Le Japon raconté aux enfants

Vous rêvez de partager votre passion pour le Japon avec vos enfants, sans savoir par où commencer ? Passionnés par le pays du soleil levant, vous vous êtes surement demandé comment éveiller chez vos enfants la curiosité qui vous a poussés à vous lancer dans l’exploration de cette culture riche et différente.

Journal du Japon vous propose aujourd’hui de nombreux albums, sélectionnés pour leur contenu didactique, leur richesse, leur diversité, et leur beauté. Autant d’entrées dans la culture japonaise, afin de familiariser les enfants avec la vie quotidienne au Japon ; les croyances, les coutumes et les traditions japonaises mais aussi l’Art au Japon et la découverte de l’ukiyo-e.

Le japon aux enfants

C’est quoi le Japon ?

Afin d’introduire les premiers aspects de la vie quotidienne au Japon, pourquoi ne pas ouvrir un album ? Vous avez sans doute remarqué que les histoires sont les plus aptes à éveiller la curiosité des enfants. Voici celles à découvrir avec des enfants de tous âges, qui peuvent capter leur intérêt dès les premières pages.

Emma à Tokyo de Claire FROSSARD et Naohiro NINOMIYA

Emma à Tokyo de Claire Frossard et Naohiro Ninomiya

© Belin Editeur

Dans ce très bel album mêlant photographies et dessins, nous suivons Emma, jeune moinelle New-yorkaise toujours en quête de nouvelles villes à visiter, dans son exploration de Tokyo. Elle y rencontrera Madame Maneki-Neko, qui la guidera dans un Japon contemporain et coloré, et fera également la connaissance d’une cohorte de Yôkai (démon japonais) qu’elle devra aider.

Emma à Tokyo de Claire Frossard et Naohiro Ninomiya

© Belin Editeur

Cet album permettra de donner un premier aperçu de la vie dans la capitale japonaise : temples, habitats traditionnels, ruelles animées, jardins du palais impérial, Emma va arpenter Tokyo, et même prendre part à quelques activités traditionnelles, comme le bain dans un onsen et la fête des enfants Kodomo no Hi.

Les photos sont très belles, et les dessins enfantins de Claire FROSSARD sont une passerelle vers ce nouveau monde que découvre Emma, à laquelle s’identifient aisément les enfants. Ce qui est intéressant dans cet album, c’est la diversité des références aux traditions japonaises, notamment l’intervention de yôkais.

Ce récit, simple, abordable et plein d’attrait, saura captiver les jeunes enfants, entre 5 et 8 ans.

Groudoudou et Ptititie découvrent… le Japon d’Anne-Sophie COPPIN et Claire SHORROCK 

Groudoudou et Ptititie découvrent... le Japon d’Anne-Sophie Coppin et Claire Shorrock

© Editions Rue des enfants

Ce récit nous emmène découvrir le pays avec Groudoudou le gros matou et son amie Ptititie la sourie. Accompagnés de Kako, une petite fille habitante de Tokyo, ils vont partir à l’aventure en terre nipponne.

Groudoudou et Ptititie découvrent... le Japon d’Anne-Sophie Coppin et Claire Shorrock

© Editions Rue des enfants

L’album survole très rapidement les plus célèbres aspects de la culture japonaise, de l’écriture à la nourriture, en passant par le karaoké, les combats de sumo, la visite des temples, et même les voyages en Shinkansen (le TGV japonais). Une carte d’identité du pays, ainsi qu’un lexique des mots inconnus rencontrés au cours de l’histoire apportent des précisions supplémentaires sur les découvertes faites dans le livre.

Avec un dessin au crayon de couleur tout en rondeur, ce petit album très agréable à lire offre un éventail de pistes pour découvrir le Pays du Soleil Levant. L’histoire n’est qu’un prétexte pour présenter le sujet et piquer au vif l’intérêt des enfants, ou encore pour mettre en situation des aspects de la vie au Japon déjà découvert dans d’autres contextes.
A lire à partir de 4 ans.

Mes images du Japon d’Etsuko WATANABE et Ma vie à Tokyo au fil des mois de Mari TAKABAYASHI

Mes images du Japon d’Etsuko Watanabe

© Editions du Seuil

Pour entrer un peu plus en détail dans la vie japonaise, ces deux albums proposent un mélange entre récit de vie d’enfants japonais et imagier.

Ma vie à Tokyo au fil des mois de Mari Takabayashi

© Editions Ricochet

Dans Mes images du Japon, nous découvrons le quotidien de Yumi, 7 ans, et de sa famille. L’aménagement d’une maison traditionnelle, la cuisine, l’école, les principales fêtes, mais également les onsen (bains traditionnels) et la vie dans les grandes villes, chacun de ces thèmes est évoqué à travers une illustration en pleine page, un court texte, et une présentation plus détaillée d’un objet, d’un plat, d’un vêtement… sous forme d’imagier.

Ma vie à Tokyo au fil des mois fonctionne sur le même principe, mais cette fois-ci et comme le titre l’indique, le découpage se fait par mois. Là aussi, des scènes du quotidien d’enfants japonais nous présentent leur mode de vie et leurs coutumes.

Ces deux albums sont de vrais coups de cœur de la rédaction. Les illustrations et mises en scènes de la vie de ces enfants sont pleines de détails, d’objets insolites, de coutumes étranges, propres à enrichir l’imaginaire des enfants, à attiser leur curiosité et à nous rendre leur quotidien plus familier.
Accessibles aux enfants qui lisent tout seul, ces imagiers raviront également les plus jeunes.

Choses petites et merveilleuses de Sandrine THOMMEN et Nathalie DARGENT

Choses petites et merveilleuses de Sandrine Thommen et Nathalie Dargent

© Editions Picquier

Avec cet album, nous découvrons le Japon au rythme des saisons et des haïkus.
En mots ou en dessins, Nathalie DARGENT et Sandrine THOMMEN illustrent les kigo, ces mots choisis pour définir une saison, qui sont l’un des éléments fondateurs du haïku. La culture japonaise est sensible aux petits événements du quotidien susceptibles de devenir des kigo.

Choses petites et merveilleuses de Sandrine Thommen et Nathalie Dargent

© Editions Picquier

Mois après mois, nous nous plongeons dans l’intimité d’une famille japonaise, et découvrons les particularités d’une vie au fil des saisons. Un après-midi pluvieux, une promenade en forêt, un goûter pris en bord de mer, chaque situation révèle un potentiel éminemment poétique, empreint de simplicité et de sérénité. Une façon toute japonaise d’appréhender chaque instant et dont émane une grande douceur, incarnée par les dessins de Sandrine THOMMEN et portée par les mots de Nathalie DARGENT.

Un album d’une beauté éblouissante, et empreint de toute la poésie de la pensée japonaise. Accessible dès 4 ans. Plus d’informations sur le livre ici.

 

Contes et légendes du Japon

La connaissance des croyances les plus ancrées dans la vie des Japonais, des contes et légendes qu’ils ont côtoyées depuis leur plus jeune âge ne peut que nous donner une plus grande compréhension de leur vision du Monde. Voici donc plusieurs choix de récits pour une première plongée dans l’imaginaire japonais.

Issunbôshi

Issunbôshi le petit samouraï d’Alice Brière-Haquet et Sanoe

© nobi nobi !

Issunbôshi est le cousin japonais de Tom Pouce, issu du folklore britannique. Comme lui, il est l’enfant inespéré d’un couple âgé. Issunbôshi « le garçon de trois centimètres », vivra des aventures démesurées. Il existe de nombreuses versions de ce conte populaire, voici les deux qui ont retenu mon attention.

Issunbôshi le petit samouraï d’Alice BRIERE-HAQUET et SANOE

Une version actuelle du conte, avec un texte dynamique et de belles illustrations à l’aquarelle, dont le trait rappelle fortement le manga. Préférez cette version si vous recherchez une histoire plus élaborée, pleine de péripéties, dans laquelle vous retrouverez de nombreux éléments de la culture japonaise, comme par exemple les oni (sorte d’ogres cornus) et l’uchide no kozuchi, ou marteau magique.

Pour des enfants à partir de 8 ans.

La grande épopée de Petit Pouce de Yui Togo et Marie Caudry

© Editions Picquier

La grande épopée de Petit Pouce de Yui TOGO et Marie CAUDRY

Des graphismes plus stylisés, aux couleurs très proches des motifs traditionnels japonais, c’est ce qui vous attend dans cette version du célèbre conte.
Le texte y est moins dense, et plus accessible pour des enfants à partir de 6 ans.

 

Urashima Tarô

Urashima Tarô est lui aussi une figure emblématique du folklore japonais. Ce jeune pêcheur fera, à la suite d’une bonne action, une rencontre qui changera son destin. Voici, à nouveau, deux versions de ce conte.

Urashima de Margaret Mayo et Jane Ray

© Editions Hatier

Urashima de Margaret MAYO et Jane RAY

Version épurée du conte, le principal intérêt de cette adaptation réside dans la simplicité du texte. L’intrigue est facilement compréhensible pour des enfants à partir de 7 ans; Le livre contient peu d’illustrations, mais elles sont inspirées des estampes japonaises, et plus particulièrement des scènes peintes sur les Byōbu, les célèbres paravents japonais.

Urashima Tarô au royaume des saisons perdues de La Luciole Masquée et Fuzichoco

© nobi nobi !

Urashima Tarô au royaume des saisons perdues
de La Luciole Masquée et FUZICHOCO

Une version plus moderne de ce conte : les illustrations sont ici résolument manga. L’ambiance chromatique et les scènes illustrées sur des doubles pages donnent un aspect grandiose à l’ensemble, ce qui ravira les enfants plus âgés.
Le texte y est plus développé et prend un caractère épique. La légende est ainsi remise au goût du jour, rendant ce conte plus attrayant pour la génération actuelle.
A partir de 8 ans.

 

La légende de Momotarô de Paul ECHEGOYEN et Margot REMY-VERDIER

La légende de Momotarô de Paul Echegoyen et Margot Remy-Verdier

© Editions Ricochet

La légende de Momotarô de Paul Echegoyen et Margot Remy-Verdier

© Editions Ricochet

Superbe adaptation d’un autre classique parmi les contes japonais. Momotarô est un petit garçon né dans une pêche, et doté d’une force exceptionnelle. Convoqué par le seigneur pour aller combattre des démons, il rencontre sur son chemin des compagnons que sa générosité transforme en alliés. Modèle d’honneur et de modestie, Momotarô est un conte initiatique qui accompagne les enfants japonais dans leurs apprentissages.

Dans cette version du conte, Momotarô s’exprime à la première personne, permettant de s’identifier à ce personnage exemplaire. La grande richesse des illustrations est tempérée par l’utilisation du crayon de couleur qui apporte de la douceur et de la légèreté.

Un texte plus complexe, à partir de 8 ou 9 ans. Plus d’informations ici.

Yôkai ! de Fleur DAUGEY et Sandrine THOMMEN

Yôkai ! de Fleur Daugey et Sandrine Thommen

© Actes Sud Junior

Créatures effrayantes entre fantômes et esprits vengeurs, les yôkai sont une figure centrale de l’imaginaire japonais. Les japonais y voient une explication à des phénomènes naturels ou inexplicables, aussi divers que

Yôkai ! de Fleur Daugey et Sandrine Thommen

© Actes Sud Junior

les raz de marée, l’apnée du sommeil, la disparition mystérieuse d’un coussin, la perte des cheveux… Sujet souvent abordé dans l’Art japonais, Hokusai leur a consacré une partie de son œuvre.

Dans le livre de Fleur DAUGEY et Sandrine THOMMEN, les enfants pourront découvrir ces créatures mythiques, et les légendes qui leurs sont rattachées. Tour à tour drôles ou effrayantes, ces anecdotes seront un vrai ravissement pour les enfants dès 7 ans. Les textes sont clairs, et les illustrations permettent souvent de comprendre en un clin d’œil qui sont ces monstres qui fascinent les japonais depuis des siècles.
Attention, certaines histoires peuvent effrayer les plus jeunes !

Plus d’informations ici.

Pour aller plus loin…

De nombreux contes japonais sont adaptés en français, et l’on en trouve notamment chez l’éditeur Philippe PIQUIER. Le marchand de pêches de Yui TOGO et Le Kami de la Lune de Nathalie DARGENT, tous deux illustrés par Sandrine THOMMEN sont des contes de facture traditionnelle, réinterprétés par des auteurs contemporains.

L’éditeur Nobi Nobi ! publie également régulièrement des contes traditionnels adaptés façon manga, plus séduisant pour une génération rétive à la lecture.

 

L’Art du Japon

Longtemps, la société japonaise a vécu repliée sur elle-même, limitant la diffusion de son Art. Aujourd’hui, L’Art du Japon fait partie de l’imaginaire collectif et a été popularisé à travers différents média (cinéma, littérature, publicité…). La Grande Vague de Kanagawa d’HOKUSAI, la figure de la Geisha, les représentation du Mont Fuji en sont de bonnes illustrations. Voici trois ouvrages permettant de découvrir l’Ukiyo-e (estampe japonaise) ou “images du monde flottant”, et de s’approprier ses représentations.

Le vieux fou de dessin de François PLACE

Le vieux fou de dessin de François Place

© Gallimard Jeunesse

Un classique de la littérature jeunesse. Ce court roman illustré nous conte le quotidien de Tojiro, petit vendeur des rues, et sa rencontre avec un curieux vieil homme, qui lui fait découvrir le monde des estampes. Ce vieillard n’est autre que Katsushika Hokusai, et Tojiro fera avec lui ses premiers apprentissages.

Le vieux fou de dessin de François Place

© Gallimard Jeunesse

Récit initiatique, biographie romancée de l’incontournable artiste japonais, ce livre protéiforme de François PLACE est une magnifique ode à la création. L’auteur nous familiarise tout d’abord avec la « fabrication » d’une estampe, de l’esquisse du peintre jusqu’à sa reproduction par gravure et impression. Puis, à travers de courts chapitres richement illustrés, il nous conte l’origine de certaines des œuvres d’Hokusai. Impossible de démêler le vrai du faux à la lecture de ces récits, mais c’est sans importance, car chaque anecdote est plus savoureuse que la précédente. De plus, le roman est parsemé de reproductions d’œuvres d’Hokusai, dont certaines peu connues, que l’on découvre avec grand plaisir.

Aux côtés de Tojiro, c’est bien plus que le dessin que nous allons apprendre. Les enseignements d’Hokusai sont des principes de vie, inspirés par la contemplation, l’ouverture d’esprit, la sagesse. Appliqués au quotidien comme à la peinture, ils sont à la base de la pensée japonaise.

Ce très bel album, qui s’adresse à des enfants un peu plus âgés, entre 9 et 10 ans, a plusieurs niveaux de lectures qui font sa richesse. Le dessin au pinceau et à l’aquarelle de François PLACE est une splendeur parfaitement adaptée au contexte de l’histoire : chacune de ses illustrations pourrait être un dessin d’Hokusai.
Un incontournable.

Le maître des estampes de Thierry DEDIEU

Le maître des estampes de Thierry Dedieu

© Editions du Seuil

Un riche mandarin, cupide et impatient, commande une estampe auprès d’un artiste dont il admire le travail. Le maître des estampes accepte d’honorer la demande, à la condition qu’il dispose d’un délai de six mois.

Il s’agit d’un court récit, retraçant la genèse d’une œuvre : le maître des estampes mettra à profit ces six mois pour penser et mûrir un dessin qui sera exécuté dans un geste d’une grande spontanéité au dernier moment et sous les yeux du commanditaire.

Thierry Dedieu nous offre un aperçu des recherches préalables à l’élaboration d’une œuvre picturale. Une façon simple de prendre conscience des exigences du métier d’artiste, et de la complexité de la démarche de création.

Les dessins à l’encre de Chine et les croquis préparatoires présentés à la fin de l’ouvrage sont très beaux. Vu à travers les filtres de la complexité (maturation, recherches préalables, dessins préparatoires), le geste final représentatif d’une idée est éloquent par sa simplicité. A partir de 8 ans.

Pour aller plus loin…

DADA n°180 : Hokusai, Hiroshige et les maîtres de l’Ukiyo-e

DADA n°180 : Hokusai, Hiroshige et les maîtres de l’Ukiyo-e

© Editions Arola

Avec cet ouvrage didactique, les enfants pourront approfondir leurs connaissances sur l’univers de l’Ukiyo-e. La revue d’art DADA est en effet particulièrement appropriée pour les lecteurs à partir de 8 ans et pour les plus âgés également.

Retraçant l’histoire de l’Ukiyo-e, de son apparition à sa popularisation, qui se poursuivra par la création du manga, les enfants pourront découvrir des œuvres et des artistes emblématiques, et mieux comprendre les enjeux de l’estampe. L’histoire des estampes fait écho à celle du Japon. Le quotidien, mais également certaines croyances comme celles liées aux yôkai, sont tour à tour évoquées dans les œuvres présentées.

Les articles font le lien entre l’estampe et ses représentations dans les médias contemporains (cinéma d’animation, manga), permettant au jeune public de faire le lien avec son vécu et ses centres d’intérêt.

Enfin, des ateliers de réalisation sont proposés en fin d’ouvrage, afin d’expérimenter la technique de l’estampe chez soi.
Ce numéro spécial de la revue DADA est une formidable opportunité pour mieux comprendre et appréhender l’Ukiyo-e. Les textes sont abordables. Le choix des reproductions est original, et les références culturelles contemporaines proposent des pistes de lecture avisées et de grande qualité.

 

Au travers des différents ouvrages présentés dans cet article, nous avons abordé le quotidien des japonais, leurs contes et légendes, et l’Art des estampes. Ce premier aperçu nous donne des clés pour comprendre l’essence de la culture japonaise, entre la simplicité qui semble émaner de ce mode de vie, l’importance accordée aux petits détails du quotidien, et la complexité et la sophistication des codes et des représentations de cette culture.

L’étude des différents systèmes d’écriture, de la poésie, de la cuisine représentent autant d’occasions d’approfondir cette dualité… Et sera l’objet d’un prochain article et d’une nouvelle sélection. D’ici là partagez vos idées de livres en commentaire pour compléter ceux que nous venons de vous présenter ! 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *