Les spectres du J-Horror : l’émergence des légendes urbaines au cinéma japonais

Vous aimerez aussi...

8 réponses

  1. 20 avril 2016

    […] Les spectres du J-Horror : l’émergence des légendes urbaines au cinéma japonais […]

  2. 20 avril 2016

    […] Les spectres du J-Horror : l’émergence des légendes urbaines au cinéma japonais […]

  3. 29 avril 2016

    […] Les spectres du J-Horror : L’émergence des légendes urbaines dans le cinéma japonais […]

  4. 4 mai 2016

    […] Les spectres du J-Horror : L’émergence des légendes urbaines dans le cinéma japonais […]

  5. 9 mai 2016

    […] urbaine. Il prend le dessus sur la réalité, créant parfois des effets de panique collective comme la légende urbaine de Kuchisake-Onna. Suicide Club est un film difficile à interpréter, comme Kuroda dans l’histoire qui ne […]

  6. 17 mai 2016

    […] Les spectres du J-Horror : L’émergence des légendes urbaines dans le cinéma japonais […]

  7. 31 juillet 2016

    […] Les spectres du J-Horror : l’émergence des légendes urbaines au cinéma japonais […]

  8. 12 novembre 2016

    […] qui tuent – que Sion SONO bâtit son film, poussant ainsi au bout du bout le concept de la J-horror (après les cassettes vidéos et les téléphones portables hantés, les cheveux possédés !). Il […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *