[Concours] Japan Expo Sud 2016 : gagnez votre entrée et découvrez les invités !

Japan Expo Sud se déroulera du 19 au 21 février à Marseille Chanot, Palais des congrès et des expositions. C’est l’occasion de savourer un échantillon de la culture nippone en rencontrant de nombreux invités aux métiers variés : mangaka, professionnels de l’animation, chara-designers, illustrateurs, créateurs de jeux vidéo, producteurs, musiciens, chanteurs, compositeurs… De quoi voir et faire, donc, et ça tombe bien : Journal du Japon vous propose de gagner 7 entrées pour la convention, du 7 au 13 février prochain !

Concours Japan Expo Sud 2016

Concours Japan Expo Sud 2016

 

Amateurs d’animation : Japan Expo Sud vous gâte

Nobuyoshi HABARA

Cela fait plus de 30 ans que ce monsieur sévit dans l’animation à des postes divers : réalisateur, mecha- et chara-deisgner, animateur,… Petit retour sur sa carrière…

Nobuyoshi HABARA invité de la JE Sud 2016

Nobuyoshi HABARA né en 1963 dans la préfecture de Hiroshima et se découvre très vite une passion pour l’animation. A 10 ans, il veut en faire son métier. Au lycée, lui et ses amis réalisent leurs premiers animes en indépendant. C’est donc tout logiquement qu’il se rend dès la fin du lycée à Tokyo pour débuter chez le studio Ashi Productions (aujourd’hui Production Reed). Fan de SF (saga Yamato) & de robots (Mazinger Z), il a la chance de commencer en collaborant à des animes de mecha comme Dancougar (Chôjû Kishin Dancouga) – (1985) & Mobile Suit Zeta Gundam – (1985). Il occupe très vite des postes variés : simple animateur, mais aussi rapidement directeur de l’animation, mecha-designer ou chara-designer.

Sa carrière décolle avec La Revanche des Gobots (Machine Robo Chronos no Daigyakushû) série d’androïdes et de robots transformables à partir de 1986 (arrivée en 1987 en France).

Broken Blade (2010)

Broken Blade (2010)

Il ajoute de nouvelles cordes à son arc en se lançant dans le storyboard, la mise en scène et la réalisation et en abordant d’autres univers que (sans abandonner les méchas pas pour autant) avec  Graine de champion (Ashita e Free Kick) en 1992 (série sur le football) & D.N.Angel en 2003 (fantastique). Après une période en tant que dessinateur freelance, il collabore à la fondation d’un nouveau studio, XEBEC, dont il devient le directeur de la section animation. C’est d’ailleurs avec XEBEC qu’il participera à certaines œuvres très connues : Gekiganger 3 et D.N.Angel, Negima ! Le maître magicien (Mahô Sensei Negima) en 2005, Broken Blade (Break Blade) en 2010 ou Space Battleship Yamato 2199 (Uchû Senkan Yamato 2199) en 2013.

Nobuyoshi HABARA ne se limite pas à l’animation, il a aussi notamment collaboré au jeu vidéo Killer 7 (2005), à la série web Petit Eva (2008), ou des productions en prise de vue réelle (Gégégé no Kitarô (2007) & Saya Samurai (2011)).

Vous pourrez le retrouver les trois jours de Japan Expo Sud en conférences et dédicaces.

 

Takuya WADA

Après plus de 20 ans de carrière dans l’animation, c’est l’occasion de faire un petit retour sur son parcourt qui l’a amené à travailler sur des œuvres cultes autant dans l’animation avec Lupin III, Hokuto no Ken ou Patlabor, qu’au cinéma avec Ring

Lui aussi découvre jeune sa passion pour l’animation, faisant ses premiers pas au lycée. Il apprend l’animation auprès de grands noms comme Hayao MIYAZAKI, Yasuo OTSUKA (Toei Animation et Studio Ghibli) et Akio SUGINO (Mushi Production et Madhouse).

Il passe professionnel dès sa sortie du lycée en participant à Lupin III. Il sera par la suite un animateur clé, entre autres, sur les célèbres Cat’s Eye, Cobra ou encore Invincible Robo Trider G7. A seulement 20 ans il est propulsé directeur de l’animation sur plusieurs projets, dont Hokuto no Ken et Ashita no Joe, le film Lupin III vs Détective Conan, et la série de mecha Patlabor. Il assume aussi à l’occasion le rôle de chara-designer et de scénariste à côté de son travail de directeur de l’animation, comme sur Violence Jack – Hell’s Wind.

Yajuu Densetsu : Dragon Blue

Yajuu Densetsu : Dragon Blue

Il part aux États-Unis poursuivre sa carrière et découvrir le maquillage de cinéma et les effets spéciaux à Hollywood. Il travaille sur plusieurs films d’horreur (Ring, Spiral, Rasen, Ring 2 et Parasite Eve) en tant que directeur de l’équipe maquillage. Côté effets spéciaux, il fait ses armes sur  différentes séries TV. Enfin, il réalise ses propres films : Jushin Thunder Liger : Fist of Thunder (un tokusatsu) et Yajuu Densetsu : Dragon Blue.

A côté de l’animation il a été conférencier, pendant 25 ans, au Yoyogi Institute of Animation dont il a, par ailleurs, été à la tête pendant 6 ans. Et comme si cela ne suffisait pas, il s’adonne aussi au stylisme de costumes de catch, et en réalise pour de célèbres lutteurs : Great Muta, Kensuke Sasaki ou encore Atsushi Onita.

Retrouvez-le sur toute la durée du festival en conférence et dédicaces !

 

Manga : Reno LEMAIRE aux commandes !

Reno Lemaire - JE sud 2016Ce « dessineux raconteur d’histoire » comme le dit sa page facebook est l’auteur du manga Dreamland (Pika Édition), son premier titre édité. Ce montpelliérain était auteur de BD avant de découvrir sur le tard l’univers du manga et de tomber en pâmoison pour ses graphismes, sa dynamique, son découpage et son format si caractéristiques. Son style graphique et son sens de la narration se nourrissent d’inspiration diverses : jeux vidéo, comics américains et auteurs franco-belges. Ce jeune auteur passionné par son travail et dont la notoriété grandit au fil de la parution régulière des volumes de Dreamland sera présent les trois jours que durent le festival en compagnie d’un de ses assistants, Salim Kafiz, pour des conférences et dédicaces.

Dreamland

Reno Lemaire aime présenter sa série ainsi : « Dreamland c’est quoi ? c’est une aventure avec un grand A, une odyssée ultra trippé ou tout peux arriver!! je vous invite a découvrir le monde des rêves aux cotés des Lucky Stars ^^ !! ».  Ah mais c’est un peu court jeune homme ! Permettez que Journal du Japon abreuve les lecteurs avides de quelques infos supplémentaires. Le monde de Dreamland est, ô surprise, une terre de rêves fréquentée par des « rêveurs » aux aspirations diverses, bonnes et mauvaises, et par des « voyageurs » détenteurs de pouvoirs. Notre héro s’appelle Terrence, il est effrayé par le feu depuis le décès de sa mère dans un incendie alors qu’il n’avait que 7 ans. Son aventure l’amène à la recherche d’un royaume inconnu, Edenia, qui serait le refuge des âmes des défunts. Mais autant ne pas trop en dire et vous laissez plonger par vous même dans cet univers à part entière qui se nourrit des classiques du shônen sans pour autant s’y limiter.

C’est par ici le site de Pika édition pour retrouver Dreamland et sachez que l’auteur a lancé une boutique de produits dérivés que vous pouvez retrouver juste là : le Dreamlandshop.

 

Ça se bouscule côté musique !

JinnyOops!

Jinny Oops ! J Pop summit festival 2010

Jinny Oops ! au J Pop summit festival 2010

Voici tout d’abord un jeune groupe de rock composé de Mitsuyo ISHIBASHI (chant/guitare), Chihiro ISHIDA (basse) &  Hitomi FUTENMA (batterie). Ces trois japonaises sont originaires d’Osaka et malgré leur âge, elles ont déjà acquis une bonne expérience sur les scènes internationales. Elles sont déjà passées au SXSW (Austin, Texas) réputé être le plus grand festival du monde, mais aussi à deux occasions au J-pop Summit (San Francisco) ainsi qu’au Fuji Rock Festival 2014 après la sortie de leur single Break. C’est leur premier passage en Europe, ne les manquez pas sur la scène de Japan Expo Sud pour leur deux showcases, et rencontrez-les en dédicaces !

Retrouvez JinnyOops! sur le web :

> jinny-oops.com
> www.youtube.com/tomodachi999
> www.facebook.com/JinnyOops

One Not’e

One Not'e JE 2015

One Not’e JE 2015 – Photo D. Gueugnot © journaldujapon.com – Tous droits réservés

Sympathique et enjoué groupe de J-rock que Journal du Japon avait eu la chance de rencontrer à Japan Expo en juillet dernier (c’est par ici l’interview) avec au chant et à la basse Nye, à la batterie KaZ et enfin, pour la guitare et la composition et l’écriture des chansons, Takato. Bien que peu connu au Japon, ces trois jeunes commencent à bien faire parler d’eux.  Après leur premier live à Londres en 2014, ils ont sorti l’année suivante leurs deux singles Winter Road et Same Dream à retrouver sur la chaîne Youtube. Ils reviennent donc à Japan Expo, dans le sud cette fois, pour deux showcases et bien évidemment les dédicaces.

Plus d’infos sur ONE NOT’E :

> one-not-e.com/en/​
> www.facebook.com/one.n.e.page
> www.youtube.com/onenoteJrock

Spoon +

Spoon + invité JE sud 2016C’est avant tout une chanteuse pleine d’énergie, Aco, qui vient pour la première fois en France et qui en est ravie : « Je suis tellement heureuse que ma première représentation en France se déroule à Japan Expo Sud. Je suis en train de créer de nouveaux costumes pour l’occasion. Je vous promets que vous allez vous amuser !« . Parce que Spoon + ce n’est pas que de la musique : ses performances lives sont des expériences multi-facettes qui entremêlent différents effets visuels à la musique (mapping 3D, éclairages LED, chorégraphies de danseurs, …) le tout orchestré par Aco elle-même suivant ce mot d’ordre lancé en 2010 : « Surprenez le monde et amusez-le ! ». Et si le nom de Spoon + vous intrique sachez qu’il vient bien du mot anglais « cuillère » et qu’il a été choisi autant pour son intonation que pour l’image qu’il évoque à la chanteuse à savoir celle d’une cuillère plongeant dans un dessert moelleux.

Faites vous plaisir, retrouvez Aco à Japan Expo Sud en showcase le vendredi et en ligne :

> spoon-web.net/aco-web
> www.youtube.com/ooOOacoOOoo
> ototoy.jp

 

Seront aussi présents Astero-H (groupe de musique geek rock), Frigiel (vidéaste), Inthepanda (vidéastes), l’équipe de Noob (websérie) et bien entendu Umi☆Kuun (chanteur et vidéaste) reporter de cette édition de Japan Expo Sud. Plus d’infos sur le programme du festival sur le site officiel.

Passons maintenant aux places à gagner !

 

COMMENT PARTICIPER AU CONCOURS ?

Rien de plus simple. Il vous suffit de nous suivre attentivement sur les réseaux sociaux du 7 au 13 février. Chaque jour, Journal du Japon publiera une annonce pour ce concours, accompagnée de visuels des invités de Japan Expo Sud, sur Facebook, Twitter, Google +, Instagram, Pinterest et Tumblr.

Pour avoir la chance de remporter l’une des 7 places, il vous suffira juste de vous rendre sur Facebook, Twitter, Google +, Pinterest, Instagram ou Tumblr pour partager ce statut, retweeter, faire un repin, un regram avec le #concoursjdj. Attention : un like ne suffit pas ! Nous tirerons au sort les gagnants à la fin du concours parmi les participants. Plus vous partagez et faites la promotion du concours, et cela sur un maximum de supports, plus vous augmentez vos chances de gagner lors du tirage au sort ! Il y aura 7 gagnants tirés au hasard sur ces réseaux.

Après le tirage au sort, nous enverrons un message aux chanceux via le réseau qui les aura menés à la victoire. Les gagnants devront réagir rapidement : leurs places seront retenues temporairement. Le délai entre la fin du concours et Japan Expo Sud étant court, ils devront nous confirmer au plus vite leur présence, sans quoi un nouveau tirage au sort sera effectué afin que toutes les billets soient attribuées. Les gagnants seront annoncés le 14 février, donc pensez bien à jeter un œil à vos messages !

JE SUD 2016
Vous savez maintenant comment vous y prendre. Le concours commence demain, le 7 février, et s’achève le 13 février, à vos claviers et réseaux sociaux, bonne chance à tous !

 

Les gagnants ont été tirés au sort !

Sur Facebook, bravo à Jeremy D., Céline G. et Jacqueline J.

Sur Twitter, les gagnants sont Tiffany D., Jennifer B. et NekoBZH

Sur Tumblr, félicitations à theaiden !

Ils ont été contacté sur les réseaux cités pour recevoir leur lot. Bravo à ces gagnants et un grand merci à tous les participants. Rendez-vous à la fin du mois pour un nouveau concours sur Journal du Japon !

 

CONCOURS : Amateurs de visual novel et de 2nd degré : le jeu Punch Line tu dois gagner !

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *