Erreur de la base de données WordPress : [INSERT, UPDATE command denied to user 'paorujdj'@'10.10.40.4' for table 'jdj_wfConfig']
INSERT INTO jdj_wfConfig (name, val, autoload) values ('lastPermissionsTemplateCheck', '1632287043', 'yes') ON DUPLICATE KEY UPDATE val = '1632287043', autoload = 'yes'

Erreur de la base de données WordPress : [INSERT, UPDATE command denied to user 'paorujdj'@'10.10.40.4' for table 'jdj_wfConfig']
INSERT INTO jdj_wfConfig (name, val, autoload) values ('previousWflogsFileList', '[\"config-synced.php\",\"rules.php\",\"attack-data.php\",\"GeoLite2-Country.mmdb\",\"config.php\",\"config-livewaf.php\",\"template.php\",\"ips.php\",\".htaccess\",\"config-transient.php\"]', 'yes') ON DUPLICATE KEY UPDATE val = '[\"config-synced.php\",\"rules.php\",\"attack-data.php\",\"GeoLite2-Country.mmdb\",\"config.php\",\"config-livewaf.php\",\"template.php\",\"ips.php\",\".htaccess\",\"config-transient.php\"]', autoload = 'yes'

Erreur de la base de données WordPress : [INSERT, UPDATE command denied to user 'paorujdj'@'10.10.40.4' for table 'jdj_options']
INSERT INTO `jdj_options` (`option_name`, `option_value`, `autoload`) VALUES ('_transient_doing_cron', '1632287044.1270849704742431640625', 'yes') ON DUPLICATE KEY UPDATE `option_name` = VALUES(`option_name`), `option_value` = VALUES(`option_value`), `autoload` = VALUES(`autoload`)

Bilan mi-saison japanime : Printemps 2021 - Animation

Erreur de la base de données WordPress : [INSERT command denied to user 'paorujdj'@'10.10.40.4' for table 'jdj_wfHits']

Bilan mi-saison japanime : Printemps 2021

La saison japanime de ce printemps entre dans sa dernière ligne droite, les épisodes s’accumulent chaque semaine, les climax s’enchaînent… Vous arrivez à suivre ? Mais êtes vous bien sûr de n’avoir rien loupé en faisait votre sélec de la saison, ou d’avoir abandonné un peu trop vite une petite perle cachée ?

Comme il n’est jamais trop tard pour rattraper un oubli, l’équipe de Journal du Japon vous propose donc son bilan de mi-saison. Au programme : coups de cœur, suites à la hauteur et bonnes surprises à découvrir !

2021-05 - Mi-saison Japanime Printemps

 

Les coups de cœur de la rédac

86 Eighty-Six – Crunchyroll

86 - CrunchyrollImpressions de l’équipe :

  • Alexis : 🤩
  • Tanja : 😍😍
  • Amine : 🤩😍
  • Mick : 😍

Le verdict de Alexis : À l’origine de quelques-uns des gros succès des années précédentes, A1 Pictures est un studio qu’on ne présente plus et qui, de Sword Art Online à Kaguya-sama : Love is war en passant par Your Lie in april ou Erased, s’est illustré dans tous les genres : action, comédie, drame ou thrillers. Un savoir-faire dont profite largement leur nouveau projet, 86 Eighty-six, adaptation en onze épisodes d’un light novel de Asato Asato. Histoire racontant, sur fond de racisme, le conflit entre deux pays, l’animé joue en effet sur plusieurs tableaux et est tout autant un étouffant récit de guerre que la peinture d’une société corrompue jusqu’à la moelle ou même une touchante tranche vie.

Si l’idée de base – la ségrégation d’une partie de la population utilisée comme chair à canon – n’a rien d’original, c’est dans sa construction que l’animé se démarque. S’appuyant sur des épisodes divisés en deux parties, l’une consacrée aux soldats désabusés sur le front, l’autre à leur commandante ingénue et idéaliste les dirigeant depuis l’abri et le confort de la capitale, la série joue sur une série de contrastes qui lui permettent de dépasser ses personnages convenus et de raconter bien plus qu’un conflit militaire. Tour à tour mélancolique, amusante, douce-amère, profondément révoltante, voire déchirante, elle brille avant tout lorsqu’elle se détache de la guerre pour s’intéresser à ceux qui la font. Lorsqu’elle cherche à dépeindre, plus que les conflits, les moments de grâce et ceux de désespoir absolu, qui les précèdent et les suivent.

 

To Your Eternity – Crunchyroll / ADN

To Your Eternity - Crunchyroll-ADNImpressions de l’équipe :

  • Alexis : 🤩
  • Jean-Baptiste : 😍
  • Tanja : 😍
  • Amine : 🤩
  • Mick : 😀

Le verdict de Alexis : Ceux qui l’ont vu s’en sont certainement rendu compte, le premier épisode de To Your Eternity, série adaptée d’un manga de Yoshitoki ŌIMA, l’auteur à l’origine de A Silent Voice, était un immense moment d’animation. De la musique à la mise en scène d’un monde désespérément vide et désert, ses quelques vingt minutes étaient chargées d’une émotion proprement étouffante, donnant à voir la vie et les rêves d’un personnage solitaire et anonyme.

Le reste de l’animé, dont Crunchyroll a déjà diffusé chez nous huit des vingt épisodes prévus, est certainement moins intense. Néanmoins, récit du voyage d’un être immortel et de son éveil à l’humanité, il n’en reste pas moins une magnifique histoire traversée par quelques moments déchirants. Une belle épopée dans un monde plein de mystères, et portée autant par une mythologie dont la profondeur commence à peine à se dévoiler, que par des personnages féminins forts et marquants. Finalement, c’est aussi une série qui vaut pour son personnage principal, Imm, être dont on ne sait encore pas grand-chose, mais attachant malgré tout. D’abord parce qu’il rayonne d’une labrador-energy attendrissante. Mais aussi parce que, malgré les secrets de son origine, il y a déjà dans sa découverte de l’humanité et du monde qui l’entoure quelque chose de bouleversant, que To Your Eternity n’échoue jamais à représenter et mettre en scène.

 

Tokyo Revengers – Crunchyroll

Tokyo Revengers - CrunchyrollImpressions de l’équipe :

  • Mick : 🤩
  • Tanja : 😍
  • Alexis : 😍
  • Amine : 😁

Le verdict de Mick : Tokyo Revengers a été à la fois une bonne et une mauvaise surprise. Une mauvaise tout d’abord, car on reprenait le concept de voyage temporel dans un contexte de guerre de gangs. Pour avoir déjà vu Steins;Gate et Erased auparavant, cette nouvelle série m’a paru fade en voyant le tout premier épisode. Mais j’ai revu ma position rapidement en regardant les épisodes suivants, qui nous ont appris à mieux connaître le personnage principal, Takemichi, un jeune adulte de 26 ans ayant l’impression d’avoir raté sa vie.

Alors qu’il apprend la mort de son ex-petite-amie, Takemichi est victime d’un accident qui le ramène 12 ans en arrière. Une aubaine pour lui car il lui est désormais possible de sauver son ex-petite amie, mais il devra pour cela se mêler des affaires du Tokyo Manji-kai, le gang le plus influent de Tokyo.

Tokyo Revengers est un animé vraiment plaisant à regarder car le personnage principal se trouve confronté à un obstacle qu’il n’est à priori pas en mesure de surmonter. Il se retrouve souvent dans des situations désespérées et ces dernières ne se résolvent pas forcément grâce à lui. On apprend à connaître le monde impitoyable des gangs tout en gardant un solide ancrage dans la réalité. En somme, ce n’est que du plaisir pour le spectateur.

 

Vivy -Fluorite Eye’s Song- – Wakanim

Vivy - WakanimImpressions de l’équipe :

  • Amine : 🤩😍
  • Jean-Baptiste : 😃
  • Tanja : 😕

Le verdict de Jean-Baptiste : Après Re: Zero, Tappei NAGATSUKI revient sur le devant de la scène avec une série originale, pour notre plus grand plaisir ! Il est cette fois question d’un futur assez lointain où les artilects, des androïdes très avancés technologiquement, sont devenus très courants… Et exterminent l’humanité ! Une intelligence artificielle, Matsumoto, est alors envoyée dans le passé pour empêcher que cela n’arrive en collaborant avec la première artilect indépendante, Diva, également surnommée Vivy.

Jusque-là, ce scénario est loin d’être particulièrement original, avec son plan visant à désamorcer la guerre à venir en modifiant l’histoire à des moments clés, mais on se laisse malgré tout rapidement prendre au jeu à mesure que les interventions de Matsumoto nous éloignent de la timeline originelle et nous plonge dans l’inconnu. Chaque segment soulève des problématiques plus ou moins originales aux conséquences souvent intéressantes, et l’évolution de Vivy, en tant que chanteuse aussi bien qu’en temps que « personne », est également très touchante.

Pour ce qui est de l’aspect visuel, on est pour l’instant au-delà du sans-faute. WIT Studio arrive à proposer des scènes d’action époustouflantes tout en exploitant avec beaucoup de talent l’aspect « artificiel » des artilects. S’ils paraissent humains dans les plans larges, l’aspect trop lisse de leur chair, la froideur mécanique de leur regard nous frappe de plein fouet. Un véritable tour de force. Bref, entre son histoire prenante et son animation très qualitative, Vivy – Fluorite Eye’s Song – est pour moi l’une des excellentes surprises de cette saison.

 

Super Cub – Wakanim

Super Cub - WakanimImpressions de l’équipe :

  • Julien : 🥰
  • Charlène : 😍
  • Amine : 🥰
  • Tanja : 😍

Le verdict de Julien : Koguma est une fille qui n’a rien, ni parents, ni amis, pas d’argent, de hobby ou d’aspiration… Elle mène une vie réglée, routinière, morne. Jusqu’au jour où, pour faciliter ses trajets en vélo jusqu’à son lycée, elle décide sur un coup de tête de s’acheter un deux roues motorisé. Avec son petit budget, elle ne peut guère qu’opter pour une occasion et tombe sur… un Honda Super Cub. C’est alors qu’un tout nouvel horizon s’offre à elle !

Super Cub est un anime pour le moins atypique. Une sorte de tranche de vie, mais sans vocation humoristique, pas vraiment feel good, ni même dramatique… Il y a peu de personnages, peu de dialogues, pas d’action… Il s’en dégage pourtant une ambiance toute particulière.

Koguma vit seule, on ignore pourquoi, et ce n’est pas ce qui compte. L’important c’est sa rencontre avec son Super Cub, et la façon dont celui ci va lui ouvrir des voies, au sens propre comme au figuré, qui lui étaient inaccessibles auparavant. Et ainsi illuminer son existence, littéralement. C’est d’ailleurs ici que la magie opère. Car plus que par son animation somme toute très simple, c’est par sa direction artistique que la série se démarque. Grâce à ses décors et environnement somptueux de détails d’abord, mais aussi grâce à sa musique dominée par les notes de piano, ou cette façon dont les couleurs se font parfois plus vives pour répondre aux émotions de l’héroïne. Bien que peu expérimenté, le tout jeune Studio Kai rend donc une copie tout à fait charmante.

Moins loufoque et moe qu’un Yuru Camp, Super Cub fait donc aussi partie de ces animes qui se démarquent de la production courante par leur ambiance unique et attachante, douce et réconfortante, tout en nous faisant découvrir une activité qui peut changer la vie. Doublée ici d’une véritable lettre d’amour au fameux Super Cub de Honda.

 

Les nouveautés à ne pas manquer

Les combattants seront déployés – Wakanim

Les combattants seront déployés - WakanimImpressions de l’équipe :

  • Jean-Baptiste : 🤩🤣
  • Amine : 🤣🤩
  • Tanja : 😃
  • Julien : 🤯😄

Le verdict de Jean-Baptiste : Avec son titre commun au possible, je n’attendais absolument rien de Les combattants seront déployés, j’ai même cru à l’une de ces séries lambda comme on en voit à chaque saison… Et la surprise a été totale ! Derrière son pitch basique, celui de l’employé d’une société secrète maléfique envoyé sur une autre planète pour y établir une base, se cache en fait une histoire dont les personnages détruisent à mains nues toute tentative de développement sérieux, et ce dès les premières minutes du premier épisode ! Cette série se moque d’elle-même et des poncifs du genre, et soyons honnêtes, c’est vraiment très drôle !

Son schéma narratif, centré sur un groupe de protagonistes un peu bons à rien, n’est pas sans rappeler Konosuba… Et pour cause, puisque cet animé est en fait adapté de la seconde série de son auteur, Natsume AKATSUKI ! Sans égaler les mésaventures de Kazuma et d’Aqua, N°6 et ses amis offrent malgré tout de bons moments de franche rigolade. Si vous êtes à la recherche d’une série un peu bête pour rire un bon coup, alors foncez !

 

Shadows House – Wakanim

Shadows House - WakanimImpressions de l’équipe :

  • Amine : 🤩😍
  • Charlène : 🤩
  • Tanja : 😃

Le verdict de Amine : Malgré un catalogue moins fourni que la saison passée, Wakanim nous offre l’une des pépites de la saison avec l’adaptation du manga Shadows House ! Cette série se démarque en nous proposant un pitch assez original avec Emilico, une jeune poupée vivante qui doit devenir la domestique et le “visage” de Kate, l’une des jeunes filles des Shadow, une famille aristocratique qui a pour particularité d’être fait de suie. C’est ainsi qu’on va suivre leur quotidien dans le manoir des Shadow, un quotidien qui sous ses airs bon enfant cache de lourds secrets et une violence digne de l’ère victorienne !

Cette histoire insolite est sublimée par l’animation de CloverWorks, qui respecte assez bien l’atmosphère du manga. Et comme si ça ne suffisait pas, l’ost et les génériques apportent une certaine ambiance qui colle parfaitement à la série, sans oublier l’ending de ReoNa qui est l’un des meilleurs de la saison. Shadows House est donc l’anime à ne pas manquer durant ce printemps !

 

Farewell, My Dear Cramer – Crunchyroll

Farewell My Dear Cramer - CrunchyrollImpressions de l’équipe :

  • Charlène : 😍😍
  • Amine : 🤩
  • Mick : 😀
  • Tanja : 😴

Le verdict de Mick : Un vent de fraîcheur souffle sur le monde des animés de football. En effet, Farewell my dear Cramer est la toute première adaptation d’un manga de football féminin. La série suit le quotidien de Sumire Suo, une lycéenne qui évolue dans l’équipe des Wallabis. Si on a droit bien sûr aux matchs, c’est surtout le quotidien des joueuses qui est mis en avant.

La popularité du football féminin, le manque de moyens investis et la comparaison vis-à-vis du football masculin sont autant de problématiques qui sont abordées dans la série qui, contrairement à Olive et Tom ou L’école des champions, propose une version animée réaliste du sport le plus populaire de la planète. Une belle découverte à suivre pour tous les passionnés du ballon rond.

 

Those Snow White Notes – Crunchyroll

Those Snow White Notes - CrunchyrollImpressions de l’équipe :

  • Tanja : 😍😍
  • Amine : 🤩

Le verdict de Tanja : Those Snow White Notes est un manga de Ragawa MARIMO inédit en France et publié au Japon depuis mai 2010 dans le Gekkan Shōnen Magazine. Il compte pas moins de 27 tomes et la publication est toujours en cours.

Matsugorô Sawamura était un joueur de shamisen au talent légendaire. À sa mort, son petit-fils, Setsu Sawamura, a perdu sa capacité à jouer. Ne parvenant pas à retrouver le rythme et la mélodie qu’il aimait, Setsu se rend à Tokyo à la recherche d’une nouvelle inspiration. Yuna Tachimura l’invite à rejoindre le club de shamisen de son lycée afin de poursuivre son entraînement.

Au Japon on dit souvent que les sons ont une couleur, et Setsu Sawamura n’en a plus, ou plus précisément il la cherche. Il voudrait avoir le même son que son grand-père mais ce dernier est décédé, il ne peut donc plus l’entendre. De toute façon, ce dernier le poussait à avoir son propre son. Il va devoir faire un grand travail sur lui-même pour le trouver. Son entourage sent bien qu’il a un potentiel énorme mais qu’il est étouffé dans l’œuf par ses doutes. Sawamura et ses camarades vont mutuellement se tirer vers le haut. Si le jeune homme peut paraître bien plus adulte que ses camarades, il n’empêche qu’il lui reste bien des choses à apprendre.

C’est très agréable d’écouter du shamisen, mais aussi d’en apprendre plus sur cet instrument traditionnel. L’histoire peut paraître classique au premier abord, cependant elle est écrite avec virtuosité.

 

Backflip!! – Crunchyroll

Backflip - CrunchyrollImpressions de l’équipe :

  • Tanja : 😍😍
  • Charlène : 🤩

Le verdict de Tanja : Backflip!! est un anime original du studio ZEXCS diffusé dans la case horaire Noitamina de Fuji TV. En 2021, 10 ans après le grand tremblement de terre du Tōhoku, la Fuji TV collabore avec Aniplex pour produire des animes se déroulant dans les trois préfectures touchées : Iwate, Miyagi (Backflip!!) et Fukushima. Le Zutto Ouen Project 2011+10 comptera donc la série Backflip!! et deux autres films.

Lorsqu’il a découvert la gymnastique masculine en groupe à la fin de ses années collège, Shôtarô est tombé amoureux de cette discipline. Voilà pourquoi il a rejoint le lycée privé Sôshûkan. Malgré les difficultés, les rivalités et la frustration, cette pratique nécessite d’avoir la même passion au sein d’une équipe et Shôtarô y consacre toute son énergie.

Au premier abord, on pourrait croire que le Japon nous a encore inventé un sport qui n’existe pas et pourtant… En Europe, il n’y a qu’en Espagne que la gymnastique rythmique a un championnat masculin, mais c’est bien entendu au Japon que la discipline est la plus pratiquée ! Backflip!! s’est inspiré d’une équipe masculine composée de lycéens. Ce qui fait la force de cet anime, ce sont ses personnages très attachants dont le design a été créé par ROBICO (Le garçon d’à côté, Nos précieuses confidences), mais aussi l’animation particulièrement bien soignée de ce sport.

Voici donc un anime qui permet de dépasser bien des préjugés avec un sport atypique et une histoire totalement feel good.

 

Les suites qui assurent le spectacle

Fruits Basket Saison 3 – Wakanim / ADN

Fruits Basket 3 - Wakanim-ADNImpressions de l’équipe :

  • Charlène : 😍😍
  • Tanja : 😍
  • Amine : 🤩😍

Le verdict de Charlène : S’il y a bien une série dont je rêvais de voir la fin en animé, c’est bien de Fruits Basket dont il est question. Après avoir obtenu une première version de l’animé au début des années 2000, on avait été ravi d’apprendre la production d’un reboot avec cette fois la totalité de la série adaptée, que l’on doit au studio TMS Entertainment.

Nous en sommes enfin à la troisième et dernière saison sur Wakanim, intitulé The Final Season, et pour cause ! L’anime est entré dans la dernière ligne droite de l’œuvre originale dessinée et scénarisée par Natsuki TAKAYA. Thoru, Kyo, Yuki et tous les autres Soma se retrouvent un peu au bout du chemin. La malédiction des douze signes du zodiaque semble petit à petit s’estomper pour laisser place à un espoir diffus. Tout est chamboulé dans l’esprit et le cœur de nos héros, et particulièrement dans celui de Thoru et d’Akito pour qui tout semble s’effondrer. Thoru arrivera-t-elle à faire face à ses sentiments et à les affronter ? Akito arrivera-t-il à comprendre que rien n’est immuable ? Les douze signes pourront-ils trouver une sorte de liberté ? Et Kyo, sera-t-il enfermé comme prévu depuis longtemps ou vivra-t-il au grand jour ?

Le temps s’accélère et l’animation reste de toute beauté, gardant en haleine les spectateurs. On a hâte d’en voir le bouquet final. L’une des meilleures adaptations du moment que je recommande fortement.

 

SSSS. Dynazenon – Wakanim

SSSS Dynazenon - WakanimImpressions de l’équipe :

  • Elliot : 😍
  • Tanja : 😍

Le verdict de Elliot : Près de 3 ans après le merveilleux SSSS. Gridman (disponible sur Wakanim seulement depuis l’année dernière), SSSS. Dynazenon lui succède et est toujours autant ex-SSSS-eptionnel.

Gridman est à l’origine un obscur tokusatsu sorti au début des années 90, période où Tsuburaya Production, les papas de Ultraman, cherchaient à redéfinir leur identité. En 2018, Akira AMEMIYA, réalisateur du studio Trigger et grand fan de tokusatsu, réalise l’anime SSSS. Gridman qui reprend certaines idées et thématiques de la série originale pour créer quelque chose de neuf, sans oublier bien sûr les nombreuses références que les fans de la série originale auront plaisir à repérer. SSSS. Dynazenon est donc la nouvelle série du bien nommé Gridman Universe, avant de la regarder il est bienvenu (et très fortement conseillé) de regarder SSSS. Gridman, voire le tokusatsu Gridman d’origine pour les plus courageux qui ne veulent rien louper.

Ce nouvel opus débute par l’arrivée en ville de Gauma, jeune (?) homme étrangement habillé se réclamant contrôleur de monstres, et par sa rencontre avec Yomogi Asanaka, lycéen ordinaire. La ville est rapidement attaquée par un monstre géant contrôlé par le mystérieux groupe des eugénistes des monstres. Yomogi, Yume Minami, elle aussi lycéenne, et Koyomi Yamanaka, chômeur de 30 ans, se retrouvent embarqués par Gauma à bord du Dynazenon, robot géant composé de 4 parties autonomes pouvant se combiner. Ils devront alors protéger leur ville des monstres géants, tout en réglant leurs propres problèmes intimes.

SSSS. Dynazenon est une superbe série combinant parfaitement les scènes d’actions sur-vitaminées presque induite par la présence de robots géants, aux scènes tout en subtilité d’introspection et de dialogues entre les personnages durant les phases de repos entre les attaques, où l’anime traite de sujets sensibles comme le harcèlement scolaire, le suicide d’un proche ou la peur de grandir. Sans oublier l’opening épique et les superbes compositions de Shiro SAGISU (Evangelion, Bleach) avec des chœurs en latin chantant le nom de Dynazenon. À regarder absolument donc !

 

Zombie Land Saga Revenge – Crunchyroll

Zombie Land Saga Revenge - CrunchyrollImpressions de l’équipe :

  • Amine : 😁
  • Tanja : 😃

Le verdict de Amine : Après quasi 3 ans d’attente, alors que leur musique commençait à manquer à nos oreilles, le groupe d’idoles Franchouchou revient encore plus fort sur Crunchyroll. Enfin pas si sûr… Alors que nous avions laissé nos chères zombies gagner en popularité à la fin de la saison 1, nous les retrouvons dans cette saison 2 au bord du gouffre…

En effet nos starlettes d’amour ont subi le plus grand échec de la pop musique japonaise en faisons un énorme bide durant leur concert à l’EFS : sur 30 000 entrées potentielles, seules 500 places ont été vendues. Résultat ? Une énorme dette à rembourser et une dépression pour Kotaro. Une situation compliquée que le groupe va devoir redresser, toujours soutenu par une belle animation de la part du studio MAPPA, notamment lors des concerts accompagnés de musiques toujours aussi bien chantées, qui parfois donnent envie d’assister à des concert IRL des Franchouchou !!

 

Megalobox 2 Nomad – Wakanim

Megalobox 2 Nomad - WakanimImpressions de l’équipe :

  • Jean-Baptiste : 😃

Le verdict de Jean-Baptiste : Ayant plutôt bien apprécié la première saison, c’est avec plaisir que j’ai découvert ce second arc, bien plus sombre que le précédent. Là où cette adaptation assez libre du manga Ashita no Joe était au départ principalement tournée vers le futur, dans l’espoir d’un lendemain meilleur, Nomad est cette fois-ci très largement tournée vers le passé. Abandonné de tous, hanté par un deuil qu’il n’arrive pas à faire, Joe touche le fond et se relève grâce à Chief, un autre megaloboxeur. Le voir refaire surface, se confronter à ses démons et faire enfin la paix avec lui-même est extrêmement touchant.

Nomad est également l’occasion de comprendre la portée qu’à pu avoir la victoire de Joe et d’aborder brièvement un certain nombre de sujets très modernes, comme l’immigration, l’intégration, et bien sûr, dans la continuité de tout cela, le racisme. Megalobox garde cependant un rapport assez étroit au transhumanisme, cette fois-ci élevé à un autre niveau avec son « Brain Encoding System », qui n’est d’ailleurs pas sans évoquer le Neuralink d’Elon Musk…

Dans l’ensemble, la série offre quelques beaux combats mais est surtout axée autour de la reconstruction de Joe et la façon dont il renoue avec la vie et avec ses anciens amis. Cette seconde saison est très sympathique à regarder et arrive à se montrer surprenante sur certains points. Vous pourriez être déçus si vous vous attendez à un retour en grandes pompes de Gearless Joe, mais le ton est donné dès le titre… Gearless Joe appartient au passé, Nomad au présent. Quant au futur…

 

Les outsiders qui valent le détour

Oddtaxi – Crunchyroll

Oddtaxi - CrunchyrollImpressions de l’équipe :

  • Elliot : 😃
  • Tanja : 😃
  • Amine : 🙂

Le verdict de Elliot : Plus discrètement que d’autres gros titres de la saison, Oddtaxi fait son petit bonhomme de chemin tout en douceur dans une intrigue qui s’enfonce de plus en plus dans les recoins sombres des sociétés ani-humaines. Eh oui ! Encore un anime sur des animaux anthropomorphes ! Odokawa, chauffeur de taxi morse, mène une vie solitaire sans embêter personne. Mais son métier lui fait rencontrer de nombreux personnages tous plus loufoques les uns que les autres et il se trouvera rapidement mêlé contre son gré à des affaires criminelles s’installant insidieusement dans son quotidien.

Malgré le pitch qui aurait pu annoncer un format simple de rencontres et discussions entre Odokawa et ses clients, le spectateur se voit transporté dès le premier épisode dans les réseaux complexes des relations de la pègre et ne s’enfoncera que plus profondément à l’intérieur au fil des épisodes. Au programme : monde des idols, racket, trafic de stupéfiants, chasse à l’homme, addiction au jeu mobile (eh oui !), et autres « joyeusetés ».

Un très bon anime en somme, peut-être un peu trop touffu pour être suivi semaine par semaine sans se perdre dans les nombreux personnages. Servi en plus par un opening au superbe visuel et à la musique sympathique, que nous vous conseillons vivement d’aller écouter.

 

Higehiro – Crunchyroll

Higehiro - CrunchyrollImpressions de l’équipe :

  • Tanja : 😃
  • Amine : 😃

Le verdict de Tanja : After Being Rejected, I Shaved and Took in a High School Runaway raccourci en Higehiro (Hige o Soru. Soshite Joshi Kōsei o Hirou.) est un light novel de cinq tomes écrit par Shimesaba et illustré par booota. Le compte officiel de la franchise a révélé en mars 2021 que le light novel et le manga comptabilisent 1,5 millions d’exemplaires vendus.

Yoshida, 26 ans et salarié dans une grande entreprise, a passé sa soirée à noyer son chagrin après une rupture sentimentale tout particulièrement difficile. Il a été rejeté par sa collègue de travail qui lui dit avoir déjà un petit ami. En rentrant chez lui, il tombe sur une lycéenne accroupie dans le noir. Sayu lui explique qu’elle a fugué et qu’elle n’a pas de toit. Il décide de l’héberger pour la nuit.

Quand on lit le résumé pour la première fois, il est normal d’être dubitatif. Une mineure fugueuse, un salaryman qui l’héberge… On marche sur des œufs durant les premiers épisodes. Pourtant, Yoshida reste droit dans ses bottes alors que la jeune fille, elle, n’y verrait pas vraiment de mal à payer en nature pour l’hébergement. Elle l’a déjà fait par le passé et elle ne semble pas avoir pris conscience que ce n’était pas la bonne chose à faire. Ça pourrait être glauque, mais ça ne l’est pas vraiment. Sayu va avoir la chance de tomber sur un entourage bienveillant, alors que jusque-là elle n’était tombée que sur des hommes qui profitaient de sa naïveté et de sa jeunesse.

Là où on aurait pu tomber sur une série ecchi malsaine, on trouve un concentré de bienveillance. C’est étonnant vu le contexte et ça en fait un des bons animes de cette saison.

 

Koikimo – Crunchyroll

Koikimo - CrunchyrollImpressions de l’équipe :

  • Amine : 🙂
  • Tanja : 😃

Le verdict de Amine : Que serait une saison d’anime sans romcom ? Koikimo en est une, et assez particulière. On y suit Ryo Amakusa qui tombe amoureux de la meilleure amie de sa petite sœur, Ichika Arima, malgré leurs 10 ans d’écart. Épris d’amour pour elle, Ryo va tout faire pour lui déclarer ses sentiments. Sauf qu’au début cela s’apparente plus à du harcèlement qu’à un autre chose… Oui dit comme ça, il y a de quoi avoir peur, mais le travail narratif et la douce animation du studio Nomad, soutenu par l’ost, nous amène à apprécier les personnages et les tentatives assez maladroites de séduction de Ryo envers Ichika. Petit à petit, cette romance va devenir plus saine et même carrément mignonne.

Les couples avec une différence d’âge sont un classique, vu et revu, ce qui n’empêche pas le personnage de Ryo de se questionner sur ce qui pourrait blesser la jeune fille. Même si le pitch peut être déroutant, surtout au début, il s’agit donc d’un anime qui mérite sa chance sur Crunchyroll. Et comme il est assez rare de voir un shōjo adapté en anime ces derniers temps, n’hésitez pas à lui donner sa chance.

 

La voie du tablier – Netflix

La voie du tablier - NetflixImpressions de l’équipe :

  • Jean-Baptiste : 🙂🤣
  • Charlène : 😃
  • Amine : 🙂
  • Tanja : 🤔
  • Mick : 😕

Le verdict de Jean-Baptiste : La voie du tablier reprend l’histoire du manga éponyme, et arrive à en retranscrire le décalage qu’offre le fait de voir un ancien yakuza reconverti en homme au foyer. Mais la série souffre d’un gros problème… D’animation ? C’est vrai qu’elle est très sommaire, et qu’on a plus l’impression de se retrouver face à l’une de ces bandes annonces que font parfois les éditeurs de manga. Mais plus que cela, c’est peut-être l’impression d’avoir été floué qui submerge ceux qui ceux s’en plaignent. Si la série avait assumé dans ce style dès le départ et avait été annoncé comme tel, peut-être n’aurait-elle pas été autant critiquée sur ce point… Mais elle aurait probablement eu moins de spectateurs. Dans les faits, cette adaptation retransmet bien les gags qui font de cette série l’OVNI qu’elle est, et c’est tout ce que j’attendais d’elle.

 

Cardfight!! Vanguard overDress – Wakanim / Crunchyroll

Cardfight Vanguard overDress - Crunchyroll-WakanimImpressions de l’équipe :

  • Tanja : 😃
  • Charlène : 🙂

Le verdict de Charlène : Pour ne rien vous cacher, Cardfight était plutôt un anime bonus dans ma liste de séries à visionner pour ce printemps. Pourquoi ? Eh bien, à l’origine le synopsis ne m’attirait pas forcément tant que ça : un énième anime sur un jeu de carte ? D’autant que ce dernier n’en est pas à sa première série ? Cela a de quoi rendre un peu sceptique… Puis finalement j’ai regardé le chara-design, et là je plaide coupable mais mon cœur de fan a fait un réel bon dans ma poitrine, car oui ce sont bien les CLAMP ni plus ni moins derrière ce dernier. Fan de la première heure, j’ai foncé sur cette série juste avec ce simple nom.

Après visionnage, il se trouve que l’animation est plutôt intéressante, même si pour moi cela va parfois un peu trop dans tous les sens, rendant le tout un peu confus par moment. Mais le studio, Kinema Citrus, un petit nouveau qui a fait ses preuves dernièrement (The Rising of Shield Hero, Made in Abyss…), fait de jolies choses et sait mettre en avant le côté unique du chara-design.

Quant à l’histoire, on suit un adolescent, Yuyu, qui perce facilement le cœur des gens mais dont la gentillesse est un peu abusée. Le jeu de carte devient alors pour lui moyen de s’affirmer et prouver qu’il peut faire quelque chose par lui-même. Ses rencontres vont tout changer dans son quotidien et on se laisse prendre au jeu.

 

Burning Kabaddi – Crunchyroll / ADN

Burning Kabaddi - Crunchyroll-ADNImpressions de l’équipe :

  • Tanja : 😍
  • Amine : ☹️

Le verdict de Tanja : À l’origine Burning Kabaddi est un manga d’Hajime MUSASHINO qui a débuté en 2015 et qui est toujours en cours de publication avec déjà 17 tomes.

Tatsuya Yoigoshi était un joueur de football star connu sous le nom de « Yoigoshi l’imparable », mais lorsqu’il est entré au lycée, il a cessé toute activité sportive. À présent, il a pourtant été invité à rejoindre une drôle de discipline. Cette pratique s’appelle… Kabaddi !

Vous n’avez aucune idée de ce qu’est le kabaddi ? Parfait, cet anime va tout vous expliquer. Ce sport puise ses origines dans l’État indien de Tamil Nadu. Son nom est scandé pendant les matchs par l’un des joueurs. Il vient d’un mot hindî signifiant « retenir son souffle ». Et effectivement, cela va avoir un fort impact sur le jeu et la tactique à adopter. Jeu très technique et stratégique, on est loin d’un simple jeu du chat.

Le début de l’anime est un peu lent car, comme Tatsuya, on apprend petit à petit ce qu’est le Kabaddi et les règles de ce sport. Au début, il n’a pas spécialement envie d’y jouer d’ailleurs, rien que dire « kabaddi » tout en marchant il trouve ça ridicule. Même s’il a déjà fait du sport en équipe, il était assez solitaire. Sa place de Raider est pour le coup toute trouvée pour lui en attaque. On va faire la connaissance de ses coéquipiers et de ses adversaires. Il va devoir se remettre en cause et laisser de côté son égo de joueur invincible.

Si la qualité de l’animation n’est pas toujours au rendez-vous, on se prend vite au jeu avec Yoigoshi. Un anime sur un sport atypique qui ne demande qu’à être regardé.

 

Battle Athletes Victory ReSTART! – Wakanim

Battle Athletes Victory Restart - WakanimImpressions de l’équipe :

  • Charlène : 🙂
  • Tanja : 🙁

Le verdict de Charlène : S’il y a bien un anime qui m’a un peu surprise, dans le bon sens on va dire, cette saison de printemps 2021, c’est Battle Athletes Victory ReSTART! diffusé en simulcast sur Wakanim. Après une rapide recherche, il se trouve que là aussi cela serait comme un reboot ou une suite à un vieil animé de la fin des années 1990. De mon côté, j’ai été attiré à l’origine par le chara-design et son approche, il est vrai, un peu rétro justement, à l’instar de ce qu’on pouvait observer dans les années 90’s-début 00’s. L’histoire ensuite, un savant mélange de science-fiction et de sport dans un monde proche du nôtre mais avec facilement 3000 ans de plus, qui a fini par me convaincre.

On suit un championnat entre représentantes du système solaire sur fond de guerre civile, sociale et de complot politique. Le but ? Faire s’affronter une représentante de chaque planète et de la Lune, afin de choisir celle qui deviendra la Beauty Cosmos. En réalité, cela ressemble un peu à nos miss Univers d’aujourd’hui, sauf qu’ici ce sont les prouesses physiques et sportives qui prennent le pas sur la beauté en tant que telle, et sur le désir et l’objectif propre à chacune des candidates. Un anime qui nous fait passer le temps, plutôt agréablement réalisé par le studio Seven avec une animation assez correcte et des héroïnes aux caractères bien trempés.

 

 

Pour retrouver la liste complète des séries diffusées cet automne par chaque plateforme :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Erreur de la base de données WordPress : [INSERT command denied to user 'paorujdj'@'10.10.40.4' for table 'jdj_wfHits']