La PS4 n’a pas dit son dernier mot !

Le 19 novembre sortait officiellement la dernière console de Sony, la très attendue PS5. Mais avant d’attaquer les jeux de cette nouvelle machine, êtes-vous bien sûrs d’avoir écumés tous les hits de sa grande sœur ?

La rédaction de Journal du Japon étant persuadée qu’il vous reste des pépites à explorer, voici un tour d’horizon des jeux japonais qui ont marqué les membres de l’équipe ou qui occupe une bonne place dans leur liste d’attente. En espérant que cet article puisse vous inspirer et vous donnez quelques idées de jeux à essayer sur cette bonne vieille PS4 !

PS4

Les coups de cœur de l’équipe

Yakuza 0

L’un des jeux qui m’a le plus plu et le plus marqué sur cette console est probablement Yakuza 0. Une préquelle avec une jaquette sur laquelle on voit Majima – l’un des personnages secondaires emblématiques de la série mais que je n’apprécie qu’à moitié – c’était mal parti. Mais… cet épisode, comblant les trous sur le passé de ce dernier ainsi que notre héros Kazuma KIRYU, s’avère des plus incroyables. Par ses très bons graphismes aux visages criants de réalisme (quoi qu’avec quelques défauts sur les plans lumineux), ses nouveaux styles de combat, ses personnages charismatiques, sa durée de vie assez folle et un scénario des plus captivants de la saga, cet épisode m’a finalement et totalement charmé, devenant l’un des tout meilleurs. S’il fait partie de la collection « PlayStation Hits », ce n’est pas pour rien. Un défaut, peut-être : le jeu est toujours en japonais sous-titré anglais, privant les non-initiés à ces langues d’un très, très bon soft. (Antoine)

 





Nier Automata

Nier Automata, m’a énormément marqué, pour sa richesse de gameplay, ses personnages bien écrits, son scénario terriblement touchant. C’est aussi une mise en abîme de l’art de distraire le Monde, comme une œuvre consciente d’elle-même et de sa haute portée philosophique puisant chez Descartes et Hegel.  Le soft n’appartient à aucun genre défini, mais plutôt au paradigme d’une représentation artistique totalisante, il a offert une véritable bouffée d’air frais, un moment de chaos dans la monotonie des standards éculés. Le tout servi dans une bande originale somptueuse, comme autant de combats dynamiques évoquant poésie et volupté. (Guillaume)

Nier Automata ©Square Enix, Platinum Games

Atelier Sophie : The Alchemist of the Mysterious Book

Envie d’explorer un monde relaxant, sans grand danger sous-jacent, de simplement suivre le quotidien tranquille de Sophie, l’apprentie alchimiste et ses amis ? Ce jeu est fait pour vous ! La série Atelier étant une référence du JRPG, si vous êtes fan du style et recherchez une ambiance reposante, foncez, vous ne le regretterez pas. L’originalité majeure du jeu est le système d’alchimie qui, dès le début, conditionnera votre avancement et le développement de l’équipement de vos personnages. Du côté des combats, on retrouve un système de tour par tour classique. Mais une autre spécificité du jeu tient dans son système horaire. L’heure de la journée et le jour de la semaine conditionneront les personnages disponibles, les dialogues et les ennemis rencontrés, afin d’enrichir votre expérience de jeu. Les gros points forts du jeu sont, pour moi, son ambiance musicale très relaxante et le développement constant de l’histoire entre les personnages. Un cadeau idéal pour de nombreuses heures de détente intense. (Robin)





 

My Hero Academia One’s Justice

Quand on m’a demandé quel jeu je souhaitais défendre pour la PS4 dans un article en commun avec l’équipe, j’ai pensé tout de suite au jeu My Hero Academia One’s Justice sorti en octobre 2018, mais que personne chez JDJ n’a encore chroniqué. Nous avons déjà parlé du manga, de l’anime, du film, du staff, mais pas des jeux vidéo ! Je souhaitais donc rattraper cet oubli en conseillant ce jeu très fidèle à son matériau d’origine ! Pour ceux qui connaissent le manga (ou l’anime vu que l’histoire est très proche et fidèle), vous n’aurez rien de très inédit à vous mettre sous la dent : on suit une trame principale qui n’est pas sans rappeler le début de l’histoire de MHA. En fait, c’est simple, si vous êtes friand de jeux de combat type Street Fighter, alors ce jeu pourra vous intéresser, d’autant plus si vous êtes fan de la série ! Ici on vous propose donc d’avancer en suivant un fil rouge, tout en respectant étape par étape les grands moments clés de la série originale via des combats. Un système au coup par coup vraiment fun qui vous permet d’utiliser les personnages aussi bien du côté des Héros que des Vilains ! Avouez que vous avez toujours voulu obtenir un alter à l’instar de nos héros favoris ? C’est donc un jeu de combat basé sur eux pour suivre une histoire mais aussi affronter des personnes en mode online. Un must-have pour ce genre de saga qui plait. Moi en tout cas, j’aime bien y (re)jouer de temps en temps ! (Charlène)

MY HERO ONE’S JUSTICE ©BANDAI NAMCO Entertainment

Okami HD

Okami est un jeu développé par Clover Studio et édité par Capcom. Le premier du nom sort en 2006 sur Playstation 2 avant d’être adapté sur la Wii puis d’avoir une suite, Okamiden, sur DS en 2011. C’est en 2012 que l’on redécouvre le jeu en version HD sur PS3 puis, cinq ans plus tard, sur PS4. Dans Okami, vous jouez Amaterasu, la déesse du Soleil et de la Lumière, réincarnée en un magnifique loup blanc. Réveillée par la déesse de la Flore, Sakuya, celle-ci va vous supplier de rendre ses couleurs au monde envahi par Yamata-no-Orochi, un démon que vous avez déjà terrassé par le passé et qui tente de faire de nouveau régner les ténèbres sur Terre.

Si l’on attend avec impatience que Capcom veuille bien nous donner des nouvelles sur un véritable deuxième opus (le jeu DS était assez anecdotique et n’a pas eu le même engouement que le premier), c’est parce que l’original a tout pour plaire. Des graphismes dans la plus pure tradition calligraphique japonaise, avec des décors et des personnages dessinés au pinceau, une musique inoubliable, une histoire prenante qui reprend la mythologie japonaise, et qui comprend énormément d’humour et de personnages mémorables. Et surtout un gameplay original !





Le principe d’Okami est donc que vous redonniez des couleurs à un monde emprunt aux ténèbres après la libération de Yamata-no-Orochi. Avec l’aide d’Issun, l’artiste errant, une espèce de sauterelle, vous allez devoir utiliser les différentes techniques du pinceau céleste pour tuer les yokai qui se mettent sur votre chemin, fleurir à nouveau les arbres et les buissons. Et c’est littéralement ce que vous allez devoir faire : utiliser un pinceau ! Même si la mécanique semblait plus adaptée pour la manette de Wii, ils ont réussi sur Playstation 4 à adapter l’utilisation du pinceau pour que cela reste jouable. En bref, un must à essayer absolument avant de mettre la main sur la PS5 ! (Camille)

Bloodborne

Bloodborne, le jeu qui m’a fait aimer mourir. Expérience cauchemardesque à tous les niveaux, le premier inédit venant d’Hidetaka Miyazaki de cette génération, m’a scotché pendant des heures. Une ambiance sombre, que Castlevania jalouserait s’il n’était pas déjà culte depuis Mathusalem, un souffle épique qui me hante encore du frisson de la victoire. Pas de doute, la saison de la Chasse à Yarnham, ce n’est pas de la gallinette, c’est rouge sang, et mystique comme un roman de H.P Lovecraft. (Guillaume)





Metal Gear Solid

La PS4 n’était pas seulement pour les joueurs l’opportunité de découvrir de nouveaux univers vidéoludiques. Le Psnow qui permet de télécharger et streamer des jeux a offert et offre toujours l’occasion de se plonger dans d’anciennes licences en réunissant de nombreux jeux de l’ère PS3 et de rares jeux PS2. C’est par exemple le parfait moyen pour se mettre au Metal Gear Solid, saga culte de Tactical Espionnage Action chapeautée par Hideo KOJIMA.

METAL GEAR SOLID V: THE PHANTOM PAIN

METAL GEAR SOLID V: THE PHANTOM PAIN ©Konami Digital Entertainment

Malgré l’absence remarquée du premier volet de la saga Solid, sorti à l’origine sur PS1 en 1998, le PSnow dispose tout de même de l’intégralité de la série (hors spin-off mineurs) avec la Metal Gear HD Collection regroupant MGS 2, MGS 3 et MGS Peace Walker, MGS 4 et bien sûr le diptyque MGS V Ground Zeroes et MGS V. Vous pouvez même toucher aux deux premiers Metal Gear, sortis sur MSX en 1987 et 1990, qui sont jouables sur la version de MGS 3 proposée dans la HD Collection.

Mais cessons les énumérations, pourquoi jouer à MGS ? Au delà de se limiter à de simples jeux d’infiltration aux intrigues politiques compliquées, les MGS font parti de ces jeux qui ont compris comment utiliser le jeu vidéo pour raconter une histoire propre au médium. On peut bien sûr reprocher certaines choses à la saga comme son gameplay lourd (mais unique) ou des soucis de rythme ou d’écriture. Mais je ne peux que vous encourager à vous essayer à cette saga et l’offre disponible sur PS4 est parfaite pour se lancer. (Elliot)

 

A nos actes manqués…

Dragon Quest

S’il y a bien une saga de jeux que j’aurais voulu tester sur PS4, c’est celle des Dragon Quest. Entre la sortie de Dragon Quest XI : les combattants de la destinée, en juillet 2017 et les deux jeux Dragon Quest Heroes (sortie en 2015 et 2017), nous avons été servis sur cette saga au niveau de la PS4. Et je ne vous parle même pas des Dragon Quest Builders. Bref, je m’égare ! Mais moi les jeux de rôle, type JRPG, ça me botte assez, habituellement, et les DQ ne font pas exception (j’y joue depuis bien longtemps maintenant). Faute de temps et d’argent je n’ai donc pas pu découvrir le dernier DQ alors même que son créateur a annoncé travailler sur le XII en début d’année ! Peut-être sur la PS5, qui sait ? En tout cas, ce sont des univers toujours très marqués qui me fascinent même si la trame générale reste clairement la même. Toutefois, on observe depuis quelques années une évolution dans le design, un peu moins typé Akira TORIYAMA (même si la patte reste présente). De plus, les scénarii arrivent à se renouveler aussi constamment. On s’attache toujours aux héros et les musiques sont vraiment immersives, un moment hors du temps donc ! Mon seul regret PS4 alors que la PS5 débarque déjà. (Charlène)





The Legend of Heroes: Trails of Cold Steel III

Nouvel épisode d’une série de JRPG reconnue, que j’aurais beaucoup aimé tester, Trails of Cold Steel III est un JRPG au tour par tour prenant place dans un contexte académique avec une forte orientation mécha. Le jeu promet une centaine d’heures d’exploration, de combats et de découverte d’un univers riche, de nombreux dialogues et personnages avec des graphismes propres pour un JRPG. S’il semble préférable de jouer aux épisodes précédents de la série pour apprécier le jeu au maximum, il reste néanmoins parfaitement appréciable de manière isolé. Pour en apprendre davantage sur cette saga, jetez un œil à notre article concernant la récente conférence de NIS America, qui nous présentait le 4e opus de la série ! (Robin)





Hatsune Miku Project Diva Future Tone

Etant grand fan de Hatsune Miku et sa bande depuis ma découverte fracassante des jeux de rythme Project Diva, je ne pouvais qu’avoir envie de me mettre au gigantesque Future Tone, collection de toutes les chansons déjà sorties dans les épisodes précédents – soit plus de deux-cent trente morceaux. Malheureusement, la collectionnite étant ce qu’elle est, le prix de ce jeu sorti uniquement en dématérialisé – donc pas de boîte à mettre à côté des épisodes PSP, PSVita et PS3 – m’a toujours empêché de passer le pas. Pourtant, un tel jeu est juste collector pour n’importe quel fan possédant la PS4, et sa seule démo sur le PS Store suffit à m’enthousiasmer. Alors, peut-être qu’un jour je me déciderai… en attendant, il est toujours possible de redémarrer la grande sœur PS3 pour profiter des jeux précédents. (Antoine)

AI the Somnium Files

En dehors d’un simple jeu, c’est tout une saga que vous devriez découvrir : les Zero Escape. C’est à Spike Chunsoft, créateur de la franchise Danganronpa ou des cinq premiers Dragon Quest (rien que ça !) que nous devons la série des Zero Escape. Le but du jeu est aussi simple qu’une escape room : vous êtes coincés dans une pièce, sur une île, dans un bunker et, avec les indices laissés par votre kidnappeur, vous devez sortir avant la fin du temps imparti. Vous devez résoudre différentes petites énigmes et récupérer divers objets qui vous permettront de vous évader. La particularité de AI the Somnium Files, en dehors du fait que, contrairement aux autres titres de la saga, il n’a pas « Zéro Escape » dans son titre, est qu’il ne faut pas s’échapper d’un lieu mais résoudre une enquête, tout en gardant le même aspect puzzle game que les autres. Si cela vous a convaincu, nous ne pouvons que vous conseiller de ne pas oublier de bien prendre des notes lorsque vous jouez à ces jeux et de surtout bien regarder partout ! Bonne chance, Sherlock ! (Camille)





13 Sentinels

Loin des prouesses techniques, le studio de développement Vanillaware se concentre, depuis ses premiers jeux dans les années 2000, sur une recherche esthétique 2D unique. Avec leurs graphismes entre peinture, style anime et conte pour enfant, on reconnaît directement la patte du studio qui, au-delà de son esthétisme, n’oublie jamais de fournir des gameplay solides souvent d’inspiration JRPG. Bien que Vanillaware nous ait habitué à des univers médiévaux fantastiques ou ressemblant, 13 Sentinels : Aegis Rim, son titre le plus récent sorti mondialement en novembre 2020 et exclusif à la PS4, s’écarte de sa ligne éditoriale. Exit les dragons, les épées ou les fées, Vanillaware nous propose ici une histoire de Science-Fiction complexe entre plusieurs époques et même des robots ! 13 Sentinels est avant tout un Visual Novel mais il propose un gameplay style tactical rpg où le joueur contrôle les engins mécaniques en vue de dessus lors d’affrontement. Le changement de genre ne veut pas heureusement pas dire changement de style : l’esthétique 2D soignée signature de Vanillaware est toujours présente, et elle ferait même rougir de jalousie un Octopath Traveler. 13 Sentinels a tout l’air d’être une excellente expérience avec une histoire complexe partagée entre le point de vue de nombreux protagonistes. Point extra-positif : le jeu propose une traduction en français, ce qui est très rare pour les visual novel et donc très appréciable pour le confort de lecture (Elliot)

13 Sentinels: Aegis Rim

13 Sentinels: Aegis Rim ©Vanillaware ©Atlus

Ainsi, comme nous avons pu le voir à travers l’expérience des différents membres de l’équipe JDJ, les jeux qui ont marqués la PS4 sont principalement des jeux d’aventures et des J-RPG. Sans grande surprise évidemment, car le RPG est comme vous le savez, assez emblématique des jeux japonais. Ce dernier est cependant représenté dans toutes ses variantes et richesses de gameplay qu’elles peuvent proposer. Du A-RPG de Nier Automata, au plus classique RPG au tour par tour de Atelier Sophie, en passant par le terrible Bloodborne et son système punitif de Die&Retry. 

Et vous, quels sont pour vous les jeux les plus marquants de cette console ? Dîtes le nous en commentaire !

1 réponse

  1. Sadakiyo dit :

    Death Stranding, le jeu de dingue !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimerez aussi...