Yoshino-yama : le hanami à tous les étages

Ah, le Hanami ! Cette courte période durant laquelle rien ne saurait compter davantage, tant pour les promeneurs japonais que pour les touristes étrangers, que de profiter au maximum de la splendeur des cerisiers en fleurs… Armé d’un thermos, d’un nappe de pique nique et d’un bento bien rempli, chacun part à la recherche du spot ultime, celui qui permettra de se sentir intimement transcendé par la beauté émouvante de la nature. Rien que ça !

Avec une telle pression, difficile de faire son choix… Du moins, jusqu’à ce qu’on entende parler de Yoshino-yama, la montagne aux 30 000 cerisiers.

La promenade se développe sur quatre paliers : shimo-senbon, naka-senbon, kami-senbon, et enfin oku-senbon. En conséquence, la floraison elle aussi est échelonnée, les cerisiers du bas de la montagne fleurissant en moyenne une vingtaine de jours plus tôt que ceux du «sommet».

 

Le trajet en train jusqu’à Yoshino : une belle promenade en soi

Malheureusement pour les utilisateurs du JR pass, celui-ci ne vous permettra pas de vous rendre jusqu’à Yoshino. Il vous faudra en effet prendre un train de la compagnie Kintetsu depuis Osaka-Abenobashi en direction de Yoshino (le terminus de la ligne). Le voyage dure 1h32 et coûte 970 円 (aller) en train express. Une option intéressante si vous souhaitez faire une autre excursion le lendemain est de prendre le Kintetsu 2 day pass : pour 2.500 円, vous pourrez faire autant d’aller retours que souhaités entre Osaka, Kyoto, Nara et Yoshino sur deux jours en empruntant les trains de la compagnie Kintetsu. Attention ! Le pass d’une seule journée couvre une zone moins étendue et ne permet par conséquent pas d’aller jusqu’à Yoshino.

Depuis la fenêtre du train, vous pourrez admirer les paysages de la péninsule de Kii, recouverts de cerisiers en fleurs en période de hanami.

 

Shimo-senbon : la gare et ses boutiques de souvenirs

Vous voici enfin arrivé à Yoshino !

À la sortie de la gare, une petite allée bordée de commerces vous guide jusqu’à la station du téléphérique, 200m plus loin. Pas de doute, vous êtes au bon endroit ! Chacune des boutiques sur votre chemin propose diverses gourmandises parfumées à la fameuse fleur de cerisier, ou encore des goodies à l’effigie de «Pinkl», la mascotte de Yoshino. Vous pourrez faire un tour de ces différentes échoppes pour vous procurer quelques omiyage en attendant votre train du retour, mais attention ! Certaines seront fermées dès 16-17h.

Vient ensuite le moment de faire un choix quand à la manière d’accéder au centre ville de Yoshino. Plutôt que de prendre le téléphérique prévu à cet effet, nous vous recommandons de faire la promenade à pieds (~1,5km), ce qui vous permettra :

  • d’éviter de faire la queue au téléphérique et faire une économie de 360 円,
  • de profiter des sakura du premier niveau, surtout si vous arrivez au moment du pic de leur floraison (qui a lieu plus tôt que celui des niveaux suivants),
  • de vous ouvrir l’appétit ! En effet, vous arriverez bien assez tôt dans la principale zone de restauration, à savoir…

 

Naka-senbon : le centre ville animé

Naka-senbon est le palier de la promenade le plus densément fréquenté, et pour cause ! C’est là que se concentrent la plupart des lieux de consommation (boutiques, restaurants, poste…) et des temples à visiter.

Bien que l’ascension ne fasse que commencer, la beauté du panorama justifie à elle toute seule de s‘attabler à l’un des nombreux restaurants situés du côté gauche de l’avenue principale.

Sites remarquables

Kinpusen-ji kuromon : juste après avoir dépassé la station du téléphérique, vous serez amenés à traverser un imposant portail noir : celui ci marque votre entrée dans le centre ville, et plus précisément dans le quartier du temple principal, le Kinpusen-ji (bien que celui-ci soit encore à environ 500m).

Kane no torii : situé sur le chemin pour se rendre au Kinpusen-ji, ce torii en cuivre (le plus ancien du Japon, parait-il) aurait été réalisé à partir de l’excédent de matière ayant servi à couler le grand Bouddha de Nara.

Kinpusen-ji : la deuxième plus grande structure en bois du Japon après le bâtiment principal du Tôdai-ji de Nara (contenant le fameux grand Bouddha) !

Yoshimizu-jinja : Offre un très beau point de vue sur la montagne, ce temple shinto aurait servi de lieu de résidence à plusieurs personnages historiques, tels que Minamoto Yoshitsune au 12ème siècle et l’empereur Go-Daigo au 14ème siècle. En 1594, Toyotomi Hideyoshi y aurait organisé un hanami avec environ 5000 convives !

Restaurants

Yakko : à quelques pas du Kinpusen-ji, ce restaurant propose plusieurs menus déjeuner savoureux dont la fourchette de prix se situe entre 1400 et 1600 円. Vous pourrez notamment y déguster une spécialité locale, le kaki-no-ha-zushi, un sushi à base de maquereau ou de saumon emballé dans une feuille de kaki. Il est possible de choisir entre table basse sur tatami et table «à l’occidentale», mais nous ne saurions que trop recommander la première option, qui permet de profiter d’une vue imprenable sur la montagne.

Hanasaka organic cafe : situé un peu plus loin, ce salon de thé / restaurant installé dans une demeure traditionnelle rénovée propose des repas végan préparés à partir d’ingrédients issus de l’agriculture biologique dans une atmosphère reposante et familiale. Gamme de prix similaire à celle de Yakko.

 

Kami-senbon : moins d’agitation, plus de nature

Vous n’avez toujours pas trouvé le lieu rêvé pour étendre votre nappe de pique nique ? Pas de panique ! Vous devriez très bientôt en avoir l’opportunité : avec une vue toujours plus impressionnante sur les cerisiers en contrebas, le secteur de kami-senbon est celui qui se prête le plus à la contemplation. Les autres visiteurs, quant à eux, se font de plus en plus rares au fur et à mesure de votre ascension.

Sites remarquables

Yoshino Mikumari-jinja : ce sanctuaire dédié à la déesse shinto ame-no-mikumari appartient à un ensemble comprenant les sanctuaires Mikumari de Uda, Katsuragi et Tsuge (tous trois également situés dans la préfecture de Nara). Dans la cour intérieure se trouvent des cerisiers pleureurs.

Aires de repos

Sakura-tenji-en : un petit parc dans lequel se trouve la plateforme d’observation Hi-no-miyagura. Le lieu idéal pour faire une pause ! Attenant au parc, côté route, se trouve une échoppe qui propose des pâtisseries à déguster sur place ou à emporter : les visiteurs sont invités à s’y asseoir quelques minutes le temps de consommer un thé (offert) devant le spectaculaire paysage en contrebas.

La plateforme d’observation Hanayagura : cette aire de repos est celle qui offre la meilleure vue sur Yoshino, en
période de pic de floraison la montagne fait penser à un véritable torrent ce cerisiers ! On aperçoit parfaitement le Kinpusen-ji, dont la silhouette est particulièrement impressionnante à distance.

Une fois le Yoshino Mikumari-jinja dépassé, le paysage change : les cerisiers en fleurs laissent place à un décor plus forestier. Vous êtes en train d’arriver dans le quatrième et dernier secteur de votre visite à Yoshino…

 

Oku-senbon : la fin de l’ascension

Le dernier secteur de la promenade ne vous permettra d’admirer la floraison que si vous arrivez en fin de période du hanami, et les cerisiers sont de toute manière moins nombreux. Poursuivre l’ascension vous permettra néanmoins de découvrir le sanctuaire Kinpu-jinja, sur le chemin duquel se trouve la plateforme d’observation de Takagi-yama.

 

Aller plus loin (littéralement) : sur la route de Kumano

La visite de Yoshino yama constitue une excellente excursion d’une journée depuis Osaka, aussi n’est-il à priori pas nécessaire de prévoir un hébergement sur place. Vous pouvez néanmoins décider de continuer votre chemin sur la route d’Omine-Okugake, une portion de l’ancien réseau de chemins de pèlerinage dans les montagnes de Kii : le Kumano Kodô… Avant de vous lancer sur cet ambitieux chemin de randonnée (environ 100 kilomètres, tout de même !), vous choisirez peut-être de passer la nuit au Chikurin-in ! Autrefois nommé temple de Tsubaki-yama, cet édifice est aujourd’hui à la fois un temple bouddhiste et le ryokan le plus luxueux de Yoshino. Il dispose par aille d’un jardin paysager, le gumpo-en, dont la conception est parfois attribuée à Sen no Rikyû (célèbre maître de thé ayant vécu au 16ème siècle).

 

Voilà ! Nous espérons que cet article vous donnera envie de voir de vos propres yeux les 30 000 cerisiers de Yoshino. Et le reste de l’année, nous direz-vous ? Bien que son pic de fréquentation soit clairement durant la période du hanami, Yoshino yama est également réputé pour ses couleurs automnales pendant la saison des momiji.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *