Chroniques hentai : des œuvres culturelles pas comme les autres (contenu adulte)

Chroniques hentai : des œuvres culturelles pas comme les autres (contenu adulte)

Vous aimerez aussi...

13 réponses

  1. Lakusas dit :

    Je valide la qualité de Double Tentation. L’histoire est sympa et les dessins sont vraiment agréable.
    Concernant les oeuvres de Gunma KISARAGI évoqué en début d’article, je vous recommence notamment Giri Sisters et Mai’s Favorite. Je trouve les trais de cette auteur très épuré et de fait vraiment agréable à l’oeil.
    Si vous êtes adepte de pratique type “soumission”, “relation maître-esclave” je vous recommande Hoshi no Goshujin-sama de Tsukino Jyogi où les scènes et le “plaisir” est très bien retranscris, on s’y croirait.

    • Olivier BENOIT dit :

      Gunma KISARAGI est un très très bon auteur de hentai, il est dommage de ne pas le voir publié en France, pour l’instant en tous cas.
      Je vois qu’il est connu par nombre d’entre vous alors que je ne l’ai pas mis en avant dans cet article. Qui sait, peut être que cette notoriété tapera dans l’œil d’un éditeur 🙂

      Hoshi no Goshujin-sama est pas mal du tout, l’humour permet de parler facilement de ce type de relation.

      • Likhos dit :

        le problème de KISARAGI est que la plupart de ses oeuvres sont publiés par Wani, qui est un éditeur totalement absent de France à part pour quelques vieux titres (Urotsukidoji). Et quelques titres non-hentai (Danzaisha, ROBOT). à ce jour l’éditeur refuse la license de livres de son catalogue en France (lu dans un message de taifu sur “taifu et vous”). Seul le très jeune éditeur américain FAKKU a réussi à obtenir des licenses de Wani avec qui ils sont en partenariat.

        Il y a un livre de Gunma dont la licence peut être obtenue par Taifu: Love Selection, qui lui est sortit chez Megastore Comics (qui a eu une publication américaine, mais trop limitée, comme Portrait de Femme Soumises de Seishin Izayoi en France.)

        Pour les travaux récents de Gunma, il nous faudra donc voir du coté des ex-pirates de FAKKU (qui font quand même pas de la merde et fournissent des livres identiques à leur version japonaise*, ce qui est impressionnant quand l’on compare avec leurs concurrents, qui, eux, ont dû commencer à changer leurs politiques et leur qualité de produit).

        (*): exception de la première version de Renai Sample (par Homonculus), leur premier livre, qui a été publié dans un état un peu prototype.

    • Guigon dit :

      Je vais sur un site qui sort régulièrement les séries soit en Anglais soit en français (mais ses dernières bien plus rares)! C’est comme ça que j’ai découvert ses auteurs, et aujourd’hui je peux dire que j’ai un gros disque dur consacré à ses oeuvres!! Quand elles arrivent en France j’essaie d’en acheter, mais je dois avouer que la traduction française n’est pas toujours impeccable, même si les éditeurs font des efforts sur la présentation! Je les lis beaucoup en Anglais, car ils sont assez fidèles aux traductions Nippones! Après ce n’est que mon avis, mais je vous encourage à aller voir sur internet!

  2. Kattochan dit :

    Très bonne idée d’ouvrir une série d’article sur le “hentaï” !

    C’est un sujet sur lequel il est très difficile de trouver de l’information à cause des barrières habituelles (le Japon c’est loin et le japonais se lit mal pour nous autres occidentaux ) et des “barrières pornographiques” (on en parle pas aussi librement que le reste, et sur le net, on est inondé de contenus qui bruitent la cherche d’info).
    Présenter la publication française et l’histoire lointaine du manga pornographique est un début. J’espère un jour vous lire sur des articles portant sur les contenus non publiés en France (en gros 99% de la production ; dont l’excellent KISARAGI cité par Lukasas que je plussoie totalement) et sur le marché japonais ; sur une histoire plus spécifique du “hentai” (évolution de la censure par ex.) ; et surtout, sur des articles d’analyses (disons-le, c’est ce dont le publique occidental a le plus besoin ! ).

    Donc merci ! et bonne continuation 😉

    • Paul Ozouf dit :

      Bonjour Kattochan,

      Paul OZOUF, rédacteur en chef. Tout d’abord un grand merci pour ce commentaire, parce que c’est vrai que nous nous sommes pas mal demandés si nous n’allions pas nous retrouver étiquetés avec des préjugés du style “media qui parle de cul avec des articles faciles et racoleurs”, et c’est aussi pour ça que notre rédacteur a choisi de creuser davantage la thématique, pour y apporter de la valeur ajoutée. Tout cela à travers un article par trimestre, et peut-être un ou deux articles en plus vraiment dédié à la sexualité au Japon mais de manière sociologique / sociétal. Il y a un fossé tellement immense sur ce sujet entre nos deux cultures qu’il y a plein de choses à expliquer et à contextualiser, donc avoir un peu de soutien et beaucoup de retours positifs sur ce premier papier fait bien plaisir, notre démarche semble comprise !

      Merci et à bientôt pour un prochain numéro 😉

  3. Likhos dit :

    Un article ma foi fort sympa.

    Je ne peut que confirmer les recommandations pour Double Tentation et Power Play, qui figurent parmi mes livres préférés de la collection de Taifu.
    Je pense que pour les recommandations, les titres tels que Velvet Kiss et Love on the Job seront un passage obligé, ils sont particulièrement bon.

    Tiens, quand à l’extrait de Kisaragi Gunma, il faut savoir que le livre dont l’extrait est issu, “Welcome to Tokoharu Appartment” a eu une sortie anglaise de très bonne qualité en début 2015.

    • Olivier BENOIT dit :

      Ravi que l’article vous plaise 🙂
      Décidément vous êtes nombreux à avoir reconnu KISARAGI, j’aurai certainement l’occasion de parler un peu de lui dans un prochain numéro.

      En effet les américains sont pour l’instant mieux fournis que nous en terme de hentai.

  4. Guigon dit :

    Moi aussi je trouve que le studio Gumma Kisaragi est un des maitre dans le domaine! Mais il ne faut pas oublié qu’il fait surtout des histoires, et peu de parodies! Hors, quand on regarde ce genre , il y en a beaucoup qui font justes des fanzines ou des parodies de séries célèbres! Il se peut même que ses derniers popularisent des héroïnes ou des séries que le public ne connait que très peu! C’est souvent le cas par exemple pour les jeux de rôles ou de cartes! le meilleur exemple est Kentai collection, qui est à la base un jeu de cartes si je dis pas bêtises et qui s’est vu “parodier”en doujinshis, et vu le succès en série d’animation ensuite! Mais ne citer que Kisaragi est un peu réducteur, quand on s’intéresse un peu au marché, on se rend compte que de nombreux auteurs ont un style vraiment superbe! je pense à Napata, Distance, Nanae Mizuho qui sont aussi de vrais artistes! Mais si je devais en citer (et j’en ai encore au moins une quinzaine de connus), ce commentaire deviendrait un pavé! En tout cas, j’encourage les amateurs de manga à s’intéresser non pas juste pour le côté sexe de ce genre, mais pour découvrir de vrais artistes avec un style propre mais très agréable pour les yeux! Il est d’ailleurs très courant que de nombreux artistes de hantaï ont été ensuite des créateurs de séries de talents!

  1. 25 février 2016

    […] des titres comme In These Words pour le yaoi ou Citrus pour le Yuri. On notera aussi le retour de la collection Hentai sans interdits en 2016. A l’image du petit frère Ofelbe spécialisé dans le light novel, Taifu et Ototo se […]

  2. 18 mai 2016

    […] ce second numéro de nos chroniques hentai trimestrielles, nous ferons un focus sur les yaoi, ces mangas traitant des relations homosexuelles et qui se […]

  3. 26 septembre 2016

    […] avoir passé en revue les secteurs principaux de l’industrie manga pornographique que sont le Hentai et le Yaoi, nous allons nous intéresser à des sujets plus spécifiques : y-a-t-il des thèmes […]

  4. 13 juin 2018

    […] ce second numéro de nos chroniques hentai trimestrielles, nous ferons un focus sur les yaoi, ces mangas traitant des relations homosexuelles et qui se […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *