Your Name : la consécration de Makoto SHINKAI

Makoto SHINKAI n’est plus à présenter. Et 2016 est assurément l’année de sa consécration, entre sa nomination par Variety Magazine comme l’un des 10 animateurs incontournables de l’année ou encore son récent prix du meilleur film d’animation 2016 par le comité du Los Angeles Film Critics Association. Avec le succès énorme de son dernier film en date, Your Name (Kimi no na wa), nul doute que l’homme a définitivement laissé son empreinte dans l’histoire de l’animation japonaise. 

Son dernier court-métrage, The Garden of Words, n’avait pourtant pas convaincu toutes les critiques. Mais Your Name, lui, bat d’ores et déjà des records au Japon, en totalisant 12 semaines à la tête du box-office japonais (dont 9 consécutives), ou encore en intégrant le top 5 des meilleurs scores de tous les temps sur l’archipel, détrônant ainsi des films comme Harry Potter, Princesse Mononoke ou Le Château Ambulant ! Succès mérité ou simple effet de mode ? C’est ce que nous allons voir.

Kimi no na wa

 

Une histoire d’amour entre tradition et modernité… ou vice versa !

L’histoire met en parallèle la vie de Mitsuha MIYAMIZU et celle de Taki TACHIBANA. La première vit aux abords des grandes villes entre tensions familiales et traditions et n’aspire qu’à une chose : vivre à Tokyo. Le second, passionné d’architecture, habite à Tokyo et jongle entre son travail et ses études. C’est suite à l’annonce de l’approche d’une comète que tous deux sont projetés brutalement dans le corps de l’autre – l’occasion de quelques scènes assez improbables et autres situations comiques. Pour ne pas empiéter sur leurs vies respectives, ils vont communiquer par journal interposé.

C’est à partir de ce postulat plus ou moins simpliste, qui met l’accent sur un banal échange de corps, que nous allons découvrir le duo Taki/Mitsuha. On pourrait regretter le choix, dans les films de SHINKAI, de placer toujours des adolescents en avant, mais le fait est que la magie fonctionne à merveille à l’écran, une fois de plus. Le film comporte son lot de twists et sait développer une véritable relation entre nos deux complices.

Taki Mitsuha

©2016 TOHO CO., LTD. / CoMix Wave Films Inc. / KADOKAWA CORPORATION / East Japan

Makoto SHINKAI propose, comme à son habitude, une histoire d’amour entre deux êtres que tout oppose, deux adolescents qui, sans se voir, vont malgré tout entretenir une liaison particulière. En mêlant humour, émotions, mais aussi science-fiction, on retrouve tous les thèmes qui définissent les œuvres du réalisateur.

Enfin, à la différence de 5cm per second ou La Tour au-delà des nuages, l’histoire avance plutôt rapidement et peut se scinder en deux parties : la première se concentre sur la présentation des personnages, tandis que la seconde est axée sur la recherche de l’autre. Le tout s’achemine de main du maître vers une conclusion sensationnelle, comme il ne l’avait jamais encore fait !

 

L’art de sublimer

Beau. Voici un mot qui est souvent associé au travail de Makoto SHINKAI, et cette dernière production ne déroge pas à la règle. On en prend littéralement plein les yeux, que ce soit grâce aux paysages somptueux ou aux couleurs éclatantes qui les subliment. Sans compter le charisme des personnages secondaires, comme la petite sœur de Mitsuha ou la collègue de Taki, que l’on doit aux bons soins de Tanaka MASAYOSHI. En charge d’un chara design aux traits plutôt édulcorés, il signe ici sa deuxième collaboration avec le réalisateur après Cross Road, mais s’était également illustré l’année dernière dans The Anthem of the Heart

Comme dans The Garden of Words, les retranscriptions des quartiers de Tokyo sont parfaites et regorgent de détails. À tel point que toute personne ayant visité ces lieux pourra facilement s’y retrouver plongée à travers ces images. Ce souci du détail, de l’animation aux décors, est la marque de fabrique de Makoto SHINKAI. Sa maîtrise de la lumière, dont lui seul à le secret, n’est plus à prouver : elle donne l’impression d’un film en prise de vues réelles et non plus un film d’animation, et le spectateur prend plaisir à comparer ces dessins avec la réalité. On peut d’ailleurs revoir le film plusieurs fois sans la moindre lassitude pour y découvrir de nouvelles choses qu’on avait manqué.

Your Name Animé vs Real

©2016 TOHO CO., LTD. / CoMix Wave Films Inc. / KADOKAWA CORPORATION / East Japan / @iknow1997

Côté son, c’est RADWIMPS, groupe ROCK/POP japonais, qui s’est occupé de la bande-originale. Les mélodies aux pianos/guitares et chansons du film sont impeccables, à la fois douces et entraînantes. La popularité du groupe a d’ailleurs joué en faveur du film lors des avant-premières un peu partout au Japon. Il aura fallu plus d’un an et demi pour permettre cet unisson entre images et musiques mais le résultat est là ! La musique a toujours eu un rôle important dans les films de Makoto SHINKAI, et beaucoup de choses sont mises en avant grâce aux sons et mélodies.

Une grande réussite donc pour ce premier essai en tant que compositeur pour un film d’animation, qui démontre encore une fois le talent de ce groupe (que nous présentions en 2015 pour leur venue en France), et offre un spectacle aussi agréable à l’oreille qu’il est beau visuellement.

Enfin, les doubleurs choisis pour interpréter les rôles principaux ont été d’une efficacité remarquable. Kamiki RYUNOSUKE pour Taki et Mono KAMISHIRAISHI pour Mitsuha, que l’on a déjà pu entendre chez Mamoru HOSADA, sont irréprochables et donnent de la puissance aux monologues si cher à Makoto SHINKAI, bien que ceux-ci soient moins présents cette fois-ci.

C’est sans doute grâce à cette harmonie entre sons et images que le film est aussi populaire, et parvient à ne jamais lasser le spectateur. Une qualité que l’on dois bien sûr aussi à toute l’équipe dont le réalisateur a su s’entourer, dont un certain Masashi ANDO (Paprika, Le Voyage de Chihiro) chargé de la direction de l’animation, qui elle non plus ne dénote pas.

Makoto SHINKAI, RADWMIPS et doubleurs

Makoto SHINKAI, RADWMIPS et doubleurs

 

L’homme derrière le nom

Makoto SHINKAI, le « nouveau MIYAZAKI. » Qu’on l’aime ou pas, cette mode de lui attribuer ce surnom est toujours bien présente, au Japon comme ailleurs. Mais il faut bien comprendre que, par exemple en France, s’appuyer sur le nom de MIYAZAKI est plus vendeur et constitue un artifice qui permet de mieux sensibiliser le grand public. Bien que leurs univers diffèrent notablement, ils n’en restent pas moins des représentants de l’animation japonaise dans le monde. Et le succès retentissant de Your Name ne devrait pas manquer d’ériger enfin son nom comme une nouvelle référence.

En effet, comme il le dit lui-même, chaque nouvelle production est « la moins mauvaise qu’il ait pu faire« . Une humilité qui est tout à son honneur. Mais celle-ci mise à part, force est de reconnaître que dans la lignée de ses réalisations précédentes – à l’exception de Voyage vers Agartha, où l’hommage au studio Ghibli, volontaire ou non, était trop perceptible – le travail accompli en s’appuyant sur ses expériences passées fait clairement de Your Name son meilleur film à ce jour. Tous les ingrédients qui ont fait le succès de ses œuvres antérieures sont ainsi réunis ici, pour le plus grand plaisir de ses fans d’abord, mais aussi pour tous ceux qui vont le découvrir sur cette réalisation. Sans oublier le plaisir du réalisateur lui-même, qui obtient enfin une reconnaissance mondiale, de la presse comme du grand public !

Enfin à coté de son travail de réalisation, du montage ou de l’écriture du script, on soulignera qu’il s’est également occupé de l’adaptation du film en roman, comme ce fut déjà le cas pour certaines de ses précédentes productions. Un bon moyen, pour lui comme pour nous, de se replonger dans le Japon tel que SHINKAI le perçoit et de profiter d’un développement plus poussé de ses personnages. Et une corde de plus à l’arc de cet homme qui réussi à jongler avec plusieurs casquettes.

Your Name: Avant Premiere

Makoto Shinkai et ses fans lors de l’avant première à Paris le 08/12

 

Depuis ses débuts en 2000, Makoto SHINKAI n’a eu de cesse d’améliorer son style et ses travaux qui, au fil des années, ont su charmer de plus en plus de fidèles. Pour son nouveau long métrage, le constat est sans ombrage : Your Name n’a absolument pas volé son succès impressionnant, que ce soit Japon ou dans les autres pays où le film est déjà disponible. Car, partout, le film semble mettre tout le monde d’accord !

Mais, évidemment, nous vous conseillons d’aller vérifier par vous même lors de sa sortie prochaine en France, dès le 28 décembre, grâce à @anime et Eurozoom. Venez partager vos impressions avec nous ensuite !

 

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. 23 décembre 2016

    […] de Makoto SHINKAI qui fait parler de lui depuis plusieurs mois désormais, et dont nous vous avons proposé une critique dans les colonnes de JDJ il y a peu… En attendant sa sortie le 28 décembre prochain, dix places de cinéma sont […]

  2. 1 novembre 2017

    […] Notre critique est également disponible ici. […]

  3. 30 novembre 2017

    […] Ynnis. Avec un nombre conséquent de films japonais qui sont sortis en France en 2016 et 2017 (Your Name, Le Garçon et la bête, Dans un recoin de ce monde (que j’ai vraiment […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *