[Gastronomie] Okinawa, un archipel de saveurs

Au sud-ouest du Japon se trouve l’archipel des Ryûkyû, dont l’île principale d’Okinawa rime souvent aux oreilles des occidentaux avec centenaire et régime. Mais la gastronomie d’Okinawa est avant tout l’association d’une multitudes de saveurs et d’ingrédients uniques. Après vous avoir fait découvrir cet archipel pour son histoire et son tourisme, Journal du Japon vous fait découvrir sa cuisine !

Okinawa, un éventail de produits :

Pour commencer rien de tel que vous présenter les produits spécifique de la région. Ils peuvent provenir…

…de la mer :

– de multiples algues à récolter au fil des saisons, comme les algues mozuku (dont la pleine saison est d’avril à juin) qui se dégustent par exemple en salade, ou les « raisins de la mer » dont les petits grains salés explosent en bouche
rasin mer Okinawa– des poissons multicolores (se promener dans un marché aux poissons permet de découvrir un véritable arc-en-ciel !) et d’autres coquillages et poulpes (cuisinés au grill, ils sont délicieusement fondants, un must à tester dans les nombreux izakaya de Naha, la ville principale de la grande île).

…de la terre :

– la patate douce d’Okinawa (Beni imo) à la belle couleur violette est déclinée en de multiples pâtisseries dont une tartelette incontournable que chaque touriste peut rapporter chez lui. 
tartelette patate douce Okinawa
– les fruits tropicaux : les ananas très sucrés (auxquels l’île a même consacré un parc d’attraction), les mangues, le citron d’Okinawa, appelé shikuwasa, un délicieux citron vert tout rond décliné en boissons dans les distributeurs de l’île.

shikuwasa citron Okinawa
– le goya (ci-dessous, à gauche), un concombre amer que l’on trouve dans le chanpuru (plat emblématique d’Okinawa composé donc de goya, mais aussi de tofu, d’œuf et de porc).

 goyaGoya_Champuru

– le porc d’Okinawa qui est décliné dans de nombreux plats (dont les fameux soba d’Okinawa).  Soba d'Okinawa

 

 Vous pourrez poursuivre cette découverte grâce au site okinawagastronomy mais surtout grâce aux livres qui suivent !

 

Okinawa food : des aliments à favoriser, des menus à préparer

okinawa-food

Cet ouvrage se veut à la fois instructif et gourmand car vivre longtemps et en bonne santé ne rime pas avec privation et nourriture fade, bien au contraire !

Dans la première partie du livre, Laure Kié explique au lecteur la « méthode Okinawa » : quels sont les secrets de la longévité des habitants d’Okinawa ? Quel est le rôle des antioxydants, des oméga 3, des vitamines et minéraux si fortement présents dans cette alimentation ? Le texte explique au lecteur les aliments auxquels il faut dire oui et ceux auxquels il vaut mieux dire non (mais ce sont des conseils de limitation, pas de privation). Il comporte également un précieux tableau des nutriments avec les aliments dans lesquels on peut les trouver, ainsi qu’un calendrier des fruits et légumes en fonction des saisons (manger de saison est fondamental). Voilà pour la partie théorique qui est très bien construite et pas ennuyeuse du tout, mais très pédagogique !

Suit la deuxième partie qui ravira les palets les plus fins : les recettes. Et d’abord connaître les bases : comment cuire le riz, les légumineuses, comment préparer des sauces et vinaigrettes bonnes pour la santé et très goûteuses, quels condiments choisir.
Puis s’enchaînent des recettes pour les différents repas de la journée :
– le petit déjeuner (qui peut être au matcha, plutôt fruité, avec des graines, du muesli, des jus),
– le déjeuner (avec des menus thématiques qui s’organisent entre plat, salade, soupe et dessert : ainsi pour le menu Okinawa, un champuru, une salade mesclun et kaki sauce aux agrumes et une mousse de poire aux noisettes),
– le dîner (un succulent menu chirashi oméga 3 avec chirashi au maquereau, soupe miso et panna cotta aux azuki),
– quelques indispensables gourmandises (mousse choco-amandes, cheesecake de matcha et sésame, crème de chia aux fruits rouges)
– et même des boissons anti-âge (apaisante, détox, antioxydante ou revigorante en fonction des moments de la journée).

Une cuisine simple, colorée, diététique et gourmande pour se faire du bien en se faisant plaisir !

Plus d’informations sur le site de l’éditeur. Voici aussi quelques pages de l’ouvrage, à feuilleter !

 

Japonismes : recettes végétales d’inspiration japonaise

japonismesVoici un livre gourmand et coloré ne réunissant pourtant que des ingrédients végétaux. « Percevoir le Japon en ouvrant grand la porte sur le jardin » est la phrase d’introduction qui ouvre et résume parfaitement cet ouvrage. Ode aux légumes, aux fruits, aux algues, aux graines, aux pousses, au tofu : un véritable voyage au Japon, coloré et parfumé.

Le livre commence par les bases :
– les ingrédients qui pourraient être difficiles à trouver en France sont décrits et des produits pouvant les remplacer sont proposés.
– les techniques de base sont détaillées (différents modes de cuisson des légumes, cuisson du riz, découpe des légumes, utilisation de différents ustensiles). 
– les recettes de base sont simples et efficaces (comment faire son bouillon dashi, son kinako, assaisonner les algues nori à l’huile d’olive et à la fleur de sel pour en faire des snacks croquants, réaliser des pickles de daikon, des condiments au sésame, et même créer son propre tofu !).

Félicie Toczé propose ensuite une déclinaison d’entrées, plats et desserts végétaliens et pleins de saveurs :
– en entrée par exemple, des salades de dulse fraîche en version estivale (concombre, melon et menthe) ou hivernale (radis roses, orange et ciboule), des aubergines dengaku, des shiitakés marinés ou les délicieux épinards au sésame, des soupes (butternut, poire et azuki, ou claire aux shiitakés et au mochi). 
– des plats traditionnels tels que le Nabe, des plats de nouilles (soba ou somen), de riz (sauté au thé vert, gingembre et shiitakés), mais aussi des tourtes ou des tartes tatin !
– les desserts nombreux, classiques (yokan aux marrons, kuzu mochi), ou originaux (poires rôties et caramel de miso blanc, crème de patate douce au yuzu).

Les photographies grand format mettent en scène de superbes assiettes saines, colorées et très graphiques : des jardins miniatures fleuriront dans vos assiettes ce printemps !

Plus d’informations (et quelques pages à découvrir) sur le site de l’éditeur.

 

Avec ces ouvrages, vous pourrez faire entrer le soleil et les saveurs d’Okinawa dans votre cuisine … Bon appétit !

 

Japan in Motion : Et vous, quel Japon préférez-vous ?

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Il faudrait mentionner que Okinawa n’a plus la première place pour la longévité. Avec tous les fastfood les jeunes ont changés leur alimentation et les Mcdonald sont toujours pleins. Oui cette nourriture saine existe mais elle est de moins en moins consommé par les habitants.

  1. 5 mars 2018

    […] parle de Okinawa Food dans la presse et sur les blogs : Journal du Japon, Feminin Bio, Iodé, Dozo Domo, Nip-on, […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *