JAPAN EXPO 2017 : 18 invités du 18e impact à ne pas rater !

Comme chaque année, le début des grandes vacances va de pair avec une nouvelle édition de Japan Expo. Après avoir mis la french touch à l’honneur l’an dernier, le Salon Porte de Villepinte se consacre aux 100 ans de l’animation japonaise. Si la japanimation est à l’honneur, quels sont les invités les plus notables de cet anniversaire et quelles sont les rencontres à faire dans les autres thématiques autour des j-loisirs ? Manga, J-music, jeu vidéo… Journal du Japon a fait le tri et vous propose 18 invités à ne pas rater à Japan Expo 2017 !

japan-expo-2017

Japanime : les 100 ans de l’animation nippone !

C’est en effet en 1917 que fut réalisé le plus ancien film d’animation connu à ce jour : Namakura Gatana, réalisé par Jun’ichi KÔUCHI :

Namakura Gatana (1917)

Même s’il faudra attendre les années 70 pour que l’animation japonaise débarque chez nous (avec le succès que l’on sait), la France est l’un des pays comptant aujourd’hui la plus grande communauté d’amateurs d’animation japonaise et Japan Expo fêtera donc cette anniversaire à partir de nombreux événements : exposition, projections multiples et variées et, évidemment, une pléthore d’invités dont voici les principaux…

Kenji KAMIYAMA : Ghost in the Shell, mais pas que !KAMIYAMA

Même si ce quarantenaire a débuté sa carrière en travaillant sur des décors au studio Fuga sur Kiki la petite sorcière et Juliette je t’aime, c’est en arrivant à 20 ans au studio Production I.G que sa carrière évolue, lorsque Mamoru OSHII (PatlaborGhost in the Shell) le prend sous son aile. On le retrouve ensuite sur Jin-Roh, la brigade des loups (1998), puis scénariste de Blood: The Last Vampire (2000). Peu après, il se voit confier la série Ghost in the Shell: Stand Alone Complex en 2002 ainsi que sa suite, Ghost in the Shell: SAC 2nd GIG, en 2004. Succès oblige, le film GitS: SAC Solid State Society arrive en 2005. 

Mais résumer Kenji KAMIYAMA à ces 3 opus serait réducteur car il a aussi signé l’excellente adaptation en série du roman Seirei no Moribito en 2007 puis Eden of the East en 2009 ou encore, fin 2012, 009 Re:Cyborg. Ce grand amateur de SF nous revient cette année avec l’héroïne lycéenne  Hirune Hime – Rêves éveillés, dont la sortie en salle est prévue le 12 juillet 2017. Voici le trailer :

Hirune Hime, Rêves Eveillés

Masao+Maruyama+Yonayona+Pengin+Photocall+66thMasao MARUYAMA, de Madhouse à MAPPA 

Astro le petit robot, vous connaissez ? Voilà l’un des premiers travaux de Masao MARUYAMA, qui a désormais plus de 50 ans de carrière derrière lui.  En 1972, il produit la série Ashita no Joe (Joe de demain) et participe à la fondation du studio Madhouse où il sera le producteur d’une liste impressionnante d’anime à succès, au Japon et aussi chez nous parmi lesquels on peut citer Card Captor Sakura, Nana ou encore Death Note.

Sans doute à la recherche d’un certain renouveau, en 2012, il fonde une nouvelle structure : le studio MAPPA, et produit la série de Shin’ichirô WATANABEKids on the Slope, ainsi que Shingeki no Bahamut de Keiichi SATO. Enfin en 2016 Masao MARUYAMA, tout en restant président de MAPPA, crée le studio M2 où est actuellement en cours de réalisation l’anime Onihei sorti en janvier 2017. Il a beau avoir plus d’un demi-siècle d’animation nippone au compteur, il ne semble donc pas près de s’arrêter !

Takuya WADA : animes cultes en pagaille !

En faisant ses débuts sur Lupin III, ce passionné d’animation aurait pu commencer plus mal et va se retrouver en plein cœur d’une période majeure de l’animation japonaise, en tant qu’animateur clé sur Cat’s Eye ou encore Cobra, pas mal pour un début de carrière !

A 20 ans, il a donc déjà fait ses preuves et le voilà alors directeur de l’animation sur d’autres animes cultes : Hokuto no KenAshita no Joe, le film Lupin III vs Détective Conan, ou d’autres séries de mecha comme Patlabor par exemple. Mais il va aussi chercher à apprendre en dehors du Japon. Il part aux États-Unis, et apprend les techniques de maquillage et d’effets spéciaux à Hollywood avant de diriger le maquillage de plusieurs films d’horreur dont les noms vous seront, là aussi, familiers : RingSpiralRasenRing 2 et Parasite Eve

Il travaille actuellement sur un nouveau projet d’animation pour les pachinko basé sur l’anime Space Battleship Yamato, en tant que directeur d’animation, chara-designer et storyboarder… et il est aussi styliste pour des costumes de catch et réalise ceux de lutteurs célèbres comme Great Muta, Kensuke Sasaki ou Atsushi Onita. Un véritable touche-à-tout à découvrir sur cette édition de Japan Expo !

YAMAMOTOSayo YAMAMOTO : Yuri On ICE !!! à Japan Expo !

Forte du succès de Yuri!!! On ICE, Sayo YAMAMOTO sera également présente en compagnie de Mitsuro KUBO, la scénariste de la série. Elle a commencé sa carrière chez Madhouse avant de se lancer dans sa première réalisation en 2008, Michiko to Hatchin, suivie par Lupin the Third : The woman called Fujiko Mine en 2012. Elle réalise finalement Yuri!!! On ICE en 2016, série dont le succès la précède désormais. Elle a également réalisé de nombreux génériques de jeux et d’animes, comme Psycho-Pass, L’attaque des titans, ou encore Persona 5.

Elle donnera une masterclass en compagnie de sa scénariste le vendredi de 10h45 à 12h15, ainsi qu’une conférence suivie d’un live drawing le samedi de 15h15 à 16h00. Enfin, elle participera également à la conférence dédiée aux années 2000, le dimanche de 13h30 à 14h45.

Koji-TAKEUCHIKoji TAKEUCHI : l’expérience au service de la jeunesse

Il commence sa carrière en 1976, en intégrant le studio Nippon Animation où il aura d’ailleurs l’occasion de côtoyer Isao TAKAHATA et Hayao MIYAZAKI. Quatre ans plus tard, il rejoint Telecom Animation Film et travaillera entre autres sur Lupin III et Sherlock Holmes, mais aussi avec des studios internationaux comme Warner Bros. Animation et Walt Disney Television Animation. De nos jours, il collabore avec l’Agence pour les Affaires Culturelles du gouvernement japonais à travers des ateliers de design destinés aux jeunes créateurs. Il dirige également le Tokyo Anime Award festival.

Vous pourrez le retrouver en conférence le vendredi 7 juillet de 16h45 à 17h30, ainsi que le samedi de 14h00 à 15h00 dans le cadre de la conférence « Les années 90, période délicate mais impact international ».

masami-suda-japexMasami SUDA : le freelance

Masami SUDA a commencé sa carrière en tant que freelance pour le studio Tatsunoko Pro. Il fera ses premières armes sur des séries maintenant cultes, comme La Bataille des planètes et Judo Boy puis sera ensuite contacté par Toei Animation, studio pour lequel il réalisera le chara-design de l’adaptation animée de Ken le survivant de l’enfer. Il collaborera à un grand nombre de leurs séries, telles que Dragon Ball ou encore Slam Dunk. S’il s’est retiré de l’animation, il continue néanmoins de travailler occasionnellement en tant que chara-designer, comme ce fut le cas en 2014 pour la première saison de la série Yo-kai Watch ou pour Lupin III : l’aventure à l’italienne.

Il participera à la conférence dédiée à l’animation japonaise jusqu’à la fin des années 70, le jeudi 6 juillet de 14h00 à 15h00, mais aussi à celle dédiée aux années 90, le lendemain à la même heure. Il donnera également une masterclass le jeudi, de 16h00 à 17h30 et sera présent pour une dernière conférence le dimanche, de 15h00 à 15h45, qui se se concluera sur un live drawing.

KobayashiShichirô KOBAYASHI : entre peinture et décors

À la tête de son propre studio indépendant, Kobayashi Productions, Shichirô KOBAYASHI se spécialise dans la réalisation de décors à la main. Il a travaillé sur de nombreuses séries à succès, même s’il sera souvent relégué en arrière-plan du fait de sa spécialisation. Pour ne citer que les plus connues, il a dessiné les paysages de Cobra, Berserk, ou encore les impressionnants décors de Rémi sans Famille. Aujourd’hui à la retraite, il se consacre à la peinture abstraite (nous avions d’ailleurs eu l’occasion de nous entretenir avec lui à ce sujet lors de sa première venue à Japan Expo, en 2015).

Il participera cette année à la conférence dédiée à l’animation japonaise jusqu’à la fin des années 70, le jeudi, de 14h00 à 15h00, et donnera également une conférence de 12h00 à 12h45 le vendredi, laquelle se conclura sur un live drawing.

 

MANGA : qui sera là ?

Parent pauvre de cette édition 2017, quelques invités mangaka sont tout de même de la partie et nous en avons retenu quatre pour vous : deux auteurs japonais, et deux français !

Jun MOCHIZUKI : le retour à Paris !

L’auteure de Pandora Hearts effectue en effet un double retour à la capitale : elle revient à Japan Expo après sa première fois en 2010 et son nouveau manga, Les Mémoires de Vanitas, se déroule également à Paris !

Vanitas_annonce

Après ses débuts avec Crimson-Shell, en 2005, Jun MOCHIZUKI publie Pandora Hearts dans le mensuel GFantasy de SQUARE ENIX, adapté en anime en 2009. Sorti en France en 2010, Pandora Hearts et le plus grand succès de son éditeur, Ki-oon, avec quelques 700 000 exemplaires vendus et une grande communauté de fans qui attendent d’ailleurs cette nouvelle série avec impatience… En voici d’ailleurs le résumé :
Fin du 19e siècle. Paris est en plein émoi à la suite d’attaques répétées de vampires. Pourtant, la règle d’or de leur communauté est de ne pas s’en prendre aux humains ! Un mal mystérieux semble ronger ces créatures immortelles…

C’est en cette période troublée que Noé arrive dans la capitale. Né suceur de sang, il suit la trace du grimoire de Vanitas, artefact légendaire craint de tous les vampires. On dit qu’il permet à son détenteur d’interférer avec ce qu’il y a de plus sacré pour eux : le nom véritable, symbole même de leur vie. Le modifier peut les rendre fous, voire les anéantir…

VANITAS_PLANCHE1

À bord de l’énorme vaisseau flottant sur lequel il a embarqué, Noé fait la connaissance d’Amélia. Alors qu’il l’aide à se remettre d’un malaise, tout s’emballe : elle perd la tête et révèle sa nature de vampire devant les passagers ! C’est alors qu’entre en scène un mystérieux assaillant, se présentant comme… Vanitas ! Devant un Noé bouche bée, il dégaine le fameux grimoire et apaise l’accès de folie de la jeune femme. L’artefact ne serait donc pas qu’une arme mortelle ? Vanitas, héritier du nom et du pouvoir du créateur du livre, a une mission : sauver les vampires de la malédiction qui pèse sur eux !

IRONO-sensei : une mangaka en devenir, sous le signe de la dark-fantasy !
The-Grim-Reaper-and-an-Argent-Cavalier-1On sait peu de chose de cette mangaka qui vit à Kyoto. Elle doit sans doute sa vocation à Inuyasha, le manga de Rumiko TAKAHASHI.  Elle s’intéresse à l’Égypte ancienne et depuis peu à l’histoire de la famille royale anglaise et affectionne le chocolat, le café et les gâteaux, Black Butler, les Vocaloïd (surtout Hatsune Miku et Kaito) et les chiens mignons.
 
Pour en revenir au manga, The Grim Reaper, pré-publié dans le mensuel Gfantasy, est donc sa première série. Sa sortie est prévue le 7 juillet prochain chez Kana et on y retrouvera le Seigneur de la mort et ses envoyés, les monstrueux larvas, qui sillonnent le monde pour ôter la vie aux hommes. Il sera aussi question de Cyan qui a perdu ses parents, tués par les larvas. Surmontant son chagrin, il devient chevalier d’argent pour affronter les ténèbres, sans se douter que là commence le vrai désespoir…

A découvrir donc, lors de cette édition !

 

Yami SHIN et SHONEN : jeunesse et expérience chez Ki-oon !

Green MechanicLa première lauréate de l’édition 2015 viendra à la rencontre de ses fans sur le salon et elle ne sera pas seule puisqu’elle sera en compagnie d’une figure de poids du manga français, SHONEN, l’auteur d’Outlaw Players. Yami SHIN présentera sa toute première série professionnelle, développée avec Ki-oon : Green Mechanic, dont le premier tome vient de sortir en librairie ! Voici plus de 10 ans que cette artiste de 27 ans travaille son trait. et elle nous propose aujourd’hui une œuvre où, selon le résumé officiel, les êtres humains ont fait de leur planète un désert recouvert d’ordures. Le seul endroit habitable est la Mégapole, ville géante où s’entassent hommes et robots, ainsi que les mystérieux Ersatz, créatures monstrueuses pourchassées par la Milice. Dans ce monde en perdition survit Misha, jeune orpheline aux dons d’empathie sur-développés. Incapable de contrôler sa capacité à lire les émotions des autres, elle se tient à l’écart de ses semblables. C’est pourtant grâce à ce pouvoir qu’elle trouve Reborn, un robot morphing errant sans mémoire au milieu d’une décharge.

Cette merveille technologique est capable d’adopter n’importe quelle apparence. Sans hésiter, la jeune fille lui fait prendre la forme de Mickael, son meilleur ami, dont elle est sans nouvelles depuis qu’il a été enlevé par un groupe d’Ersatz il y a dix ans. D’où viennent ces créatures ? Que deviennent ceux qu’elles capturent ? Nul ne le sait… Pour retrouver son compagnon, Misha rejoint les Renforts, un groupe de guerriers et d’enquêteurs hors pair ! En échange de leur aide, elle met à leur service ses capacités psychiques et son aptitude à faire de Reborn une armure surpuissante. Le combat pour la vérité commence !

 
Pour rappel, Outlaw Players se situe lui sur Thera, jeu en ligne révolutionnaire ultra-réaliste et à l’univers quasi infini, chacun peut devenir ce qu’il désire et vivre d’incroyables aventures !

 Mais pour Sakuu, la première immersion tourne au cauchemar : incapable de se déconnecter, il se retrouve prisonnier d’un monde virtuel peuplé de créatures assoiffées de sang ! Sans accès à l’interface du jeu ni aux items de soin, qui sait ce qu’il adviendra de lui s’il perd la vie dans Thera… Et il n’est pas le seul dans cette situation : sa route croise celle d’autres joueurs victimes du même problème. Pour ces “Outlaw Players”, le game over n’est pas une option. Quelle que soit la cause du bug, Sakuu et ses compagnons n’ont pas le choix : ils doivent s’endurcir, explorer, apprendre, et surtout… survivre !

JE2017_Shonen

Pour retrouver ces deux auteurs, sachez que les horaires de dédicaces vous attendent sur le site des éditions Ki-oon.

 
 

Jeu vidéo : Zelda et Danganronpa

The Legend of Zelda, licence phare de chez Nintendo depuis sa création en 1986, sera mise à l’honneur cette année à Japan Expo ! La licence The Legend of Zelda se décline depuis ses débuts sous différents formats (nous vous parlions des mangas il y a peu, ici) mais 2017 a marqué le retour de la saga le 3 mars dernier sur Switch et Wii U avec The Legend of Zelda Breath of the Wild, gros carton de cette première moitié d’année jouit ainsi d’une belle mise en avant sur le salon. 

WiiU_The_Legend_Of_Zelda_Breath_Of_The_Wild

En effet, ce n’est pas une, deux, mais trois personnalités qui rejoindront les rangs de ce 18e Impact, et pas des moindres :

Eiji AONUMA, producteur ainsi que directeur général adjoint de The Legend of Zelda : Breath of the Wild, est l’invité d’honneur de la section jeu vidéo. Après avoir rejoint Nintendo en 1988, il a travaillé en tant que directeur sur nombre d’opus phares de la saga The Legend of Zelda, dont Ocarina of Time, Majora’s Mask ou encore The Wind Waker.

Satoru TAKIZAWA, graphic designer chez Nintendo, est connu pour avoir été directeur artistique de The Legend of Zelda : Twilight Princess ainsi que The Legend of Zelda : Breath of the Wild. Il a rejoint les rangs de Big N en 1995 et a également travaillé sur le très célèbre Super Mario 64.

Yusuke NAKANO, est illustrateur et senior specialist chez Nintendo depuis 1992, et a travaillé sur les opus Ocarina of Time, Twilight Princess ou encore « La Bataille de Ganon » de Breath of the Wild, plus récemment.

 Eiji_Aonuma  Satoru Takizawa  Yusuke Nakano 

AONUMA, TAKIZAWA et NAKANO tiendront une masterclass, The Art of The Legend of Zelda series lors de cette 18e édition du salon.

The Legend of Zelda, Nintendo

Aux côtés de Zelda, une autre licence aura aussi le droit à sa mise en avant : Kazutaka KODAKA, créateur et scénariste de la licence à succès Danganronpa sera présent cette année en conférence ainsi qu’en dédicace dans le cadre de la promotion du jeu vidéo Danganronpa V3 : Killing Harmony.
Danganronpa est une série de jeux vidéo qui a révolutionné le genre du Visual Novel depuis sa première apparition sur PSP en 2010. Plus récemment KODAKA a été, entre autres, scénariste et responsable de l’anime Danganronpa 3 : The End of Hope’s Peak High School, ainsi qu’auteur du roman Danganronpa Zero.

Danganronpa

J-music : le trio qui sort du lot à Japan Expo !

Comme toujours les invités musicaux de Japan Expo balaient assez largement le spectre de la musique nippone et nous avons déjà abordé une grande majorité d’entre eux dans notre recap’ du mois de mai, ici. Aujourd’hui, on en revient à l’essentiel en mettant en avant les 3 groupes qui nous ont le plus tapé dans l’œil : 
 
Le groupe MONOEYES sera en concert et en séance de dédicace le vendredi 7 juillet à Japan Expo dans le cadre de l’opération Tohoku Livehouse Daisakusen. La formation voit le jour en mai 2015 autour de Takeshi HOSOMI, chanteur charismatique des groupes the HIATUS et ELLEGARDEN, du guitariste Masafumi TODAKA d’ART-SCHOOL, du batteur Masakazu ICHISE d’ASPARAGUS, et du bassiste américain Scott MURPHY, leader d’Allister et Scott & Rivers. Deux mois plus tard sortent un single, My Instant Song, et un premier album, A Mirage In The Sun, qui seront suivis d’une tournée au Japon. En octobre 2016, le groupe sort un deuxième EP, Get Up: 
MONOEYES - Get Up
Il repart ensuite tourner pour 22 dates sur tout l’archipel, dont quelques dates dans le Tohoku, dans le cadre d’un projet de soutien à l’opération Tohoku Livehouse Daisakusen, qui vise à reconstruire et équiper des salles de concerts dans les zones détruites par le tsunami de mars 2011. Le groupe s’engage également pour la cause anti-nucléaire et aura certainement des choses très intéressantes à dire et à exprimer à travers sa musique, le vendredi 7 juillet, pour leur showcase !
 
Vient ensuite Kamitsuki (qui peut signifier “On va mordre votre cerveau !” ou “un être possédé par dieu“), un jeune groupe de rock qui a vu le jour en 2016, avec quatre membres aux personnalités et aux styles bien différents, entre balade rock et et tonalité parfois plus pop. La formation a donné son premier concert au SUMMER SONIC 2016, le célèbre festival de musique estival japonais et, en mars 2017, Kamitsuki sort son premier mini-album, Five Days After Infection of Vampire. Le groupe participe aux Tremplins J-music de Japan Expo et sont à découvrir sur la scène Karasu jeudi et samedi !
カミツキ - Where to go

Fin de notre trio musical à ne pas rater avec kukatachii. Formé en 2012 par le chanteur Yudai et la joueuse de synthé Yui, le groupe s’est étoffé ensuite avec le guitariste Noriyuki, le bassiste Tatsuya et le batteur Takuto.

Originaire de Tokyo, voici la formation la plus musicalement riche de cette édition avec pop-électro, rock, RnB, jazz, soul… Le résultat est un univers unique et une vraie personnalité, bien identifiable à travers la voix de son chanteur, une ambiance des plus cools et une énergie positive des plus communicatives : ça va chanter et danser à Japan Expo ! 

kukatachii - Love today

Enfin, Japan Expo c’est aussi l’univers de l’artisanat et des traditions japonaise mais aussi celui du tourisme et de la pop culture nippone, et chacun à son représentant. Cette année encore, l’espace Wabi Sabi répond présent, entre démonstrations d’arts traditionnels, produits artisanaux et ateliers culturels avec des dizaines d’artisans et un défilé d’artistes sur la scène Sakura que vous pouvez retrouver ici  ou en suivant Wabi Sabi sur Facebook.

L’espace Saiko ! Japan est de retour et vous invite à découvrir des dizaines de stands japonais proposant des produits tout droit venus du Pays du Soleil levant : ARANZI ARONZO INC., animate, cheero, Evangelion Store, ou encore la KYOTO UNIVERSITY OF ART AND DESIGN, département de chara-design et bien d’autres… Si vous avez des envies de shopping nippon, c’est là bas que ça se passe. Toutes les informations et tous les exposants vous attendent ici ! Vous pouvez aussi les suivre sur Facebook ou Twitter.

Voilà vous connaissez maintenant l’essentiel des invités qui vous attendent à Japan Expo. Toutes les informations les concernant sont disponibles sur le site de l’événement, ici.

Rendez-vous la semaine prochaine pour le second volet de ce dossier, consacré aux immanquables… Goodies !

Enregistrer

Enregistrer

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 1 juillet 2017

    […] qui seront à l’honneur que vous pouvez consulter dans le dossier qui est lui est consacré ici. Sans plus tarder, votre eigagenda […]

  2. 3 juillet 2017

    […] avec une nouvelle édition de Japan Expo. La semaine dernière, nous vous avons présenté 18 invités à surveiller et suivre sur le salon. Mais il y a aussi comme chaque année la présence des éditeurs mangas ! Et ces derniers ont […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *