalement bien peu abordé jusqu’ici, rien de tel qu’un extrait de la note d’intention des auteurs sur leur site: « Les châteaux japonais, terra incognita ? Malheureusement oui ! Un peu comme si un pan entier de la culture et de l’histoire nippone avait été zappé ! Et pourtant la société française est considérée comme particulièrement japonisante. Le succès jamais démenti d’expositions, comme « Samouraïs » au musée du Quai Branly, ou « Hiroshige » à la Pinacothèque, vient, si c’est vraiment nécessaire, l’attester. A croire que les armures colorées, et les sabres rutilants nous ont fait oublier que ces fiers guerriers avaient un toit sur la tête.
C’est donc ce toit, ces toits, ce qu’ils furent hier et ce qu’ils sont aujourd’hui que nous souhaitons vous faire découvrir. »

Pour débuter la balade, cette conférence très intéressante nous a appris beaucoup de choses sur l’histoire des châteaux japonais (nommés chiro ou jo), où l’on a découvert notamment que c’était ODA Nobunaga, célèbre seigneur de guerre et unificateur du japon, qui construisit le premier château possédant un véritable donjon.

L’occasion aussi de se familiariser avec le vocabulaire propre à ces édifices, entre les douves (hori), les portes (otemon), les murs en pierre (ishigaki), l’enceinte (maru) et les résidences pour le seigneur (ieijiro), les tours de garde (yagura) et enfin les fameux donjons (tenshu), qui paraissent toujours très impressionnants de par leur hauteur et leur agencement sur plusieurs niveaux, même si ceux-ci ne sont pas habitables.

shachihoko
© http://www.baladedusakura.com/

Denis et Julien ont ensuite continué leurs explications en donnant quelques clés aux néophytes afin de comprendre les spécificités des châteaux japonais, par ailleurs nommés différemment suivant qu’ils se situent en montagne (on parle alors de yamajiro), en plaine (hirajiro) ou sur les collines (hirayamajiro).

Avant tout destinés à se protéger, comme les châteaux européens que l’on connaît forcément mieux, leurs analogues japonais possèdent aussi des meurtrières (sama), ainsi que des trappes (ishi-otoshi) servant à lancer des pierres et des liquides bouillants.
Plus atypique par contre, on découvre l’utilité inattendue des shachihoko, ces statues décorant les toits et représentant un yôkai mi-tigre mi-carpe : dans la croyance populaire, elles sont en effet censés protéger les bâtiments des incendies !

Petit guide du touriste néophyte

Vous comptez partir au Japon ?

Ne manquez pas de noter toutes les bonnes adresses de châteaux à visiter ! On en trouve un peu partout, d’Okinawa à Hokkaido, avec une forte concentration dans l’île de Honshu. Plus d’une centaine sont entretenus, et cinq d’entre eux sont même inscrits au trésor national !
Les deux réalisateurs nous en recommandent surtout douze, qui ont la particularité de posséder toujours leur donjon en bois. Rendez-vous donc (du nord au sud) à Hirosaki, Matsumoto, Maruoka, Inuyama, Hikone, Himeji, Matsue, Bitchu-Matsuyama, Marugame, Matsuyama, Uwajima, et Kochi.

© http://www.baladedusakura.com/

L’aventure incroyable de deux passionnés

En attendant, n’hésitez pas à en découvrir davantage grâce à ce documentaire de 52 minutes poétiquement intitulé la Balade du Sakura. Le terme emprunté aux cerisiers en fleurs évoque le code des samouraïs. En effet, comme l’expliquent Denis et Julien sur leur site, « la fleur du cerisier ne fane pas, mais disparaît emportée par le vent, comme un rappel que nous pouvons nous aussi mourir à tout moment. Une fleur qui est le symbole des samouraïs, celle de notre compagnon de balade. »

L’affiche du documentaire

Denis et Julien nous font ensuite rêver avec des extraits de leur tournage, dont ils nous racontent d’ailleurs la genèse. Ce travail de longue haleine a en fait commencé en 2012, avec un premier séjour de douze jours au printemps, où les réalisateurs font leurs premiers repérages.

Leur projet prend alors forme, autour de l’envie de faire découvrir les châteaux japonais de façon simple, dans une approche à la fois sociétale et historique, afin d’accompagner le spectateur dans une balade à la découverte d’un Japon différent. Lors de la présentation de ce documentaire, diffusé en avant-première lors de Japan Expo, ils nous expliquaient que leur première visite d’un château japonais s’était pourtant soldée par une déconvenue. Alors qu’ils arrivaient au château d’Himeji, c’était pour le découvrir fermé au public pour cause de rénovation – et si celles-ci n’ont lieu qu’une fois tous les cinquante ans, elles durent tout de même cinq ans…

Malgré tout, les deux frères ne se sont pas arrêtés en si bon chemin, et ce petit imprévu aura aussi permis de clore leur périple là où tout avait commencé, c’est-à-dire justement au château Himeji lors de sa réouverture au public au printemps 2015.

Le tournage s’est fait en deux phases, en novembre/décembre 2013 et en mars/avril 2014.  Le but était de montrer des images différenciées d’une saison à l’autre, entre la contemplation des fleurs de cerisier (sakura) et celle du changement de couleur des feuilles d’automne (koyo).
Pour l’anecdote, les vidéastes savent que compter sur la météo pour coller au scénario d’un film est un sacré pari, mais il faut croire que la chance sourit aux audacieux ! En effet, alors qu’ils n’avaient que trois jours pour tourner à Hirosaki, la neige s’est invitée en plein mois de novembre, du jamais vu dans cette contrée depuis plus de vingt ans… De quoi tourner de magnifiques images de châteaux enneigés !

JAPON: Châteaux et sac à dosPar ailleurs, nous apprenons que trouver des fonds pour la réalisation du documentaire n’a pas été chose aisée, malgré le lancement d’un financement participatif sur kisskissbankbank et la recherche de sponsoring, si bien qu’entre deux tournages, Denis et Julien ont eu l’idée de rédiger un livre pour soutenir leur projet.

N’y connaissant rien au milieu de l’édition, ils ont encore une fois tout fait eux-mêmes, de la maquette à l’impression, jusqu’aux galères pour obtenir un numéro ISBN !

Réalisé entre décembre 2013 et février 2014, ce récit de voyage avec la présentation de châteaux en fil conducteur, s’intitule Japon : Châteaux et sacs à dos et est disponible en librairie (sur commande), ainsi qu’à la Fnac ou sur Amazon, mais vous pouvez aussi le commander directement sur leur site.

© http://www.baladedusakura.com/

© http://www.baladedusakura.com/

Scénarisé avec ingéniosité, le documentaire nous propose également des animations par le biais d’infographies, un procédé qui redonne vie au passé en faisant progressivement évoluer une image fixe calligraphiée à la manière d’une estampe, vers une scène bien réelle et en mouvement, comme avec cette représentation d’un samouraï assis au pied d’un mur en pierre, qui soudain prend vie et se lève.
L’esprit de ce samouraï, en image mais aussi en voix off, nous accompagnera d’ailleurs tout au long de la balade, avec la volonté d’écrire une narration vivante et instructive sans jamais être didactique.

La modernité s’invite également dans le mode de tournage, aussi bien en prises de vue classiques qu’à l’aide de drones. Le matériel est lui aussi conséquent, avec pas moins de 90kg de bagages sur le dos, à transporter d’un bout à l’autre de l’archipel !
Le projet a été bien accueilli par les Japonais puisque le réalisateur nous promet des images et des prises de vue inédites, d’endroits interdits au public.

Après le temps du tournage, puis tout le travail de post-production, les deux frères ont présenté leur projet aux chaînes de télévision et aux différents festivals, avec donc une première diffusion au public le 2 juillet 2015 à Japan Expo.

Pour en découvrir plus, vous pouvez profiter de la première saison d’une web-série en 6 épisodes qui seront diffusés sur notre chaîne Youtube cet été. Rendez-vous dans une semaine pour le premier épisode !


Découvrez ici la playlist avec tous les épisodes déjà sortis!

Rendez-vous également sur le site officiel du projet, ainsi que sur la page Facebook

Vous aimerez aussi...

6 réponses

  1. 16 juillet 2016

    […] sensei Tsutomu HIRAO, peintre de talent, et enfin les chouettes discussions avec les auteurs de Japon: Châteaux et Sac à dos, revenus nous parler de mascottes cette […]

  2. 3 août 2016

    […] documentaire dont on a déjà parlé sur Journal du Japon […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *